Interview – Tewfik Hamel : «Les menaces qui pèsent sur l’Algérie sont ambiguës»

Tguentourine histoire militaire
Que l'Algérie soit un électron libre dérange. Ici, l'attaque de Tiguentourine. D. R.

Le chercheur en histoire militaire et en études de défense revient, dans cet entretien, sur des questions d’une brûlante actualité. Auteur d’une analyse intitulée «Les menaces sécuritaires hybrides : quelles réponses à la jonction criminalité-terrorisme ?» le membre du Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales de l’Université Paul-Valéry de Montpellier estime que les menaces qui pèsent sur l’Algérie sont «diverses, polyvalentes et ambiguës» et que «la volonté de l’Algérie d’être un électron libre est mal accueillie par les grandes puissances».

Mohsen Abdelmoumen : L’Algérie reste une cible permanente de différents cercles hostiles. Une éventuelle déstabilisation de l’Algérie n’est-elle pas une option risquée pour tout le monde ?

Tewfik Hamel : L’Algérie est confrontée à des problèmes de fragilité interne et de vulnérabilité externe. Les cercles de la sécurité nationale de l’Algérie (maghrébin, arabe, africain et méditerranéen) sont en phase de reconfiguration et même de désintégration de certains cercles (arabe et maghrébin). La question de la sécurisation des frontières constitue un «dilemme de sécurité» imposée par les troubles croissants dans le voisinage sahélo-maghrébin et l’intensification des rivalités entre grandes puissances. Les menaces sont diverses, polyvalentes et ambiguës. La volonté de l’Algérie d’être un électron libre est mal accueillie par les grandes puissances.

Le talon d’Achille de l’Algérie est sa fragilité intérieure. Lorsque les dilemmes de sécurité sont le produit des politiques de sécurité externes des Etats, les Etats peuvent désamorcer les tensions grâce à des mesures de renforcement de la confiance. Les bases psychologiques de la perception des vulnérabilités internes sont beaucoup plus difficiles à atténuer. L’insécurité intérieure présente un défi particulier pour les décideurs. Les craintes d’ingérence externe sont générées non pas par les politiques des autres Etats que par les vulnérabilités internes des Etats eux-mêmes. Ainsi, les Etats ayant des vulnérabilités internes ne peuvent pas être facilement apaisés par des mesures de renforcement de la «confiance».

D’après vous, pourquoi l’armée algérienne est-elle la cible permanente de certains cercles hostiles à l’Algérie ?

La triste réalité est que la politique internationale a toujours été une affaire impitoyable et dangereuse. L’identité algérienne a été forgée dans l’adversité, mais à son corps défendant. Le nationalisme algérien est ancré dans la certitude que le pays est victime d’un complot. Les dirigeants algériens perçoivent la position géopolitique de leur pays sous un prisme obsidional, selon lequel l’Algérie est constamment menacée. Le recours constant des dirigeants algériens à l’«ennemi extérieur» reflète une fragilité intérieure. Face à la crise économique, sociale, politique et les revendications croissantes du Hirak en matière de transparence et gouvernance, l’Etat ne peut plus maintenir son train de vie. Le ministère de la Défense est conscient que des coupes budgétaires sont nécessaires et qu’il est nécessaire de rationaliser les dépenses militaires. Un discours alarmant sert à atténuer ou à retarder de telles coupes. Sans l’instauration d’un Etat démocratique moderne, l’Algérie restera une pyramide inversée – c’est-à-dire sa stabilité demeure fragile.

Vous avez écrit récemment un article intéressant intitulé «Pandémie Covid-19 : leçons pour le bioterrorisme». Pouvez-vous expliquer ce concept ?

Le bioterrorisme fait référence à l’utilisation intentionnelle ou la menace d’emploi à des fins terroristes de micro-organismes (bactéries, virus, champignons, parasites) ou de toxines dans le but d’induire un dysfonctionnement biologique pouvant entraîner la mort d’un organisme vivant afin d’influencer la conduite du gouvernement ou d’intimider ou de contraindre une population civile. Le bioterrorisme pourrait inclure des actes délibérés comme l’introduction d’organismes nuisibles destinés à tuer les cultures vivrières ; la propagation d’une maladie virulente entre les installations de production animale et l’empoisonnement de l’eau, de la nourriture et des réserves de sang. L’acte de bioterrorisme peut aller d’un simple canular à l’utilisation réelle d’armes biologiques.

