Interview – Azouz Begag : «L’Algérie est le seul pays au monde qui pratique la hogra envers sa diaspora»

Azouz Begag. D. R.

L’ancien ministre français d’origine algérienne Azouz Begag est très remonté contre une partie de l’élite française : «Ils ne nous aiment pas !» s’indigne ce fils d’émigrés originaires de Sétif qui reproche aux Maghrébins de France d’être «incapables de s’organiser pour lutter contre le statut de boucs émissaires dont les politiques les ont dotés». Interview.

Algeriepatriotique : Pouvez-vous nous retracer votre parcours en quelques mots ?

Azouz Begag : Je suis un fils d’immigrés algériens de Sétif, arrivés en France en 1949 pour le travail, analphabètes et pauvres, mais plein d’espérance pour leurs enfants. C’est grâce à cela que j’ai pu faire des études, depuis l’enfance jusqu’à l’université, sans encombre. En 1986, j’ai passé mon doctorat de sciences économiques, j’ai réussi le concours d’entrée au CNRS et j’ai publié mon premier roman, Le Gone du Chaaba, qui, aujourd’hui, est devenu un classique de la littérature française. En 2005, Dominique de Villepin et Jacques Chirac m’ont demandé d’entrer au gouvernement comme ministre de l’Egalité des chances. J’ai dit oui. Je suis, du coup, devenu un homme politique, sans jamais abandonner mon travail d’écrivain et de chercheur.

Vous avez participé samedi dernier à une conférence à Marseille dans le cadre du Dialogue des cultures et des civilisations. Que retenez-vous du débat ?

L’ambiance chaleureuse, fraternelle et survoltée du public marseillais. Rien ne ressemble à Marseille. Quelle belle ville ! Vitrine de la diversité française. L’intérêt de la rencontre de l’Ufac à Marseille a été, selon moi, de démontrer l’importance de la démocratie au Maghreb comme ailleurs, et de (re)nouer le lien de confiance entre les peuples et le pouvoir. L’avenir du Bassin méditerranéen tient à ce fil. On voit donc que le chantier est énorme.

J’ai, par ailleurs, été choqué de voir que l’Algérie avait décidé de discriminer les Franco-algériens en leur interdisant l’accès à certains droits dont jouissent les mono-nationaux. C’est bien le seul pays au monde qui pratique la hogra (déni de droit, ndlr) envers sa diaspora.

On a entendu un Azouz Begag plutôt pessimiste quant à l’intégration des communautés d’origine immigrée dans certaines sphères de la société française…

Il n’y a guère de raison d’être optimiste mais cela ne sert à rien d’être pessimiste. Ça ne fait pas avancer l’avenir. Je suis désolé de voir à quel point les Maghrébins de France, depuis quarante ans, se sont montrés incapables de s’organiser pour lutter contre le statut de boucs émissaires dont les politiques les ont dotés. Les Arabes se sont entendus pour ne jamais s’entendre, selon l’adage que tout le monde connaît. Eric Zemmour, Brice Hortefeux qui a affirmé qu’«avec les Arabes, quand il y en a un ça va, c’est quand il y en a beaucoup que ça pose des problèmes», Christian Estrosi et son obsession de la «cinquième colonne», l’islamophobie grandissante partout… Et, en face, aucune réponse collective. Rien ! C’est malheureux. Peut-être que nos enfants auront plus de force pour réagir et revendiquer avec fierté leur appartenance identitaire.

Le Gone de Chaaba, l’enfant du bidonville lyonnais, ce jeune fils d’ouvrier devenu ministre français, cela ne dément pas votre sentiment ?

Il faut travailler. Il faut lire. Il faut étudier. Disons cela tous les jours à nos enfants.

Vous avez lâché lors de la conférence un «ma ihabounach» (ils ne nous aiment pas). Vraiment ? De qui parlez-vous exactement ?

