Le report de l’élection présidentielle se précise : un scénario préétabli ?

Report présidentielle
La tenue du rendez-vous du 4 juillet prochain est incertaine. PPAgency

Par R. Mahmoudi – A quelques jours de la date limite fixée pour le dépôt des candidatures, aucun indice sérieux ne montre que le pays se prépare à un scrutin aussi capital que l’élection présidentielle conçue ou annoncée comme celle de la deuxième République tant chantée par les Algériens.

Cette absence d’engouement des candidats de poids et la poursuite des manifestations populaires rejetant une élection avec le personnel actuel et exigeant le départ préalable des «3B» (Bedoui-Bouchareb-Bensalah) accélèrent la décantation qui met désormais les détenteurs du pouvoir réel, c’est-à-dire le commandement de l’état-major de l’ANP, devant le fait accompli et les oblige à aller vers une période de transition avec, de préférence, des dehors constitutionnels qui puissent servir éventuellement de garde-fous ou à trouver, comme l’a suggéré à plusieurs reprises le général Gaïd-Salah dans ses discours, une sorte de compromis entre la solution politique et l’option constitutionnelle.

En plus de ces deux contraintes, il y a apparemment l’impossibilité d’organiser ce scrutin au plan «logistique», comme l’a avancé une source autorisée à la très sérieuse agence britannique Reuters. Selon cette agence, le Conseil constitutionnel pourrait annoncer, dans les prochains jours, le report de l’élection présidentielle, en arguant de l’absence de conditions nécessaires pour l’organisation du scrutin.

La même source révèle que l’élection pourrait être reportée jusqu’à la fin de l’année en cours. Des prévisions qui se recoupent avec des rumeurs qui circulent depuis quelques jours sur la possibilité de reporter le scrutin au 31 octobre prochain.

Le compte-rendu de Reuters rappelle qu’une période de transition devrait être lancée automatiquement après l’annonce du report, en évoquant les noms d’Ahmed-Taleb Ibrahimi et d’Ahmed Benbitour pour conduire cette courte transition.

  1. M.

Comment (32)

    Sortie de crise!
    19 mai 2019 - 19 h 01 min

    A mon avis, il ne peut y avoir 36 solutions:
    1/ Les élections du 4 juillet, il ne faudrait plus les évoquer: la quasi majorité des algériens les rejettent. Elles ne peuvent se dérouler en l’absence d’électeurs.
    2/Dans le cas où il y aurait des candidats téméraires qui oseraient présenter leurs candidatures en allant sciemment contre la volonté de l’écrasante majorité de notre peuple, cela serait une grave erreur d’appréciation et de jugeote de leur part sachant à l’avance la nature du verdict populaire.
    3/ L’unique et salutaire solution qui reste, à mon sens, c’est que les décideurs; c’est à dire, le Commandement militaire, proposent aux algériens ( en oubliant de se référer aux articles d’une Constitution à maintes fois bafouées, d’autant plus que le peuple, qui s’est prononcé massivement devient le seul maître de la décision. Le Peuple est souverain et se place au dessus de tout texte constitutionnel) une personnalité ou un nombre restreint de personnalités qui pourraient recueillir le consentement du peuple pour piloter la transition devant conduire l’Algérie à un Etat civil, démocratique et libre.

    Anonyme
    19 mai 2019 - 13 h 56 min

    Reuters annonce les noms des deux personnes parmi les plus pro arabes?
    Quel est son but?
    N y a t il pas des algériens plus pro algériens comme candidats pour mener la transition ?
    On veut des candidats pour construire la vraie Algérie avec ses propres valeurs, sa propre culture,son véritable environnement …..pas des candidats tournés vers d autres contrées…

    5
    1
    Anonyme
    19 mai 2019 - 13 h 42 min

    Pas de Taleb Ibrahimi SVP!!!
    J ai la rage quand j entends ce nom…
    On a des milliers de gens compétents, sincères et honnêtes …
    Ce type a bousillé l avenir de millions d élèves Algériens juste pour se fournir en livres en langue arabe auprès d une société au Liban parce que sa femme en était en partie héritière….

