Benjamin Stora : «L’antagonisme entre Bouteflika et l’armée est très ancien»

Boute Stora
Abdelaziz Bouteflika à côté du général-major Ahmed Gaïd-Salah. Archives/New Press

Par Lina S. – L’historien français connaisseur de la question algérienne, Benjamin Stora, a fait remarquer que Bouteflika «a voulu rester maître de son agenda jusqu’au bout mais il n’a pas réussi». «Pourtant, a-t-il affirmé sur France 5, Bouteflika – là c’est trop tôt pour le dire, mais en tant qu’historien je le dirai quand même – a accompagné l’histoire et tout le processus historique de l’Algérie indépendante».

Le Président démissionnaire «n’a, par conséquent, pas exercé le pouvoir pendant vingt ans comme on le dit maintenant, mais il l’avait exercé aussi quand il était ministre, et pas dans n’importe quel ministère, pendant seize ans. Si bien qu’au total, Abdelaziz Bouteflika a été dans l’exercice du pouvoir à différents niveaux de responsabilité pendant trente-six ans», a rappelé l’auteur d’Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance. «C’est considérable», s’est-il exclamé, en soulignant qu’«aucun chef d’Etat algérien n’a eu cette longévité de l’exercice du pouvoir, ni Boumediene ni Chadli Bendjedid n’ont été si longtemps dans l’exercice réel et pratique du pouvoir».

Benjamin Stora a relevé que Bouteflika «a tenté de faire en sorte que le pouvoir soit civil et pas militaire», en précisant que «l’antagonisme entre Bouteflika et les militaires est très ancien», tout en exprimant son étonnement quant à la «rapidité de l’effondrement de ce fameux clan de Bouteflika». «Etait-il si solide que ça ?» s’est interrogé l’historien pour qui «les Algériens qui sont dans la rue savent que derrière cette histoire de clan familial, d’entrepreneurs, d’oligarques, etc., c’est beaucoup plus compliqué que ça, parce que la question de la corruption, la façon de fonctionner, le système mafieux est en place depuis bien plus longtemps que l’avènement de Bouteflika lui-même». «C’est toute une mentalité qui existe dans le pays», a-t-il dit.

Evoquant l’aspect économique qualifié de «plus gros échec d’Abdelaziz Bouteflika», Benjamin Stora a affirmé qu’«il ne suffit pas d’écrouer quelques personnes pour faire disparaître le clan et changer l’Algérie». «Le système tel qu’il a été mis en place et les fortunes qui se sont constituées renvoient à un type de fonctionnement économique du pays qui est extrêmement obsolète et qu’il va falloir absolument changer dans les années à venir», a-t-il conclu.

L. S.

Comment (26)

    ANONYME 1
    4 avril 2019 - 23 h 46 min

    Que Benjamin Stora nous parle de ses compatriotes (juifs) de France qui ont mit la main dans les soulèvement de la population en Algérie, pour exemple je ne cite que ce qu’à dit Kouchner en février 2010 et qui a nécessité la réponse de certains responsables de l’époque.

    Kouchner avait à l’époque dit que nous attendons que les anciens de la révolution partent (ou meurent de vieillesse) et seront remplacé par des jeunes.

    Et actuellement il y a des écrits qui circulent sur les réseaux sociaux (Facebook) , demandant qu’au prochain soulèvement (Vendredi 5.4.2019) les citoyens doivent demander à ce que le MALG, le DRS FLN et ALN, doivent être écartés car ce sont eux le système.

    Ce qui revient à dire que c’est ce qu’à demandé Kouchner et autres juifs de France un certain mois de février 2010.

    5
    4
      Elephant Mzn
      5 avril 2019 - 6 h 34 min

      @Anonyme 1
      Une syrisation de l’Algérie est planifiée depuis longtemps par l’axe Washington Tel-Aviv.
      La guerre terroriste sioniste par procuration en Syrie était également planifiée bien avant que celle-ci ne débute en 2011, Roland Dumas ex MAE français a déclaré en avoir été informé au moins 5 ans avant in UK.

