Ramtane Lamamra nommé conseiller du Président à la diplomatie

Lamamra
Ramtane Lamamra. D. R.

L’ancien ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a été nommé ministre d’Etat, conseiller diplomatique du président de la République, a indiqué ce jeudi un communiqué de la présidence de la République.

Lamamra, 66 ans, est depuis juillet 2018 membre du Conseil d’administration de l’ONG International Crisis Group (ICG), basée à Bruxelles.

En septembre 2017, il a été nommé membre du Haut-Comité consultatif de l’ONU chargé de la médiation internationale. Il a occupé le poste de ministre des Affaires étrangères de 2013 à 2015, puis ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de 2015 à 2017.

Lamamra a été également commissaire à la Paix et à la Sécurité de l’Union africaine (2008-2013) et secrétaire général du ministère des Affaires étrangères (2005-2007).

Il a été ambassadeur dans plusieurs pays dont les Etats-Unis, Djibouti et l’Ethiopie.

R. N.

Comment (22)

    omar
    24 février 2019 - 21 h 40 min

    Lamamra le futur président désigné (élu avec le maitre fraudeur ouyah) Lamamra docile transparent et obéissant tete à gifles!

    Aguellidh
    15 février 2019 - 18 h 18 min

    Je note que sur ce site, il y a beaucoup d’étrangers qui veulent fausser l’opinion de l’Algérien de ce qui est positif. Quand on dit que rien ne va en Algérie on reçoit une averse de like et quand on dit que l’Algerie est une force régionale on reçoit une averse de dislike. Je ne vais pas nommer les citoyens de ce pays étranger, ils comprendront d’eux mêmes que l’Algerie est un pays debout et prospère sans les multinationales et sans le tourisme se…l

    9
    3
    anonyme
    15 février 2019 - 15 h 21 min

    Une question qui coule de source: Pourquoi ne l’avait il pas nommé à ce poste lorsqu’il l’avait démis deson poste de Ministre des Affaires Etrangères? Et pourquoi l’avait il démis et remplacé par Messahel?

    6
    3
    ZORO
    15 février 2019 - 14 h 45 min

    Je ne vois rien d honnorant pour Amamra quand il part et il revient sur un claquement de doigts !
    SIGNE.ZORO. ..Z….

    8
    7
    Aguellidh
    14 février 2019 - 21 h 45 min

    La politique n’est pas à la portée du premier venu. Il y a deux forces algériennes qui font bouger le pays vers la stabilité et la prospérité : les officiers de l’Anp et les diplomates plus les organisations de masse. Le président ne va surement pas terminer son mandat, avant de partir il laissera l’Algerie entre les mains de ses enfants. L’Algerie est déjà une puissance régionale, militairement, diplomatiquement et économiquement. Ni le Printemps arabe, ni le Printemps européen n’auront lieu dans notre pays il y a toujours NOVEMBRE.

    11
    17
    Anonyme
    14 février 2019 - 20 h 59 min

    Compétence de quoi? Il n’a ramené ni entreprises ni culture, il a participé au misèrabilisme ambiant depuis que j’avais 18 ans il est encore aux affaires. Avec ouyahia il peut etre co-résponsable du désastre.

    17
    7
    Anonyme
    14 février 2019 - 20 h 16 min

    Lamamra sera t-il le futur vice président ??
    Pourquoi pas président ?!

    10
    17
    Anonyme
    14 février 2019 - 20 h 13 min

    Il faut un discours qui implique tous les algériens dans cette lutte. Je viens d’écouter un erudit universitaire, prof en communication à la sorbonne, rapeller que la candidature de boutef est un sacrilège (haram) car la première condition pour un gouvernant est de s’adresser à son peuple à chaque occasion bonne ou mauvaise et impérative en cas de problème. Il a aussi dit qu’à l’analyse des apparition de boutef il a décelé que ni ses paupières, ni ses lèvres ni aucun signe de vie sur son village et que scientifiquement ça veut dire que l’activité cérébrale est quasi nulle, juste les fonctions vitales.
    Par ailleurs, nous savons tous que l’armée, les magistrats et toutes les forces de sécurité sont tenus de protéger la nation et la constitution, ils prêtent sermon sur le coran et ils se taisent devant tous les viols; il faut l’écrire et le rappeler à chaque occasion.

    16
    7
    Eurêka!
    14 février 2019 - 19 h 48 min

    Eurêka! Ils ont trouvé l’idée géniale ! Celle de recycler un brillant diplomate aux affaires internationales, au poste de porte parole, pour mieux faire passer le 5eme mandat auprès des puissances étrangères, des chancelleries,et auprès de la diaspora installée outre-mer. C’est l’aveu tacite de reconnaître que ce folklore fait est mal accepté, et qu’il fait peur, même à l’extérieur du pays. Le diplomate en question doit devoir affûter sa stratégie, et choisir avec grand soin ses mots pour pouvoir convaincre. Ça n’est pas tout. Il sera obligé de faire un deal en terme de garantir qu’il n’y aura pas de dérapages au pays.
    C’est ce qui offense, et révolte la dignité de tout un peuple, et au plus au point. Celui d’avoir à continuer à l’ignorer royalement, et à mentir sur son dos, dans des moments aussi difficiles ,et même au delà des frontières. In fine, le peuple est bel et bien orphelin, et c’est à lui de prendre son propre destin en main.

    13
    4
    Djemel
    14 février 2019 - 19 h 44 min

    Il est nommé pour faire compagne pour un candidat. Il défendra les intérêts du groupe qui prend beaucoup et fourni peu. Il justifiera la continuité de la corruption, du mépris du peuple, d’un système médiocre de santé… Il a raison le journaliste qui a dit que les serviteurs du pouvoir actuel n’ont aucune dignité.