    8
    1
    Vroum Vroum 😤..
    19 mai 2019 - 3 h 00 min

    Pour ma part , à mon sens , Gaid Sallah a occupé le terrain , le devant de la scène et ne tardera pas à être changé , pour un nouveau souffle , le mobile pour repporter l’élection présidentielle à plus tard , le 4 juillet semble compromis ..L’ANP est dans son rôle , celui d’être le garant de l’Etat mais ne peut imposer la fin du mouvement Populaire..la balle est dans le « camp » Mouvement Populaire (Les partis d’opposition ou les 3 B n’on aucune signification pour le mouvement Populaire ) cela se passera entre l’ANP et Mouvement Populaire… la solution viendra de celui-ci qui doit présenter ces interlocuteurs pour débloquer la situation..Une fois les Interlocuteurs connus les négociations pourront commencer entre les deux parties . .La balle est dans le camp Mouvement Populaire . .Si de celui-ci rien ne sort , alors l’ANP devra proposer des candidats à l’élection présidentielle mais avant il lui faudra mettre à jour les listes électorales . .Selon moi la balle est dans le camp Mouvement Populaire et un prochain Chef d’État Major nouveau plus pragmatique , un autre langage , une autre approche , car la carte Gaid Sallah devient negative …C’est juste une Analyse …La solution « Interlocuteurs  » doit impérativement sortir du Hirak et vite , sinon L’ANP prendra l’initiative .

    7
    1
    El vote!
    18 mai 2019 - 22 h 46 min

    Vouloir maintenir des élections présidentielles sans électeurs à l’horizon et avec des candidats (s’il y a candidats?) poids plume, d’emblée rejetées par la quasi majorité du peuple, est une pure aberration!.
    La seule voie pour les décideurs c’es d’aller courageusement à la rencontre et à la satisfaction des revendications des millions d’algériens qui battent le pavé de nos villes et continueront à le battre sans relâcheet pacifiquement tout le temps qu’il faudra, même s’il cela doit nécessiter toute une éternité.

    Les algériens ont pris l’engagement ferme d’emprunter le chemin sinueux, et plein d’embûches et d’obstacles, qui les mènera vers l’Algérie de leurs rêves, l’Algérie de demain et du devenir, qui assurera à leurs enfants, filles et garçon, et aux générations futures, toutes les garanties d’une vie moderne, juste,radieuse et, forcément, meilleure.

    7
    1
    M.S
    18 mai 2019 - 22 h 16 min

    Gaid Salah le Sissi Algérien n’a jamais pris ses responsabilités en s’engageant de restituer les clés du pouvoir au peuple après la période de transition.Il nous prépare un très beau scénario à L’Egyptienne….

    8
    5
    Citoyen Dz
    18 mai 2019 - 19 h 43 min

    Pourquoi faire simple quand on peut ( veut ) faire compliquer !! On connaissait les  » coups d’etats militaires  » , et nous peuple des mouaadjizates comme toujours , venons sous nos yeux ebahis d’assister a un  » coup d’etat civil  » , qui l’eut cru ? ( ca veut dire que c’est l’armée qui supllie le peuple a des éléctions et les partis d’opposition et autres  » personnalites » sont contre . Je n’ose meme pas citer leurs « propositions de sortie de crise  » tellement elles sont irréalisables et enfantines !

    2
    3
    Bouzorane
    18 mai 2019 - 16 h 58 min

    Il viennent de comprendre, avec 2 mois de retard, que les élections présidentielles ne se feront pas le 4 juillet.
    Dans 6 mois, ils comprendront, avec 6 mois de retard, qu’une période de transition, c’est 2 ans minimum, pas 6 mois!
    Quelle médiocrité!!

    10
    6
    Anonyme
    18 mai 2019 - 16 h 51 min

    Les meilleurs qui peuvent assurer un bonne transition c’est le triumvirat – Zitout, Tabbou, Amir Dz – s’ils nous font l’honneur d’accepter de nous gouverner en réponse aux 20 millions de citoyens qui les réclament!

