Nos bobos de la gauche à la rescousse de Rachad et son biniou Larbi Zitout

Hadjeras gauche
Sadek Hadjeres avec le chef de file du satellite du FIS, Rachad. D. R.

Par Mohsen Abdelmoumen – Quelle ne fut pas ma surprise quand un ami m’a transmis la réaction d’un bobo de la gauche caviar bien installé chez Fafa au sujet de l’interview que j’avais réalisée avec Eric Denécé, interview qui a été publiée en anglais dans American Herald Tribune et en français dans Algriepatriotique, et reprise par d’autres sites. Un énergumène s’est permis d’attaquer mon travail qui évoquait, entre autres, le drame qu’a connu tout le monde arabo-musulman et, surtout, notre pays l’Algérie, ravagé par l’idéologie mortifère qui s’appelle l’islam politique qui a dévasté notre peuple en massacrant des centaines de milliers de personnes.

Le «communiste» frelaté en question représente tout ce que j’ai rejeté toute ma vie, une vie bien remplie et riche d’expériences, et voilà qu’un petit minable se permet des commentaires du style «l’invité du journal de Khaled Nezzar», déclarant mes «questions idiotes», etc. Je lui réponds : «Allez vous faire soigner, vieux sénile, vieille relique d’un autre temps, bien que je ne pense pas que la psychiatrie puisse vous apporter des solutions. Et dire que nous pensions en avoir fini avec les vieillards gâteux ! Parlons-en de votre gauche et de ses trahisons ! Dans tous les pays où une alliance s’est mise en place entre les communistes et les islamistes, cela a abouti à un massacre à ciel ouvert ! Je cite le Soudan d’Abd El-Khaleg Mahjoub. Qui parle aujourd’hui du parti communiste soudanais qui a été liquidé par les islamistes ? Parlons du parti communiste irakien : exterminé ! L’Iran ! Où est le parti communiste iranien ? Disparu, anéanti ! Et je peux recenser les cas toute la journée. Est-ce un bon bilan ? Avez-vous appris les leçons de l’histoire, vieux débris ? Non ! Et vous osez venir juger mon travail ! Comme si je ne vous connaissais pas, vous, les soi-disant communistes et autres bobos de gauche !

Or, je vous connais très bien, vous et les vôtres de la gauche caviar. Vous étiez tous prêts à baisser votre froc et à vous allier avec le FIS s’il n’y avait pas eu pour vous en empêcher des patriotes comme feu El-Hachemi Cherif et ses camarades, attaqués aujourd’hui par Zitout et Rachad pendant que vous embrassez Zitout place de la République à Paris ! C’est dégoûtant de voir Sadek Hadjeres enlacer Zitout sans respecter la distanciation sociale alors qu’on est en plein Covid-19 et que l’on sait que l’islamisme est un coronavirus très virulent. L’histoire a donné raison à El-Hachemi Cherif et à ses camarades qui ont compris que l’islamisme était meurtrier et assassin et qui ont opté pour la double rupture contre l’islamisme politique et le système rentier. D’ailleurs, je trouve toujours que cette exigence de la double rupture est une nécessité pour le pays. Il faut que l’on sorte une fois pour toutes de l’islam politique et du système rentier. La résolution politique du congrès du PAGS est toujours d’actualité mais on voit que vous digérez mal votre défaite au congrès de 1990.

Vous voulez refaire le match comme le fait Rachad en évoquant les années 1990 et le «qui-tue-qui», accusant notre armée et nos services de renseignement d’avoir commis les massacres, tout en blanchissant Ali Belhadj, Abassi Madani et le FIS, leur donnant une virginité qu’ils n’ont jamais eue et en les faisant passer pour des blanches colombes. Eh bien non ! La décennie noire, nous l’avons vu venir dans les années 1980 avec le prosélytisme de ces gens-là. On a vu leur «activisme» dès les années 1980 lorsqu’ils ont tué Kamel Amzal, un jeune étudiant dont le seul tort était d’être de gauche. Les maquis de Bouyali n’étaient pas de la littérature. J’ai interviewé Myriam Aït Aoudia qui a fait un grand travail sur les islamistes, notamment le FIS, mais sans doute la jugerez-vous idiote elle aussi. Depuis le temps, vos amis islamistes, qu’ils soient wahhabites, salafistes, frères musulmans, n’ont pas changé. Maintenant ils se permettent d’agresser les gens et de dresser des listes sur la place de la République à Paris, comme au bon vieux temps. Rachad divulgue des adresses d’officiers de police et d’intellectuels sur ses pages Facebook. Ça ne vous rappelle rien ? Nous, oui !

