Michael Klare : «Les pays qui maîtriseront les énergies renouvelables seront les puissances du XXIe siècle»

Klare énergies
Michael Klare. D. R.

Mohsen Abdelmoumen : Pouvez-vous présenter votre concept d’énergies extrêmes, ainsi que les différentes ères carboniques ?

Michael Klare : Je définis les «énergies extrêmes» comme tout combustible fossile dont l’exploitation nécessite des moyens d’extraction non conventionnels. Actuellement, les industries du pétrole, du charbon et du gaz naturel sont des industries très matures, chacune ayant bien plus de cent ans. Au fil du temps, elles ont développé diverses technologies pour extraire efficacement le pétrole, le charbon et le gaz de la Terre. Cependant, bon nombre des sources les plus prolifiques de ces matériaux dans le monde se sont considérablement appauvries, et les industries des combustibles fossiles doivent donc chercher de nouvelles sources d’approvisionnement. Comme tous les réservoirs facilement accessibles ont maintenant été localisés et exploités, elles doivent chercher plus loin, dans des réservoirs qui, par le passé, étaient considérés comme inaccessibles ou trop coûteux à extraire. Cela a entraîné le développement de nouvelles technologies, telles que la fracturation hydraulique, le forage dans l’Arctique et le forage en eaux profondes afin d’extraire les ressources de ces réserves jusqu’alors inaccessibles. Ces modes d’extraction impliquent souvent des coûts économiques importants.

Quelle est votre analyse du rapport du président Obama sur la révolution technologique verte ?

De nombreux analystes estiment aujourd’hui qu’il n’est plus nécessaire de recourir à ces moyens extrêmes d’extraction d’énergie car le monde peut compter sur les sources d’énergie renouvelables pour satisfaire une part, toujours plus grande, des besoins énergétiques mondiaux. C’est l’objectif des plans d’énergie verte proposés par l’administration Biden. Dans le cadre de ces plans, les Etats-Unis réduiront rapidement leur dépendance à l’égard des combustibles fossiles, en particulier le charbon, pour la production d’énergie électrique, et entameront la transition des véhicules à combustible fossile vers les véhicules électriques.

Ce même rapport prévoit une chute vertigineuse des emplois industriels. Qu’en pensez-vous ?

L’abandon de la dépendance à l’égard des combustibles fossiles pour la fourniture d’énergie entraînera la perte d’emplois dans les industries du pétrole, du charbon et du gaz, l’industrie du charbon étant la plus touchée. Mais cette industrie est en déclin depuis des années, le gaz ayant remplacé le charbon comme principale source de production d’électricité, de sorte que les pertes futures ne seront pas si importantes. L’administration Biden affirme qu’il sera possible de recycler les travailleurs déplacés pour qu’ils obtiennent de nouveaux emplois dans l’installation de tours d’éoliennes et de panneaux solaires et, si cela s’avère être le cas, la perte nette d’emplois sera minime.

Pensez-vous qu’un changement de paradigme tel qu’imaginé par Thomas Samuel Kuhn est possible dans le domaine de l’énergie ?

Un changement de paradigme est déjà en cours dans le monde entier, puisque l’utilisation du charbon diminue dans la plupart des pays (Chine et Inde) et que les énergies renouvelables fournissent une part toujours plus grande de l’énergie électrique mondiale. Ce phénomène ne fera que s’amplifier.

L’alliance entre la recherche scientifique et la finance alternative pourrait-elle être un moyen de réaliser ce changement ?

Le changement de paradigme en cours est largement dû à l’évolution des opinions politiques. Au fur et à mesure que les populations du monde entier prennent conscience des conséquences du changement climatique – et, ici, le travail des scientifiques pour éduquer le public est très important –, elles exercent une pression toujours plus forte sur les politiciens pour qu’ils prennent des mesures concrètes afin de ralentir le rythme du réchauffement de la planète, ce qui signifie généralement des efforts pour réduire les émissions de carbone et accroître la dépendance aux sources d’énergie renouvelables. Cela est particulièrement évident dans l’UE, mais aussi de plus en plus aux Etats-Unis, au Japon et en Chine.

Selon vous, quelles sont les sources d’énergie du futur qui peuvent constituer une alternative aux combustibles fossiles conventionnels et non conventionnels ?  

