Démantèlement de l’Etat national : où va l’Algérie de Novembre ?

l'Algérie Etat
Les forces patriotiques devront faire face à la mission sacrée de sauver la République. D. R.

Par Mohsen Abdelmoumen – Au moment où l’Algérie peine à sortir du désastre causé par le règne catastrophique de la fratrie Bouteflika, on constate qu’un climat délétère a envahi tout le pays. Le seul mérite de cette atmosphère pestilentielle est de nous montrer la putréfaction politique et médiatique dans laquelle s’est enlisée l’Algérie. Des pseudo-débats et des assertions qui n’épargnent aucun symbole de l’Etat national ont lieu quotidiennement, comme on l’a vu récemment avec la campagne de dénigrement de l’Emir Abdelkader qui a été vilipendé sur la place publique sous les applaudissements et les encouragements du lumpenprolétariat.

A qui profite le crime, sinon au Makhzen marocain qui n’est pas loin de cette offensive calomnieuse contre le fondateur de l’Etat algérien moderne ? Je rappelle que l’Emir Abdelkader a été trahi par un sultan de pacotille marocain. Quoi qu’il en soit, l’état de décomposition actuel en Algérie est effarant et inquiétant car il a permis l’union incestueuse entre Rachad, les démocrates, la gauche algérienne, les trotskystes, le MAK, les oligarques, les néo-harkis et d’autres groupes dont on parle moins mais qui sont tout aussi nuisibles pour l’Algérie.

Les gesticulations quotidiennes des traîtres composant ce bric-à-brac, véritable chaudron de sorcière, entraînent notre patrie vers son démantèlement. Force est de constater que les assauts permanents des forces antinationales liées à l’agenda impérialiste et néocolonialiste sont de plus en plus virulents et participent à l’abrutissement des Algériens en torpillant tout esprit critique dans une société meurtrie par une décennie de guerre et de massacres par les terroristes islamistes et vingt années du règne calamiteux de Bouteflika. Le processus d’aliénation de l’Algérien continue à faire des ravages au niveau de la société, et nous assistons à des tentatives répétées pour gommer la mémoire du peuple algérien tout en assassinant son cerveau. Un tour d’horizon sur les réseaux sociaux nous convainc du niveau de délitement que nous avons atteint.

Le mariage de complaisance entre Bouteflika et les Frères musulmans a produit cette situation qui est le couronnement d’un long processus commencé en livrant l’éducation nationale aux islamistes. La trahison historique des élites politiques et celle des élites intellectuelles a fabriqué le monstre hybride qu’est l’Algérie actuelle. Moche, sans repères, invivable et qui ne produit que la régression allant du révisionnisme néocolonialiste jusqu’à l’islamisme terroriste. Qu’ont-ils fait de toi, ma chère patrie ? Il n’y a plus de limites et, bientôt, on assistera au jugement, à titre posthume, de Larbi Ben M’hidi et de ses compagnons, les pères fondateurs de l’Etat algérien. Pourquoi pas ?

Dans ce processus destructeur, il n’y a aucun garde-fou, tout est permis. C’est un véritable déchaînement contre tous les symboles de l’Etat national algérien. Cela nous renseigne que la maladie s’est métastasée et que les soins ne peuvent qu’être fermes et résolus. Sauvegarder l’Etat national nécessite une thérapie de choc pour ranimer un corps plongé dans le coma. Pour cela, il nous faut un bon diagnostic et des outils adéquats. Nous n’avons ni l’un ni l’autre pour l’instant, et nous assistons en permanence à un bal des faux culs et à un défilé de faux prophètes qui représentent ce qu’il y a de plus méprisable dans l’espèce humaine.