Alors l’idiot, Monsieur le sachant, Monsieur le bien-pensant parisien, Monsieur le pédant donneur de leçons, c’est vous et personne d’autre ! Gardez vos leçons pour vous et ne venez pas polluer mon univers. Concernant le travail d’interview que je fais, je vous mets au défi d’accomplir un dixième de ce que j’ai fait. Au moment où j’écris ces lignes, trois interviews à finaliser m’attendent. Personne parmi mes nombreux intervenants n’a jamais pensé me dire que mes questions étaient idiotes, ni Noam Chomsky, ni William Blum, ni Edward Herman, ni aucun des nombreux intellectuels et scientifiques de renommée mondiale, des activistes ou politiciens que j’ai interviewés et certains d’entre eux étaient de vrais communistes, contrairement à vous. Georges Ibrahim Abdallah m’a écrit de sa prison. Connaissez-vous Georges Ibrahim Abdallah ? J’en doute. Vous vous êtes improvisé le Che Guevara du clavier avec un retour d’âge, M. Saoudi Machin ou Algérie intox, ou truc machin, mais vous n’êtes pas un révolutionnaire. Soignez vos rhumatismes et n’oubliez pas de changer vos couches. Votre cas est sans espoir, vous êtes trop vieux pour tout. Vous n’êtes plus qu’une vieille chose, une montre à remontoir à l’ère du digital. Votre seul exploit est de caresser votre clavier après l’apéro. Mais je vous le dis, vous n’avez rien à voir avec l’Algérie. Vous ne vivez pas comme les Algériens et vous n’avez jamais connu la misère noire que, nous, nous avons connue. Vous avez une résidence secondaire et vous dégustez votre whisky sur votre terrasse en vous prenant pour Mao ou le Che.

Je ne pensais pas vous répondre car vous êtes une cause perdue et la preuve est dans les faits. Vos amis du PC français ont fini chez un mitterrandien, à savoir Mélenchon, qui les a enterrés vivants, finissant ainsi le travail de Mitterrand qui a liquidé le PC français. Comment pouvez-vous encore vous regarder dans un miroir alors que vous vous alliez avec les ex-FIS, avec des assassins comme Mourad Dhina qui est impliqué dans divers attentats et dont la phrase sortie de sa bouche infecte résonne encore dans nos oreilles : «Que ces intellectuels de gauche assument et qu’ils en fassent leurs martyrs.» Il parlait des journalistes et des intellectuels algériens assassinés. Certains étaient vos camarades du PAGS et vous les avez trahis. Alors, venir nous donner des leçons parce que nous écrivons et défendons la mémoire de ceux qui ne sont plus là, venir éructer et dégueuler vos propos malsains au lieu de faire votre autocritique, est absolument infect.

Si j’étais à votre place – et je n’aimerais pas y être –, je ferais mon bilan et je me poserais la question suivante : comment les islamistes ont-ils infiltré le Hirak ? Pourquoi surfent-ils toujours sur la vague et récupèrent-ils et détournent-ils les révoltes des peuples ? Que ce soit chez nous un 5 octobre ou ailleurs, en Tunisie et partout. Le Hirak était un espoir et il est vrai qu’il a atteint certains objectifs comme bloquer le 5e mandat, mais avec Rachad, il ne représente plus aucun espoir, juste un hiver islamiste, une terre noire et aride remplie de crânes humains. Pourquoi vos amis islamistes de Rachad, du FIS ou autre n’ont-ils jamais condamné le terrorisme ? La réponse est très simple : ils ne peuvent condamner leurs propres actions. Ce sont des terroristes notoires et, en les soutenant, vous vous rendez complices de criminels. C’est vous et vos amis de Rachad et tous les islamistes qui êtes les idiots utiles de l’empire.

Les noces de la gauche algérienne avec Rachad ressemblent à une orgie débridée qui feraient pâlir d’envie Caligula. En voyant Sadek Hadjerès avec Zitout place de la République, j’ai vu une Betancourt sénile complètement à la masse. Si le capitalisme français a eu sa Betancourt, le communisme algérien a eu la sienne que nous avons vue bras-dessus bras-dessous avec un agent des services turcs, des services qataris, de l’impérialisme, un agent sioniste qui s’est allié avec Bernard-Henri Lévy. Bien sûr, Monsieur le donneur de leçons, vous ne critiquez pas les gens qui écrivent dans Le Point de BHL et autres journaux sionistes ! Vous préférez venir me les casser. Ça fait longtemps que j’ai réglé mes comptes avec vous tous. Nous n’avons rien à nous dire. Vous êtes des traîtres, assumez votre trahison et le fait d’avoir baissé votre pantalon devant les islamistes et les terroristes. Nous, nous avons eu raison de rejeter ce projet mortifère depuis les années 1980.

On a vu le résultat de cette idéologie avec des faits en Syrie et en Irak, avec des massacres collectifs et des égorgements, des décapitations en place publique. On les a vu vendre des femmes au marché de Raqqa, comme on les a vus à l’œuvre dans les nombreux attentats, chez nous, en Algérie mais aussi à Paris, Bruxelles, Londres, Berlin, Tunis, Barcelone, Bagdad, Damas, Lagos, Bamako, Nairobi, etc. Est-ce donc le DRS qui les a commis, Messieurs du «qui-tue-qui» ? On ne nous a pas raconté la tragédie, nous l’avons vécue dans notre chair. On a vu couler le sang des nôtres. On a perdu des membres de nos familles. Trêve de bavardage, vieux gâteux, l’heure n’est pas à faire de la philosophie de comptoir. Vous n’aimez pas mon travail ? Passez votre chemin, personne ne vous demande de me lire. Je n’écris pas pour plaire à X ou Y.