    4
    21
    Anonyme
    18 mai 2019 - 16 h 37 min

    l’agence britannique Reuters…. en relation avec « Al Magharibia » et Zitout?

    15
    3
    Anonyme
    18 mai 2019 - 16 h 33 min

    « départ préalable des «3B» (Bedoui-Bouchareb-Bensalah) »
    —-
    Si « Belaiz » est le 1er à partir il doit donc rester 2
    Que vient faire Bouchareb qui est un chef de parti?
    On appelle cela comment?
    On vous disait qu’il ne reste que les bougres organisés en pseudo-hirak!

    6
    7
    HLM
    18 mai 2019 - 13 h 41 min

    Pour cherche_t_on a escamoter les elections presidentielles?les pro des combines cherchent_ils une periode transitoire pour fourguer leurs recettes eculees .Pourquoi un candidat lambda ne pourrait_il pas etre president?les electeurs sauront reconnaitre la valeur de chaque candidat .Il ny a pas cette fois de candidat du systeme sic….. Alors aux urnes

    9
    17
    Abou Adel
    18 mai 2019 - 11 h 39 min

    Pourquoi parler uniquement de ibrahimi et Benbitour !!! Y en a d’autres !!! Par exemple Sid ahmed Ghozali !!!

    10
    66
      Apache
      18 mai 2019 - 13 h 38 min

      Lorsque vous arriverez à me convaincre du pourquoi Sid Ahmed Ghozali a préféré aller vivre en France au lieu de rester en Algérie parmi son peuple, j’applaudirais ta proposition. Il a vécu loin et trop longtemps de l’Algérie pour être un candidat acceptable. D’ailleurs je ne serais pas étonné s’il a pris la citoyenneté française.

      109
      9
        Anonyme
        18 mai 2019 - 19 h 55 min

        Détrompez-vous Sid Ahmed Ghozali a toujours vécu en algérie. Se sont ses enfants qui vivent en France avec leur grand-mère.

        2
        1
        Anonyme
        19 mai 2019 - 2 h 18 min

        90 % de nos ministres ont vécu à l’étranger, lorsqu’ils n’étaient pas en fonction. Ils revenaient en Algérie, que lorsqu’on les rappelait pour diriger un ministère.

      AMMI ROUCHE
      18 mai 2019 - 16 h 03 min

      Ghozali? Euh..humm! C’est pas lui qui a organisé les élections propres et honnêtes de 1991? Alors que s’il a avait laissé le mode de scrutin à la proportionnelle, les islamistes n’auraient jamais gagné 188 sièges avec seulement 3 millions de voix sur 12 millions. Et l’Algérie nous aurait épargné des dizaines de milliers de morts, des milliers de disparus, des milliards dilapidés, 20 ans de règne d’un narcissique qui a transformé le pays en pays de narco trafiquants. Et puis n’est-ce pas une insulte de nous faire sortir des enfants du régime au lieu de puiser dans le harka parmi les hommes libres, honnêtes qui n’ont jamais siégé dans un gouvernement surtout de Said boutesrika?

      16
      3
        Anonyme
        18 mai 2019 - 19 h 58 min

        Les élections c’est au niveau des APC fortement occupées par les islamistes, les plus grands trafiquants et corrompus.

    AXEL
    18 mai 2019 - 11 h 16 min

    Ahmed Taleb n’est pas un homme de censensus. Dans le passé, Il a combattu toute activité relative à notre amazighité. Il a aussi le triste privilège d’être le 1er fossoyeur de l’éducation. Partisan d’une « régression féconde » qui consiste à sacrifier des générations de nos enfants pour les rendre plus dignes de sa vision arabo-islamiste en passant par la falsification de notre histoire multi-millénaire. Cet homme ne mérite qu’un profond mépris.