    TOLGA - ZAÂTCHA
    4 avril 2019 - 22 h 00 min

    Mr. Stora, sincèrement, connaissez-vous RÉELLEMENT l’ex-président Mr. Bouteflika, du moins sa personnalité narcisso-névrotique ? C’est une personne très introvertie. Demandez à un psychologue de vous dresser une analyse scrupturale de sa personnalité. Vous serez édifié ! Mais je suis plus que sûr que vos amis et SES amis qui sont les mêmes que les vôtres savent parfaitement et exactement tout de Abdelaziz…

    Zaatar
    4 avril 2019 - 18 h 40 min

    On oublie fatalement la nature de l’homme. Vous pensez que celui qui travaille dans la production de miel ne sera jamais tenté de goûter à chaque fois et chaque jour ? Vous pensez que celui qui se trouve devant des possibilités de s’en mettre plein les poches va se gêner. Arrêtez de divaguer les gars. Tout le monde sait que l’être humain est ainsi fait, que c’est dans ses gènes et que c’est tout à fait naturel. Maintenant il est vrai. Il faudrait que la société s’organise pour qu’il n y ait pas ces dépassements que l’on a constaté depuis 62. Autrement dit il faudrait que les responsables soient des élus du peuple qui ne rendent compte qu’au seul peuple et que la justice soit totalement indépendante dans le pays.

    8
    8
    Elephant Man
    4 avril 2019 - 18 h 13 min

    Mr l’historien Stora parlez-nous donc de la corruption en France sans oublier l’entité sioniste qui n’est pas en reste Netanyahou …

    18
    14
    Walho
    4 avril 2019 - 18 h 09 min

    @kahina-dz L’Algerie est malade , maladie qui lui a été transmise par un virus nomme  » Parti du Front du Luxe et du Nepotisme  » . L’Algerie n’avancera jamais d’un iota tant que ce parti sera sur la scène politique . Alors , il faut
    l’extirper de ce corps en reprenant le sigle  » FLN  » et le mettre au musée de la révolution .Alors que tout Algérien
    ne sur cette terre sacrée est automatiquement et de droit
    membre du Front de Liberation Nationale , n’avons-nous pas vu et entendu des militants de ce parti scander a tue-tête  »Jebhatou tahriri aateynaki aahda » comme si ce couplet de notre hymne national a nous tous leur appartenait en propre . Et pour corroborer mes écrits demandez-vous ou logent actuellement d’anciens dirigeants et responsables de ce parti  »tiroir caisse ».
    Chérif abbes et saidani en sont les meilleurs exemples.
    Et des comme eux , les  » levriers de la france  » , on peut en trouver treize a la douzaine.Sur injonction de ses commanditaires , ce parti du front du luxe et du népotisme essaiera par tous les moyens en son pouvoir de pousser l’Algérie vers les abysses de la déchéance et de la dislocation . Ce parti a été avec benbella , Boumediene et Bouteflika le fossoyeur des espérances du peuple algérien . Et il le sera toujours tant qu’il utilisera le sigle  » FLN  » .

    8
    4
    El Vérité
    4 avril 2019 - 16 h 37 min

    Il faut un nettoyage complet de tout les corrompus des dirigeants, des Ministres, des Walis, Fonctionnaires surtout les Douaniers, les ex président de APN et une majorité de députés qui ont acheté leurs siège avec des milliards de Dinars, et autre certains même avec une carcasse de maison de deux étages à l’est du pays Skikda

    12
    Kahina-DZ
    4 avril 2019 - 16 h 06 min

    Oui la corruption a toujours existé…Mais Bouteflika a fait de la corruption une culture et un mode de vie. C’est ça la différence… Ce qui a déstructuré toute la société Algérienne.
    Bouteflika n’était sûrement pas seul dans sa besogne. C’est ce qu’il faut discuter et éclaircir, si on veut reconstruire la nouvelle Algérie.

    20
    6
    Anonyme
    4 avril 2019 - 15 h 43 min

    @Agree Mr Stora APPROVED. En plus de ceux qui sont cités, YES certains Généraux et le Chef D’Etat Major, Tiba, Djamai, Saadani, Rebrab et beaucoup d’autres fonctionnaires dans les ministères, les douanes, …. doivent passer par des enquêtes pour ensuite être jugés. La corruption a gangrené les corps d’Etats, les institutions. L’hémorragie doit s’arrêter et des têtes doivent tombés par que les lampistes. Nous avons perdu 60 ans, nos rêves, nos espoirs, nos vies gâches par cette corruption qui a gangrené notre République. Basta, Basta, Basta