    21
    5
    salah
    14 février 2019 - 19 h 43 min

    Après qu’il fera la promotion (…) il se feras viré
    Entre nous BOUTEFLIKA ne fait rien il est n’est plus aux commande depuis 6 ans

    Merci a AP de ne peut me censuré

    13
    4
    TARZAN
    14 février 2019 - 19 h 17 min

    bouteflika prouve encore une fois que c’est un génie de la politique. par cette nomination je ne vois que la préparation de la relève, et quel choix! et cette manière très rassurante. on voit que bouteflika veut initier les plus compétents d’entre les diplomates à la géostratégie et aux relations internationales, selon sa vision, dont il est incontestablement le meilleur au monde à l’heure actuelle. tout le monde dit que c’est un visionnaire hors pair, rappelez vous comment il a fait rentrer arafat et la cause palestinienne à l’onu en 1974, jusqu’à présent les israéliens ne comprennent pas comment il a procédé. avec bouteflika, lamamar, messahel et chakib khelil aux commandes de l’algérie sous la protection de l’institution militaire assainie, je peux dormir tranquille et l’avenir des algériens ne peut qu’être que radieux et aux ennemis jaloux je leur dit les chiens aboient la caravane passe et l’algérie comme c’est écrit, sera un grande puissance crainte et respectée!

    12
    25
    Anonyme
    14 février 2019 - 18 h 49 min

    C’est le futur vice-président.

    8
    15
    Anonyme
    14 février 2019 - 15 h 26 min

    Là, Bouteflika a mis de la compétence. Félicitations Mr Lamamra, l’Algérie et les Algériens ont besoin de vous dans ce passage difficile de mutation.

    15
    36
      Farida
      14 février 2019 - 16 h 01 min

      Dis nous alors pourquoi ils l’ont chassé comme MEA ? Il est revenu car il accépté de croire que le mensonge est synonyme de vérité. (…)

      25
      9
    Lghoul
    14 février 2019 - 15 h 23 min

    On n’a ni besoin de Lamamra ni de si amara ni de khali bouzouar. Si ce Lamara a un gain de logique, il ne cautionnerait pas un candidat absent, un candidat tres agé, malade et invisible qu’on nous a imposé par procuration. Ils sont tous des fossils qui doivent prendre leur retraite. Par contre, on a besoin de sang NEUF, de nouveaux visages, des jeunes avec des mentalités non polluées par le cancer de la corruption et la peste du mensonge que nous avons hérité depuis 62. Essayons de changer un peu les choses, essayons la difference car la monotonie qui nous a « zombisé » depuis 62 nous conduira irreversiblement tout droit vers le précipice. Un pays et un peuple qui ont toutes les potentialités humaines pour se developper rapidement ne pourra pas etre paralysé par des vieux et des groupes d’interets goinfres, dont certains sont iganrds et sans qualifications, qui ne pensent qu’a leur entourage immédiat et leur clan. Y’en a marre de ce charlatantisme sans fin et sans limites.

    29
    3
    brahma
    14 février 2019 - 15 h 05 min

    C’est la plus belle nouvelle de l’année, un geste qui va sanctionné un certain nombre d’apprentis qui infestent les médias algeriens et autres sur les orientations de notre politique extérieur.
    Lamamra et Messahel un tandem fou : le calme et la perdition. Bravo/

    9
    28
      admi
      14 février 2019 - 18 h 13 min

      Brahma,il y aura manque de pain,tu n’as pas connu les années 45 ou il te faut un bon pour une misérable ration.Donc Lamamra puis Mesahel égale économie zero. Tu as le Venezuela comme exemple.Tiens!en 1945 CE FUT LES Américain qui ont ravitaillé les ports d’Algérie.C’est kif kif Venezuela.

      11
      5
    Mahboul
    14 février 2019 - 14 h 48 min

    Est ce un contrat de travail a duree determinee cdd de trois mois ou un cdi contrat a duree indéterminée

    16
    2
    Thebest
    14 février 2019 - 13 h 54 min

    Très content de cette nomination car Bouteflika va le former davantage et va lui prodiguer des conseils vitaux sur la stratégie diplomatique et la route à suivre. Cette nomination doit grincer les dents chez nos ennemis. Lamamra sera t-il le successeur désigné par Bouteflika ? Je pense que oui!

    9
    34
    Octogénaires Basta!!!
    14 février 2019 - 13 h 30 min

    Ou sont les jeunes??? On a marre de ces octogénaires, qui sucent le sang des algeriens comme des vampires, tous ceux qui soutiennent le cinquième mandat d´un octogénaire malade et aphone sont des traitres á la nation et aux chouhadas (Allah yerhamhoum)

    40
    8
      admi
      14 février 2019 - 14 h 13 min

      Et voila,on reprend les mêmes titulaires aux échecs et on recommence,puis ça tourne.Ce Lamamra c’est lui qui a permis l’entrée du Maroc à UA.Il fut humilié et le revoilà qui resurgit de nulle part.Pourquoi ça nomination?,étant viscéralement hostile aux Maroc que le système veut amadouer le peuple pour le 5eme mandat.Le bilan de Lamamra aux affaires étrangères et plus que nul,que viendra il faire à la présidence. sinon,surement pour contrarié le peuple à bout de souffle de tout ces déboires.La question!Que faire en pareil circonstance?le seul moyen c’est faire des marches sereines et pacifiques dans les principales villes,et n’appartenir à aucun parti politique ,sauf celui des gilets verts.

      24
      8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.