    80
    21
      Anonyme
      18 mai 2019 - 12 h 56 min

      Le systeme continue de jouer la carte islamiste qui a toujours affaibli le peuple.
      Taleb Ibrahimi n’a rien de consensuel.Ce serait un choix execrable etant entendu que la décrépitude de notre École est le resultat des positions radicalistes Baathisme,anti-amazighité,arabisation à outrance,avec la religion regissant toute la société de cet individu.C’etait un homme du systeme.
      Je ne comprends pas pourquoi le pouvoir prefere le rechauffé (Benbitour,Taleb Ibrahimi…) plutot que le frais exigé par 40 millions d’algériens (Karim Tabou,Bouchachi,Assoul,Ait Larbi,Sofiane Djillali,Bouraoui..). signe evident que le systeme fait tout pour rester.
      Le SCENARIO À LA SISSI-LIENNE est en train de se mettre en place par GAID. Soyons vigilants ,patients et pacifiques.`cà y va de l’avenir de nos enfants, de nos petits enfants. Ne cédons pas aux provocations de la police (qui, malheureusement obeit aux ordres de GAID). Ce dernier cherche le moindre prétexte pour instaurer l’état d’urgence,et là fini pour le Hirak et nous entrerons dans une phase de répression et de vengeance des oligarques et leurs rejetons.

      24
      25
    MusulmanAlgérienKabyle
    18 mai 2019 - 11 h 03 min

    Deux mois de retard par rapport au peuple ALGERIEN, et ils ne veulent pas encore lâcher, voir ce bouchareb s’accrocher au trône de l’APN, voir ce djamai à la tête du fln….., sa donne envie de gerber ses tripes, pas d’aller voter!!!

    31
    5
    samir
    18 mai 2019 - 10 h 21 min

    Benbitour pour gérer la transition serait une excellente chose.
    L’homme est très compétent -(voir les videos de ses conférences-débats sur youTube) et surtout, et il en a fait la preuve, d’une honnêteté et d’une droiture exemplaire.
    On est même sidéré par le fait que Bouteflika, le corrompu jusqu’à l’os génétique l’ait choisi comme chef de gouvernement

    28
    11
    Vroum Vroum ..
    18 mai 2019 - 10 h 10 min

    le pays un Peuple et du Peuple sort son Armée ..Celle-ci ne vit que pour le Peuple et par le Peuple . .Ainsi est notre ANP et son État Major qui iront dans le sens du Peuple et ne peuvent le décevoir . .
    Au début on a tous un avis mais devant celui de la majorité alors on admet celui-ci . .Ceux qui tremblent ne sont pas Algériens car on a prouvé au Monde une révolution pacifique qui se termine intelligemment …Ceux qui tremblent sont les Régimes Étrangers qui craignent un soulagement Populaire légitime , et vivent dans le doute , ces Monarchies du golfe ou Maroc qui vivent dans le doute…. En Algérie on a passé le cap , fiers du Peuple et Notre Armée ANP , nos Services Sécurité qui, en osmose avec le Peuple, ont démontré au Monde entier la maturité démocratique de l’Algérie a changer , vivre ensemble , Drapeau National et Amazigh cote à cote , le Patriotisme et Origine cote à cote …Et l’info à préciser est la chute de l’idéologie islamiste Wahabite Frères Musulman du Golfe Arabique rejeté par le Peuple Algérien … On est Algériens et d’Origine Amazigh. C’est ça la leçon à retenir .

    41
    9
    Anonyme
    18 mai 2019 - 9 h 26 min

    Le peuple algérien dans toute sa diversité a prouvé à la face du monde son unité inébranlable malgré le parasitage malsain des tenants du régime honni.L’Algérie est encore une fois sauvée par ce peuple merveilleux qui ne cesse de donner des leçons à tous ces potentats et leurs adeptes tapis tels des microbes dans les rouages de l’Etat et même dans la société qu’ils rongent sans cesse.Mais la vigilance de tout un peuple finira par les éliminer sans l’ombre d’un doute. Vox populi,vox dei (voix du peuple,voix de Dieu) dit l’adage et j’y crois fermement.