Les attaques biologiques – armes de destruction, de désorganisation et de perturbation de masse – peuvent avoir des effets psychologiques et sociaux importants de diverses façons, même lorsque les agents provoquent de faibles taux de mortalité physique. L’un des premiers effets est une détresse sociale et psychologique intense. Plusieurs raisons à cette réaction : l’invisibilité des agents biologiques, l’incertitude sur l’étendue et la dangerosité des armes biologiques, la possibilité de transmission de l’agent par contact humain, etc. Parce que peu de matériel suffit pour produire l’effet souhaité, les agents biologiques – bon marché et relativement faciles à obtenir et à disperser – se révèlent bien adaptés au terrorisme pour semer le chaos et la terreur parmi les populations. Un système d’armes biologiques comprend quatre éléments :

• Une charge utile, c’est-à-dire l’agent biologique lui-même.

• Les munitions qui protègent et transportent la charge utile pour maintenir sa puissance durant la livraison.

• Un système de livraison qui peut être un missile, un véhicule (avion, bateau, automobile ou camion), un obus d’artillerie, un être humain, des aliments.

• Un système de dispersion qui assure la diffusion de la charge sur la cible. Les méthodes potentielles de dispersion sont les aérosols, les explosifs et la contamination des aliments ou de l’eau. Les aérosols sont le moyen le plus efficace de diffusion généralisée.

Les approvisionnements alimentaires sont plus faciles à contaminer que les approvisionnements en eau. Les terroristes peuvent attaquer l’approvisionnement alimentaire à plusieurs étapes de la chaîne alimentaire : cibler le bétail et les cultures pendant la production, la récolte, le stockage ou le transport ; cibler les aliments transformés pendant la transformation, la fabrication, le stockage, le transport ou la distribution de ces aliments. Les épidémies d’origine alimentaire peuvent être considérées comme un événement naturel au début d’une attaque bioterroriste. La contamination des approvisionnements en eau nécessite généralement l’ajout de grandes quantités (irréalistes) d’agents biologiques à l’approvisionnement d’une ville.

On évoque souvent le terrorisme biologique. Que pensez-vous de ces thèses ?

Les agents biologiques ont des caractéristiques qui les rendent attrayants pour un terroriste potentiel : coût moindre que les armes nucléaires ; détection difficile ; dissémination des agents facile sur de grandes étendues ; les auteurs peuvent se protéger et disparaître avant l’apparition des effets ; induit la panique ; engorgement des structures de soins ; effet médiatique ; impact économique important. Quoi qu’il en soit la probabilité et la possibilité, une préparation efficace au bioterrorisme aurait certainement permis une meilleure gestion d’une pandémie, d’une crise d’origine naturelle ou accidentelle. La préparation à une pandémie et au bioterrorisme est indissociable. Il existe une continuité évidente entre les mesures à prendre pour faire face au bioterrorisme et les mesures contre une pandémie.

Plus que jamais, la menace biologique mérite l’attention des politiques et des professionnels de sécurité et de la santé publique. La biotechnologie à l’ère de la biologie synthétique élargit le paysage des problèmes potentiels de la défense. Bien que les apports de la biologie synthétique soient prometteurs, il est aussi possible de craindre des utilisations malveillantes. Bien que ces connaissances aient amélioré la capacité des pouvoirs publics à détecter, prévenir et traiter les infections causées par les agents de guerre biologique, les experts reconnaissent la possibilité de «personnaliser» les agents biologiques classiques pour les rendre plus difficiles à détecter, à diagnostiquer et à traiter. La possibilité d’utiliser la biotechnologie pour concevoir une nouvelle classe d’agents, appelés «Advanced Biological Agents» (ABA), doit être envisagée.

La biotechnologie peut également avoir des applications soutenant la militarisation, la diffusion et la livraison des agents biologiques. A mesure que la biotechnologie continue de progresser, les dangers et les risques de la militarisation, par des gouvernements ou des acteurs non étatiques, progressent également. Par exemple, l’équipement ADN requis pour synthétiser un certain nombre de contagions mortelles est moins cher et plus facile à acheter que d’autres ADN. Selon un rapport de la Central Intelligence Agency de 2003, «la biotechnologie sous-jacente au développement d’Advanced Biological Agents est susceptible de progresser très rapidement, provoquant un spectre de menaces diversifiées et incontrôlables».

Les plantes et les animaux transgéniques pourraient être modifiés pour produire de grandes quantités de protéines biorégulatrices ou de toxines. Des insectes transgéniques, tels que les abeilles ou les moustiques, pourraient être développés pour produire et délivrer des toxines biologiques. Par exemple, un moustique pourrait être génétiquement modifié pour produire et sécréter une toxine biologique dans sa salive. Ce même moustique servirait alors de vecteur pour délivrer la toxine pendant son processus d’alimentation. Ces insectes transgéniques passeraient probablement inaperçus, car bon nombre des contre-mesures de détection et médicales, qui ont été développées pour les «agents traditionnels», seront inefficaces pour les ABA. Cinq attributs importants caractérisant ces agents biologiques avancés ont été décrits : haute virulence associée à une spécificité élevée ; absence de contre-mesures opportunes pour la population attaquée ; possibilité de camoufler l’agent avec une relative facilité ; haut degré de résistance aux forces environnementales défavorables ; haut degré de contrôlabilité.