Bien que j’aie le cœur rempli de colère en pensant à toutes ces trahisons et que je puisse écrire des dizaines de pages sur les compromissions des apôtres de la gauche bobo et des gardiens du temple du communisme algérien, j’ai pris suffisamment de temps pour vous répondre, et vous ne valez pas les signes que j’ai consacrés à écrire cet article. Je n’ai pas le temps pour vous répondre plus longtemps. J’ai des choses plus intéressantes à faire quand vous et vos amis de Rachad passez votre vie devant votre ordi pour déblatérer ceux qui combattent l’idéologie islamiste moyenâgeuse. De vrais marathoniens du clavier ! Je me fiche de votre concubinage avec les islamistes. Messieurs les gardiens du temple, vous, les représentants d’une gauche moribonde, vous n’avez aucune légitimité, ni historique ni autre, et vous ne méritez aucun respect.

Vous vous pavanez dans les capitales du monde en prétendant représenter le peuple algérien, un peuple avec lequel vous ne partagez rien. Vous vivez comme des nababs et ne représentez que votre petite personne, celle de quelques salonards perdus dans les limbes de l’histoire. Mes propos ne souffrent aucune ambiguïté, je n’ai aucun intérêt avec personne, contrairement à vous. Avant de l’ouvrir la prochaine fois, tournez votre langue plusieurs fois dans votre bouche et faites des ablutions et une prière avec l’hypocrite, le virus Zitout, et l’assassin Dhina, avant de parler de moi, espèce de cloporte. L’histoire jugera vos amis terroristes de Rachad, les agents de l’impérialisme, et vous jugera aussi. A bon entendeur, Messieurs les révolutionnaires d’opérette.

M. A.

Comment (38)

    Karamazov
    29 juillet 2020 - 17 h 54 min

    Krimo,

    Dans un de ses livres , peu connus et pas des meilleurs à mon avis: Voyage avec Charley », John Steinbeck » a pris son camping-car pour traverser l’Amérique. Il passe par « son » village où il a retrouvé des copains d’enfance qui lui ont fait un accueil ni froid ni chaud , juste cordial. Il eut cette réflexion pleine d’amertume : « on ne retourne jamais chez soi, car ce chez soi n’existe plus ».

    Krimo, si tu veux dire qu’étant parti il y a plus de sakata je suis hors jeu et que je n’ai plus droit au chat-pitre je te donne tout de suite raison. Mes frères et sœurs m’ont supprimé de la fridha , et je n’ai pas émis la moindre protestation ni demander mon reste. . Win irohène amzoun imouth , on dit à Guezgata ; Celui qui est parti est comme mort.

    Mais je ne dois rien t’apprendre en te disant que tout ce que nous avons vécu est enregistré dans nos mémoires , est gravé biologiquement. Je ne sais pas encore sous quelle forme : moléculaire ou dans un « cloud » chez le Bon Dieu, mais c’est là quelque part. « Cercle rouge » Les habitants du placard à Montand, tu connais ? Les casseroles du magasin des accessoires. Jean Amrouche avait dit , je fais tout en français , sauf pleurer , je ne sais le faire qu’en kabyle.

    C’est sans sous doute pour cette raison que je suis comme le scorpion de l’histoire, je n’arrive pas à m’ameghyouler. La nostalgie cette foupiasse qui me récidive mes veilles illusions de marmot et qui me tracassent. La mémoire camarade.La mémoire quand elle radine c’est pour me fiche le spleen , et c’est pour ça que je dé-raille.

    Tu vois, je n’ai même pas l’excuse d’être resté pour me faire une religion des promesses du passé ou un clou de Djeha pour me rappeler aux souvenirs de ce qui m’ont banni. Car j’ai conscience que chah fiya nestahel.

    Mais tu as beau dire -me trompe-je?- nous sommes tous embarqués dans le même rafiot du temps qui nous naufrage avec les mêmes ressentiments , nous sommes des reliques d’un autre temps .

    Moua , toua, Zorro, Abou Stroff, Zaatar, Nous sommes hors du temps, chacun avec son livre d’histoires. ( le pluriel est voulu). Pourtant nous avions vu les même choses. A quoi bon, disait le poète , c’est mwamim qui me trahi.

    Oui , je suis un souffleur de théâtre , c’est vrai ! Et même pire  : achet’hagh iw darghal, je danse pour des aveugles.

      Krimo
      30 juillet 2020 - 7 h 00 min

      Karama(zov),

      Tu dis  » …….. que je n’ai plus droit au chat-pitre je te donne tout de suite raison » . Chapitre je le considere en seul mot, et la dessus je n’ai aucune raison. Tu as tous tes droits mais juste parmi certaines obligations, un zest de circonspection serait bien avenant.

      Ce qui t’arriva n’est pas « ma yebka f’el oued ghir h’djarou » mais sakanta l’eau de la riviere toute proche a coule et coule toujours ……. et tu connais tres bien le laius en la matiere.

      Montand et son placard c’etait « khabta parouski ». Si tu permets une suggestion, le spleen son maitre-mot c’est une visite au Sahara ( de Djanet et remonte vers le nord, la route est tres carossable).

      Karama, bien des choses.