L’énergie éolienne et solaire fournira la majorité de l’énergie nécessaire à la production d’électricité, et l’électricité fournira de plus en plus d’énergie pour les transports, remplaçant le pétrole dans ce rôle.

Quelles seront les conséquences géopolitiques de cette transition énergétique sur l’équilibre international des pouvoirs, notamment entre la Pax Americana-Chine-Russie ?

En fin de compte, les pays qui réussiront le mieux à effectuer la transition vers des sources d’énergie renouvelables seront les principales puissances économiques du XXIe siècle. Les Etats-Unis et la Chine semblent être en compétition pour ce rôle de leader, mais tous deux doivent surmonter leur dépendance aux combustibles fossiles – la Chine au charbon, les Etats-Unis au pétrole. Les nations qui dépendent des experts en combustibles fossiles pour financer leurs économies, comme la Russie, le Nigeria, le Venezuela et l’Arabie Saoudite subiront une perte de pouvoir et d’influence géopolitique.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Michael Klare est professeur émérite d’études sur la paix et la sécurité mondiale du Five College et directeur du programme d’études sur la paix et la sécurité mondiale (PAWSS) du Five College. Il est titulaire d’un BA et d’un MA de l’Université Columbia et d’un doctorat de la Graduate School de l’Union Institute. Il a beaucoup écrit sur la politique militaire des Etats-Unis, les affaires internationales de paix et de sécurité, le commerce mondial des armes et la politique des ressources mondiales.

Il a notamment publié American Arms Supermarket (1984), Low-Intensity Warfare (1988), Peace and World Security Studies : A Curriculum Guide (cinquième édition, 1989 ; sixième édition, 1994), World Security : Challenges for a New Century (première édition, 1991 ; deuxième édition, 1994 ; troisième édition, 1998), Rogue States and Nuclear Outlaws (1995), Light Weapons and Civil Conflict (1999), Resource Wars (2001), Blood and Oil (2004), et The Race for What’s Left (2012). Ses articles ont été publiés dans de nombreuses revues, notamment Arms Control Today, Bulletin of the Atomic Scientists, Current History, Foreign Affairs, Harper’s, The Nation, Scientific American et Technology Review.

Michael Klare siège au conseil d’administration de l’Arms Control Association et conseille d’autres organisations dans ce domaine.

Comment (3)

    safarat&lastipol
    27 juin 2021 - 14 h 44 min

    Pour que nous puissions participer à cette compétition il faut d´abord qu´on arrête de tourner autour du pôt.
    Les reunions les accords puis les belles intentions ne sont que des mouches d´une journée.
    La realité est claire c´est après et avant tout un buiseness. Les européens veulent gagner de l´argent et ne font aucun cadeau. Nous avons plus de spécialistes de professeurs etc.. pour nous dire ce qu´on peut tirer de telle ou telle tendance que nous n´en avons besoin. IL FAUT DEMARRER AVEC LE PALPABLE le chemin à faire est long et pour celà il faut laisser faire ceux qui savent et peuvent faire.

    Elephant Man
    27 juin 2021 - 8 h 00 min

    C’est bien beau tout ça, attention loin de moi l’idée de dénigrer les énergies renouvelables et la protection de dame nature, mais alors pourquoi Nord Stream2 cf.Russie Allemagne inquiète tant…
    Ensuite « véhicules électriques» tout comme panneaux solaires →→→ batterie de LITHIUM extraction et tutti quanti bref les dommages environnementaux causés par l’extraction du lithium ; Et d’un point de vue politique et géostratégique [en mimétisme pétrole Libye Irak Syrie Yémen] →→→ coup d’État en Bolivie contre le président sortant Evo Morales novembre 2019 :
    Elon Musk avait d’ailleurs écrit sur twitter « Nous menons des coups d’État contre qui nous voulons ! Faites avec» en référence à sa société Tesla et tentative d’obtention du lithium à bas prix puisque le Président Morales a nationalisé le lithium et redistribuer les richesses du pays au peuple.

    Anonyme
    26 juin 2021 - 11 h 16 min

    Voici une opportunité à saisir, à Bengrina, le brillant visionnaire de nous faire sortir du marasme laissé par Amar Saidani.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.