Ils ne veulent pas de nous. Depuis quarante ans, je vis des situations de rejet, d’exclusion, de racisme anti-arabe, antimaghrébin mais, surtout, anti-algérien. La raison ? La guerre n’est pas soldée pour beaucoup, ici. Comme à Béziers, en particulier, chez Robert Ménard, né à Oran. Il faudra attendre deux générations pour que les traces de cette colonisation et de la guerre d’indépendance soient effacées. «Ils ne veulent pas de nous» mais nous on est chez nous, ici. On reste ! On se bat pour défendre nos valeurs, celles de la République fraternelle et égalitaire.

Vous avez dénoncé un ministre français vous menaçant – par un geste d’égorgement ironique – pendant les conseils des ministres…

Oui, j’ai dénoncé le ministre Brice Hortefeux dont tout le monde sait «l’amour» qu’il voue aux Arabes (surtout quand il n’y en a qu’un). Rachida Dati, elle-même, le qualifiait de «facho». C’est tout dire. A moi, il disait «fissa, fissa !»

C’est ce qui expliquerait, selon vous, l’absence de Français d’origine maghrébine dans les institutions…

Deux à l’Assemblée nationale sur 577 ; trois au Sénat sur 348 ; cinq maires sur 36 000 ; un ambassadeur sur 200 ! Mais les musulmans sont 50% de la population en prison.

Le vote obligatoire est devenu votre cheval de bataille. Que signifie-t-il au juste cela, et comment y parvenir ?

Tout le monde vote sous peine d’amende et d’impossibilité de prétendre à des aides sociales. Beaucoup de pays comme le Brésil le font depuis longtemps. Ainsi, l’esprit citoyen va se développer et les discours racistes des candidats s’estomper.

Ce défi démocratique français, vous comptez le relever en investissant de nouveau le champ politique. Le quotidien La Provence a rapporté vos intentions politiques marseillaises…

Beaucoup d’amis marseillais me demandent depuis des années de venir me présenter à Marseille. Cette fois, je vais essayer dans le VIIe secteur dont le maire est Front National. On verra bien. Mais l’idée me séduit.

Comment reste-t-on algérien en étant si français ? (anecdote de la Nouvelle-Calédonie, ndlr)

Je suis franco-algérien. Comme des millions d’autres. Mon identité est un alliage simple. Je participe à consolider les ponts entre les deux pays du mieux que je le peux. Il y va de l’intérêt des uns et des autres. En Nouvelle-Calédonie, en 2006, alors que j’étais ministre, j’ai rendu visite à nos cousins de Bourail, Jean-Pierre Aïfa. Souvenir impérissable. Aïfa, de Sétif, est le maire de Bourail. Il est plus algérien que les Algériens. Ce voyage m’a marqué à vie. On nous a accueillis avec l’hymne national algérien ! Ces Français des antipodes sont des Algériens descendants des bagnards – les Mokrani – que la France a sévèrement punis parce qu’ils réclamaient l’égalité. On n’oublie pas.

Deux ouvrages en préparation pour début 2017. Le lectorat algérien peut-il espérer une vente-dédicace en Algérie ?

Systématiquement. Quand je fais un bouquin en France, je cours le dédicacer en Algérie. Ils paraîtront en janvier 2017, cinq mois avant l’élection présidentielle.

Interview réalisée par Akli Tira

Comment (89)

    TheBraiN
    13 décembre 2016 - 8 h 53 min

    Ex-ministre Français d’un
    Ex-ministre Français d’un gouvernement Français qui défend les intérêts Français et mène une politique ouvertement anti-Algérienne !
    Je passe …….
    Sans commentaire !!




    0



    0
    crésus
    7 décembre 2016 - 8 h 48 min

    L’exil avec la richesse, c
    L’exil avec la richesse, c’est une patrie ; La pauvreté chez soi, c’est un exil.




    0



    0
    ahmed
    21 novembre 2016 - 7 h 10 min

    Vous prenez 100 ministres
    Vous prenez 100 ministres algériens actuels et anciens, tous réunis n’arrivent pas a la cheville de BEGAG, vous comprenez pourquoi ils ne veulent pas des ces intellectuels qui ont étudiés a l’étranger, un type comme SAIDANI, je lui confierais pas le nettoyage de ma vieille voiture.