Les organisations terroristes telles que Daech et Al-Qaïda n’ont-elles pas profité de cette crise du Covid pour se réorganiser ?

Pas seulement les organisations djihadistes. Un survol rapide des forums néonazis et des chaînes suprématistes blanches, qui, elles aussi, recourent aux tactiques djihadistes pour perfectionner leurs stratégies, montre comment les extrémistes de droite avancent les théories de la désinformation et du complot pour alimenter les récits extrémistes et encourager la mobilisation. Les partisans de groupes extrémistes nationaux et internationaux ont encouragé leurs adeptes à mener des attaques pendant la pandémie pour susciter la panique, cibler les minorités et les immigrants et célébrer la mort de leurs ennemis. Selon une note de service du département de la Sécurité intérieure, les suprématistes blancs et les néo-nazis préconisent qu’il «s’agissait d’une obligation de le propager si l’un d’eux contracte le virus». Des groupes de la société civile, comme l’Anti-Defamation League, ont identifié que des forums de droite comme «Que faire si vous obtenez Corona 19», qui disent : «Visitez votre mosquée locale, visitez votre local synagogue, passez la journée dans les transports en commun, passez du temps dans votre quartier diversifié local.»

Certains blogs néonazis proposaient d’«exterminer» les populations immigrées et d’exclure les minorités ethniques du traitement médical, tout en affirmant que la «croix gammée» est «le meilleur remède contre le Covid-19». Leur propagande blâme les groupes ethniques «inférieurs» tout en plaidant pour la fermeture permanente des frontières. De son côté, l’Etat islamique a encouragé les djihadistes à capitaliser sur la peur, le chaos et le stress causés par la pandémie en menant des attaques contre des populations vulnérables en Europe et aux Etats-Unis. Les partisans de l’Etat islamique décrivent le coronavirus comme un «soldat d’Allah» et ont encouragé les adeptes à célébrer comment la pandémie a nui aux économies américaine et européenne. Ils ont également allégué qu’il s’agissait d’une punition divine contre les athées, les chiites, les chrétiens et les populations minoritaires en Chine, en Iran et en Italie. Des sites et blogs islamistes appellent aussi à propager Covid-19 parmi les infidèles et Dar Al-Harb, ou ce qu’ils appellent le «dijhad coronavirus».

Différentes sources de renseignement évoquent une restructuration de Daech, notamment en Irak. Que pouvez-vous nous dire à ce propos ? Où en est la coopération des services de renseignement dans le cadre de la lutte antiterroriste ?

La perte de nombreux Etats (Irak, Syrie, Libye, Mali, etc.) du monopole de la violence légitime a contribué à la prolifération des Etats dysfonctionnels où prospèrent une multitude de menaces – insurrections, terroristes, criminalité transnationale organisée, économies d’ombre illicites. Parallèlement, les nouveaux moteurs des conflits se combinent à des changements culturels, sociaux et technologiques rapides pour compliquer l’environnement de sécurité mondiale. Daech en est l’un des produits. Le travail des services de renseignements est compliqué dans un tel chaos marqué par l’effondrement des institutions. Lutter contre des organisations hybrides comme Daech, c’est, pour reprendre l’ex-lieutenant-colonel John Nagl, «comme manger de la soupe avec un couteau», donc «difficile à apprécier pleinement jusqu’à ce que vous l’ayez fait». Daech est une organisation hybride, hétérogène et narcoterroriste, marquée par la coopération-convergence de plusieurs groupes terroristes, d’insurgés, de criminels et de milices et seigneurs de guerre. Cette relation peut être caractérisée par trois phénomènes parfois simultanément :

• La coexistence ; occuper et opérer dans le même espace géographique en même temps.

• La coopération ; les différents groupes ont réalisé que leurs intérêts mutuels sont mieux servis s’ils travaillent temporairement ensemble et sont menacés s’ils ne le font pas.

• La convergence ; chacun commence à adopter les comportements, la stratégie et les tactiques qui sont le plus souvent associées à l’autre. Daech est l’un des exemples du phénomène de gangstérisation du terrorisme et de radicalisation des gangsters.

