Dr H. Bruce Franklin : «Les Etats-Unis ont de plus en plus les caractéristiques d’un Etat fasciste»

Floyd Franklin
Lors des manifestations aux Etats-Unis après la mort de George Floyd. D. R.

Mohsen Abdelmoumen : Votre livre Crash course: From the Good War to the Forever War est un livre essentiel pour quiconque s’intéresse à l’histoire des Etats-Unis. Les Etats-Unis ont mené des guerres impérialistes, notamment en Irak, en Afghanistan, etc. Pourquoi, d’après vous, les Etats-Unis d’Amérique ont-ils besoin de faire la guerre ? Derrière toutes ces guerres, on évoque le poids du complexe militaro-industriel aux Etats-Unis. Quelle est son influence dans la décision politique ?

Dr H. Bruce Franklin : Les Etats-Unis ont, en effet, mené une guerre impérialiste après l’autre depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Aucune de ces guerres n’a été nécessaire. Comme je le documente dans Crash Course, Washington a unilatéralement divisé la nation de Corée en deux nations trois jours avant que le Japon ne se rende le 14 août 1945, rendant ainsi la guerre de Corée inévitable et, huit jours plus tard, Washington a accepté de participer pleinement à la guerre française pour recoloniser le Vietnam. L’énorme puissance productive de l’industrie américaine a dû aller quelque part après avoir assouvi les besoins des consommateurs non satisfaits pendant la guerre. Au lieu de devenir notre monstrueux complexe militaro-industriel, elle aurait pu éliminer la pauvreté, créer une quasi-utopie en matière de soins de santé, d’éducation, d’environnement, de culture et de loisirs pour tous. Mais la classe dirigeante de la société pensait que ce serait le socialisme et la fin du capitalisme.

Vous avez étudié le système carcéral américain que vous décrivez dans plusieurs livres dont notamment Prison Writing in 20th-Century America et Prison Literature in America : The Victim as Criminal and Artist. En voyant les pratiques fascistes exercées dans l’univers carcéral américain, peut-on encore parler de concepts tels que «droits de l’homme» et «démocratie» aux Etats-Unis ?

Depuis 1619, l’histoire de l’Amérique est marquée par une lutte entre ceux qui cherchent à défendre les droits de l’Homme et la démocratie et ceux qui cherchent la conquête et le pouvoir sur les autres. La lutte a atteint un point culminant lors de la guerre civile, qui s’est terminée par la Reconstruction et les 13e, 14e et 15e Amendements qui ont interdit l’esclavage et proclamé l’égalité des droits de tous les citoyens masculins. Mais dès que les troupes fédérales se sont retirées du Sud, un règne de terreur a détruit tous les corps législatifs progressistes librement élus des Etats du Sud et les a remplacés par des législatures qui ont conçu les «Codes noirs» pour transformer effectivement chaque esclave affranchi, comme la plupart des affranchis noirs, en criminels et donc en esclaves. L’esclavage carcéral s’est avéré être encore pire que l’ancienne forme d’esclavage des plantations privées. Et ensuite, même ceux qui ont survécu à l’esclavage carcéral ont automatiquement perdu leur droit de vote, grâce à la privation du droit de vote pour crime, encore utilisée aujourd’hui pour priver de leur droit de vote des millions d’Afro-Américains.

Comment expliquez-vous que dans un pays qui se dit démocratique, la police américaine assassine régulièrement des Afro-Américains, comme on l’a vu avec l’affaire George Floyd et d’autres. Les Etats-Unis sont-ils une démocratie ou plutôt un Etat fasciste ?

Depuis la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis ont de plus en plus adopté les caractéristiques d’un Etat fasciste, y compris des guerres impériales sans fin, une police militarisée incontrôlée, des incarcérations de masse, une surveillance omniprésente, des élections dominées par la richesse, le racisme et la misogynie et une culture fortement imprégnée de super-héros et de la glorification de la guerre. Le Parti républicain est devenu une organisation néo-fasciste. Mais de puissants mouvements progressistes et de résistance ont continué à lutter contre ces forces oppressives, avec un certain succès. Si Trump et les républicains gagnent la bataille lors de nos prochaines élections, nous vivrons bientôt sous un véritable Etat fasciste, surtout après qu’ils auront remplacé les juges de la Cour suprême Ginsburg et Breyer par deux partisans du fascisme.

Dans votre livre magistral War Stars: The Superweapon and the American Imagination, on remarque que l’histoire des Etats-Unis a été une quête sans fin de la super-arme. Comment expliquez-vous cette quête de l’arme absolue de la part des Etats-Unis ?

La recherche par l’Amérique de l’arme ultime qui mettrait fin à toutes les guerres et accorderait une domination mondiale bienveillante aux Etats-Unis est un corollaire de la croyance dans l’exceptionnalisme américain. Dans War Stars, je retrace l’évolution de cette croyance depuis le sous-marin de Robert Fulton au XVIIIe siècle, à travers la culture et l’histoire américaines, jusqu’au développement d’armes capables de détruire notre espèce. Ce livre doit beaucoup à ma propre expérience de navigateur et d’officier de renseignement au sein du Strategic Air Command.