    1



    0
      Bekaddour Mohammed
      21 novembre 2016 - 10 h 55 min

      Ceux qui ont vécu en France
      Ceux qui ont vécu en France la scolarité française, et en sorte indemnes, avec une personnalité noble, rivée aux origines, oui ils sont plus solides que ceux qui ont pris El Jazaïr pour une vache, et ont des neurones vierges, très peu utilisés, mais que veux-tu, ILS ne savent pas !




      1



      0
      Farid
      8 mars 2017 - 5 h 54 min

      Ils savent tout ils perciste
      Ils savent tout ils perciste ds la médiocrité ils veulent à tout pris rendre le peuple algérien ds l.ignorance .L’lintelectuel algérien pour eux c’est un vrais terroriste et n’a pas sa place ds le pays.




      0



      0
    algerianio
    20 novembre 2016 - 6 h 52 min

    Dans les années 1980, Azouz
    Dans les années 1980, Azouz Begag se rend compte qu’il ne veut plus « retourner définitivement » en Algérie : « Oui, jusqu’à l’âge de vingt-cinq, vingt-sept ans je voulais un jour retourner en Algérie, construire l’Algérie und so weiter, mais maintenant c’est fini. Alors, maintenant, je me considère comme un Français d’origine maghrébine en France, et je veux ouvrir la signification du être français heute5… ».
    alors l’Algérie a besoin de tous ses enfants ,bien sur Mais !!! les plus algériens que français . alors Mr Begag quand en fais un choix il faut assumer donc tu n’as plus le droit de balancer ton venin..




    0



    0
    Quebec
    19 novembre 2016 - 13 h 12 min

    Y a si Azzouz !! Ce que vous
    Y a si Azzouz !! Ce que vous dites est vrai mais en partie ….mais je me permet de rectifier votre phrase : .L’Algérie est le seul pays au monde qui pratique la hogra envers ses NATIONAUX (ou qu’ils soient) …….J’ai eu une grande experience dans les sociétés nationales algériennes avant d’émigrer au Canada….Et je peux vous écrire tout un roman pour vous relater les nombres de fois ou les cadres NATIONAUX ont été brimés, sabotés, asservis, …et reduits à quitter le territoire national pour pouvoir exercer correctement leur profession et dignement…..Donc ce n’est pas juste les Bi nationaux (dont j’en suis un) mais c’est TOUS LES NATIONAUX qui sont victimes du systeme mis en place en Algérie ou la preference est accordée SYSTEMATIQUEMENT aux étrangers…Figurez vous qu’on ramene des experts etrangers pour enseigner World – Excel- ….pendant que les ingénieurs en informatique algériens font le bonheur des compagnies de la Sillcon Valley et du Canada…Regardez le nombre de medecins algériens qui pratiquent en France, alors que les hopitaux algériens manquent de specialistes …..Pourquoi toute cette haine envers les Cadres Nationaux ??? je n’ai jamais trouvé de réponse à ma question ….sauf peut etre une piste : Depuis l’indépence de l’Algérie, on n’a jamais eu un président titulaire d’un BAC au moins….et pendant la revolution idem : les élites instruites du FLN étaient soit éliminées physiquement soit marginalisées ( Abane – Benkheda – Lacheraf – Ait Ahmed- Ferhat Abbas….)……et en 2016, nous avons un maitre d hotel de l’Aurassi qui se permet d’insulter Isaad Rebrab le seul vrai homme d’affaires que l’Algérie possède…..Tout fonctionne à l’Envers en Algérie….




    1



    0
      Anonymous
      19 novembre 2016 - 18 h 58 min

      Quand un medecin ou ingénieur
      Quand un medecin ou ingénieur s est mis en tête d aller vivre en occident ,rien ne pourra l arrêter même si vous l Etat algérien leur versait le double du salaire en euros ou en dollars, ça les retiendra pas!
      L appel de l occident est trop fort!
      y a pas que la donne financière dans l émigration!
      mais com d hab avec les algériens et les arabes en général,ils trouveront toujours sur qui s essuyer les mains!




