Après la démission de Bouteflika : le général Gaïd-Salah seul face à la rue

Gaïd Algériens
Le général Gaïd-Salah. PPAgency

Par R. Mahmoudi – Les Algériens sont de nouveau sortis dans la rue, ce mardi soir, mais cette fois-ci pour donner libre cours à leur joie, après l’annonce de la démission –réclamée depuis plus de six semaines – du chef de l’Etat. Des vidéos ont même montré des manifestants scander joyeusement le traditionnel slogan : «Djeich chaâb, khawa khawa !» pour réitérer ce pacte de fraternité scellé entre le peuple et son armée.

Ces scènes donnent, à première vue, l’impression que la foule applaudissait implicitement les décisions annoncées ces derniers jours par le chef d’état-major de l’ANP et que, par conséquent,  toutes ses demandes étaient satisfaites. Le général Gaïd-Salah, lui-même, avait clairement dit dans l’un de ses derniers discours que «le peuple a bien accueilli» son appel à appliquer l’article 102, puis aussi les articles 7 et 8 qui remettent théoriquement le pouvoir entre les mains du peuple, qui en est la seule source. Ses thuriféraires sur les plateaux de télévision juraient qu’aucun slogan hostile à Gaïd-Salah n’avait été scandé dans la rue.

Dans sa nouvelle posture, le chef d’état-major ne s’est pas gêné d’emprunter aux manifestants quelques-uns de leurs termes en vogue (el-içaba, bande de malfrats…), histoire de se rapprocher du peuple. Tout son discours tourne, en fait, autour d’une idée essentielle : l’armée est là pour sauver le peuple d’une «bande de malfrats» qui se sont approprié les richesses du pays.

Cela dit, dans les faits, la situation paraît plus complexe. La tendance est même à la radicalisation de la protestation. La plupart des animateurs et activistes à l’avant-garde de ce mouvement, en plus des chefs de certains partis politiques, ont appelé, dès l’annonce de la démission de Bouteflika, à la poursuite des manifestations hebdomadaires pour exiger le départ de «tout le système», dont évidemment le général Gaïd-Salah, décrit, lui aussi, comme «un homme du système». L’idée qui tourne est que la transition ne doit, en aucune façon, être conduite par des gens de l’ancien pouvoir (Bedoui, Bensalah…) ni par l’armée, dont le chef est soupçonné de nourrir des ambitions présidentielles.

Dans ce cas, que fera Gaïd-Salah ? Va-t-il trouver un moyen pour activer, comme il l’a toujours réclamé, le fameux article 7 de la Constitution, pour associer de facto les représentants du mouvement populaire dans la gestion de la transition ? Va-t-il engager un processus de dissolution des deux chambres du Parlement et du Conseil constitutionnel pour satisfaire les demandes des manifestants ? Attendons le prochain vendredi pour y voir plus clair…

R. M.

Comment (67)

    Anonyme
    5 avril 2019 - 16 h 27 min

    Le danger, c’est que cette belle union autour du départ de Bouteflika et de sa clique va vite voler en éclat, une fois ces revendications communes obtenues. On voit déjà islamistes et séparatistes pointer leur nez.

    Felfel Har
    4 avril 2019 - 15 h 17 min

    S’il avait bien compris les revendications du peuple, il se garderait de rééditer le coup de Sissi l’Égyptien. Quand le peuple demande le départ du systême, il entend que ses pratiques cessent, comme celle de voir l’armée adouber le futur président. C’est le peuple qui le choisira, librement, démocratiquement, honnêtement, de façon transparente.
    Les partis politiques qui seront agréés devront absolument être en conformité avec les dispositions de la Constitution-new look. Les membres du gouvernement et une grande partie des fonctionnaires (Ministres Walis, Chefs de daïra, directeurs centraux, ambassadeurs, consuls), les chefs d’entreprises publiques devront être les plus méritoires. Leur CV devra impérativement être publié ainsi qu’une déclaration de leur patrimoine.
    L’Éxécutif ne s’immiscera plus dans les affaires de Dame Justice, pas plus qu’il n’interfera sur le Législatif. La Cour des Comptes doit être réhabilitée pour surveiller le bon usage des deniers publics. Le Conseil National de l’Énergie doit être réactivé pour décider de la stratégie de l’industrie pétrolière et ses annexes (industries pétrochimiques, etc.). Un organe central de planification doit revoir le jour pour identifier de façon concertée les axes stratégiques de développement et les investissements publics, en respectant les impératifs de l’équilibre régional et des cohérences inter-sectorielles.
    Les finances publiques doivent être assainies et le Code des Impôts doit inclure des mesures pour taxer les signes extérieurs de richesse et les fortunes. L’économie informelle doit être combattue en traquant les délinquants en matières de paiement d’impôts et en les obligeant à donner une existence légale à leur bas de laine (ouverture de comptes bancaires et dépôt de fonds et identification auprés du Fisc et du Registre du Commerce).
    Le secteur privé doit être impliqué dans la création de richesses par le biais d’investissements productifs, créateurs d’emplois en Algérie, en profitant des mesures incitatives que le gouvernement mettra en place pour relancer l’économie nationale.
    Tout un programme! Que l’on vienne pas me dire que c’est impossible à faire!

    Anonyme
    4 avril 2019 - 9 h 58 min

    Moi ce que je ne comprends pas, c’est en quoi le fait d’envisager de désigner Liamine Zeroual pour la transition à venir par Bouteflika via la Présidence du Sénat est apparu aux yeux de Gaid Salah comme un complot intolérable contre la nation au point qu’il était urgentissime de précipiter la démission de Bouteflika. Zéroual à la transition, n’est ce pas ce qu’un grand nombre d’Algériens appelait de tous ses vœux ?
    Le général Mediene quant à lui, que je sache est connu pour être un homme d’État, pas de pouvoir, très sourcilleux sur le chapitre de la souveraineté nationale tandis que Lamine Zéroual est connu pour ne pas être du genre à s’accrocher au pouvoir, ni s’être enrichi par le pouvoir. Son retour à la tête de l’Algérie pour quelques mois aurait été de la part de cet homme tranquille pur dévouement. Il a accompagné l’Algérie aux pires heures de notre histoire, il était apparemment prêt à recommencer malgré son immense désir de tranquillité. Un journaliste explique ce choix de Zeroual à la dernière minute par le clan Bouteflika par le désir de  » s’acheter une âme « . Alors ? Alors ?