La question de la guerre revient souvent dans vos travaux, pour ne pas dire qu’elle est centrale, et la guerre du Vietnam vous a marqués, comme elle a marqué plusieurs générations d’Américains. Comment expliquez-vous l’impact de la guerre du Vietnam sur des générations d’Américains ?

En 1958, 76% des Américains pensaient que notre gouvernement dirigeait «pour le bien de tous» et seulement 18% pensaient qu’il dirigeait «pour quelques grands intérêts». En 1978, 24% seulement pensaient qu’il dirigeait «pour le bien de tous» alors que 66% pensaient qu’il dirigeait «pour quelques grands intérêts». Cela en dit long. L’opposition à la guerre était si puissante que la classe qui dirige la nation a réalisé qu’elle ne pourrait plus jamais déployer une armée de conscrits. Nous avons appris que l’Amérique n’était pas invincible et beaucoup d’entre nous ont appris, comme l’a dit Martin Luther King, que nous nous battons «du mauvais côté d’une révolution mondiale» et que «le plus grand pourvoyeur de violence dans le monde aujourd’hui» est notre «propre gouvernement». La culture américaine combat chaque jour contre l’histoire de la guerre du Vietnam.

Vous avez eu un parcours remarquable et impressionnant en tant qu’activiste et en tant qu’intellectuel et vous avez été très impliqué dans le mouvement anti-guerre pendant la guerre du Vietnam, entre autres, dans la mise en place du réseau européen des GI déserteurs. Quel est le poids du mouvement antiguerre aux Etats-Unis aujourd’hui ?

La grande majorité des Américains s’oppose à notre guerre éternelle. Quelle en est la preuve ? Tous les principaux candidats à la Maison-Blanche prétendent être contre nos récentes guerres, et les candidats accusent régulièrement leurs adversaires de favoriser et même de voter pour ces guerres. Les manifestations contre la guerre en Irak étaient en fait plus importantes que celles contre la guerre au Vietnam. Depuis lors, notre gouvernement a été forcé de mener nos guerres actuelles avec des drones, des forces spéciales, des assassinats, des procurations, ou même en secret.

L’Amérique se dirige vers des élections présidentielles très attendues par le monde entier. Comment expliquez-vous que les Etats-Unis n’aient pas trouvé une alternative fiable à Trump ? Ne pensez-vous pas que la réélection de Donald Trump serait un grand danger pour la paix dans le monde ? La gauche américaine n’a-t-elle pas besoin de se reconstruire pour, éventuellement, proposer une alternative aux tenants du pouvoir actuel ?

Les électeurs des primaires démocrates ont choisi à une écrasante majorité Joe Biden comme le candidat le plus susceptible de battre Trump. En l’état actuel des choses, je pense qu’ils avaient probablement raison (bien que j’aie voté pour Bernie Sanders). Les preuves ? Les sondages actuels sont le fait que la principale stratégie des républicains consiste à peindre Biden pour le faire ressembler à Bernie.

Le mouvement actuel, dirigé par Black Lives Matter, est le mouvement de masse le plus profond et le plus large que j’aie vu de mon vivant, et la montée des progressistes au sein du Parti démocrate a changé la configuration du débat national.

Je ne crois pas que Trump puisse gagner une élection honnête. S’il vole la présidence, il achèvera le triomphe du fascisme. C’est un malade, et il fait peser de graves risques sur la paix, maintenant et jusqu’à ce qu’il soit retiré de la Maison-Blanche. En tant qu’ardent représentant des industries et des forces qui détruisent notre environnement, il représente également une grave menace pour la survie de notre espèce.

Vous avez écrit le livre The Most Important Fish in the Sea dans lequel vous attirez l’attention sur l’importance du poisson menhaden dans la chaîne alimentaire de l’Atlantique et du Golfe et son rôle dans l’écosystème marin. Suite à votre livre, deux projets de loi sur la conservation de la nature ont été votés au Congrès des Etats-Unis. Ce livre et son impact ne prouvent-ils pas qu’un intellectuel peut avoir une influence positive sur des questions liées à l’environnement, surtout par rapport aux enjeux du réchauffement climatique ?