    12
    4
    Tin-Hinane
    4 avril 2019 - 13 h 28 min

    Ce qui est gênant chez Benjamin Stora c’est qu’il se prend un peu pour l’oracle de l’Algérie.
    D’abord la corruption n’est pas dans la mentalité algérienne comme il le dit, la corruption est une déviance et c’est un crime et ne peut donc pas être dans la mentalité, c’est comme si on disait que le vol est dans la mentalité d’un peuple. Il y a effectivement des sociétés qui sont corrompues parce qu’elles adoptent un système (libéral) qui engendre la corruption et c’est l’occident qui a fait la guerre au reste du monde pour faire adopter un tel système par le monde entier. Pour répondre à Benjamin Stora sur ce sujet je lui rappelle que quelqu’un que je ne nommerai pas a dit un jour: « la france est tellement corrompue que c’est irréversible »! quand au reste si l’Algérie a des oligarques et des corrompus c’est parce qu’il oublie de dire que l’Algérie a subi une guerre des « forces » occidentales pour lui imposer un tel système. Les corrompus de l’intérieur s’appuyaient sur les corrompus d’occident et ceux d’occident sur ceux de l’intérieur ce qui les maintenant en équilibre, il faut simplement rompre cet équilibre et c’est un peu grâce à ceux qui ont réussi à isoler les uns des autres qu’on peut s’en débarrasser aujourd’hui. J’espère pour finir que l’Algérie n’adoptera pas le système dont rêve Stora. Sans oublier bien-entendu que Benjamin Stora est juif car lui ne l’oublie pas.

    29
    19
      Elephant Man
      4 avril 2019 - 18 h 08 min

      @Tin-Hinane
      Excellente analyse et perspicace.
      Stora fréquente des islamophobes notoires et sa présence au CRIF parle pour lui.

      16
      8
      argentroi
      4 avril 2019 - 18 h 08 min

      Si comme toi, tu oubliais d’être targuie ! C’est parce que Stora a repris une vérité que tous les algériens admettent, qu’elle devient alors fausse. Benjamin Stora est un intellectuel et non un bouseux qui ment et il n’a jamais dit que la corruption est dans la mentalité algérienne !

      7
      11
        Tin-Hinane
        4 avril 2019 - 23 h 09 min

        @Argentroi. Il faut apprendre à lire les articles d’abord et ensuite les commentaires, voilà ce qu’a dit Benjamin Stora dans l’article ci-dessus: « c’est beaucoup plus compliqué que ça, parce que la question de la corruption, la façon de fonctionner, le système mafieux est en place depuis bien plus longtemps que l’avènement de Bouteflika lui-même». «C’est toute une mentalité qui existe dans le pays» ce n’est pas assez clair pour toi? il faut savoir aussi qu’être intellectuel n’est pas forcément être honnête.

        3
        2
          Argentroi
          6 avril 2019 - 9 h 18 min

          Tin-Hinane, On lit et on relit les articles ensuite les commentaires ! Et on relève que le passage de l’article en question est : « C’est toute une mentalité qui existe dans le pays» en parlant de la corruption du système maffieux et non des algériens et que vous vous permettez de transcrire par : « La corruption est dans la mentalité algérienne » que vous attribuez faussement à Benjamin Stora. Vous avouerez que cette liberté à donner un autre sens à un passage en changeant ses termes et en l’isolant, en plus de, son contexte n’est pas du tout innocent. De plus, Benjamin Stora est assez intelligent pour ne pas insulter l’ensemble des algériens s’il voulait les convaincre du bien-fondé de ces propos.

      Elephant Man
      4 avril 2019 - 18 h 15 min

      @Tin-Hinane
      Excellente analyse et perspicace comme toujours.

      16
      4
    Anonyme
    4 avril 2019 - 12 h 13 min

    Benjamin Stora est un carriériste (qui doit justifier son salaire), aux larmes de crocodile.
    Tout est faux de ce qu’il vient de dire et certains commentateurs aussi. L’Algérie est No 1 en IDH (développement humain, alphabétisation, espérance de vie égale à celle dans les pays développés). La 25e armée au Monde. Politique extérieure (israël, Sahara occidental, auparavant, l’Afrique du Sud), etc. Le budget alloué aux subventions est énorme (politique sociale). L’informel, très peu d’impôts (Grèce?). Démographie galopante…
    La corruption existe évidemment, mais Bouteflika non seulement ne l’était pas ( à l’instar de Benali) mais il faisait tout en sorte pour l’éradiquer. Il allait le faire graduellement, parce qu’il lui fallait du temps et des soutiens. J’essaie d’être objectif, sans esprit partisan. Bouteflika, contrairement à ce qu’on véhicule, n’était absolument pas mégalo.
    L’Algérie est meilleure aujourd’hui, un milliard de milliard de fois que pendant la colonisation. Tout le reste n’est que littérature.