Ces tartufes, ces traîtres, n’ont jamais été et ne seront jamais la solution, bien au contraire, ils sont le problème. Leur lent travail de sape agrandit chaque jour le risque de démantèlement de notre patrie et les dangers qui nous guettent, qu’ils soient d’ordre géopolitique, économique et sécuritaire, sont immenses et doivent être traités de manière urgente. L’Algérie plongée dans ce brouillard sans cap et sans projet est comme un bateau sans gouvernail entraîné vers un énorme maelstrom qui ne lui laissera aucune chance de rester à flots. Bien évidemment, bon nombre de facteurs exogènes comme le Makhzen marocain, la France néocoloniale, etc. sont des acteurs éminents dans ce désarroi national.

Le moment est venu de poser les jalons d’un courant patriotique qui sera l’antithèse du projet de destruction programmée de l’Algérie par l’empire. Neutraliser les forces antinationales, celles de la félonie liées à l’impérialisme, est la tâche historique de ce courant patriotique qui doit émerger de toute urgence, parce que la situation ne permet pas d’attendre plus longtemps. L’Algérie n’a pas le luxe de perdre du temps, il y va de sa survie. Constituer un front patriotique qui va sanctuariser l’Etat et notre armée est capital.

Le vide dont ont profité les forces antinationales doit impérativement être comblé par les forces patriotiques qui sont face à la mission sacrée de sauver la République et de restaurer l’Etat national, et de les sortir définitivement des griffes des renégats félons au service de l’agenda impérialiste. Le courant patriotique doit s’imposer comme la seule force qui défendra l’Algérie de nos ancêtres, en perpétuant le combat des novembristes et en propulsant notre pays vers la modernité à laquelle il a toujours aspiré.

M. A.

Comment (10)

    Dahmane
    28 juin 2021 - 11 h 25 min

    « Démantèlement de l’Etat national : où va l’Algérie de Novembre ? » – Elle ne bouge pas depuis 1962. De hogra en hogra on ne pourra jamais s’en sortir surtout avec la pauvreté qui bat tous les records depuis 1962.

    RRab3i
    28 juin 2021 - 10 h 02 min

    D OU (en deux mots) deuxième république
    ça devient éminent, la junte a du mal a gouverner, il est impératif d effacer tout du passer a partir de 62 redémarrer sur des bases saines propres et solides , ça suffit l Algérie ne peux plus servir de corne d abondance et terrain d essai a des charlatans incompétents qui accumulent les erreurs et croit être les meilleurs même si certains sont de bonne fois persuadés de sauver le pays en imposant la dictature ils l enfonce et ne veulent pas l admettre ,ce modèle de règne est dépasser il suffit d écouter les jeunes dans les rues il en savent mieux que ,,,,,,

    Oui Vigilance est de Mise
    27 juin 2021 - 15 h 11 min

    On voit remonter à la Surface ces Derniers jours des Expressions d’un PAradigme Tribal et Régionaliste qui sert de Grille D’ANALYSE a beaucoup de Parties Anti-Nationales.
    C’est un PIEGE TRÈS DANGEREUX dans lequel ont veut faire TOMBER les Algériens !
    Ce paradigme est partagé par beaucoup de Parties et Adeptes Qui n’ont jamais cru à la Nation Algérienne…ou qui l’Exploitent pour mieux Contrôler le Pays ?
    …ATTENTION le TRIBALISME ou RÉGIONALISME EXTRÊME sont les 2 Faces d’une même Pièce…Ses Adeptes qui se sont Alliés au Pouvoir pendant un Temps.
    Se sentent-ils mis à l’écart
    réclament-ils leur part de la RENTE ?
    Pour qui travaillent-ils ?
    Pour rappel, les Accords d’EVIAN, ce n’était pas entre la France Coloniale et une Fédération de TRIBUS !
    Ce fut entre la entre la France Coloniale et les représentants de la NATION ALGÉRIENNE.
    ….ATTENTION au PIÈGE DU PARADIGME RÉGIONAL-TRIBAL !
    …TAHYA EL DJAZAIR

    Anonyme
    27 juin 2021 - 10 h 43 min

    Au contraire de vous Mr Mohsen je trouve que c est justement le moment propice pour corriger et mettre en avant la vraie histoire de l Algérie qui a été falsifiée depuis l indépendance .
    Il y a bien un proverbe de chez nous qui dit «  khalatha tessfa » « mélange tout , ça va se décanter »
    Sinon les mêmes mensonges vont profiter aux mêmes profils et les jeunes générations souffriront encore d une identité et d une histoire faussées..