    4
    4
      AmiAhmed
      4 avril 2019 - 11 h 41 min

      Gaïd Salah est face à l’article 7 et 8 qu’il a promis à la rue, le 102 est juste fait pour le sauver lui même

    kader
    4 avril 2019 - 6 h 15 min

    l’armée algérienne est populaire, elle n’est pas faite de mercenaires, elle ne se résume pas à Gaid ou à Felten, elle n’est pas non plus celle des généraux ou des colonels: elle est celle du peuple le frère ne tirera pas sur son frère,  »khawa-khawa »,il ne tirera pas non plus sur le bébé dans sa poussette ni sur la femme souriante, ni sur des mains propres et désarmées. Ça, Si Salah l’a compris auprès des élèves-officiers de Cherchell. Une jeunesse nouvelle imprégnée des valeurs de ceux qui se sont sacrifiés, a pointé dans tous les secteurs, partout. Une jeunesse qui sait qu’on peut vivre dans une république de travail, de droit, de devoirs, de communication, une société moderne ! Une jeunesse qui ne s’entretuera pas quitte à désobéir !
    L’Algérien s’est libéré ,en 1962, des colons, il veut, MAINTENANT, mettre fin à la mentalité  »coloniale » de ceux qui leur ont succédé et qui nous dirigent. non, Mon chef, je ne tirerai pas ! la foule me l’ordonne !!!!

    10
    2
    Hamid
    4 avril 2019 - 5 h 58 min

    Einstein said , » Make everything as simple as possible  » .And he was right It’s a good practical idea of how to solve a problem without complicating what’s actually simple .Problem solving is about attitudes , and I believe that when General G.Salah smelt a rat that our country is in danger , he simply and promptly decided that it was best for the country’s national interests to invoke Articles 102, 7 and 8 which respectively say that president unfit to rule must quit and the final say belongs to the people . under an interim government while free democratic elections are organised and held .As a result , Mr Bouteflica has stepped down .On this historic memorable moment of joy , I personally applaud Mr G.Salah for the respect he has shown towards the Algerian people , the love for his country and the courage to get us out of this political leadership crisis without beating about the bush .He’s a godsend .I firmly hope that the thugs and the criminals that surrounded Mr Bouteflica all these years should be arrested , brought to justice and prosecuted for the damage done to our great country .As for Mr Bouteflica , it’s sad that he came to power as an independence war hero to end up a diminished figure .I wish him well .That’s life , isn’t it ? We are all humans .May Allah bless our country and tahia ElDzair as always !

    3
    1
    MELLO
    3 avril 2019 - 23 h 19 min

    Gaid Salah, n’est pas , seulement ce simple Chef d’État Major. Sa participation à la guerre de libération nationale lui a donné un regard politique sur sa mission de militaire. Il est manifeste , aujourd’hui , que s’inspirer de la révolution est encore plus nécessaire que de s’en débarrasser d’un président inamovible. C’est pourquoi , la révolution Algérienne est , indéniablement, un grand projet de libération collective qui reste , horriblement , à l’état projet. Il ne reste alors, au Général Major qu’à reprendre les idéaux patriotiques là où ils ont été abandonnés , c’est à dire reprendre la plate forme de la Soummam et passer d’une manière ordonnée à la deuxième république.

    3
    7
    Pourquoi tu fais celui qui ne sais pas.
    3 avril 2019 - 22 h 20 min

    @ Chelabi
    3 avril 2019 – 17 h 52 min

    Si tu avais lu une seule fois le noble Coran dans ta vie.
    Tu saurais que Allah peut agir pour qu’une de ces volonté s’accomplit en choisissant un intermédiaire.
    Cet intermédiaire peut être un humain un objet une rencontre ……………………..
    Qui n’est pas un hasard , mais la volonté d’Allah.
    Un exemple : tu défend une femme qui se fait agressé par des voyous.
    Et il se trouve que son père et très riche.
    Elle te demande ton numéro de téléphone pour te remercier malgré t’es refus tu fini par lui donner.
    Un jour son père t’appelle, il se présente t veut te rencontrer.
    Et de là il veut que tu travail dans l’une de ces sociétés comme responsable , tu fini par accepté.
    Au bout de quelques année tu es directeur de l’une de ces sociétés etc….etc…..
    Et bien cela s’appelle la volonté d’Allah.
    Il donne qui il veut et reprend à qui il veut.
    Allah à donner satisfaction au peuple algérien en la force que possède l’armée en venant du côté du peuple.
    Il se trouve que GAÏD SALAH et le chef d’état major de cet armée le numéro 1.
    Et c’est lui avec toutes l’armée qui ont permis d’inverser la situation en faveur du peuple.
    Par la grâce et la volonté d’Allah.
    Sans l’armée du côté du peuple 20 ans après nous étions encore dans les rues à manifestés.
    GAÏD SALAH était le ministre de la Défense et le chef des armées nommé par BOUTIFLICA.
    Mais entre Boutiflica et là détresses du peuple il a choisi le peuple et lâché Bouteflika.
    Ce qui a conduit que Boutiflica démissionne.
    Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.
    Allah fait croisé les chemins qui en somme est nôtre destin.
    MEKTOUB.

    4
    15
      kouider
      4 avril 2019 - 6 h 44 min

      c’est eloquent, bien dit mais ne me le dit plus!
      pour mon mektoub à moi , ce fut une fille qui s’est éprise de moi durant ,plus d’une année et moi qui la repoussait à cause de son petit nez légerement crochu qu’elle avait hérité de son pere devenu grand administrateur par la suite: il est devenu un faiseur de walis: le mari de la fille est devenu wali et moi j’attends un F3 DE adel
      le mektoub, ça me glace, ça me tue, ne me pârle plus de mektoub !!!
      décidemment, les nez crochus sont de bon augure!

      Chelabi
      4 avril 2019 - 14 h 04 min

      Ya akhi sahah dinak. Rabi yabaath al Annita wal moursaline. Wa ya’mour al moutrafine li youkimou al fassad fil ard (naqatu Salah aalayhi essalam).
      Ton Gaid Salah Houa ahaddin min al moutrafine. Fhamt?
      Donc arrête de mélanger les choses. Cela fait 15 ans que je lis le coran et je le complète 2 fois par mois et tu m’accuses gratuitement de ne l’avoir jamais fait. Soubhane Allah.
      Que dieu te pardonnes.