      0



      0
    Veritas
    19 novembre 2016 - 10 h 24 min

    Que le peuple algérien se
    Que le peuple algérien se souvienne que les stratèges cambrioleurs, du FLN ont arabisé le pays au pas de charge pour expulser des cadres en vue de prendre leur place et exercer leur pouvoir. Ces derniers ont été faire valoir leur compétence ailleurs. Aujourd’hui, pour s’assurer qu’ils ne reviendront pas au pays, Le RND, le FLN, et les partis islamistes s’associent pour leur interdire l’accès aux fonctions supérieures de l’Etat. Ce n’est rien d’autre qu’une forme d’Apartheid que notre Constitution ne reconnait pas. L’expérience qu’ils ont acquise pourrait s’avèrait utile pour sortir le pays de la situation catastrophique dans laquelle ces prétendus nationalistes l’ont plongé. Leur hantise est de voir les bi-nationaux réussir. Leur incompétence sera alors révélée au grand jour. Au pied du mur on reconnaitra le maçon. Tous les pays du monde associent leurs bi-nationaux à leur développement , sauf l’Algérie, n’est-ce pas bizarre?




    0



    0
    selecto
    19 novembre 2016 - 10 h 04 min

    Si vous êtes fils de harki
    Si vous êtes fils de harki avec de fausses attestations de fils de chahid ou moudhahid ou proche d’un responsable avec ou sans la nationalité française vous avez accès à tout les postes même sans diplômes.




    0



    0
    LA-VERITE
    19 novembre 2016 - 5 h 49 min

    on lisant les commentaires de
    on lisant les commentaires de certains de nos compatriotes;la france est coupable de tous nos malheurs et nos problème quotidien;oui la la france n’a jamais cacher son chagrin de sa séparation avec le grenier de l’europe;et son amour pour le plus beau pays ou monde;a l’époque du colonialisme français certes existait bien d’inégalité,d’injustice et aussi de différences;mais beaucoup moins que les actuels dictateurs corrompus et barbare;il suffit de constater l’état du grenier de l’europe est devenu le grenier des rat et des taupes;ouvrer les frontières très d’algérien resterait;cette belle nation n’a pas de chance;elle était aux mains des tricheurs et maintenant aux mains des barbares bandit ni foi,ni loi




    0



    0
      benchikh
      19 novembre 2016 - 7 h 54 min

      Vous avez raison LA VERITE on
      Vous avez raison LA VERITE on a besoin de ce changement ,il faut demander pourquoi les deux penseurs(ben khaldoun et Malek ben nabi) en sociologie ont écrit leur thème ici en Algérie??Parce que ils pensaient que ce peuple est pauvre en sociologie et il y a un blocus qu’il le frein de faire le contact avec les autres ,revenons à ces penseurs et trouvons la clé vers la civilisation.Et surtout, je fais appel à nos dirigeants que la loi éduque ce qu’ils n’ ont pas eux la chance d’être éduqués.




      0



      0
    selecto
    19 novembre 2016 - 1 h 42 min

    Il prend Rachida Dati comme
    Il prend Rachida Dati comme exemple, il prononce le mot Maghrébins plus qu’Algériens.
    Je vis depuis de longues années en France et je peux vous dire qu’aucun de ces Franco Algérien ou Franco Algériennes n’oseront défier les Franco Marocains sur la question de la décolonisation du Sahara occidental ou sur la drogue que verse la Maroc sur l’Algérie.
    Quant à Rachida Dati pourquoi elle avait traité Hortefeux de facho c’est tout simplement parce qu’il l’avait traité une fois en publique de p…il n’avait pas tord sur ce point.

    Quand ces Franco Algériens cesseront de se revendiquer comme Maghrébins les Français les respecteront mieux.




