Le CNLD dénonce : «La chasse à l’homme de militants politiques démontre l’ampleur de l’impasse dans laquelle se retrouve le système»

détenus CNLD
Des manifestants brandissant les portraits de détenus. PPAgency

Par Mounir Serraï Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) dénonce une «cascade d’arrestations sans précédent de manifestants et de militants politiques pro-Hirak. Il souligne que même «la commémoration des événements tragiques du 5 Octobre à Alger a été avortée et interdite».

«Des arrestations musclées ont été opérées par une armada de policiers en civil et en tenue et même des gendarmes en civil, qui ont quadrillé la place des Martyrs, donnant les signes d’un état de siège. Des journalistes, des familles de détenus d’opinion, des avocats, des militants politiques, des syndicalistes, des étudiants et de simples citoyens venus se solidariser avec les familles de détenus ont été malmenés et conduits vers plusieurs commissariats comme de vulgaires criminels», relève ce Comité qui dénombre «121 personnes interpellées en ce jour de commémoration du 31e anniversaire des événements tragiques du 5 Octobre 1988».
Le CNLD estime que «la répression des citoyens pacifiques aujourd’hui est un signe avant-coureur d’une dictature militaire qui s’installe de jour en jour».

«La chasse à l’homme orchestrée aujourd’hui contre des militants politiques et des familles de détenus, entres autres, démontre l’ampleur de l’impasse dans laquelle se retrouve le système. Même après la libération de certaines personnes, la police politique continue à les surveiller dans tous les endroits de la capitale, y compris les cafétérias», précise ce comité.

«Devant cette cascade d’arrestations et d’intimidation, notamment des figures connues et affichées, les Algériens sont appelés à redoubler de vigilance et à préserver le caractère pacifique et l’union, essence de la révolution», souligne-t-il.

Le CNLD appelle dans ce contexte particulier à «une large mobilisation pour le soutien des détenus d’opinion, pris en otages par ceux qui maintiennent le chaos, ainsi que les familles de ces détenus». Il lance également un appel à rejoindre les sit-in qui se tiennent devant le tribunal de Sidi M’hamed et celui de Bab El-Oued, à chaque fois que ces tribunaux programment une audition de détenus.

Le CNLD annonce la tenue d’un sit-in ce dimanche 6 octobre, à partir de 9 h 30, devant le tribunal de Sidi M’hamed où seront présentés les cinq militants de l’association RAJ arrêtés à la fin de la marche du 33e vendredi et le procès de Mourad Amiri, l’opposant à l’actuel ministre de l’Intérieur.

«L’union fait la force et la différence. Les détenus d’opinion et leurs familles ont plus que jamais besoin de notre solidarité et de notre soutien quotidien», conclut le CNLD.

M. S.

Comment (4)

    Dz213
    6 octobre 2019 - 18 h 24 min

    Je pense que la meilleur solution qui je crois est bonne pour tout le monde c’est de libérer tout lès détenus boulitique,la Issaba d’El Harrach ,une grâce général aux délinquants et aux criminels ,faire revenir Bouteflika à la présidence , lès policier surveilleront que les institutions officiels,les militaires lès frontières, autorisé Mohamed zitout,ferhat mehenni,double cannon le rappeur,les réfugiés de la chaîne el maghrabia a rentrer au bled, annuler la date du vote présidentielle, laissé Mr mohcen le porte parole du hirak,assoul et bouchachi leurs avocats, Mohamed zitout et mehenni dirigé lès foules , zitout lès vendredis après la prière et mehenni lès samedis soir après les fermetures des Bars .

    1
    9
    Dz213
    6 octobre 2019 - 18 h 21 min

    Je pense que la meilleur solution qui je crois est bonne pour tout le monde c’est de libérer tout lès détenus boulitique,la Issaba d’El Harrach ,une grâce général aux délinquants et aux criminels ,faire revenir Bouteflika à la présidence , lès policier surveilleront que les institutions officiels,les militaires lès frontières, autorisé Mohamed zitout,ferhat mehenni,double cannon le rappeur,les réfugiés de la chaîne el maghrabia, annuler la date du vote présidentielle, laissé Mr mohcen le porte parole du hirak,assoul et bouchachi leurs avocats, Mohamed zitout et mehenni dirigé lès foules , zitout lès vendredis après la prière et mehenni lès samedis soir après les fermetures des Bars .

    1
    9
      Anonyme
      7 octobre 2019 - 23 h 26 min

      Il faudrait juste emprisonner les harkis comme DZ213 complices du colonisateur Gaid. Profites des derniers jours de la dictature, tu rigoleras beaucoup moins après…

      42
    Vroum Vroum 😤..
    6 octobre 2019 - 16 h 47 min

    Pour ma part , je pense avoir tout dit selon ma compréhension sur la situation que vit notre Pays…il s’agit de quelques Hommes à la Tête du Pouvoir qui perturbent tout un Pays par leur entêtement , mauvais discernement , ..que dire de plus !!…
    Que rien n’est éternel sauf Allah .
    Alors qu’ils s’accrochent à leur Postes , Pouvoir , entêtement , égarement , ils se croient plus inteligeants que le Peuple et refusent de l’écouter. .Demain ils seront vieux , si vulnérables que tout leur passé ne sera que souvenir , sauf l’instant présent assis seul devant la Fin . . Et bonne chance à l’Algérie .

    34
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.