    13
    29
    Il a raison sur des points
    4 avril 2019 - 11 h 40 min

    Il faut exterminer les clans et toutes leurs ramifications.
    Empêchés le cancer en irradiquant toutes les métastases ou si non ils renaisseront même après avoir été brûlé par plusieurs séances de chimiothérapie.
    Ces à dire même après avoir mis les fusibles en prison.
    Les cerveaux les têtes pensantes les parrain en algérie et à l’étranger peuvent agir et réagir aux moments opportuns de manière sournoises et re-tissé leur réseaux leurs toile par des nouvelles corruptions à outrance.
    L’argent colle aux mains.
    L’argent
    La gloire
    Les femmes ont eux raisons de millions de personnes dans le monde.
    Regardez ce qu’il est devenu nôtre monde aujourd’hui.
    Alors la karchérisation à 1000 bars est indispensable même dans les recoins les plus insoupçonnées.

    6
    11
    Anonyme
    4 avril 2019 - 10 h 56 min

    bien sur que le système de la corruption était là bien avant Bouteflika en tant que président mais il le fut du temps de bouteflika en tant que ministre. C’est à l’ombre de ce système né dans les années 69 que l’affairisme a commencé. Boumedienne avait demandé aux responsables et hauts gradés de choisir entre la politique et les affaires. Des hauts gradés de l’armée et d’ALN se sont lancés dans les affaires grâce à des prêts consentis par les banques algériennes (CPA, BNA)… Plus tard d’autres hauts gradés (plafonnés à « colonel ») s’y sont mis en cooptant des civils tout en restant à leurs postes militaires. C’est à l’ombre de cette seconde catégorie que sont apparus les premières fortunes dans lesquelles on retrouve Rebrab (qui avait commencé avec la charpente métallique (profilor) Le système de parrainage des affairistes par les hauts responsables et surtout les hauts gradés a produits des nouveaux riches à la vitesse de l’éclair ( intervention dans les banques pour les crédits et les domiciliations rapides, dans les ministères pour les licences et les autorisations nécessaires, dans les douanes pour les dédouanements et les évitements de contrôles et les fausses déclarations, dans les impôts , etc.
    L’avènement de Bouteflika à conduit à l’infiltration des institutions politiques par les hommes d’affaires les plus corrompus du pays qu’on retrouvait à l’APN, au Sénat et dans le cercle proche du chef de l’État, grâce à ses frères…..Les affairistes les plus corrompus se sont retrouvés dans la décision politique.. L’image d’un haddad ricanant en messe basse avec said, auprès de tebboune crispé, dans le cimetière d’el alia, a fait le tour d’Algérie. Et l’entretien d’un sellal avec ce même haddad, sur la manière de gérer avec le kalachnikov, les manifestations, est assez révélateur de la connivence mafieuse entre un ex premier ministre, directeur de campagne du président en exercice, et d’un sulfureux homme d’affaires…Bouteflika a corrompu tout le monde, y compris le syndicats et les zaouias, les partis politiques, etc ….C’est dire le manque de scrupules et la malhonnêteté de cet intriguant politique qui a trahi et le peuple et ses compagnons de lutte, pour assouvir des instincts de pouvoir…
    ..

    18
    8
    Abou Stroff
    4 avril 2019 - 10 h 51 min

    je persiste et signe: tant que nous n’aurons pas compris l’essence du système qui domine la formation sociale algérienne, nous continuerons à tirer des plans sur la comète et à pratiquer un onanisme qui ne dit pas son nom.
    ainsi, tant que nous ne désignons pas le système dominant la formation sociale algérienne par le « système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation », nous continuerons à disserter sur les apparences (un soi disant conflit entre civils et militaires, par exemple) et à oublier qu’au sein de la formation sociale algérienne, la contradiction principale du moment lie et oppose les rentiers du système (ceux qui monopolisent la distribution de la rente et leurs clients directs) à toutes les couches sociales qui sont marginalisées dans le processus de distribution de la rente.
    en d’autres termes, le dépassement de la crise requiert, dans un premier temps la neutralisation des couches rentières (qu’elles portent un képi, une casquette, un béret basque, une chéchia ou rien du tout) et une remise en cause radicale de la gestion actuelle de la rente.
    moralité de l’histoire: focalisons nous sur le « dégagisme » de toutes les couches rentières et oeuvrons pour faire émerger des leaders-porte-voix de toutes les couches sociales dont la reproduction repose sur le travail et pas sur la consommation non-productive de la rente.