      Anonyme
      5 avril 2019 - 16 h 22 min

      Va faire ton préchi précha ailleurs et garde ton fatalisme pour toi. Ici nous gardons les pieds sur sur terre.

    Zombretto
    3 avril 2019 - 20 h 34 min

    L’auteur a raison de dire « seul » face à la rue, car si jamais Gaïd Salah essaye de retourner ses troupes contre la rue, je suis sûr et certain que ses troupes et la plupart des officiers et sous-officiers se retourneront contre lui, et il le sait. Il n’a donc aucun pouvoir réel en ce moment. S’il devient menaçant envers le peuple, ça sera du pur bluff, et il le sait. C’est ce qui s’est passé en Iran en 1979 quand la police et l’armée ont désobéi de tirer sur la foule. C’est peut-être ce qui a décidé Gaïd Salah de se mettre – du moins en paroles pour le moment – du côté du peuple.

    10
    4
      RAIS
      4 avril 2019 - 9 h 55 min

      Ils l’ont déjà fait en 1988 sans scrupule sur des gosses de rue et avec des balles explosives creant des dégats
      Pas confiance à ce type il ramase beaucoup de casserole l’affaire de son fils avec le wali d’Annaba, les disputes à Mostaganem avec le fils d’un autre général .En somme ces généraux dafistes(caporaux dan l’armée française) sont une vrai plaies qui a gangrainé l’Algérie.

    Samdit
    3 avril 2019 - 19 h 46 min

    Monsieur Gaid Salah, Est-ce que vous avez déjà vu dans les pays ou les démocraties qui se respectent un militaire déclarer inapte un président à la place du président du conseil constitutionnel ou déclarer la guerre aux corrompus à la place de la justice?

    10
    3
    RAYES EL BAHRIYA
    3 avril 2019 - 16 h 42 min

    LA RUE , la contestation du peuple ALGÉRIEN était contre tout ce regime maffieux dont vous , certains generaux du clan Bouteflika.
    Le peuple a été usurpé encore une fois.
    Le peuple n’avait pas appelé l’armée populaire, pour deposer le président BOUTEFLIKA.
    NON ya GAID SALAH , jusqu’au 06 mars 2019 , tu soutenait le 5e mandat du président Bouteflika.
    Sentant le vent tourner , vous avez fait un pivot de 180 degrés.
    Le peuple n’est pas dupe…
    Il vous degomera tout ou tard.
    Vous voulez remettre le pouvoir au BENSALAH le marocain !!
    Deja que BOUTEFLIKA a été de tout les coups d’État depuis 1962….
    Halte à la trahison encore une fois.
    Vous devez tous partir.
    LA CONSTITION N’EST PLUS DE MISE.
    PARTEZ TOUS ….
    SVP…
    AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD…
    MEME BENFLIS DOIT PARTIR…. LUI AUSSI EST USURPATEUR DU CLAN P.FLN ….
    LE PEUPLE ALGÉRIEN EST TÉMOINS.

    16
    9
    A4
    3 avril 2019 - 16 h 24 min

    Comme je ne peux être ni à Oran, ni à Annaba, ni à Alger, j’écris …

    L’ALGERIE
    Ecrit par A4 – Tunis, le 31 Mars 2019

    C’est parce que l’Algérie est mienne
    Que j’irai même seul dans la rue
    J’irai où les bourrasques m’emmènent
    Là où les rêves n’ont pas disparus
    J’irai à pied, qu’à cela ne tienne
    Voir l’horizon dans lequel j’ai cru

    C’est parce que l’Algérie est mienne
    Que j’irai faire tout ce que je peux
    Pour voir nager les belles sirènes
    Pour voir que la mer est toujours bleue
    J’irai à travers montagne et plaine
    Par temps de tempête ou temps brumeux

    C’est parce que l’Algérie est mienne
    Que j’irai voir pousser les épis
    Pousser les artistes sur la scène
    Les écouter chanter sans répit
    Dans un décor sans fond et sans chaîne
    Sans voile, sans turban et sans képi

    C’est parce que l’Algérie est mienne
    Que j’emporterai pour mon voyage
    Mes utopies, rêveries lointaines
    Mes douces folies qui n’ont plus d’âge
    Sans oublier et même par centaines
    des bouquets de jasmin de Carthage

    31
    4
    Sprinkler
    3 avril 2019 - 16 h 01 min

    Difficile d’oublier que Caïd Salah était la pierre angulaire du système honni…Qu’il en était la colonne vertébrale et le bras armés ! Qu’il nous rappellera toujours qu’il a ete porté au sommet de la hiérarchie militaire par l’EX-président…Je ne crois pas la RUE le lavera aussi facilement des son péché  » originel « …

    22
    5
    elhadj
    3 avril 2019 - 15 h 48 min

    avec les conséquences de sa démission, le président sortant a plombe la volonté populaire par le maintien du gouvernement actuel, tout le conseil constitutionnel ,les 2 chambres et la prise en charge d office de la fonction présidentielle par le président du sénat qui sont tous issus de l ancien système tant décrié par le peuple.de ce fait et comme d habitude les prochaines élections seront faites sur mesure pour une reconduction des mêmes méfaits .a moins qu un remaniement radical sera contraint et opéré par la grâce de la volonté populaire afin d assainir les rouages pollues,moraliser la gestion et instaurer la nouvelle république avec des représentants légitimement désignés par les citoyens.

    FELLAG
    3 avril 2019 - 15 h 32 min

    Prudence,Prudence,ne fetez pas une victoire avant de l’avoir gagner;le chemin est long et nos hommes politique sont à majorité des Bouteflika Bis;ce que de la manipulation et des diversions ne baisser surtout pas vos gardes et continus à lutter pour une vrai indépendance et un pouvoir civil et démocratique;un Bouteflika peut en caché un autre

