Suspense et charivari

Mouad ex-ministre
Mouad Bouchareb et Amar Ghoul. PPAgency

Par R. Mahmoudi – Le démenti du président du MPA et ex-ministre du Commerce Amara Benyounès sur sa présumée implication dans un «complot contre l’Etat» n’a pas mis fin au suspense qui entoure cette histoire de convocation de trois ou quatre anciens ministres, ce dimanche, par le tribunal militaire de Blida.

Le quotidien Ennahar, qui en avait déjà fait état dans un article jeudi, avant de le retirer, insiste dans son édition de ce dimanche sur le fait que quatre anciens ministres seront bel et bien entendus par le juge d’instruction du tribunal militaire de Blida, sans donner aucune précision sur les griefs qui sont retenus contre les personnes citées. Le quotidien panarabe Al-Charq Al-Awsat avait, dans son édition de samedi, parlé de deux ministres qui étaient tous les deux de fervents partisans de l’ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et étaient à l’avant-garde de la promotion du cinquième mandat.

Début avril, le journaliste Abdelali Rezagui avait «révélé», sur une chaîne de télévision, les noms des présumés participants à la fameuse réunion dénoncée le jour même par le chef d’état-major de l’ANP comme un «complot contre l’autorité de l’Etat», citant les dirigeants des quatre partis de la défunte alliance présidentielle (FLN, RND, MPA et Taj), en plus des deux anciens responsables des services de renseignements et du frère cadet de l’ex-chef de l’Etat, placés, comme on le sait, en détention provisoire à la prison militaire de Blida.

Que cache ce charivari qui tient en haleine l’opinion publique et sème le malaise chez tous les anciens dirigeants ? Qui dit vrai dans cette histoire ? Connaîtrons-nous la réponse ce dimanche ?

R. M.

Comment (7)

    MELLO
    12 mai 2019 - 21 h 43 min

    Le train du changement à démarré le 22 Février et ceux qui sont restés à quai ne peuvent qu’en vouloir à eux mêmes. Un train gigantesque a pris les rails de la democratie à son bord plus de 20 millions de voyageurs . Ils ira d’Est en Ouest et du Nord au Sud en traversant toutes les villes d’Algérie. Ceux qui veulent le dérailler ou le détourner auront sur leur conscience la vie et l’avenir des millions de voyageurs. Ce train est placé sur des rails de bonne qualité, réalisés dans les délais , sans corruption , ni détournement , par des hommes et femmes dont le seul amour reste l’Algérie. Personne ne peut venir les détourner de cet Amour. Aucun suspense ni charivari n’est visible dans ce projet.

    30
    2
    karimdz
    12 mai 2019 - 11 h 54 min

    Je vois que la source parle au conditionnel, mais s il s’avère que ces anciens ministres ou anciens chefs de parti ont participé à la fameuse réunion de complot, ils sont complices. Si c est pas le cas, tant mieux pour eux.

    Ceci n enlève pas le fait que des enquêtes doivent se poursuivre pour vérifier les comptes des grands projets, exemple, autoroute est ouest.

    30
    9
      L'Aigle des AURES...
      12 mai 2019 - 13 h 56 min

      « Je vois que la source parle au conditionnel… ». Il n’y a aucun « conditionnel » qui tienne. Il est clair et même de notoriété publique que ce ghoul est englué dans le goudron de l’autoroute Est-Ouest jusqu’au cou. Alors, il est normal en grand opportuniste et larbin de comploter pour sauver celui qui l’a sauvé…
      Il faut être radical dans des cas pareils : LE POTEAU D’EXÉCUTION !!! Et tu verras que cela va refroidir tout les voleurs qui se sont accapparés de la rente. PAS DE PITIÉ POUR CEUX QUI ONT ÉTÉ SANS PITIÉ POUR LE PEUPLE ALGÉRIEN !!!

      24
      2
        Kenza
        13 mai 2019 - 10 h 50 min

        Ce traître de Ghoul, issu du parti islamiste MSP, n’est pas englué que dans le goudron de l’autoroute. Entre 1999 et 2002, alors que ce spécialiste de la pêche en eau trouble était ministre de la Pêche, de nombreux islamistes ont financé des chalutiers dont le produit était revendu en haute mer à des Espagnols, avant d’être conditionnés, puis réexportés en Algérie

    Karamazov
    12 mai 2019 - 11 h 50 min

    Encore eut-il fallu rappeler que l’Algérie est une grande tribu faites de tribus rivales perdues dans notre temps et auxquelles des atavismes belliqueux récidivent de temps en temps.Cette parodie de justice fait partie du carnaval, elle n’est qu’une diversion pour détourner les regards de ce qui se trame vraiment et qui po pourrait être autrement plus grave, ou pas du tout si tout allait dans le sens du vent.