    Abou Stroff
    26 juin 2021 - 9 h 18 min

    pour dépasser la « crise » l’auteur soutient qu' » il nous faut un bon diagnostic et des outils adéquats. » tout en ajoutant: « Nous n’avons ni l’un ni l’autre pour l’instant ».
    si nous acceptons l’hypothèse que « L’humanité ne se pose jamais que les problèmes qu’elle peut résoudre, car, à regarder de plus près, il se trouvera toujours que le problème lui-même ne se présente que lorsque les conditions matérielles pour le résoudre existent ou du moins sont en voie de devenir », alors, il nous faut admettre qu’il suffit d’analyser concrètement notre situation concrète (pour aboutir un bon diagnostic) et de ne pas s’attarder sur les apparences pour trouver des outils adéquats à l’appréhension de l’essence et de ses contradictions internes.
    j’avance que notre tâche historique du moment est d’avancer une critique radicale de l’ordre existant et nous ne devons avoir peur ni des résultats de notre critique ni des conflits qui en découleront. Nous devons donc aider les dogmatiques (c’est-à-dire ceux qui croient qu’il suffit de faire ceci pour aboutir à cela) à voir clair dans leur propres dogmes.
    si nous admettons que la cause première de notre déchéance est l’hégémonie de la rente en tant que rapport social dominant, alors il nous faut admettre que la destruction du système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation (qui nous réduit à des tubes digestifs ambulants doublés de zombies décérébrés) est à l’ordre du jour et tout approche constructive doit reposer sur cette condition incontournable.
    en termes clairs, pour que le travail remplace la rente en tant que rapport social dominant, soit, en termes crus, pour que les algériens apprennent à travailler, il faut qu’il ne puissent point vivre sans travailler.
    or, seul un pouvoir légitime (ce qui ne semble guère être le cas, au moment présent) composé de leaders intègres (appuyés par une large majorité) dont l’unique objectif est de travailler pour nous pousser à réintégrer l’histoire qui se fait sans nous, peut nous faire accepter des sacrifices en nous imposant une période plus ou moins longue où la distribution de la rente sera réduite au minimum.
    grâce à cette politique, certaines couches sociales émergeront grâce au travail (rappel: le travail est ce qui distingue l’être de l’homme de l’être de l’animal) tandis que d’autres crèveront et retrouveront leur juste place (la morgue) pour incapacité à suivre le mouvement.
    le travail en tant qu’activité et valeur retrouvera alors sa juste place dans la structuration essentielle de la formation sociale.
    en termes crus, cette période de transition où une lutte à mort prendra effet entre un monde ancien (le monde de la rente et de la prédation) qui ne veut pas mourir et un monde nouveau (un monde qui repose sur le travail en tant qu’activité et valeur) qui a du mal à naître, ressemblera à tout sauf au paradis des arabo-muslims.
    moralité de l’histoire: la question ne relève pas de l’économique mais du politique et chacun sait que l’instance politique est le lieu du conflit permanent pour ne pas dire de la guerre éternelle.

      Mansour
      27 juin 2021 - 8 h 07 min

      @Aboustrof: votre analyse est l’évidence même. Si on veut que le pays avance, il faut des réformes profondes pour sortir de la rente. Pour cela tout le monde doit accepter de faire des sacrifices. Or ceux ci ne seront acceptés par le peuple que s’il a porté au pouvoir ceux qu’il a choisi, autrement dit il faut un pouvoir légitime. Car dans ce cas, s’il pâtit de cette gouvernance il n’aura à s’en prendre qu’à lui même. De plus ces dirigeants doivent être convaincants et savoir parler au peuple. Sinon, un simulacre de légitimité n’amènera que des catastrophes. Tout le monde y perdra y compris les nantis.