Les acteurs locaux ne disparaissent pas dans les nouveaux réseaux mondiaux. Dans la lutte contre le narcoterrorisme, le gouvernement dispose d’un avantage initial en termes de ressources, mais contrebalancé par l’obligation de maintenir l’ordre et de protéger la population. Les narcoterroristes réussissent en semant le chaos ; le gouvernement échoue s’il ne maintient pas un ordre satisfaisant. Donc s’il se borne à tuer ou faire des prisonniers, l’Etat ne peut pas gagner. Gagner les guerres et gagner la paix sont ainsi deux missions fort différentes. Face à ce type de menace, ni chars, ni navires de guerre, ni avions ne pouvaient garantir la victoire stratégique.

Les groupes armés sont des organismes vivants, pas des structures mécaniques. Ils changent, se transforment et se recombinent en permutations infinies qui forcent des stratégies et des concepts de changer au fil du temps. Daech est un «système de systèmes» qu’une organisation terroriste : un organisme complexe qui dépend de plusieurs facteurs ; leadership, ressources, infrastructures, populations et défenses. Perdre l’un de ces éléments-clés et l’ennemi est paralysé. Les perdre tous et l’ennemi est éliminé. Sans traiter les causes qui ont conduit à l’émergence de Daech, y compris les interventions étrangères, il est fort probable qu’elle se régénère sous une nouvelle forme.

Pourquoi les gouvernements occidentaux tolèrent-ils la présence sur leurs sols de terroristes notoires ? D’après vous, les services de renseignement occidentaux se sont-ils adaptés à la menace djihadiste ?

Le terrorisme est un concept polysémique. Malgré le caractère récurrent de ce phénomène plus vaste et plus englobant, il est encore mal défini, ouvert à des interprétations erronées, confusions, des détournements, des abus et des justifications morales. L’absence d’une définition claire et unanime a gravement nui à la lutte contre le terrorisme. Le vrai problème est que le terme a été employé comme arme idéologique plutôt que comme un instrument d’analyse. En Occident, il y a une tendance à définir le terrorisme pas en tant qu’acte, mais par l’auteur. La lutte contre le terrorisme s’appuie sur de nombreuses hypothèses, fausses et réductrices orientalistes, qui cherchent à imposer la clarté morale au détriment de la clarté stratégique et opérationnelle.

La lutte contre le terrorisme nécessite que le but et la pratique des forces de sécurité et militaires soient régis par les valeurs libérales et démocratiques. L’intégration de la lutte antiterroriste avec la société civile rend l’application des valeurs libérales difficile. Il y a des raisons structurelles qui entravent la stratégie occidentale. Gil Merom explique que ce qui entraîne l’échec des démocraties dans les «petites guerres» est l’interaction de la sensibilité aux victimes, de la répugnance pour le comportement militaire brutal et de l’engagement à la vie démocratique. Ce sont ces tensions qui fournissent la substance d’un débat interne à propos de l’utilité et la légitimité des mesures coercitives.

La stratégie impose discrimination des menaces et harmonisation des fins et des moyens, et exige des objectifs clairs, du moins un ennemi identifiable. Mais l’Occident ne sait pas quoi penser ni quoi faire des différents groupes terroristes, à cause d’un débat orientaliste et idéologique. Porter le voile et porter une ceinture explosive ne sont pas la même chose. Cela ne facilite pas le travail des services de renseignement et des praticiens de sécurité. La politique est élaborée non pas par un centre rationnel mais par un processus complexe. L’Etat réagit à de multiples centres d’intérêt et pressions politiques – parlement, lobbies, public, conseillers. La lutte antiterroriste est le résultat d’une série de compromis, et la machine gouvernementale, une bureaucratie vaste et complexe, ne facilite pas la formulation de politiques cohérentes et rationnelles.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

(Suivra)

Comment (15)

    ALGERIE IMMENSEMENT RICHE .. VOICI UN LIEN TRES INTERESSANT QUI EXPLIQUE TOUT CE QUE LES MEDIAS NE VEULENT PAS DIRE … OUI L AVENIR DU MONDE EST EN ALGERIE
    https://reseauinternational.net/la-veritable-guerre-mondiale-est-en-algerie/