    Poussé aux limites de l’usure un système à bout de solutions de rafistolage a poussé l’outrecuidance jusqu’à commette l’ultime outrage : l’aberration du 5 ième mandat. C’est de là que vient tout le drame si tenté qu’on puisse qualifier cette tectonique des plaques ainsi, car il n’y aucune raison d’appeler cette reconfiguration du paysage politique au sommet autrement.

    Que je sache aucun événement majeur et brusque n’est venu changer la donne et toutes les composantes du microcosme s’en allaient gaiement ou nonchalamment vers la reconduction du système en place chacun jouant son rôle conjointement ou à sa place pour sa propre paroisse , je dirais même pour son propre clergé si on me laisse appeler ainsi les clercs qui participent de cette oligarchie.

    Le système saturé par les clans a atteint sa limite d’âge et ne pouvait durer avec les même rouages qui ne lui fournissent plus de la matière de rechange pour se renouveler ou pour rafistoler une corde trop usée pour tenir encore et pour qu’il puisse s’y accrocher.

    Ainsi la barque trop chargée et tant elle allait à l’eau qu’elle se fissura et pris l’eau . Il faut aux système écloper et larguer quelques passagers pour sauver et la barque et quelques passagers. La lutte pour rester à bord est impitoyable, il n’y pas de quartiers

    S’il n’y avait pas eu le Hirak cela n’aurait pas eu plus de conséquence qu’un règlement de compte à OK Corral ni plus de bruit que celui des chaises musicales lors d’un changement d’orchestre ou de partition.

    Seulement il y a eu le Hirak. Et cinq minutes avant son l’aberration du 5ème mandat aucun signe annonciateur ne présageait son irruption dans un environnement calme et désespérant un rat mort d’ennui.

    La populace anesthésiée par la culture arabo islamique et l’attente du Mahdi n’avait cure des soubresauts ou de la reconfiguration au sommet .Aucune modification socioculturelle, aucun bouleversement économique , aucune rupture bête et brutale avec l’économie de la rente et le statut d’assistée n’est venue perturber son train-train et son ronronnement routinier.

    Mais nous avons une société totalitaire qui réagit par instinct grégaire et qui peut mobiliser subitement 20 millions de citoyens pour ou contre la même raison ; porter untel au pouvoir ou le dégommer comme elle peut les anesthésier pendant des années.

    Le hirak n’est rien d’autre qu’un convulsion physiologique mécanique qui n’a pas besoin d’une conscience pour se réaliser même si cherche à s’en acheter une pendant son mouvement.

    Le seul objectif du Hirak c’est que le système change à son sommet. La société elle bouge comme en bloc et non seulement continue à maintenir son statut d’assistée mais voudrait le renforcer.

    Personne n’ a songé à évoluer ou à changer soi-même , c’est sur les autres que le changement doit s’appliquer .

    Or, on nous dit partout que notre société est formidable , que nous n’avons pas un problème de culture et de société, la culture Zzarabo-muZzulmane et le nec le plus ultra auquel une société bénie de Dieu puisse prétendre, il ne faut surtout pas y toucher.

    Que faut-il attendre de tous les 4 juillet à venir ?

    Rien, rien de nouveau !

    21
    44
    deficit
    12 mai 2019 - 11 h 24 min

    Après on s’étonne d’ailleurs que la balance est déficitaire , c’est aussi grace au programme du président
    que le pays est gangrené par la corruption et qu’il est dans cette situation .

    13
    1
    Zaatar
    12 mai 2019 - 11 h 06 min

    C’est un beau roman, c’est une belle histoire, c’est une romance d’aujourd’hui. Il rentrait chez lui là haut dans le brouillard, elle descendait dans le midi. On connait cette chanson de Michel fugain depuis qu’on était tout petit. Eh bien on la retrouve quand on est grand et âgé. Cependant, je n’arrive pas à distinguer qui est ce qui est monté dans le brouillard et qui est descendu dans le midi, entre Gaid Salah, Bensalah, Bedoui et les 4 présidents de l’ancienne alliance présidentielle.

    14
    12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.