      P.S. Merci pour le poeme, celui-ci est l’original d’Aragon, Yahya s’en est inspire et la modifie avec l’accord d’Aragon. J’allais te remballer l’ode de Yahya envers les soixantehuitars, mais cet extrait est d’actualite :
      Fils de bourgeois ordinaires
      Fils de Dieu sait qui
      Vous mettez les pieds sur terre
      Tout vous est acquis
      Surtout le droit de vous taire

    Halimi
    29 juillet 2020 - 17 h 09 min

    Merci Gisèle pour les combats que tu as menés durant toute ta vie (bien remplie).
    De ton soutien à la cause algérienne, bien sur mais aussi la cause palestinienne, la cause des femmes et de tous les opprimés de ce monde.
    Je t’ai vue sur un plateau de télé t’en prendre à ce sioniste et Algérie française qu’est Enrico Macias tant vénéré par les algériens que cela me fait gerber.
    Constantinois et ayant vécu au quartier juif de Constantine dans les années 50 et 60, je me réjouis qu’il n’ait jamais pu venir en Algérie.

    ALI
    29 juillet 2020 - 16 h 03 min

    Un harki reste un harki;meme vous le laver avec un Karcher,et l’exemple nous l’avons connus par ceux qui ont rejoint les Moudjahid

    Kahina-DZ
    29 juillet 2020 - 7 h 33 min

    Les bobos de la gauche ont toujours été des alliés des intégristes ..
    Durant la décennie noire, ces bobos étaient des fervents défenseurs des terroristes Abassi Madani et son bras droit Benhadj…et ça continue…

      Anonyme
      29 juillet 2020 - 13 h 22 min

      Qui étaient ils ces « bobos » de gauche qui étaient proches des islamistes pendant la décennie noire ? Le martyre Said Mekbel ? Le martyr Sellami ? Allez lire ce qui est désormais l’histoire avant de parler.
      (…)

    Anonyme
    28 juillet 2020 - 19 h 42 min

    L’Algérie n’a point besoin des « purs et durs » mais de la flexibilité de l’intelligence et la finesse. Le courant électrique le vrai, le bon celui de Nicolas Tesla a été et reste un courant dit alternatif ( positif, négatif, positif, …). L’auteur de ce post ne connaît sans doute pas la fameuse « guerre des courants » qui a eu lieu vers le début du 20 ème siècle. Deux grands inventeurs, l’un d’entre eux, Nicolas Tesla docteur en physique, était un grand savant serbe qui venait de débarquer au USA et l’autre était le fameux Yanké Thomas Edison, à son registre quelques 2 000 brevets sans avoir eu le BAC ou son équivalent américain. Le premier, l’inventeur de la première lampe électrique avait aussi lancé l’une des entreprise qui marquera l’histoire la « Général Electric ». Dans son énorme projet, Edison projetait d’amener du courant jusque dans chaque foyer américain pour faire briller ses lampes sur lesquelles il avait alors l’exclusivité absolue pour plusieurs décennies. Edison avait opté pour le courant continu et y avait alors investi des sommes astronomiques, dans le courant continu comme celui que nous décrit Algérien pur et dur,
    lequel ne se souvenait même pas du nom de son professeur de physique. Problème, un inconnu serbe pauvre et seul, proposa de transporter le courant électrique d’une ville à une autre et des barrages aux villes sous sa forme alternative et sinusoïdale ( avec douceur et élégance comme une sinusoïde qui reproduit le mouvement d’un serpent dans l’eau). Ce projet a été d’abord ignoré par le grand richissime Edison mais lorsque un industriel fortuné proposa à Nicolas Tesla une association le projet de l’utilisation du courant alternatif amorce une ascension irrésistible et se posa en concurrent sérieux au grand Edison. Cette ascension est devenue si forte qu’elle obligea Edison à réagir et comment !!. Pour tenter de démontrer que le courant alternatif était beaucoup plus dangereux que le courant continu, sa forme de courant à lui, l’inoffensif mais combien indispensable courant continu, le grand inventeur Thomas Edison, n’avait pas hésité à proposer et obtenu ! d’utiliser le courant alternatif pour une mise à mort d’un condamné à mort et la justice américaine d’alors avait accepté l’offre de services du grand Edison. Avec un de ses serviteur, il a fait subir une électrocution au malheureux condamné et exécution s’est déroulé en public devant des milliers de personnes et avec un grand succès. Cependant, Nicolas Tesla a fini par convaincre le monde que le courant qui s’alterne périodiquement en changeant de sens d’ou son nom est le meilleur des courants moins d’une vingtaine d’années après le courant continu a été réduit au système de batteries et pile, toutes les villes du monde sont alimentées avec du courant alternatif, la seule chose qui changera est la fréquence et la tension la forme alternative et sinusoïdale reste celle de Nicolas Tesla mort pauvre comme Charles Good Year grâce à qui on roule sur des pneus ou encore l’inventeur de la télévision et beaucoup d’autres.