    Abou Stroff
    21 février 2021 - 7 h 43 min

    « Le talon d’Achille de l’Algérie est sa fragilité intérieure » souligne T. H..
    j’ai toujours soutenu qu’un pays où existe une forte osmose entre le peuple et ses dirigeants est INVINCIBLE, quelle que soit la puissance de son et de ses ennemis. et, pour qu’il y ait une osmose totale entre le peuple algérien et ses dirigeants, il faut que les dirigeants soient dignes de confiance, intègres, patriotes et totalement désintéressés. dans ce cas, les algériens se sacrifieront, se couperont en quatre, déplaceront des montagnes, assécheront des mers et anéantiront tous leurs ennemis.
    les exemples sont légion. les vietnamiens ont botté les fesses des colonialistes français puis des impérialistes yankees parce que les dirigeants vietnamiens donnaient l’exemple en termes de sacrifice. les dirigeants vietnamiens (à l’image de Ho Chi Minh ou de Giap ne racontaient pas des histoires de patriotisme tout en achetant des biens à paris ou à genève avec de l’argent public détourné). les cubains aussi ont résisté au blocus imposé par les amerloques parce que Castro n’a pas profité de son statut de dirigeant pour siphonner l’argent public ou pour aller se faire soigner et bichonner à Washington pendant que le cubain lambda crevait faute de soins (rappelons nous que la médecine cubaine est à la pointe au niveau mondial).
    moralité de l’histoire: les menaces qui pèsent sur l’algérie auront autant d’effet sur l’algérie et les algériens qu’un pet et un seul dans la stratosphère, à condition que les algériens se débarrassent rapidement des couches compradores dont les intérêts sont intimement imbriqués et liés avec les intérêts de puissances impérialistes (les usa et la france, entre autres), et sous-impérialistes (la turquie et les pétro-monarchies du golfe, entre autres).

    mitraillesec/@belveder
    20 février 2021 - 22 h 52 min

    Voici « les crimes atroces contre le peuple libyen » commis par Khadafi
    1. L’électricité était gratuite pour tous les citoyens.
    2. Pour tous les citoyens les prêts n’avaient pas d’intérêt pour les banques publiques.
    3. La maison était considérée comme un droit humain. Pas de loyer.
    4. Les jeunes mariés recevaient l’équivalent de 50 mille dollars US pour l’achat de leur première maison. Le gouvernement encourageait la formation de familles.
    5. La santé et l’éducation étaient gratuites. Avant Kadhafi, seulement 25 % des libyens savaient lire; aujourd’hui, ce chiffre est de 83 %.
    6. Les Libyens qui ont choisi de s’engager dans l’agriculture se sont vu attribuer des terres, des logements pour leur établissement sur place, des outils, des semences et du bétail pour leur permettre de démarrer leur propre exploitation.
    7. Si un libyen voulait s’éduquer ou demander un traitement médical à l’étranger, il lui était attribué l’équivalent de 2.300 dollars US par mois pour couvrir l’hébergement et le transport.
    8. Le gouvernement permettait l’acquisition de voitures à 50 % de la valeur totale.
    9. L’essence en Libye avec Mouammar Kadhafi l’équivalent de 14 cents de dollar.
    10. Si en sortant de l’université un libyen ne pouvait pas trouver de travail, le gouvernement lui payait un salaire moyen jusqu’à ce qu’il puisse obtenir le placement correspondant à l’éducation reçue.
    11. La Libye n’avait pas de dette extérieure. Les réserves de la banque centrale estimées à 150 milliards de dollars des États-Unis, ont été distribuées en tant que butin de guerre entre les puissances qui ont occupé le pays. L’or libyen aurait été volé par la France de Sarkozy.
    12. Tous les libyens ont été directement impliqués dans les revenus provenant du pétrole, et ont déposé l’argent pour chaque citoyen sur son compte de vérification.
    13. Pour chaque enfant conçu, les mères ont reçu l’équivalent de 5 mille dollars US.
    14. De nombreux Libyens avaient un diplôme universitaire.
    15. La Libye est un pays désertique. Kadhafi a lancé le grand projet de la rivière artificielle, qui est la plus grande eau de la planète et assure l’approvisionnement en eau de tous les citoyens et de l’agriculture du pays.
    La grande rivière artificielle de Muammar Khadafi était considérée comme « la huitième merveille du monde ». Le plus gigantesque projet mondial composé de canaux souterrains et le plus énorme projet d’ingénierie qui ait jamais été réalisé.
    Le 22 juillet 2011, les forces aériennes de l’OTAN ont bombardé l’usine de Marsa am-Burajka qui fabriquait les éléments de la canalisation.
    Maintenant, nous connaissons la liste des atrocités que les libyens ont dû subir pendant quatre décennies avec Mouammar Kadhafi.