    43
    2
    Zaatar
    18 mai 2019 - 8 h 42 min

    Les médias étrangers révèlent le retour a la normalité diplomatique du pays, en ce sens que Bensalah a reçu les « nouveaux » ambassadeurs que l’ancien président n’a pas reçu à cause de sa maladie. Ce qui prête à croire que Bensalah est encore la jusqu’a épuiser ses 90 jours et Bedoui avec malgré ses ministres partout chahuté. Ce qui porte à croire que l’homme fort du moment use de toutes les ficelles a des desseins non avouées mais que tout le peuple a compris. Et on veut pour preuve les slogans hostiles à son égard scandés par les manifestants hier dans toutes les villes que même les médias officiels pour bon nombre d’entre eux n’ont pas voulu les rapporter comme au temps par le passé où la presse était bridée.

    24
    16
    karimdz
    18 mai 2019 - 7 h 45 min

    Comme je le pensais il n y aura pas d élections le 4 juillet et les 3 B vont être écartées.

    Taleb Ibrahimi est pressenti pour assurer la transition avec un gouvernement composé de technocrates.

    Nous nous dirigeons vers une sortie de crise pour assurer l alternative démocratique.

    Gaid Salah n a jamais voulu être président voilà qui dementira les fausses rumeurs diffusées par nos ennemis qui perdent leur influence et intérêts dans notre pays.

    Le général était surtout soucieux de stabilité et éviter à tout prix l effondrement de l État ce qui aurait eu, de graves conséquences.

    Taya Djazair
    Djeich Chaab khawa khawa

    44
    35
      Sans blagues!
      18 mai 2019 - 9 h 34 min

      Bensallah ne dirige rien en Algérie, pas plus que Bouteflika en son temps. Tout le monde sait que c’est Gaid Sallah qui tire les ficelles et fait le ménage en dégageant ceux qui pourraient lui nuire. Tant que ce général sera de la partie, le peuple refusera de rentrer dans leurs jeux puants.

      19
      41
        Elephant Man
        18 mai 2019 - 11 h 21 min

        @ Sans Blague !
        Y’a qu’un makhNazi sioniste pour taper sur Gaïd Salah et l’ANP d’ailleurs tu ne sais même pas écrire son nom.
        FRONTIÈRES HERMÉTIQUEMENT FERMÉES DE TOUTE PART
        VIVE L’ANP QU’ALLAH PROTÈGE LA MÈRE PATRIE ALGÉRIE SON PEUPLE ET SON ANP

        32
        20
        karimdz
        18 mai 2019 - 18 h 38 min

        Bensalah est président intérimaire pour ta culture confiture.

        Et pour ta gouverne, le peuple réclame le départ de bensalah, c est quand meme pas pour rien.

        Quand à Gaid Salah, c est un général qui marquera l histoire de la transition de notre pays vers la deuxième république, une seconde révolution, pacifique.

        Et si cela peut te rassurer lol, la frontière avec le grand bordel à ciel ouvert de ta médiocrité mimi 6, ne sera pas ouverte.

        17
        5
      Anonyme
      19 mai 2019 - 2 h 13 min

      @ karimdz
      18 mai 2019 – 7 h 45 min
      « Comme je le pensais il n y aura pas d’elections le 4 juillet…. »
      Rigolo, il y a quelques temps de ça, tu disais le contraire !

    Zaatar
    18 mai 2019 - 7 h 29 min

    Ce qui se précise plutôt et qui est compris par tous c’est que Gaid Salah et son entourage ont beaucoup de choses à se reprocher. Et que la seule façon de sauver leurs têtes est le cinéma qu’ils ont improvisé. Je suis certain que Gaid Salah était convaincu que les élections n’auront pas lieu.

    38
    21
      La Viriti
      18 mai 2019 - 11 h 39 min

      Gaid Salah savait depuis longtemps que les elections n’auront pas lieu…Il doit d abord deratiser et démarocaniser les rouages du pays putréfiés par 20 ans de Boutefliksime marocain…C est la priorité actuelle, si on veut repartir sur de solides bases.

      28
      6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.