    14
    Metek
    3 avril 2019 - 15 h 03 min

    Et si malgré tout on decide d’accorder le benefice du doute a l’armée et Gaid salah quand il affirme etre du coté du peuple en voulant appliquer les articles 7, 8 et 102 de la constitution.
    Pour ce faire nous devons chacun de son coté donner des gages de bonne volonté :
    – Concernant le peuple, il doit oublier que l’armée a été la colonne vertebrale de tout les pouvoirs successifs depuis 1962 et plus particulièrement de celui de Bouteflika qu’elle a installé sur le trone et soutenu contre vents et marrées jusqu’à un passé tres recent en ayant soutenu meme son annulation illegale des élections et sa volonté de prolonger son mandat. Gaid salah n’a changé le ton menacant de ces discours qu’apres le3 ou 4 vendredi du mouvement.
    – Concernant l’armée et Gaid Salah, il doit tout simplement provoquer un vide constitutionnel afin de permettre d’installer des vrais instances de transition commme reclamées par le peuple et avec la garantie neutre de l’armée.
    Pour ce faire , il lui suffirait de reediter par 2 fois l’acte qu’il a fait subir a Bouteflika pour le faire demissionner:
    1. Laisser le parlement designer Bensalah pour l’interim et l’obliger a refuser le poste ( c’est legal Bensaih l’a fait en 1991)
    2. Obliger également Belaiz president du CC a refuser le poste.
    3.Obliger Bedoui a faire demissioner l’ensemble de son gouvernement.
    Pendant la durée de toutes ces procedure les peuple auar entre temps designé ses propres instances de transition qui prendrait le relais.
    Allez chiche G Salah et l’armée.. n’est ce pas là une honorable sortie par le haut pour tout le monde mais surtout pour notre chere Algerie?

    8
    13
    Kahina-DZ
    3 avril 2019 - 14 h 21 min

    L’Algérie n’a aucun choix, L’ANP doit accompagner le peuple pour la réussite de la transition.
    Bouteflika a tenu 20 ans, car lui et son clan ( Said) étaient soutenus par des forces étrangères.

    Il faut comprendre une chose: Sans l’aide du peuple notre ANP aurait été discréditée par nos ennemis.
    Merci au peuple qui a aidé L’ANP à accomplir son devoir.

    Avant 20 ans , LANP ne pouvait rien faire car le peuple n’était pas sorti pour demander le départ des prédateurs.
    La sortie du peuple dans les rues a donné la légitimité d’agir à L’ANP.
    L’ANP + PEUPLE = L’ALGÉRIE.

    34
    22
      LePeupleDeNovembreQuiRenait
      3 avril 2019 - 14 h 56 min

      En aucun cas,il ne faut baisser la garde.
      Le départ de Boutelika est le resultat de la pression populaire et non de la pression de Gaid Salah qui n’est pas L’ANP.L’histoire se repète.En 1962,l’independance qui fut le fait du peuple (soutien indefectible aux combattants moudjahiddine,manifestations grandioses defiants les paras du sinistre bigeard,grèves…).Malheureusement l’armée des frontières profitant de l’épuisement des valeureux combattants des wilayas du centre face aux offensives du puissant bigeard soutenu par les forces de l’otan,s’est accaparée de l’indépendance durement gagnée par le peuple de Novembre.En 2019,le mème scenario risque de se répéter.Gaid Salah declare à qui veut l’entendre qu’il ne tente rien en dehors de la constitution qu’il respectera dans l’esprit et la lettre.Entendez par là si l’article 102 a porté ses fruits ,alors les 3B seront maintenus (Bedoui,Bensalah et Belaiz).Autrement dit,le mouvement populaire n’aura servi à rien,etant entendu que la feuille de route proposée par bouteflika est celle qui sera appliquée.Les personnalités emblématiques qui ont émergé du mouvement populaire sont ignorées et complètement écartées.La transition reste sous le controle du régime.Bouteflika s’est sacrifié pour la survie du système.

      15
      4
        naaja
        3 avril 2019 - 16 h 55 min

        votre esprit revanchard vous perdra. vous devenez insuportables . si je suis votre raisonnement vider les villes comme en 62 et ceux qui n’ont rien eu s’approprient idem pour les terres et terrains . chercher ceux qui ont donne les societes nationales a des vereux etc…. allons jusqu’au bout et vous verez la guerre sera la fatalite

        8
        4
    Sadral
    3 avril 2019 - 14 h 15 min

    On espère maintenant la mise en place d’un gouvernement d’Union Nationale composé de technocrates et des acteurs de la société civile , ensuite il faudra s’atteler a nettoyer le fameux fichier électoral national et mettre en place une vraie commission neutre pour organiser et contrôler les élections a la place du ministère de la fraude… pardon de l’intérieur…et c’est maintenant que le peuple doit être vigilant pour ne pas se faire déposséder de ses nouveaux acquis démocratiques car les opportunistes/khobsistes vont sortir du bois.

    Et pour le Slogan du Vendredi ….. » Le peuple exige le départ des 3B : ‘Bédoui, Bensalah et Bélaiz. »

    5
    4
    La Viriti
    3 avril 2019 - 13 h 18 min

    Bravo Mon Général !
    Ce ne sont pas les cris de singes des derniers suppots de Boutef qui nous feront dévier de notre reconnaissance.
    Vous avez moderniser l’ANP pour en faire une puissance régionale reconnue et respectée et surtout vous avez executé, pour le peuple algérien, la famille Bouteflika et leur sale tribu.
    On sait tous que les harkis qui ont servi Bouteflika vont laisser des mines derrière eux ou saboter tout ce qu’ils pourront, parce qu’ils sont à l’image de Bouteflika.
    Vous êtes un algérien authentique, contrairement à la racaille au pouvoir depuis 1999 et vous avez agit avec beaucoup de sagesse et de ruse pour les éliminer alors qu’eux s’étaient donnés corps et âme à des puissances étrangères pour rester au pouvoir.

    Les quelques critiques vous concernant sont ultra minoritaires et même s’ils essayent de faire du buzz, on sait tous que ce n’est que ce qu’il leur reste à ses serviteurs de ce félon de Bouteflika.
    Merci aux habitant de Kherrata qui sont sortis en février de cette année pour refuser la monarchie marocaine degueulasse des Bouteflika…merci aux Khencheli d’avoir arraché le poster géant montrant cet être hideux et de l’avoir déchirés….Merci au peuple algérien et merci mon général ! Les algériens vous seront reconnaissants à vie !

    Aidez nous à démarocaniser l’état algérien, car nous avons un long travail de reconstruction à réaliser vu les ravages de cette rassa khamja sans principes…

    Le peuple algérien est à la hauteur pour élire qui il souhaite et il le fera très bien ! Diriger l’ANP et notre sécurité est désormais votre noble mission avec nos enfants.

    Nous serons à vos côtés et vigilants dorénavant. les Bani Wakha sont désormais des cibles.