    mitraille sec @elephant man
    20 février 2021 - 22 h 19 min

    TRES . BONNE ANALYSE ELEPHANT MAN . (…).. .. JE VOUS LA FaiT court nous passons d un monde unipolaire diriger par les usa depuis la chute du mur a un monde multipolaire avec de nouvelles puissance emergentes et de nouvelles alliances ET LE DEBUT DE LA FIN DU DOLLAR comme monnaie referente pour le commerce internationnal et en faite qui n as aucune valeur a part endeter le monde kadhafi preparait une monnaie le dinar d or pour l afrique indexer sur l or et pour sortir de la dette des sionistes il a oser ce qu aucun president arabe ou africain na jamais oser faire ; il l a payer de sa vie il est mort pour une juste cause ; jamais les africains on pleurer et regretter un homme comme ils ont pleurer le regretter kadhafi ; il y a eu une plainte a l international contre sarkozy deposer par des personnalites africaine oui messieur; il n y avait aucun arabe ou berbere pour appuyer leurs plainte une honte je vous dit ; kechfa kbira . a nous algeriens de faire notre place sur ce nouvelle echiquier internationale et ne pas laisser passer le train sinon on est foutu pour les 70 ANS A VENIR a nous de faire les bonnes alliance nous sommes a la croise des chemin ; le covid est est un transfert de pouvoir politique est economique de l occident vers l orient specialement l asie ;;;; pour les virus visionner ce lien de kadhafi PAIX A SON AME ce grand visionnaire au sujet des virus . IL AVAIT TOUT COMPRIS . COMME ON DIT CEUX QUI ON RAISON TROP TOP ONT TOUJOURS TORT ..www.youtube.com/watch?v=WQ4d91AcUqM&t=3s .;

    Belveder
    20 février 2021 - 11 h 25 min

    La phrase est dite L Algerie évolue en éléctron Libre dans un Monde dans lequel Les BLOCS se forment et les Alliance se font surtout sur des intérets économiques énérgie Eau route maritimme et méme L espace maintenant..Ces alliances se font en faisant fi des considération religieuses ethniques ou fraternelles comme avant mais en préviligiant le seul interet éco..

    Elephant Man
    20 février 2021 - 9 h 03 min

    Sauf votre respect, il est à côté de ses pompes ce Tewfik Hamel, aucune ambiguïté.
    Qu’il aille sortir ses théories DÉMOCRATIQUES en Libye et expliquer aux Libyens quelle magnifique démocratie OTANazienne ils ont gagnée, je reprends mon commentaire @Elephant Man 26/07/20 :
    BHL a déclaré au CRIF que son intervention en Libye était en tant que JUIF ET SIONISTE.
    BHL est l’origine de la création du CNT et avant l’assassinat barbare délibéré par la France BHL du Guide le Colonel Gueddafi Allah Yarhmou sans parler de la population Libyenne décimée.
    Voilà un homme riche, qui ne va JAMAIS depuis sa villa de marrakech parler démocratie et de Droits de l’Homme bafoués des Sahraouis…, qui assure au reste du monde que la Libye compte d’innombrables démocrates, mais qui agit ensuite en secret pour s’assurer que le contrôle des milliards du pétrole Libyen revienne bien à la poignée de démocrates qu’il connaît personnellement.
    La Libye pays, qui n’a jamais agressé quiconque, de 7 millions d’habitants qui vivaient correctement, mieux que beaucoup de pays européens, y compris la France et ce philousophe CRIMINEL BARBARE veut nous faire croire que Gueddafi n’avait plus de légitimité populaire c’est purement de la désinformation de bas niveau de caniveau.
    @Elephant Man 20/07/20 :
    Le problème de la Libye est le néocolonialisme et sionisme, ses positions géopolitique géostratégique ses immenses richesses son pétrole d’ailleurs où sont passés les milliards de dollars du gouvernement Libyen du Guide le Colonel Gueddafi Allah Yarhmou gelés en septembre 2011 par l’ONU qui ont « mystérieusement » disparu des banques occidentales et notamment de l’Euroclear Bank de Belgique entre 2013 et 2017…à moins que la réponse ne soit chez Sarkozy NETTOYÉS AU KÄRCHER !!
    Pour rappel à ce Tewfik Hamel, l’Algérie est le premier pays à avoir combattu vaillamment avec son ANP et son peuple la guerre terroriste sioniste par procuration décennie noire…. QUI TUE QUI !!
    DAECH = création US Obama, frères musulmans = création UK MI5….
    « le Front al Nosra, branche Syrienne d’Al Qaïda, qui fait du bon boulot » dixit Fabius ex MAE français.
    Roland Dumas ex MAE français a déclaré avoir été informé in London de la guerre terroriste en Syrie des années avant que celle-ci ne débute en 2011.
    Bref, ce n’est plus un secret pour personne dans le monde entier qui a créé finance et arme le terrorisme sioniste dit islamISTE.
    Encore une fois comme toujours À Qui Profite Le Crime…..et qui a intérêt à maintenir l’Algérie et les autres États riches Syrie Libye Irak Yémen …dans le sous-développement….

