Belaïd répond à Bouchareb : «Nous avons le droit d’exiger un changement politique»

Belaïd
Abdelaziz Belaïd, président du front El-Moustakbal. PPAgency

Par Sadek Sahraoui − Le leader du front El-Moustakbal, Abdelaziz Belaïd, a déclaré que «l’opposition avait le droit de rêver et de rechercher un réel changement politique qui offrirait une meilleure vie aux Algériens». «L’un d’entre eux (Mouad Bouchareb du FLN, ndlr) nous considérait comme des rêveurs. Oui, nous rêvons de construire une Algérie et un pays fort, une île dans laquelle les jeunes ne mourront pas, une île dans laquelle les gens s’uniront», a déclaré ce matin Belaïd au forum du journal Liberté. «Nous avons le droit de rêver et de rechercher un changement politique», a-t-il insisté en réponse au coordinateur du FLN, qui a accusé l’opposition de chercher à semer «la fitna» entre les Algériens.

Revenant sur les manifestations de vendredi, Abdelaziz Belaïd a déclaré qu’elles venaient d’un désir populaire de provoquer un changement politique. Il a accusé les autorités actuelles d’avoir mis en place un système despotique : «Nous sommes passés d’un système fondé sur un parti unique à un système reposant sur une personne et qui sacralise quelqu’un au point d’en faire un dieu.»

En réponse à une question sur l’incapacité de l’opposition à s’unir, le chef du front El-Moustakbal a souligné que la situation politique en Algérie est très complexe et que les hommes politiques ne peuvent s’exprimer sur ce qui se passe dans la réalité. En revanche, il a averti sur les conséquences d’un non-respect des délais légaux pour le déroulement de la présidentielle prévue pour le 18 avril, ce qui, selon lui, pourrait ouvrir la voie à une situation d’exception. Une situation qui entraînerait la fin de la vie politique en Algérie.

S. S.

Comment (9)

    FAID
    25 février 2019 - 14 h 47 min

    C’est le cinquième mandat pour cet énergumène, il loue des villas pour la circonstance joue au lièvre touche la somme nécessaire pour service rendu, et se retire de la scène politique et attends d’autres rendez-vous électoraux pour réapparaître

    J’ai plus de respect pour les femmes qui exercent le plus vieux métier du monde, que pour cet homme.

    Anonyme
    25 février 2019 - 14 h 03 min

    Attention à ce petit parti El Moustaqbel dont la députée demande aujourd’hui à l Assemblée nationale des salles de prière dans les écoles et fustige la ministre de l éducation nationale qui a interdit la prière à l école
    Ces petits partis sont la plaie de la démocratie …l école est faite pour former des citoyens pas des croyants..
    Nous ne sommes pas sortis des coups de boutoir pour l islamisation renforcée de notre société…

    Mohamed
    25 février 2019 - 13 h 35 min

    Salam aleikoum,

    le système, le pouvoir font partie de cette maudite équation mathématique qui fait détruire l’Algérie, dont bouchareb, ouyahia, ghoul, sidi sidhoum, bouteflika, benyounes, etc… sont les éléments clés de ce problème.
    Ah oui sans oublier le « ghachi cachir ».

    ZOHRA DRIF
    25 février 2019 - 0 h 45 min

    «Nous avons le droit d’exiger un changement politique».

    QUE VOS PAROLES, Mr. BELAÏD, INSPIRENT LE PEUPLE FRÈRE MAROCAIN POUR SE LIBÉRER DÉFINITIVEMENT DU JOUG DE m6. ET ALORS, LE PEUPLE MAROCAIN FRÈRE POURRA ENFIN SE LIBÉRER EN CRIANT HAUT ET FORT A LA FACE DU makhnez ET DE LEUR « roi »…. :
    « NOUS AVONS LE DROIT DE VIVRE LIBRES ET D’EXIGER UN CHANGEMENT DU RÉGIME POLITIQUE ! NOUS VOULONS INSTAURER UNE RÉPUBLIQUE ! ET DEVENIR DES CITOYENS PAS DES SUJETS….. PAS DES ESCLAVES !!! ». ENOUGH ! ENOUGH ! IT’S ENOUGH !!!!!!
    SOULÈVE-TOI PEUPLE FRÈRE DU MAROC !!! LIBÈRE-TOI DU JOUG MORTIFÈRE QUI T’ENSERRE DEPUIS DES SIÈCLES !!! FAIS COMME LE PEUPLE ALGÉRIEN TON FRÈRE !!!

    Vroum Vroum 😤..
    24 février 2019 - 23 h 05 min

    Je dirais à Mr New FLN , Mr Bouchouwareb
    qu’ils sont le problème et doivent , arrêter d’exploiter jusqu’à l’os l’image du FLN qui a certe porté l’image de l’Algérie , Armée de libération Nationale de manière respectueuse , mais en 2019 c’est du réchauffé et n’a plus aucun sens car c’est un FLN délavé de tout son historique qui est utilisé à des fins électorale…donc le New FLN cinquième mandat ne peut passer … à ce tarif on va au 23 ême mandat toujours sous le Slogan poussiéreux FLN ??…faut arrêter l’abus de tromper . . Respect pour le vrais Front de Libération Nationale , ALN , 54/62 …mais que des carriéristes accrocs du Pouvoir et surtout les avantages qui usent l’image FLN ne passera pas en 2019 …Changez de Slogan , mais laissez le sigle FLN en paix car il appartient à tous les Algériens et à l’Histoire …

    Anonyme
    24 février 2019 - 20 h 33 min

    Ya Bouchareb l’Algérie n’est pas ta propriété ni celle de Bouteflika et de son clan .Il faut le comprendre avant qu’il ne soit trop tard.

    Anonyme
    24 février 2019 - 19 h 54 min

    Le peuple Algerien est decide a prendre en main son propre destin ,celui de ses enfants et des prochaines generations.Il n y a plus lieu a la discussion et a la perte de temps…Que ces messieurs aillent convaincre Bouteflika de renoncer a sa candidature et le peuple s atelera a choisir le meilleur candidat pour presider le pays…Que tous les partis fassent leur campagne dans les regles stipulees par la constitution Algerienne et que le meilleur programme politique,economique et social ait le suffrage du peuple…L Algerie notre Patrie n est plus en mesure de digerer la mauvaise gouvernance dans un systeme politique depasse par la vitesse grand V des changements dans ce monde et qui se produisent a nos yeux….Nous sommes tous dans le devoir de suivre ce mouvement de changement …

    1commentaire
    24 février 2019 - 18 h 44 min

    Le peuple est dans son droit légitime de changer les choses et non pas le contraire. assez de cette mafia qui dirige 40 millions d’Algériens. le peuple a compris, maintenant il réagit pour un avenir radieux confisqué!! aller de l’avant et pacifiquement…

    hercule
    24 février 2019 - 18 h 19 min

    NON au 5eme mandat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.