The Most Important Fish in the Sea a joué un rôle essentiel pour amener le ministère du Commerce à tenir compte des effets écologiques dans la gestion de la pêche. Tout aussi important est le mouvement de masse qui a utilisé le livre pour forcer ce changement crucial dans la gestion de l’environnement marin. Au cours des dix années qui ont suivi la publication de la première édition du livre, la plupart de mes activités d’organisation de base ont consisté à parler aux clubs de pêche en eau salée. Le club typique est entièrement masculin, composé uniquement de Blancs et majoritairement de la classe ouvrière. Beaucoup de ces hommes sont des ouvriers qualifiés : plombiers, charpentiers, électriciens, paysagistes, tôliers, mécaniciens. Certains gèrent leur propre entreprise. Nous nous réunissions généralement dans une salle de réunion des Chevaliers de Colomb, de la Légion américaine ou des vétérans des guerres étrangères et commencions nos réunions par le serment d’allégeance au drapeau. Le mouvement de masse de ces hommes a été crucial dans la lutte. Lorsque j’ai essayé d’amener les organisations libérales locales à se rapprocher du mouvement, elles ont rejeté ces hommes comme des bouseux désespérément ignorants. Mais en réalité, l’environnement marin était au cœur de la vie de ces hommes, et ils voulaient qu’il soit sain pour leurs enfants et petits-enfants. Je suis l’un de ces hommes blancs. J’aimerais que les libéraux commencent à reconnaître que nous, les pêcheurs et les chasseurs, sommes très attachés à l’environnement naturel.

Dans l’un de vos articles What Is Covid-19 Trying to Teach Us? vous évoquez que bien avant la crise du Covid-19, il y avait des signes de récession. Avec la crise du Covid-19, la situation s’est aggravée. Selon vous, n’allons-nous pas vers une récession encore plus grave qu’en 2008 ?

Grâce à la mauvaise gestion de Trump, cette récession est déjà bien pire que celle de 2008, même si elle s’avère assez lucrative pour certaines entreprises et pour les spéculateurs et investisseurs boursiers. Si Biden gagne, il héritera d’un gâchis bien pire que celui que George W. Bush a laissé à Obama pour faire le ménage.

D’après vous, la guerre économique que mène Trump à la Chine n’est-elle pas une aventure dangereuse pour l’économie mondiale ?

C’est certainement le cas. Les gens oublient qu’en 2008-2009 c’est l’économie chinoise qui a servi de moteur pour sortir le monde de la récession. Trump considère tout comme un jeu à somme nulle, avec un gagnant et un perdant. Mais la coopération et la reconnaissance du fait que nous sommes une seule espèce – une espèce menacée – sont nécessaires pour créer un avenir vivable.

M. A.

Dr H. Bruce Franklin est l’un des plus grands historiens culturels et érudits américains, H. Bruce Franklin est l’auteur ou l’éditeur de dix-neuf livres et de plus de 300 articles sur la culture et l’histoire publiés dans plus d’une centaine de magazines et journaux importants, de revues universitaires et d’ouvrages de référence. Il a prononcé plus de 150 discours sur les campus universitaires, dans des émissions de radio et de télévision, ainsi que dans des conférences universitaires, des musées et des bibliothèques, et il a participé à la réalisation de 4 films.

Il a enseigné à l’université de Stanford, Johns Hopkins, Wesleyan et Yale et est actuellement professeur d’études anglaises et américaines à l’université Rutgers de Newark (John Cotton Dana). Avant de devenir universitaire, Franklin a travaillé dans des usines, a été matelot de remorqueur et matelot de pont et a volé pendant trois ans dans l’armée de l’air américaine en tant que navigateur et officier de renseignement du Strategic Air Command.

Comment (2)

    PasCharlie du tout (j'ai le droit?)
    6 septembre 2020 - 13 h 21 min

    Ceux la même qui condamnent le Facisme… sont les premiers à le pratiquer !
    Les élus de Dieu (enfin prétendus) et ceux du diable (*LGBTXY) sont protégés par des Lois dans l’occident menteur!
    Les autres c’est bon, on peut les critiquer… mais parfois ils se rebiffent !

    ET C"EST POUR QUAND UN ARTICLE SUR LA PROPAGANDE STÉRILE ET NUISIBLE RUSSE ET DE IMPÉRIALISME ENCORE PIRE DE LA FRANCE??
    5 septembre 2020 - 12 h 14 min

    dans ce monde on veut nous orienter sur une pensée unique et ô combien néfaste et dangereuse. que les lecteurs comprennent que l’american bashing a été crée en europe et notamment en france par les communistes. or, dans la réalité on constate de plus en plus de pays qui rejettent la propagande soviétique et le socialise que de pays qui rejettent le modèle américain. si les gens sont malins, ils n’ont juste à se poser une seule question : pourquoi israel a choisi les USA et le modèle américain? et croyez moi si le modèle russe qui a conduit qu’à des guerre civiles et soulèvement populaire en europe de l’est et ailleurs (viet nam, ..), s’ il est le meilleur, les israéliens se l’auraient accaparé déjà!
    l’impérialisme américain pour reprendre l’expression des communistes ou des gens manipulés par ceux ci, et le moins pire des impérialismes qui existe sur terre, soviétique, russe, des pays du golfe, et surtout français qui est le plus dangereux, le plus néfaste pour les économies, le plus sournois et le plus meurtrier (ruanda, le sahel, algérie, sahara occidental, afrique de l’ouest, etc.)
    (…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.