      Algerien Pur Et Dur
      29 juillet 2020 - 1 h 17 min

      La verite blesse. Tu n’avais pas a etaller tes connaissances en physique ou tes histoires sur l’electricite en passant par Tesla (faits venus tout droit de wikipedia) pour impressioner la galerie. Te rappelles tu le nom ton professeur de math d’il ya 40 ans? Quand on a rien a dire on ne dit rien.On n’attaque pas les gens gratuitement pour se faire plaisir. A moins que tu ne sois Zitout ou Dhina

        Anonyme
        29 juillet 2020 - 7 h 37 min

        « Moi, j’aimerai bien que ceux qui ont aime la physique beaucoup mieux que moi et ont en fait une brillante carriere m’expliquent ce qui peut arriver quand on veut a tout prix faire passer le courant entre deux bor »g »nes negatives; ce qui semble etre beaucoup plus le cas ici:.. » c’est dans votre post , je n’ai fait que répondre à votre demande.
        D’autres part, je ne suis ni Zitout ni Dhina et encore un sympathisant du parti islamiste monsieur, vous parlez à un algérien qui avait combattu l’islamisme politique toute sa vie et pendant 5 ans les armes à la main 2 ans comme appelé et 3 ans « patriote » volontaire. Entre temps l’eau a bien coulé sous les ponds et les islamistes algériens ont désormais compris que leur violence ne permet qu’une seule chose, aider le régime en place depuis 1962 à se maintenir. Aujourd’hui, l’islamiste algérien n’est pas forcément un ennemi un adversaire ça c’est certain. Il faut évoluer mon pote si non tu restera à jamais sous la botte du plus grand tyran que l’Algérie a connu : le régime du FLN à moins que vous ne fassiez déjà parti de sa clientèle, en se penchant sur tes interventions la probabilité est forte !
        (…)

          Algerien Pur Et Dur
          29 juillet 2020 - 14 h 10 min

          Mon pere, allah yarhmou, a fait partie des hors la loi des Aures bien avant le declenchement de la guerre d’Algerie. Comme on n’est pas amis et on ne le deviendra jamais, je ne te donnerai pas les noms de ceux qui se sont frequemment reuni dans sa petite maison de pierre au fin fond des Aures pour preparer le 1er November. Mais tu dois avoir une idee. Cependant, ayant compris tres tot que le FLN n’est plus ce qu’il etait mais plutot un chemin sur vers la richesse, il a dechire sa carte de membre en pleine reunion et ne s’est jamais retourne malgre les allaan ichaten ya si « . » etc. Il leur a repondu, je pars justement a cause de echitan. Je constate tristement qu’il a elu residence dans la maison FLN. C’etait en 1967. Comment veux tu alors que moi , son fils, fasse « parti de sa clientele » et « restera a jamais sous sa botte »? Mon pere l’a fait bravement en 1967, du temps de Boumedienne et du DRS, quand les gens avaient peur de dormir sur leurs deux oreilles la nuit. Il disait a ma mere (allah yarhamha aussi) en chaoui: ma khaoufetnish la legion entaa franca, kifash etkhaouafni entaa Boumedienne lima aadhech fiha hata absenih (qui n’a pas fait la guerre meme avec ses dents|traduction d’une expression typiquement chaoui). Il ne faut pas dire des choses gratuitement sous l’anonymat quand on ne connait pas les gens. Alors c’est moi qui te dis arretes ton khorti qui a commence avec ton long expose sur l’electricite tire tout droit de wikipedia ensuite ironisant que j’ai oublie le nom de mon professeur de physique de 1ere faute d’arguments. Ce que j’ai dit et t’a tire de ta caverne ou ta taverne n’a rien de faux et toi et beaucoup de lecteurs le savent aussi. Alors passes ton chemin, rabi yerbeh, tu ne m’interesses plus.

        Anonyme
        29 juillet 2020 - 16 h 50 min

        Oui, je comprends ! c’est pire encore que ce que je l’ai pensé. Votre FLN d’hier ou d’aujourd’hui, vous pouvez vous le garder.

          Algerien Pur Et Dur
          29 juillet 2020 - 19 h 12 min

          Seul un harki insulterait le FLN d’avant 1962. Quant au service militaire je l’ai fait bien avant toi. Amgala ou de nombreux appeles ont perdu la vie devrait te dire quelque chose.

    lhadi
    28 juillet 2020 - 18 h 45 min

    Des contre-vérités ont induit nombre d’innocents en erreur, car elles s’imbriquent à des faits bien réels et à des événements que ceux qui ont encore une conscience ne nieront pas. Les habitudes ne se perdent pas facilement, elles laissent des marques indélébiles, des cicatrices invisibles gravées dans notre chair, qui dévastent les principaux acteurs sans remissions possible, et qui menacent leurs descendants les privant de la dignité, de la pureté et du bonheur qui devraient être les leurs. Ces cicatrices marquent les gens qui les arborent, elles mettent en pleine lumière, pour le public attentif, les embarrassantes contradictions avec lesquelles chaque individu se débat. Et ces contradictions tendent un miroir fidèle à ceux qui en sont affectés, elles proclament : « quels qu’aient été mes idéaux dans la vie, voilà ce que je suis. »

    Plus de soixante pour cent de l’humanité est musulmane. Est ce pour autant l’humanité a été sacrifiée sur l’autel des trois religions monothéistes ?

    L’être humain n’est pas né méchant. Il le devient. C’est à la société de le canaliser.

    Notre existence a ses propres garde-fous, ses propres compensations. On nous dit qu’un saint est un pêcheur qui s’efforce d’atteindre la pureté. On peut être un mauvais garçon pendant les trois quarts de sa vie et être canonisé pour avoir vécu comme un saint le quart restant.