    0



    0
      Anonymous
      19 novembre 2016 - 7 h 40 min

      Aucun rapport. Désolé.
      Aucun rapport. Désolé. Ensuite question tactique : pourquoi défier quelqu’un qui ne parle pas de la décolonisation du sahara. A titre personnel, jamais entendu parler un franco-marocain parler devant de sahara occidental. D’ailleurs ils parlent rarement de politique frontalement. Le sentiment d’être surveillé semble prégnant chez eux. N’en parlons pas dans le monde estudiantin…




      0



      0
      hamoud
      19 novembre 2016 - 9 h 11 min

      Selecto: c’est curieux de
      Selecto: c’est curieux de définir l’algérien en fonction de sa connaissance du Sahara occidental!! Vous dites vraiment des bêtises et cela prouve que vous ne connaissez pas du tout les franco algériens qui se revendiquent plus algériens que français mais bon cela dépend des milieux qu’on fréquente. Un peu de modestie, l’Algérie appartient à tous ses enfants sans exclusive.




      0



      0
      hamoud
      19 novembre 2016 - 13 h 20 min

      Selecto: c’est curieux de
      Selecto: c’est curieux de définir l’algérien en fonction de sa connaissance du Sahara occidental!! Vous dites vraiment des bêtises et cela prouve que vous ne connaissez pas du tout les franco algériens qui se revendiquent plus algériens que français mais bon cela dépend des milieux qu’on fréquente. Un peu de modestie, l’Algérie appartient à tous ses enfants sans exclusive.




      0



      0
    Krimou
    19 novembre 2016 - 0 h 35 min

    El Hogra en Algérie est
    El Hogra en Algérie est omniprésente et partout, Police, Douanes, mairies et administration, assurances, et même chez le simple citoyen au volant de son bolide ou dans la rue.
    Malheureusement, dès qu’un citoyen accède a une petite responsabilité, il deviendra Haggar., on a pas appris à nous aimer et nous valoriser les uns/les autres, du coups c’est l’insulte, la violence et la hogra qui prennent le dessus chez l’Algérien.
    Honnêtement, combien de compatriote arrive a dire je t’aime à son fils, sa fille, sa mère , son père et son épouse
    le pari reste ouvert, Combien de personne sur les 40 000 000 de citoyens???
    SANS RANCUNE, BIEN à VOUS




    0



    0
      Anonymous
      19 novembre 2016 - 6 h 25 min

      comment veux tu que quelqu un
      comment veux tu que quelqu un qui est persuadé d aller au paradis parcequ il est musulman soit ouvert à l apprentissage! soit curieux du reste de l humanité !! l algérien est arrogant que ça soit chez lui ou en occident!
      viens voir le carnage ici en France et pas uniquement dans les cités!
      Les centres commerciaux sont devenus des jardins publiques pour les femmes voilées récemment débarquées en France pour raison familiale ,dès qu elles arrivent , elles enfantent à la chaîne et courent les magasins toute la journée et même le soir !Les transports en commun sont saturés,certaines passent le permis et conduisent ! elles sont toute la journée dans l espace publique ! avec les poussettes, le bébé qu on change sur un banc et on laisse la couche sale juste là alors qu il ya une poubelle à côté ,le téléphone portable vissé sous le foulard pour tenir tout seul et j en passe, des clichés comme ça j en ai des dizaines!
      ils devraient plutôt remercier la France de les avoir supporté aussi longtemps!
      maintenant que les portes de l europe vont se fermer et qu un jour le Canada fera de même, alors je me demande ce qui se passer dans ce pays ???




      0



      0
        Anonymous
        19 novembre 2016 - 7 h 43 min

        Pas arrogant non.

        Pas arrogant non.
        Plutôt entêté dans ses méconnaissances.
        Inconscient que ce qui est en dehors de lui existe aussi.
        Amnésique aussi.