      Belveder
      20 février 2021 - 11 h 29 min

      tu nous dresse pas le tableau de la Libye mais de la Suéde…
      si Ces dictateurs qu ont été saadam moubarek ben Ali khadafi et autres sont si formidables pourquoi ont ils été laché par leur Peuple?? ils sont donc des MILLIONS de traitres???
      METTRE tout sur le dos de l envahisseur ca a bon dos et ca donne la conscience tranquille

        Anonyme
        20 février 2021 - 14 h 27 min

        Bien dit Belveder. Les Khaddafi et Cie ont d’abord été chassés par leur peuple. Je me souviens d’une manifestation de soutien à El Khaddafi ou il n’y avait que quelques centaines de personnes, en majorité des femmes. Avec ou sans Sarkozy ils l’auraient lynché

        Elephant Man
        20 février 2021 - 16 h 23 min

        @Belveder
        « Ainsi était démoli cet État qui, sur la rive sud de la Méditerranée, enregistrait « de hauts niveaux de croissance économique et de hauts indicateurs de développement humain » (comme le documentait en 2010 la Banque Mondiale elle-même), où trouvaient du travail environ deux millions d’immigrés pour la plupart africains.» Par Manlio Dinucci: géopolitologue et journaliste italien.
        Demandez donc aux égyptiens dont le chômage a explosé et qui travaillaient pour la plupart en Libye….
        Sachez que les suédois émigrent en France et sont naturalisés français et y travaillent……

        Elephant Man
        20 février 2021 - 16 h 28 min

        @Belveder
        PS : parce que la fiole de pisse en guise d’armes de destruction massive de Colin Powell c’était le peuple Irakien zaama….
        PS 2 : le pétrole Libyen Irakien Yéménite Syrien c’est leur peuple respectif …
        Du temps de Saddam Hussein les femmes filles étaient éduquées allaient à l’école….les Irakiens avaient l’eau l’électricité courante ….qui a pillé les oeuvres d’art les oeuvres archéologiques Irakiennes pour les revendre en contrebande ….alors que seul le bâtiment du ministère du pétrole avait été protégé….

    Brahms
    20 février 2021 - 1 h 33 min

    La photo prouve tout,

    Qui fournit ces TOYOTAS 4/4 avec mitrailleuse alors qu’un pick – up de ce type vaut facilement 30 000 € ?

    Qui paie ce matériel puisqu’un africain n’a aucun revenu ?

    Réponse : ce sont les bédouins de la bédouinerie qui financent et arment ces tueurs ou mercenaires, ils jouent à la playstation mais en réelle.

    (…)

    karimdz
    19 février 2021 - 22 h 10 min

    Cela rime à quoi d’interroger une mec en France pour connaître la situation dans notre pays ? ! Qui plus est, ce Tewfik Hamel, est influencé par la propagande occidentale, comme si un algérien, un musulman, n était pas capable de faire une analyse de la situation sécurité chez nous et dans le monde.

    Il reproche aux dirigeants algériens de recourir souvent à l ennemi extérieur, comme si ce n était pas une réalité, pour cacher une fragilité intérieure !!! Cà me fait penser plutôt aux pays occidentaux qui dés lors que la situation va mal chez eux, économiquement et socialement, ont recours à la peur du terrorisme, quand ils ne planifient pas des actes terroristes au plus fort de la crise intérieure.

    L Algérie a très bien fait d armer puissamment l ANP, on n ose même pas imaginer la situation de notre pays si cela n’avait pas été le cas. Sa médiocrité mimi 6 nous aurait avalé l ouest algérien, les terroristes djihadistes à la solde d israheil et ses alliés emiratis auraient occupé tout notre sahara …

    Le fait que l Algérie soit démocratique ce dont je souhaite, ne met pas à l abri notre pays de la menace terroriste ou d états hostiles. La France, pour ne citer que ce pays, est un état démocratique, il a une armée puissante et une force nucléaire dissusasive, vous pensez que sans son armée, elle serait protégée !!!!!!!!

    L Algérie occupe effectivement une situation centrale et stratégique en méditerranée et en Afrique. Un certain nombre de pays rêvent de voir notre pays à leur solde, comme le voisin de l ouest, réduit à un protectorat. Le peuple algérien a mené une longue lutte de libération qui lui a couté cher, c’est pour cela que les algériens sont jaloux de leur indépendance, de leur souveraineté territoriale, et ils n acceptent aucun dictat.