    14
    2
    AmiAhmed
    4 avril 2019 - 10 h 30 min

    L’intrigue, Gaïd Salah se sentant menacé par le clan Boutéflika a exigé l’application du 102 avec le 7 et le 8, depuis la chute du Président on ne l’entend plus parler, alors que le boulot n’est pas terminé ? il reste à appliquer en urgence le 7 et le 8 !!!

    12
    6
    Monsieur X
    4 avril 2019 - 10 h 08 min

    Libre à vous de prendre au sérieux les affirmations de STORA. C’est un opportuniste qui s’adapte à toutes les situations sous le couvert d’autorités issues du parti socialiste français alors que lui même est issu des rangs trotskistes. C’est dire!

    13
    15
    elhadj
    4 avril 2019 - 9 h 59 min

    tout en étant réservé a l extrême dans son analyse M STORA a effectivement précisé que le système de gouvernance de gestion et de décision dans le pays demeure être partage par un clan d oligarques,de clan et d opérateurs bien implante depuis longtemps dans les rouages d autant que l ensemble du budget civil et militaire n est pas soumis a un contrôle régulier portant sur la régularité et les justifications de son exécution en raison d un système de fonctionnement opaque et obsolète .La prochaine constitution devra introduire des paragraphes pour imposer le contrôle du budget de l état,civil et militaire ,des comptes spéciaux des lors qu il s agit des deniers du peuple.

    10
    4
    Anonyme
    4 avril 2019 - 9 h 17 min

    Non monsieur Stora, ce n’est pas une mentalité de corruption qui existe dans tout le pays, vous faites fausse route. Et bien en plus. Ce qui est en cause c’est comment cette corruption s’est installée. La Françalgérie cela vous dit quelque chose ? Pourquoi ne parlez-vous pas du rôle de la France dans l’installation de cette corruption comme dans la Françafrique d’ailleurs … ? Quand on comprend les dessous des actions de la France, en Algérie et en Afrique, on comprend dès lors ces pays ne peuvent pas décoller. Sans l’argent récolté par la France, par des impôts coloniaux, des chantages, l’administration française serait incapable de se financer plus de cinq ans. La France continue de voler en Afrique, l’intervention de son armée dans divers pays sert à démettre tout responsable patriote et le remplacer par un vassal. Voilà la seule origine de la corruption. Monsieur Benjamin Stora, dites la vérité, mais dans toutes ses facettes !

    32
    18
      Saad odhar
      5 avril 2019 - 8 h 08 min

      Et voilà le leit motiv l impérialisme le sionisme la francalgerie al 3adou al kharidji .israel….ces tigres en carton qu on brandit a tout va quand quelqu un emet un avis ou une analyse sensé sur des événements alors qu’ aldjazira sa akhawatiha ne fait qu’ abrutir du.matin au soir les algeriens

    El WATANI II
    4 avril 2019 - 8 h 37 min

    Impossible de faire d’un traître un Héro, Mr Bouteflika à des gènes Marocaine, alors il a eu ce qu’il méritait, il nous faut un président pur souche Algérienne honnête et compétent, pour preuve tout nos héros de la libération nous ont prévenu de se méfier de la famille Bouteflika

    22
    16
    Agree Mr Stora !
    4 avril 2019 - 8 h 21 min

    Que l’on aime ou déteste Bouteflika, il est rentré dans l’histoire déjà et à jamais. Un animal politique mais un piteux homme économique! Avec le recul on s’apercevrait qu’il a quelques réalisations à son actif tout en en ayant à son passif. Je crois comme Stora que son grand problème était sa relation avec les militaires et la sécurité militaire dont il n’avait aucune confiance d’ou de son point de vue de créer d’autres pôles de contres pouvoirs, malheureusement sa maladie et la qualité de son entourage l’on desservie. Mais il faudrait quand même que l’on parle de la corruption des Généraux. Ils sont le point central du problème en Algérie, ils ne veulent pas lâcher la politique car leurs intérêts prédateurs seraient bannis à jamais. Quand vous avez un budget de 11 BM$ qui n’est contrôlé par personne + les passes droits aux niveaux des douanes et de la rente, on peut aisément comprendre. Qui pourrait inculpé le premier corrompu en Algérie, je cite notre Chef d’Etat Major Mr Gaid Salah? On doit lui dédicacer un vendredi de marche juste pour lui en exclusivité, lui faire comprendre que l’on n’est pas dupe.

    22
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.