    15
    18
      Marcus
      3 avril 2019 - 14 h 35 min

      les temps ne sont pas encore aux liesses ni aux prédicats honorifiques et aux marques de respect en usage dans la diplomatie et la noblesse, dans un paysage politique chaotique il y a encore du chemin à faire, et tout reste à faire , la tendance servile, le culte de la personnalité est une seconde nature chez beaucoup, quand on n’entend pas « son excellence » on entend maintenant  » mon général »
      peut être devrions nous rappeler à certains que le plus gradé dans le règlement militaire est le civile , et le pouvoir est au peuple , générale ou maréchal, ou général major ou président de la république sont tous des fonctionnaires de l’état qui devraient être au service de la communauté (du peuple)
      et ton général et tous le monde devraient prendre leur responsabilités le travail est loin d’être finit le gus

      11
      6
        Anonyme
        3 avril 2019 - 15 h 32 min

        La liesse se justifie pour ma part dans le départ et la neutralisation des escrocs et des saboteurs au pouvoir depuis 1999.
        Concernant ton analyse de salon avec wifi fibre optique, elle ne m’importe que peu…On connait les beaux parleurs et pseudo analystes, qui souvent vont dans le sens du vent et toujours les premiers pour se jeter sur le fruit de sacrifices…

        Mon général est une marque de respect et pas un culte de la personnalité…Et Gaid salah ne demandera jamais à ce que l’on se prosterne devant son tableau comme Bouteflika…Tu piges ?

        7
        6
          Marcus
          3 avril 2019 - 17 h 07 min

          eh, qui es tu? d’ou tu sors ? je ne suis pas ton psy alors du vent!

          4
          5
    Anonyme
    3 avril 2019 - 12 h 37 min

    je ne veut pas se l a jouer psycho et au risque de me répéter mais le fait qu on slogue l armee ET le peuple ça tendance a m agacer!
    pour moi (ce qui est logique) l armee fait partie du peuple ç est l ancienne politique qui sépare les algérien en deux institutions pour mieux les contrôler sinon il y a q un peuple composé de civils et militaires de même souche de même parents de même famille. mais c est a vous de voir…

    11
    Nasser
    3 avril 2019 - 12 h 35 min

    Ce titre « Après la démission de Bouteflika » n’est pas le même que sur le facebook (plus provocateur) qui est « après avoir écarté Boutefika » …🤣

    7
    2
    Nasser
    3 avril 2019 - 12 h 28 min

    Il n’est pas « écarté »! Il a démissionné. On a l’impression que AP dans la provocation avec Gaid Salah🤨 « et maintenant que vas-tu faire, hein! » semble lui répondre AP.

    9
    1
    Bonano
    3 avril 2019 - 11 h 54 min

    Donc dans la logique et conformément à la constitution c’est bien le Marocain Bensalah qui assure la fonction de président de la république démocratique et populaire Algérienne !ya pas une anguille sous roche ?

    7
    12
    Kenza
    3 avril 2019 - 11 h 25 min

    Parce qu’il croit qu’on va en tenir compte….il peut toujours rêver ! Cette lettre de démission je la mettrais à la poubelle car Boutef n’a pas démissionné, Boutef s’est fait éjecter par le peuple et son armée.
    Cette lettre c’est juste une façon de dire que jusqu’à la fin et même après moi, le peuple algérien et son armée devront se plier à ce que j’ai décidé MOI VOTRE DIEU !

    28
    27
    Chelabi
    3 avril 2019 - 11 h 25 min

    Aujourd’hui 3 avril, le compte à rebours a commencé pour Gaid Salah.

    34
    47
      C'est infiltrés sont comme des morpions
      3 avril 2019 - 16 h 54 min

      @ : Chelabi
      3 avril 2019 – 11 h 25 min

      Dégage sur les site Morocon Bladinet.
      Nous sommes 40.millions sous les ordres de nôtre Maréchal d’état major GAÏD SALAH.
      ALLAH envoi des intermédiaires parmi les humains pour réaliser certaines de ces volontés .
      ALLAH nous a mis l’armée de nôtre côté en la personne qui est à sa tête.
      Le maréchal GAÏD SALAH.
      J’ai été gentil de perde mon temps en t’expliquant ça.
      Mais le peuple algérien le sait.
      Et c’est ça l’essentiel.
      Toi tu n’est qu’un infiltré parmi tant d’autres sur nos blogs.

      9
      2
        chelabi
        3 avril 2019 - 17 h 52 min

        Tiens tu viens de le gratifier d’une promotion. Il vient d’être nommé par tes soins Maréchal. Allah Ghaleb Hada wach kayan fa rass.
        Un conseil cependant : crains Dieu et ne blasphème pas. Dieu envoie des propĥètes et des messagers pour dire et apprendre aux gens à faire le bien. Quant aux hommes, il y en a ceux qui font le bien et d’autres qui font le mal. Gaid Salah est plutôt de la seconde catégorie. Alors ahcham aala aslak et ne mêle pas Dieu à ces histoires de voyous.

        5
        1
    Abou Stroff
    3 avril 2019 - 11 h 22 min

    je pense que la « rue » ne doit jamais oublier que boutef ne fut que le parrain d’une marabunta dont les démembrements sont toujours en poste et risquent de se réapproprier le pouvoir en cooptant un des leurs jusqu’à présent non-visible.
    en d’autres termes, la « rue » doit continuer à faire pression pour que le système bouteflikien soit complètement démonté pour être jeté aux oubliettes.

    16
    2
    Khorrotov
    3 avril 2019 - 11 h 11 min

    « Il faut attendre d’avoir traversé toute la rivière avant de dire que le crocodile a une sale gueule ». C’est un proverbe africain dont ceux qui encadrent la rue, doivent s’en inspirer. Les revendications ne doivent pas être formulées à l’emporte-pièce, à tout-va, au vu de la situation évolutive du climat politique. Tout est question de rapport de force où il est fondamental d’observer scrupuleusement le timing des revendications. Pour le moment, Il ne faudrait pas se mettre à dos celui qui sert ta cause et la sienne en catimimi, à fortiori qu’aucun réprésentant de la contestation populaire n’a encore émergé jusque là. Chaque chose en son temps.

    15
      Rayés AL Bahriya
      4 avril 2019 - 3 h 02 min

      Bravo A4…
      Votre Ilyade Algérienne me fait pleurer …de joies
      de chaudes larmes. ..
      Merci A4…
      Bienvenue dans ta seconde patrie L’Algérie. ..