    ...
    25 juin 2021 - 22 h 06 min

    Encore une fois @Un Passant :
    Ce sous fifre est en train de bousiller le pays au profit d’autres puissances.
    Est-Il conscient de ce qu’il fait. ?
    La méthode utilisée est celle de détruire les bases et fondements d’une société pour pouvoir manipuler les citoyens qui n’auront plus de repères.
    Cette méthode a été appliquée en Europe pour briser les citoyens occidentaux et les manipuler. En Europe …….
    Ainsi complètement déboussolés les citoyens occidentaux particulièrement français ne savent plus à quel saint se vouer, ni se retrouver dans une société qui perd le nord et tous ses repères.
    C’est voulu, ainsi ces citoyens seront plus faciles à manipuler et orienter dans les sens voulu.
    Pour ce qui est de l’Algérie, dernièrement des pays occidentaux se sont interrogés pourquoi l’Algérie refuse de se soulever ou de se casser comme l’ont été d’autres pays de la région. Pourquoi ce pays résiste.
    Ils ont tiré leurs conclusions.
    Les algériens sont soudés par leur passé révolutionnaire, leurs symboles que sont les chouhadas les martyrs et grands hommes comme l’Emir Abdelkader, Boumedienne et tant d’autres qui ont laissé leur noms dans l’histoire.
    Or ce crétin de Benhamouda est en train de faire un travail qui va dans le sens de ceux qui veulent abattre le pays et avoir la population à leur merci à l’identique des populations occidentale et d’autres pays qui eurent leurs printemps arabes ou colorés.
    Dans ce cas là nous ne pouvons pas dire tel père tel fils.
    Si le père est un héros respecté de tous les algériens, le fils est un vulgaire pion, un traitre qui s’ignore.
    Je renvoie également à l’excellent commentaire de @Mon Opinion.
    Je rajoute que l’Algérie est le premier pays à avoir combattu vaillamment avec son ANP et son peuple la guerre terroriste sioniste par procuration décennie noire.
    Donc leur tentative de salir et falsifier la Grande Histoire de l’Algérie est vouée à l’échec.
    Mais vous avez raison VIGILANCE ACCRUE et interdire tous ces faussaires et harkis et les inculper pour haute trahison.

    Hmed hamou
    25 juin 2021 - 20 h 01 min

    [« Le courant patriotique doit s’imposer comme la seule force qui défendra l’Algérie de nos ancêtres, en perpétuant le combat des novembristes et en propulsant notre pays vers la modernité… »]

    Mais, que nous dites-vous là !
    Chez nous, monsieur, il nya que des courants patriotiques; après, qu’ils soient continues ou alternatifs, monophasés, triphasés,…la devise demeure la même : tous avec elle jusqu’au bout, « koulouna ma3a felestine dhalima aw madhlouma « .

    Quant au reste, s’il en reste encore à faire, à l’instar de nos compatriote patriotes, j’ai patriotiquement foi en mr bengrina, il saura nous propulser, il saura nous guider et il saura nous défendre. Machallah.

      Bengrina ?
      26 juin 2021 - 17 h 33 min

      C’est une vaste Blague !
      On se rend compte que le mal est profond et que l’Aveuglement est total…pour oser Écrire des Inepties pareilles.
      Je ne serais pas surpris que lors de la deuxième vague, il finira comme Baadji du parti fln par rejoindre un jour son Alter Ego Saidani et se réfugier de l’autre côté de la frontière

    Anonyme
    25 juin 2021 - 18 h 29 min

    C’est un ramassis de foutaises parce que l’Algérie n’a pas besoin des étrangers pour créer des querelles et des polimiques.
    Regardez juste la question des langues, la question régionale, la question du FLN, la question de l’islam ou islamisme selon, la question de la place de la femme, la question de tout ce que vous voulez…
    On n’en finit pas de se disputer tout le temps sur tout. Franchement j’en ai marre. Quand est-ce que quelqu’un d’intelligent va proposer un rendez-vous pour rassembler tous les Algériens et Algériennes de notre pays ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.