La diaspora égyptienne rapatrie douze fois plus d’argent que nos émigrés

émigrés diapsora devises
La diaspora algérienne rapatrie à peine 2 milliards de dollars. New Press

Par Sadek Sahraoui – Le dernier rapport de la Banque mondiale sur l’immigration et les transferts de fonds, repris par le site Financial Afrik, montre que la diaspora algérienne est l’une des rares diasporas dans le monde musulman à placer encore peu d’argent dans son pays d’origine. Selon le document en question, elle devrait faire des envois de fonds de 2,157 milliards de dollars en 2018, contre 2 milliards en 2017. Ce montant représente à peine 1,1% du Produit intérieur brut (PIB) du pays.

La Banque mondiale ne dit pas pourquoi les Algériens de l’étranger ont toujours autant peur d’envoyer de l’argent chez eux. Est-ce en raison du caractère archaïque des banques algériennes ? Cela s’explique-t-il par la rigidité du système bancaire algérien ? La question mérite d’être creusée.

En cas de confirmation, ajoute la Banque mondiale, ce sera la première progression après cinq ans de stabilisation des envois de fonds vers l’Algérie. Ils se sont stabilisés autour de 2 milliards de dollars entre 2013 à 2017, indique l’intuition qui précise néanmoins que ces flux restent inférieurs au record de 2,4 milliards de dollars enregistré en 2004.

Dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena), l’Algérie est loin derrière certains de ses voisins immédiats ou lointains. L’Egypte est ainsi toujours leader avec 25,7 milliards de dollars, suivi du Liban avec 7,8 milliards de dollars, du Maroc avec 7,4 milliards de dollars et de la Jordanie avec 4,4 milliards de dollars. Au plan mondial, les transferts de fonds de la diaspora devraient enregistrer une croissance de 10,3% à 689 milliards de dollars – contre 625 milliards en 2017 – et bondir à 715 milliards en 2019.

Par contre, les nombreuses saisies de devises que leurs détenteurs s’apprêtaient à faire sortir du pays frauduleusement indiquent que l’Algérie pourrait être classée parmi les premiers pays où ce phénomène a pris de l’ampleur ces dernières années.

S. S.

Comment (74)

    JERJJINI
    26 décembre 2018 - 15 h 05 min

    « La Banque mondiale ne dit pas pourquoi les Algériens de l’étranger ont toujours autant peur d’envoyer de l’argent chez eux. Est-ce en raison du caractère archaïque des banques algériennes ? Cela s’explique-t-il par la rigidité du système bancaire algérien ? La question mérite d’être creusée. »

    Telle est la question ?

    Envoyer de l’argent au pays est avant tout un signe de confiance en son pays, en son avenir.
    Les algériens de la diaspora, consciemment ou inconsciemment, montrent par ce geste qu’ils n’ont aucune confiance dans cet avenir et les algériens qui vivent en algérie et qui en ont les moyens, font tout ce qu’ils peuvent pour envoyer des devises à l’étranger.
    Les algériens qui n’en ont pas les moyens, font tout pour grossir les rangs des harragas et quitter le navire avant qu’il ne coule.

    La réponse apportée par le journaliste est fausse, ce n’est pas le système bancaire qui est en cause, car l’opération d’envoi des fonds en elle-même n’a rien de sophistiqué ou compliqué, c’est bien le régime algérien qui est en cause, car il n’apporte aucune solution à tous les problèmes qui s’annoncent dans un futur très proche.

    Mais ce n’est pas son problème, cette année encore, il a programmé 11 milliards de dollars d’achat d’armement qui vont aller grossir le stock qui rouille sous le soleil.

    Il n’y a aucun orgeuil à tirer du fait que le pays possède la 23ème armée du monde, ce n’est pas l’acier qui va nourrir le peuple, qui grossit chaque année de 1 million de naissance, c’est suicidère ; sauf pour le régime algérien, dont l’avenir de ses enfants est déjà assuré, grace aux commissions qu’il perçoit sur les 11 milliards de dollars d’armement.

    Il faut dire cette vérité aux parents des personnes qui sont mortes du choléra, une maladie du moyen age.

    Merci de publier ce ticket sans le tronquer.

    Salutations distinguées.

    Iwen
    25 décembre 2018 - 21 h 09 min

    Mon expérience personnel avec le transfert de l’argent, de France vers l’Algérie, c’est trés compliqué avec les Banques Françaises dans la mesure ou ces dernières te font peur, dès le départ, elles te dissuadent de transférer de l’argent à destination de l’Algérie et le discours est trés  » rodé » dans la mesure ou un rendez vous personnel est donné au candidat, le but est de le prendre seul à seul, afion que la discussion soit et reste privée, donc, aucune possibilité que l’échange soit connu en dehors du candidat et du « conseillé de la banque ».
    Il faut savoit que ce même pays, a le monopole en Algérie et dans le reste du Maghreb(je ne sais pas comment et le pourquoi !?) mais la société général, a le monopole des transfert de l’argent, lorsque ce dernier est transféré de, cette fois-ci l’EUROPE (dans mon cas à moi, du Luxembourg à destination de la banque Algérienne du Commerce Extérieur et au passage, la Société général, prend 15% du montant, peu importe la somme(100e elle prendra 15e, pour 1000e elle prendra 150e pour 10000 elle prendra 1500e)
    Donc, le mieux c’est de prendre par des chemins détournés l’argent avec soi et de faire en sorte que ce dernier(le votre !) puisse être déposés physiquement sur votre compte en Algérie.
    Car à partir de France, on vous fera toutes les difficultés du monde. ou alors, si vous avez la possibilité, enregistrer la conversation, celle-ci est dordre privée, mais enregistrer tout de même les échanges, pour que les enregistrements soient valide, il vous faut en faire plusieurs à différents moment, avec la même banque, ou avec différents banqaues (légalement, vous en avez le droit, car aucune banque n’est visé en particulier) mais c’est la politique mise en place qui est dénoncé, donc, vous en avez le droit!
    et vous pourrez toujours saisir le consulta Algérien et vous faire assister afin que votre argent vous soit transférer dans votre pays, tout comme les Français qui travaiellent en dehors de la France et qui transfert leurs argents en France.

    1
    1
    Anonyme
    19 décembre 2018 - 16 h 20 min

    En général, l´argent va là où il pourra etre fructifié par le travail. Ce qui est peu le cas en Algérie. Ajouté à ca nos banques archaiques et notre tourisme rudimentaire, suffisemment de raisons pour que les devises des expatriés vont ou retentt en dehors de l´Algérie.

    9
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.