        A4
        4 avril 2019 - 8 h 22 min

        Merci beaucoup.

    dal G ri
    3 avril 2019 - 11 h 10 min

    Bonjour a tous c est grand jour a marquer d une pierre blanche du poids d un camion qu on mettra devant la grande poste de façon qu on oubli pas ce jour d indépendance du 2 avril 1019 a la gloire du peuple algérien ,,,vive nous

    3
    2
    Raïna
    3 avril 2019 - 10 h 55 min

    Gaïd Salah avait soutenu et cautionner un 3éme et 4éme mandat jusqu’à vouloir nous imposer même un 5éme mandat il y a si peu de temps.Aujourd’hui il crie au diable qu’une bande de malfrarts dirige le pays dans un cadre anticonstitutionnel!!! pourquoi a t il accepter depuis 2013 avec tous les remaniements ministeriels d’être reconduit a son poste de vice ministre de la défense et de faire partie integrante d’un gouvernement illégitime??

    44
    7
      A
      3 avril 2019 - 19 h 40 min

      10 sur 10 pour vous, il y aura toujours des judas, l instinct de survie est plus fort .

    Mir
    3 avril 2019 - 10 h 48 min

    C’est quoi la suite ?
    Le Conseil constitutionnel va enfin daigner se réunir pour proclamer la vacance du poste ?
    Bensalah va entrer en scène et prêter serment devant ce même Conseil ?
    Et on va applaudir à cette mise en scène?
    Quid de ce gouvernement nommé en catimini ? il va partir ? rester ?
    Ou bien tout le monde va démissionner et on attendra que Gaid Salah nous dise quoi faire ?
    Qui va dialoguer et négocier avec qui ?
    Trop de questions, peu de réponses.

    11
    3
    Anonyme
    3 avril 2019 - 10 h 46 min

    Le très intelligent et très influent-puissant Général Mohamed Médienne dit Tewfik qui a tenté de convaincre,
    De duper où de soudoyer, l’honnete et courageux Général Liamine Zéroual est sorti fortement discrédité par le peuple très méfiant, et prudent, des manoeuvres secrètes douteuses

    Le Général Mohamed Médienne doit quitter la politique avec dignité et honneur, se consacrer paisiblement A sa retraite, et surtout laissé le peuple tranquille prendre son destin entre ses mains, civiquement, Et pacifiquement pour restaurer la Justice, la Transparence, la Démocratie, et l’Etat de Droit qui protège
    Les faibles contre l’arrogance, le mépris, les dépassements des clans puissants de l’argent sale et leurs Commanditaires-protecteurs qui ont mené le pays à la faillite morale des valeurs, et économique
    C’est la fin d’un système sécuritaire,de chape de plomb, et répressif!!!

    33
    15
      Tu rigole ou quoi ! !!!
      3 avril 2019 - 14 h 29 min

      @ Anonyme
      3 avril 2019 – 10 h 46 min

      C’est lui leur chef suprême à tous ces mafieux.
      Ce sont les juges qui donneront le verdict sur ce qu’il en cours.
      Et pas à toi ni à moi.
      Mais il n’est pas un saint ou si non ça se saurait.

    Sadral
    3 avril 2019 - 10 h 31 min

    Une des phrases clé du communique du MDN/Gaid Salah  »…..Nous soutiendrons le PEUPLE jusqu’à ce que ces revendications soient entièrement et totalement satisfaites. » Et aux dernières nouvelles, les militaires ne sont pas des poètes donc tous ce qui est dans le communiqué sera appliquer.
    Et on rappele que c’est le mouvement du 22 février qui a obligé l’ANP a prendre ses responsabilités.
    Et pour Gaid Salah, il partira avec les honneurs le moment opportun car le temps de la légitimité révolutionnaire est révolue..place aux jeunes dans toutes les institutions sans exception. Et Tahya El Djazair

    29
    2
    Anonyme
    3 avril 2019 - 10 h 16 min

    Youpiii vive les gininars!!!!!

    17
    7
    Abou Langi
    3 avril 2019 - 10 h 05 min

    Gaid Salah peut s’offrir une meilleure sortie de la scène en respectant son serment.

    « Aussi, je suis avec le peuple et à ses côtés pour le meilleur et pour le pire, comme je le fut par le passé, et je m’engage devant Allah et devant la patrie et le peuple que je n’épargnerai aucun effort à cette fin, quoi qu’il m’en coûtera ». (communiqué du Ministère de la Défense Nationale)

    Et le peuple lui sera reconnaissant.

    Le monde lui est témoin .

    .

    36
    5
    L'ARMÉE DOIT CONTINUER À ÉPAULÉ LE PEUPLE JUSQU'AU BOUT
    3 avril 2019 - 9 h 42 min

    ALLAH NOUS A ENVOYÉ L’ARMÉE À NOS CÔTÉ PAR L’INTERMÉDIAIRE DE GAÏD SALAH ET CES CENTAINES DE MILLIERS DE MILITAIRES ISSUS DU PEUPLE QUI L’ONT TOUS SUIVIS DANS SON ACTION DE LIBÉRÉ LES 41 MILLIONS D’ALGÉRIENS.
    QUI SOUFFRENT DEPUIS 62.
    SAUF PENDANT LA PÉRIODE DU COLONEL HOUARI BOUMÉDIÈNE ALLAH YARHAMOU.
    QUI A ÉTÉ TUÉ PAR CES MÊMES MAFIAS DE L’ÉPOQUE.
    HAMDOULLAH HAMDOULLAH HAMDOULLAH CHOKRONE ALLAH
    QU’ALLAH NOUS A LIBÉRÉ PAR NOTRE ARMÉE.

    24
    57
      Anonyme
      3 avril 2019 - 10 h 42 min

      Hier il nous a envoyé Bouteflika pour nous guider.
      Aujourd’hui il nous envoie Gaid Salah.
      Il doit avoir un gros stock de prophètes dans sa salle d’attente.
      Arrêtez de blasphémer et d’associer Allah à vos délires. Et Changez de médicament ! ou de Psy.

      46
      5
      Chelabi
      3 avril 2019 - 11 h 33 min

      Allah envoie des prophètes et des messagers. Des gens nobles qui invitent au bien et combattent le mal. Les mécréants, eux, sont les affidés du shaytan.

      15
      6
    Belo
    3 avril 2019 - 9 h 27 min

    Contrairement à boutef,nous espérons que Gaid Salah sera toujours avec le peuple et il sortira par la « Grande Porte » avec les honneurs dus a son rang de grand moudjahed.