    Dans la vraie vie, nous ne côtoyons pas des dieux, mais des être ordinaires, comme nous-mêmes : des hommes et des femmes pleins de contradictions, constants et capricieux, forts et faibles, glorieux et infâmes, des gens dans le sang desquels des vers se battent chaque jour contre des puissants pesticides.

    Sur quel aspect faut-il se concentrer pour juger l’autre ? cela dépend du caractère de chacun. Comme nous jugeons les autres, ils nous jugent. Le soupçonneux sera toujours tourmenté par le soupçon, le crédule sera toujours prêt à avaler n’importe quoi, tandis que le vindicatif maniera la hache plutôt que le plumeau. Mais le réaliste, fût-il choqué et déçu par les faiblesses de ceux qu’il aime, examine le comportement humain sous tous ses angles, objectivement, et il se concentre sur les qualités édifiantes d’une personne, qui élèvent son esprit et attisent son enthousiasme envers l’existence.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    Algerien Pur Et Dur
    28 juillet 2020 - 14 h 13 min

    Je me rappelle vaguement du cours de physique que j’ai pris au lycee il ya tres tres longtemps de cela. Notre professeur, dont je ne me rappelle plus le nom, s’efforcait de nous expliquer a grands coups d’amperes que l’electricite ne peut passer que d’une bor »g »ne positive a une bor »g »ne negative. Quelle est la bor »g »ne positive et celle negative dans ce couple contre nature est au gre de l’interpretation du lecteur. Moi, j’aimerai bien que ceux qui ont aime la physique beaucoup mieux que moi et ont en fait une brillante carriere m’expliquent ce qui peut arriver quand on veut a tout prix faire passer le courant entre deux bor »g »nes negatives; ce qui semble etre beaucoup plus le cas ici: un borgne (sans guillemets cette fois) qui veut faire du bon dieu un registre de commerce toute honte bue et un autre qui croit que l’existence de Dieu et l’immortalite de l’âme relevent tout simplement du domaine du superflu. Je m’aventure a avancer une reponse mais rappelez vous que je n’ai pris qu’un cours de physique dans ma vie: un court circuit peut etre?

    Karamazov
    28 juillet 2020 - 8 h 55 min

    Tovarich Abou Stroff , je regrette d’avoir encore une fois à te contredire, Mais quel blasphème , tu fais là , en disant qu’il faut reléguer notre religion la3ziza à la sphère privée.

    D’abord parce que chinou il n’y a pas de sphère privée . hemdoullah nous sommes une vraie société totalitaire qui n’admet aucune distanciation e que el islamou dinoun thaqafatoun wa moudjtamaoun.

    Tu sembles oublier que notre religion fait partie de notre biologie. C’est un organe vital , comme le cœur, les poumons, le foie les reins. Peut-on dire à quelqu’un dès que tu sors dehors il faut laisser ton cœur ou tes poumons à la maison?

    Vouala la raison pourquoi on ne saurait séparer notre religion de la politique.

    Ensuite, dois-je rappeler que pour être président il faut être musulman et prêter serment sur le Saint Coran?

    Alors splik-moua si un isamiste n’est pas un musulman, qu’est-ce un musulman qui fait de la politique ou faut-il ne pas être musulman pour faire de la politique?

    Ipi , que je sache, il n’y a aucune séparation entre Etat et religion, et lhemdoullah notre piyi n’est pas laïc.
    Nos hommes politiques ne montrent-ils pas ostensiblement qu’ils sontt de bons musulmans à chaque fois qu’ils en ont l’occasion?

    N’a-t-on jamais vu un politique , un ministre, un président pratiquer la religion dans l’exercice de ses fonctions ?

    Iben moua je pense que cette tendance à vouloir exclure la politique de la sphère religieuse n’est qu’une manoeuvre pour exclure notre religion la3ziza de la société.

    Et enfin comment séparer la religion de la politique alors que dans la réalité la religion imprègne tous les espaces de la société?

    Donc vouloir séparer la religion et la politique est une hérésie ipicitou !

      ZORO
      28 juillet 2020 - 17 h 10 min

      @ Karamazov
      Tu es le seul sur ce site parmi les KOMRAD a avoir compris que l islam ne se limite pas a un article second qu il suffirait d effacer pour reconvertir les algeriens a la komraditė. L islam tel que tu le conçois est certes,dinoun moujtama3ou,takafatoun wa dawlatoun, c est aussi l oxygène que nous respirons ceci dit n est ce pas là meilleure des preuves que tu demandais a Zoro de te fournir sur le bienfait de
      cette religion sur les humains
      Signe Zoro…Z….