    Il n y a pas 36 solutions pour faire face à toutes les menaces, c’est d avoir une ANP puissante, et peu importe les moyens qu’il faut mettre, mais il faut surtout engager des réformes pour faire de notre pays, un état indépendant pas seulement sur le plan de la souveraineté nationale, mais également économique, produire ce que l’on mange, produire nos besoins sur tous les plans, c’est encore mieux, et nous serons plus armés.

    Elephant Man
    19 février 2021 - 21 h 47 min

    Sauf votre respect, il est à côté de ses pompes ce Tewfik Hamel, aucune ambiguïté.
    Qu’il aille sortir ses théories DÉMOCRATIQUES en Libye et expliquer aux Libyens quelle magnifique démocratie OTANazienne ils ont gagnée, je reprends mon commentaire @Elephant Man 26/07/20 :
    BHL a déclaré au CRIF que son intervention en Libye était en tant que JUIF ET SIONISTE.
    BHL est l’origine de la création du CNT et avant l’assassinat barbare délibéré par la France BHL du Guide le Colonel Gueddafi Allah Yarhmou sans parler de la population Libyenne décimée.
    Voilà un homme riche, qui ne va JAMAIS depuis sa villa de marrakech parler démocratie et de Droits de l’Homme bafoués des Sahraouis…, qui assure au reste du monde que la Libye compte d’innombrables démocrates, mais qui agit ensuite en secret pour s’assurer que le contrôle des milliards du pétrole Libyen revienne bien à la poignée de démocrates qu’il connaît personnellement.
    La Libye pays, qui n’a jamais agressé quiconque, de 7 millions d’habitants qui vivaient correctement, mieux que beaucoup de pays européens, y compris la France et ce philousophe CRIMINEL BARBARE veut nous faire croire que Gueddafi n’avait plus de légitimité populaire c’est purement de la désinformation de bas niveau de caniveau.
    @Elephant Man 20/07/20 :
    Le problème de la Libye est le néocolonialisme et sionisme, ses positions géopolitique géostratégique ses immenses richesses son pétrole d’ailleurs où sont passés les milliards de dollars du gouvernement Libyen du Guide le Colonel Gueddafi Allah Yarhmou gelés en septembre 2011 par l’ONU qui ont « mystérieusement » disparu des banques occidentales et notamment de l’Euroclear Bank de Belgique entre 2013 et 2017…à moins que la réponse ne soit chez Sarkozy NETTOYÉS AU KÄRCHER !!
    Pour rappel à ce Tewfik Hamel, l’Algérie est le premier pays à avoir combattu vaillamment avec son ANP et son peuple la guerre terroriste sioniste par procuration décennie noire…. QUI TUE QUI !!
    DAECH = création US Obama, frères musulmans = création UK MI5….
    « le Front al Nosra, branche Syrienne d’Al Qaïda, qui fait du bon boulot » dixit Fabius ex MAE français.
    Roland Dumas ex MAE français a déclaré avoir été informé in London de la guerre terroriste en Syrie des années avant que celle-ci ne débute en 2011.
    Bref, ce n’est plus un secret pour personne dans le monde entier qui a créé finance et arme le terrorisme sioniste dit islamISTE.
    Encore une fois comme toujours À Qui Profite Le Crime…..et qui a intérêt à maintenir l’Algérie et les autres États riches Syrie Libye Irak Yémen …dans le sous-développement….

    LA FRANCE ATTAQUE FRONTALEMENT L'ALGERIE
    19 février 2021 - 20 h 03 min

    la france est le seul pays au monde avec le maroc a attaquer l’algérie frontalement. le dernier JT de arté, j’ai cru voir une chaine anti algérienne mariocaine. on voit tous les cliché que makhzen tente d’imposer aux algériens et au monde entier. ils ne parlent que de généraux et de dictature en algérie. tebboune dedevrait renvoyer l’ambassadeur de france. il faut qu’il donne un signe très fort à la france de ne pas se mêler des affaires intérieurs de l’algérie. et le sahara occidental ne sera jamais marocain, car la france et le maroc et bien sûr israel, ne parient que sur le hirak pour déstabiliser et jeter l’algérie dans une nouvelle décennie noire, qu’ils vont alimenter par des terroristes, drogue et des armes, exactement comme ils l’ont fait durant la décennie noire et avec leur « qui tue qui  » pour noyer et isoler l’algérie encore plus. et comme ça le maroc aura le champ libre pour avaler le sahara occidental surtout que les USA trainent des pieds pour annuler la décision de trump! la décennie noire a permis au maroc de gagner du terrain et de consolider sa colonisation. ils veulent récidiver cette décennie dorée et rêvée pour le maroc et la france et israel!!

      Anonyme
      20 février 2021 - 8 h 36 min

      Dit-il à partir de la France…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.