    31
    37
    EL Che
    3 avril 2019 - 9 h 20 min

    PHÉNIX Créature sacrée, associée à l’immortalité, le Phénix renaît de ses cendres.

    Oiseau de feu, le Phénix est un animal noble et sacré, dont la perfection est telle, qu’il n’en existe qu’un seul. Il n’a aucun congénère, ni descendant. Il est très indépendant et ne se laissera jamais apprivoiser.

    Son principal pouvoir consiste à renaître de ses cendres. Tous les cinq cents ans, il doit régénérer ses forces par le feu. Le Phénix cherche alors un haut sommet, loin et isolé de tout et se fabrique un nid d’épices et d’herbes aromatiques. Il se place dedans et ses plumes prennent feu, embrasant le nid. Sa combustion dure trois jours et ne laisse qu’un tas de cendres chaudes. De ces restes, jaillit alors un nouveau Phénix……..

    Tahya AL Jazayer w Allah Yerham Echouhada

    14
    6
    maori
    3 avril 2019 - 8 h 59 min

    Le constat amer est là: après 57 années d’indépendance l’Algérie n’est pas encore un pays démocratique, régi par des textes fondamentaux et institutions indépendantes, donc non à la solde et non liguées au pouvoir du moment, républicaines et qui permettent au peuple de désigner ses dirigeants en toute liberté et majorité. Il a fallu une révolution pacifique et l’intervention du commandement de l’armée, elle aussi pacifique grâce à Dieu, pour mettre dehors un système dévoyé et dictatorial.Mais il s’en est fallu de peu pour que le pays versa dans un bain de sang et de destruction. El hamdouli Allah que tous les Algériens, l’armée y compris, ont retenu les lessons des années 90. Bien entendu, les Algériens ont été admirables et son armée aussi. Il suffit maintenant de ne pas tomber dans l’excès et Vilipender tout le monde à tour va. Gaid Sallah et à ne pas douter tout le commandement de l’armée, ont pris ensemble la décision de faire partir bouteflika et bien entendu son clan. Gaid Sallah n’a pas du prendre la décision seule, s’il est le chef de l’armée ilen est aussi le porte-parole. pour cette raison, quoi que l’on peut penser, il ne faut plus le décrier car c’est l’armée que l’on décriera. Cependant, il faut rester vigilants pour que les changements démocratiques que le peuple réclame soient réalisés sans perdre de temps et dans la continuité du mouvement populaire.

    15
    17
    R. Mahmoudi Ne parlait pas au nom du peuple
    3 avril 2019 - 8 h 56 min

    @ : Mahmoudi l’auteur de cet article de presse.
    Les animateurs et activistes à l’avant-garde de ce mouvement c’est le peuple .
    Ce n’est ni vous et ce que vous avancer ici comme mensonges contre le Général GAÏD SALAH.
    Le peuple sait parfaitement qui si général GAÏD SALAH et l’armée dont il est le chef suprême n’avait pas été du côté du peuple.
    Les manifestations auraient pu durer comme encore 10 ans sans aucun résultat.
    Le chef d’état major GAÏD SALAH n’est pas un politique mais un militaire.
    Il ne s’occupait pas de la gestion politique .
    Il s’occupait de la gestion de l’armée qui n’est vraiment pas facile par ces temps qui courent.
    Le général GAÏD SALAH si il n’y avait jamais eu de manifestations il n’aurait jamais pu en créer une lui même de son côté , car il aurait été mis au arrêt immédiatement pour un putsch contre son pays.
    Mais la il a décider de fusionner en se ralliant à la juste cause que revendiquait le peuple.
    Car un militaire n’est la que pour son peuple est son pays et certainement pas avec des politiciens et affairistes mafieux qui agissaient contre le peuple.
    Toute l’armée avec tout ces militaires des centaines de milliers sont avec les décisions de GAÏD SALAH. Car tout ces militaires sont eux mêmes issus du peuple.
    (…)
    GAÏD SALAH est âgé et n’attend plus rien de cette vie. Ni pouvoir ni argent ni prestige. Il veut servir 40 millions d’algériens en s’alliant à eux et qu’il se souviennent tous de sont nom comme tous les valeureux chouhadas qui sont tombés pour l’Algérie.
    Aujourd’hui il va rendre la victoire aux millions de chouhadas qu’ils leurs avait été confisqué dès 62 à leurs petits enfants.
    Et il s’en ira en paix, en son âme et conscience.

    15
    44
      Anonyme
      3 avril 2019 - 10 h 58 min

      On l espère…Gaïd Salah ne doit pas faire comme Bouteflika qui s est accroché au pouvoir…
      L armée doit rester dans les casernes,elle ne doit être qu à la disposition du peuple pour assurer la transition et la mise en place d une vraie république !!!
      Place au peuple,y en a marre de la dictature militaire….

      10
      2
    saad odhar
    3 avril 2019 - 8 h 45 min

    ça s’opportunise par brassées dans la politique ,tout le monde va se recycler maintenant les flneux rndeux avec ses redresseurs de la 25ieme heure,l’opposition quotatés ( quotas) quoteleux , djeneralouates pour preserver la fortunes incommensurables de leur progenitures pour lesquels ils sacrifieraient certainement leurs sous traitants haddad and co pour donner le change les deputés , ministres busnemans les senateurs affairiste .etc…..alors qu’ils etaient jusqu’ à aujourd’hui avec Boutef ou said plus royalistes que le roi.et c’est avec ce même personnel qu’ils pretendeNT apporter du changement.?

    44
    1
    Thizizoua
    3 avril 2019 - 7 h 58 min

    Pour le moment le cas du Chef d’Etat major, Gaid Slah, ne peut être prioritaire. Le Mouvement populaire devrait continuer d’exercer une forte pression de manière pacifique, comme il le fait jusqu’à présent afin d’obtenir la mise en route de l’article 7 et l’avènement d’une nouvelle équipe dirigeante que la majorité du peuple espère plus saine et plus efficace dans la gestion du Pays.
    L’armée devra dans un futur proche démontrer qu’elle est en symbiose avec les revendications et souhaits du Peuple algérien, notamment, sa Jeunesse, en procédant à un toilettage en son sein dans le but d’extirper les éléments corrompus et néfastes qui la gangrène depuis des années. Ces éléments qui se permettent des passes droit et qui ne respectent ni les lois ni la Constitution, ils en existent malheureusement à l’intérieur de notre armée.
    Le Peuple exigera certainement le moment venu que le Commandement militaire s’explique sur le fait d’avoir tolérer et même soutenu un pouvoir qui s’avère maintenant extra-constitutionnel et, aussi d’avoir donner sa bénédiction au troisième et quatrième mandats du président sortant tout en sachant que lesdits mandats ont été obtenus dans l’irrespect de la constitution et de la volonté populaire.