        0



        0
          Anonymous
          19 novembre 2016 - 8 h 11 min

          oué bien sûr,

          oué bien sûr,
          en somme c est pas de sa faute meskine!
          ce sera mon dernier commentaire,parceque les sites nationalistes c est pas mon truc! continuez à vous morfondre entre vous, c est un sport national !
          ci la la faute a loui,a l autre et coui là là bas derrière avec son nez crochu qui complote Mdr
          j avais un ami à la fac qui me disait quand je vais au bled j ai l impression de retourner 10 siècles en arrière, et j aimais pas l entendre dénigrer ses origines …Mais bon, à l ère d internet et des télécommunications etc … finalement,dans le fond, rien n a vraiment changé ! C est toujours la même parano qui habite ces gens,c est même pire car le fait de les mettre en relation plus facilement et de les brancher les uns aux autres les conforte dans leurs facilités! bon courage pour l avenir;c est pas gagné!




          0



          0
          Anonymous
          19 novembre 2016 - 9 h 53 min

          Bon vent et surtout restes-y,
          Bon vent et surtout restes-y, Docteur des autres sauf de lui-même.




          0



          0
          Anonymous
          20 novembre 2016 - 12 h 06 min

          Vu, Mais c’est exactement la
          Vu, Mais c’est exactement la méthode employée par la France dans les colonies puis les anciens pays colonisés. La France a bien des centres culturels partout, des écoles partout, des communautés closes sur elles-mêmes dans tous les pays. Maintenant que les autres font la même chose, ça fait mal, car la méthode est comprise et comme la méthode avait comme but le contrôle… tel est celui qui croyait piéger qui tombe dans son propre piège. Ces islamistes ou la méthode fransiyya sont pareils et qu’ils se débrouillent. Mes mômes n’iront jamais dans une école musulmane en France… le public est en échec, ils sont ailleurs où on leur bourre pas le crane (islamistes) et où on leur casse pas le mental en les rabaissant (école publique). Radio Courtoisie comme son idéologie de base se source dans la pensée paranoïaque. Merci d’élever nos horizons, ils sont cultivés certes, mais parano au dernier niveau.




          0



          0
          Anonymous
          20 novembre 2016 - 12 h 21 min

          L’entrisme des frères
          L’entrisme des frères musulmans et des wahabites c’est de la merde. Mais vu la masse d’ignorants qui les soutient on n’est pas encore sorti de l’auberge…http://www.isesco.org.ma/fr/wp-content/uploads/sites/2/2015/05/Strat%C3%A9gieExtVFLR1.pdf – Les français n’ont qu’à foutre dehors tous ceux qui reçoivent des cadeaux de leurs amis saoudiens et qatari, c’est de la haute trahison.




          0



          0
      Anonymous
      19 novembre 2016 - 9 h 50 min

      Un citoyen c’est celui ou
      Un citoyen c’est celui ou celle qui est capable par son vote changer son destin et celui de son pays comme il n y a jamais eu réellement de vote en Algérie et ce depuis 1962, … tu parle de quelle citoyenneté ? !




      0



      0
    Samir
    18 novembre 2016 - 20 h 50 min

    Juste ferme là Begag, la
    Juste ferme là Begag, la diaspora dont tu parles ne te supporte pas. Tu t’es fait sucer comme un os à moelle par les politiques français que tu as voulu rejoindre. Tu n’as aucune crédibilité. Continu ta carrière de khob’siste si tu veux mais laisse les algériens de la diaspora tranquille.




    0



    0
      meloman
      18 novembre 2016 - 23 h 28 min

      Arrete tes conneries il est
      Arrete tes conneries il est génial.
      Il s’est battu contre sarco le diable .




      0



      0
      Anonymous
      19 novembre 2016 - 7 h 47 min

      Reste poli. Il n’a pas l’âme
      Reste poli. Il n’a pas l’âme d’un barbare. Il a agi avec sa personnalité pas avec la tienne. Mais il reste un homme globalement naïf. Cela se voyait comme comme une patate au milieu de la figure qu’il ne fallait pas se fourvoyer avec la droite de Sarkozy, mais le mythe de la réussite par l’intégration « conformiste » l’a aveuglé.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.