      Abou Stroff
      28 juillet 2020 - 17 h 47 min

      Komrad, je te salue!
      apparemment, don diego ne connait pas le second degré.
      ceci dit, Marx a avancé quelque part que l’anatomie de l’homme était la clé de l’anatomie du singe.
      en extrapolant cette proposition, on peut avancer que, pour comprendre le vécu des sociétés arriérées (les sociétés musulmanes, par exemple), il faut appréhender la dynamique des sociétés avancées et leur essence.
      à cet égard, il suffit d’analyser la place de la religion dans l’histoire humaine.
      ainsi, au fur et à mesure que la société se développe, la religion perd de plus en plus de sa pertinence. remarquons au passage que l’inquisition (qui est une constante dans les sociétés arriérées actuelles) est apparue, jadis, au sein des sociétés actuellement développées.
      pour résumer le capitalisme et sa dynamique essentielle ont brisé les liens sociaux traditionnels et ont fait émerger l’individu en tant que catégorie essentielle. la référence n’est plus la famille, la tribu ou la nationalité mais l’individu en tant que tel et l’individu en tant que tel se croit libre et peut s’émanciper du groupe à travers un procès d’individuation incontournable .
      cette émancipation n’a pas de connotation subjective, elle est simplement la conséquence d’une forme de liberté (la liberté, dans le cadre des rapports sociaux capitalistes).
      si nous admettons les développements précédents alors, on peut avancer que les « religieux » (du soft au plus radical) ne pratiquent qu’un combat d’arrière garde qui ne peut se terminer qu’avec leur cinglante défaite (et la défaite des sociétés qu’ils sont supposées éclairer) dès que le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation aura été déconstruit, les couches sociales qui en bénéficient auront été neutralisées et la religion qui leur sert de support idéologique aura été démythifiée en mettant en exergue ses racines terrestres

        Z0RO
        29 juillet 2020 - 0 h 34 min

        ZORO est connu pour son serieux ,du second degré il n est point au courant ,cest plutot le second article de notre constitution qui attire toute son attention .Cet article qui donne des cauchemars a la confrerie des Komrades a leur tete la cervelle ambulante qui aurait besoin d un oesophage pour la nourir. Seul Komrad karamazov fait exception et ne rate aucune occasion pour vanter les bienfaits de notre article 2 sur notre peuple musulman sur ce ZORO le salue bien et reconnait que komrad karamazov est kheirou khalef li kairi salef.
        SigneZORO. ..Z…..

          Argentroi
          29 juillet 2020 - 12 h 25 min

          @ Zoro
          Dites-nous si l’article 2 de la constitution, qui stipule que l’Islam est la religion d’état, s’applique t-il pour les non-musulmans oui ou non ? Moi, personnellement en tant que musulman, j’accepterais qu’on me coupe une main si on on me surprend entrain de voler, mais pour un non-musulman, les rigueurs de l’Islam s’appliquent-elles pour lui ? Si la réponse est non, un non-musulman n’a pas à se poser la question si cet article 2 de la constitution va lui donner des cauchemars oui ou non. Il faut bien admettre qu’en vérité que c’est le musulman qui doit avoir peur de cet article 2 car ce sont les voleurs musulmans qui auront la mains tranchée puis cautérisée.

    Karim
    28 juillet 2020 - 1 h 55 min

    Merci Mohcine pour cet article, on ne peut pas parler du présent ou du futur sans connaître le passé er surtout l’histoire, ce zitout Dhina et comagnie, étaient toujours sous les bottes de leurs maîtres du golf et la Turquie, on a tant souffert de leur idéologie, on a vecu les années 90 sous leur emprise ils ont déchiré la société algérienne avec leurs idées étrangères de notre culture, ils ont déchiré les familles, ils ont pousser les fellahs de quitter leurs villages leurs terre, ils ont des masacres et aujourd’hui ils nous prennent pour des cons on n’est pas amnésiques on a perdu nos proches, nos intellectuels, nos braves soldats, ils ont poussé les medecins a quitter le pays les universitaires, et maintenant Viennent comme donneurs de leçons si l’Algérie vit ce desastre dans tous les secteurs c’est à cause d’eux.

    Anonyme
    27 juillet 2020 - 23 h 50 min

    Le comble c’est qu’il a quitté le pays parcequ’il a été condamné par les islamistes!! Que voulez-vous?? A 91 ans il doit être atteint d’une démence sénile !!

    Apulée de madaure
    27 juillet 2020 - 23 h 26 min

    Je ne sais pas pourquoi, mais ce mariage contre nature me rappelle exactement l’histoire du muet qui chuchote au sourd de demander à l’aveugle de leur lire qu’est-ce qui est écrit sur la pancarte.

    ZORO
    27 juillet 2020 - 20 h 56 min

    Ça me rappelle un film western que j ai vu quand j étais gosse, il y 60 ans
    DUEL DANS LA BOUE.
    SIGNEZORO….Z..

    mwa
    27 juillet 2020 - 20 h 06 min

    Je n’ai jamais saisi le sens et encore moins la réalité d’un « méli-mélo »! et bien c’est choses faite..merci l’auteur.. une interrogation tout de même, que fait Sadek Hedjres dans cette chekchouka? mystère.

      Anonyme
      27 juillet 2020 - 23 h 39 min

      T’es toujours un gosse, de quelle boue celle ou tu t’es enfoce depuis 60 ans ?
      ;

      @Zoro
      28 juillet 2020 - 13 h 59 min

      Pardon Mwa, cette boutade cible notre ami que tu devines.

        ZORO
        29 juillet 2020 - 0 h 42 min

        ليت الشباب يعود يوما لاروي له مايقوله كرمزوفو
        SigneZORO. ..Z….

      Ali
      28 juillet 2020 - 15 h 05 min

      Ces histoires de Ghouls et d’ogresses qu’on nous brandit à chaque fois, peut-être que ça continue de faire rire un peu, mais ça ne fait plus peur aux enfants. Ceci dit, je ne suis l’avocat de personne.