    37
    6
    Gaid Salah
    3 avril 2019 - 7 h 44 min

    Même les enfants très inquiets parlent de Gaid Salah et attendent ses déclarations qui pour eux aussi devraient éviter la fatalité.

    Maintenant tout le monde au travail !!!

    29
    31
    Anonimaoui
    3 avril 2019 - 7 h 39 min

    Nous sommes entrés de plein pied dans une zone de fortes turbulences où Gaid Salah est seul à incarner le système face au mouvement populaire. Il est mis devant ses responsabilités.

    30
    12
    Bouzorane
    3 avril 2019 - 7 h 18 min

    Il faut opter pour un Nationalisme pur et dur.
    L’Algérie ne doit plus être assimilée à un groupement régional quel qu’il soit : ni monde musulman ni monde arabe, ni Maghreb, ni Afrique du nord, ni MENA… L’Algérie doit s’inspirer du modèle américain qui a su opérer une rupture totale avec l’Europe, s’est libéré de «l’appartenance européenne» et a évolué d’une manière autonome. Et le résultat est là : ce n’est plus les USA qui sont sous tutelle européenne, c’est l’inverse.
    Après la décolonisation de 1962, l’Algérie doit consolider son indépendance et sa souveraineté. Elle doit se libérer des peurs et des sentiments d’insécurité qui la poussent jusqu’à aujourd’hui à se chercher des «alliés», des «frères».
    Les seuls frères des Algériens sont les Algériens eux-mêmes.
    Les seuls alliés de l’Algérie sont son peuple et son armée!

    52
    25
      Bouzorane
      3 avril 2019 - 8 h 25 min

      Pour une 2ème République Ultra-Nationaliste Algérianiste, qui mettra fin à toutes les idéologies internationalistes.
      Ni arabo-islamisme.
      Ni nord-africanisme
      Vive l’Algérie Algérienne et Algérianiste.
      Seule l’Algérie compte.
      Seule l’Algérie existe.
      Ni nation arabe. Ni oumma islamiya. Ni maghreb. Ni MENA. Ni tamezgha
      Seule la Nation Algérienne existe.
      Il n’existe nulle autre nation

      19
      20
      Nationalisme ???
      3 avril 2019 - 10 h 25 min

      Nationalisme

      « … l’avenir de la nation ne résulte pas essentiellement d’un projet rationnel, mais se confond avec une mission sacrée, inscrite depuis ses origines dans un héritage à défendre, un corps de valeur à répéter fidèlement. L’explosion des nationalismes a donc permis l’extension à l’échelle planétaire de véritables religions séculières, dans laquelle la nation sert de foyer de transmutation de la symbolique religieuse. »
      Jean Plumyene – Les nations romantiques, 1979

      Définition du nationalisme

      Etymologie : du latin natio, naissance, extraction, dérivant de natus, né.

      Premier sens : le nationalisme « libérateur »
      Ce nationalisme est une doctrine et une action politique qui visent à l’indépendance d’une nation lorsqu’elle est placée sous une domination étrangère. Le nationalisme peut aussi chercher à défendre une culture opprimée ou niée par un occupant ou dissoute au sein d’un ensemble plus vaste.

      Le nationalisme s’appuie alors sur l’unité historique, culturelle, linguistique de la population (Voir Nation). Il est fondé sur le principe d’autodétermination des peuples (« droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ») avec pour conséquence la souveraineté populaire et l’indépendance de l’État sur un territoire national.

      Ce mouvement, qui s’est développé au XVIe siècle, a abouti à la création de nations indépendantes (Grèce, Italie, Allemagne). La fin de la Première Guerre mondiale et la chute des Empires allemand, austro-hongrois et ottoman ont conduit à une autre vague de créations d’Etats indépendants : Pays baltes, Pologne, Finlande, Yougoslavie, Turquie…

      Lorsqu’il s’agit de revendications par une communauté particulière au sein d’un Etat-nation plus étendu, on parle de régionalisme, d’autonomisme ou d’indépendantisme, suivant le degré souhaité d’autonomie.

      Second sens : le nationalisme « dominateur »
      Au sein d’un Etat-nation existant, le nationalisme « dominateur » est une idéologie politique qui donne la primauté à la nation par rapport à toute autre considération dans les relations internationales.

      Ce nationalisme peut trouver son origine dans des peurs provoquées par des dangers extérieurs ou par un ennemi intérieur (xénophobie, antisémitisme). Il conduit alors à un certain isolement et au retour vers le système de valeurs sur lequel est fondée la nation. Le nationalisme est une des caractéristiques du Front National en France et des nouveaux mouvements politiques d’extrême droite européens.

      Lorsqu’il découle d’une volonté de puissance, de grandeur et de domination, le nationalisme conduit alors à un expansionnisme agressif (impérialisme, colonialisme), cherchant parfois une justification dans l’Histoire même très ancienne. Ainsi, dans la première moitié du XXe siècle, le nationalisme a été à l’origine du fascisme italien et du national-socialisme allemand (nazisme).

      5
      4
    El Vérité
    3 avril 2019 - 7 h 12 min

    Le pire reste à venir le monstre à perdu une partie de son corps mais pas la totalité, attendant quelques jours pour constater l’état de ce monstre sans foi, ni loi, y’a pas si longtemps Mr Gaid Salah soutenu ce monstre et même il était son protecteur

    59
    11
    el ghorba
    3 avril 2019 - 7 h 07 min

    Pourquoi ce titre équivoque ?
    Il faudrait plutôt titre Gaid Salah avec le peuple !
    Le peuple est et sera encore reconnaissant envers l’armée qui est un tout , donc avec Gaid Salah et elle demande qu’il accompagne la transition pas qu’il la mène comme vous le suggérez, nuance !
    L’armée est associée à la transition menée par des représentants du peuple, consensuels pour le peuple et l’armée.

    39
    51
      el ghorba
      3 avril 2019 - 9 h 37 min

      Rectificatif:
      Le peuple demande à l’armée de l’accompagner dans la période de transition.
      L’armée ne doit pas faire la transition seule, la souveraineté est au peuple.

      21
      3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.