    Ashtough
    27 juillet 2020 - 19 h 22 min

    A votre place , quoique je comprenne votre dégoût envers ce soit disant communiste, je l aurai ignoré. Ignore.

    cet énergumène reliquat des déchets politiques des années de violence,. Oui bien sûr , on peut tout se permettre quand on vit loin de la réalité de son peuple et que l on vit surtout au crochet des aides sociales.
    Ne vous mettez pas la rate au cour bouillon , mais sachez juste que cette espèce n’a a priori aucun scrupule Pour s’afficher avec Des dépravés qui ne connaissent pas le sens de l’honneur .
    Nous les combattrons encore et toujours l Algérie ne leur sera pas offerte , notre dieu est plus beau , plus vrai que le leurs , notre foi es plus saine que la leur et notre force est plus vrai plus saine que tous ces visionnaires ,de ces madames soleil du dimanche.
    L Algérie n a pas de soin de voyante , elle a besoin d hommes de dignité, comme vous l êtes et le sont encore des millions d autres

      Le président
      27 juillet 2020 - 22 h 14 min

      Participant du premier jour sur la place de la république au mouvement laic et démocrate (je croyais) ,après l’intrusion de Houari Addi (pérorer sur l’éventuelle synergie ) avec l’islamisme , en voilà un à un age aussi avancé qu’il est atteint de sénilité Hachemi Hadjres s’accoudant sur un nervis , criminel d’innocents Zatout .Adieu les amis

      Anonyme
      27 juillet 2020 - 23 h 02 min

      Bravo Monsieur pour votre réponse !!!
      Les partis d extrêmes gauche , animés pour la plupart par des sionistes n’ont pas avaler le fait que les islamistes n ont pas pu accéder au pouvoir en Algérie!!!
      L interruption du processus électoral leur a scié les jambes et là ils profitent du hirak pour transformer cet échec en réussite mais les algériens ne sont pas dupes…

        Achour
        29 juillet 2020 - 16 h 14 min

        Ha ha, les partis d’extrême gauche français sont contre l’Algérie (…), ni les partis de droite, ni les parts d’extrême droit. Mais pas non plus ceux du centre. Bon bref pourquoi l’Algérie continue à avoir des relations diplomatiques avec l’état français dont le président est issu d’élections » libres « . Et que dire de la population française et des haraguas qui s’y précipitent. Vite aux frontières pour prévenir les « clandestins » algériens, qu’ils arrivent en enfer !!!

    Karamazov
    27 juillet 2020 - 18 h 37 min

    Iskizi-moua Monsieur , mais j’ai l’impression que vous parlez en morse . Woulah ma smert fiha boulone. Autant cracher en l’air.

    Mais à ce que je vois vous aussi vous vous aimez les pléonasmes waqila .

    L’islam politique, c’est quoi ? El islamou , dinoun, dawlatoun, thaqafatoun, wa moudjtama3ou . Donc el islamou siyassatoun.

    Et d’ailleurs je ne vois pas du moment que nous sommes musulmans à quoi vous voudriez en venir avec vos tentatives de dénigrement des islamistes qui ne sont rien d’autres que des musulmans qui pratiquent et qui voudraient que tous ceux qui se disent musulmans pratique eux aussi. Car l’islam n’est pas une abstraction pure mais une pratique quotidienne .

      Lazizi
      27 juillet 2020 - 20 h 47 min

      Aparament tu n’as rien compris, Karamazov. Mohsen Abdelmoumen parle de choses qu’il connait…Très peu de jeunes gens connaissent la très riche pèriode post- indépendance.

      Anonyme
      28 juillet 2020 - 6 h 30 min

      @Karamazov « les islamistes ne sont rien d’autre que des musulmans »!!! Discours classique de l’extrême droite. On dirait Zemour qui parle de l’Islam!!

      Abou Stroff
      28 juillet 2020 - 8 h 20 min

      Komrad, je te salue!
      les arabo-muslims sont devant un dilemme.
      en effet, l’islamisme est un produit direct de l’islam qui en est la matrice principale. cependant, les arabo-muslims n’ont guère le courage d’affronter cette vérité vraie qui ne sied pas à leur consommation « modérée »de la drogue la plus dure parmi les drogues dures.
      par conséquent, ils se mettent à accuser l’impérialisme, le sionisme (et probablement la réaction interne si nous étions dans les années 70).
      moralité de l’histoire: pour couper court à ces discussions byzantines, je pense, malgré la modestie qui m’étouffe, que la seule et unique solution pour dépasser cet univers kafkaïen, est de confiner la religion dans la sphère privée et de tout faire pour qu’elle ne déborde pas sur la sphère publique. nous aurons éliminé, dans un même mouvement, les deux socles de notre arriération, l’islam, en général et l’islamisme en particulier

    Belveder
    27 juillet 2020 - 18 h 33 min

    Ces Contributions depuis quelques Mois tourne toujours autour des «  »Ego » » des personnes …Un mal qui ronge nos penseurs nos ecrivains nos intélléctuels depuis des décennies
    Mais il est vrai et heureseument que 99% des gens qui revendiquent le changement laissent ces querelles de coté

      abdou
      27 juillet 2020 - 20 h 39 min

      apprenez le morse frérot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.