Tony Blair : «J’ai commis l’irréparable en cédant aux pressions d’Israël»

Tony Blair
Tony Blair reconnaît enfin qu'il agissait sur ordre de l'entité sioniste. D. R.

De Londres : Boudjemaa Selimia – L’ancien Premier ministre britannique, Tony Blair, a surpris tous les observateurs qui suivent de près le dossier israélo-palestinien, en avouant pour la première fois dans un entretien qu’il a accordé au Guardian, à quelques jours de la sortie de son livre L’aube de Gaza, que les dirigeants des grandes puissances occidentales, lui-même inclus, ont commis l’irréparable pour avoir cédé aux pressions d’Israël d’imposer un boycott immédiat au mouvement palestinien Hamas après sa victoire aux élections palestiniennes en 2006.

En qualité de Premier ministre britannique de l’époque, Tony Blair a soutenu sans réserve la décision de son allié, le président américain George W. Bush, de mettre un terme aux aides destinées aux populations de Gaza et rompre toute relation avec le mouvement Hamas nouvellement élu pour présider aux destinées du peuple palestinien, sauf s’il reconnaît Israël, renoncer à la lutte armée et observer à la lettre les accords existants entre ses prédécesseurs du Fatah et Israël. L’ultimatum a été rejeté en bloc par le Hamas, qui venait de remporter des élections, jugées libres et démocratiques par les observateurs internationaux.

Tony Blair, qui a été nommé au poste d’envoyé spécial du quartette au Proche-Orient – composé des Etats-Unis, de l’UE, des Nations unies et de la Russie –, après son départ du 10 Downing Street, affirme aujourd’hui que la communauté internationale aurait géré le problème différemment. Il fallait, selon lui, intégrer le Hamas dans un processus de discussion, plutôt que de l’exclure totalement de la scène politique palestinienne.

Le boycott a permis, il faut le dire, à Israël d’imposer un blocus économique impitoyable sur Gaza, en vigueur jusqu’à ce jour. Ce qu’il faut aussi savoir est qu’un rapport de l’ONU, rendu public il y a deux ans, a clairement souligné que les effets combinés du blocus et les trois offensives militaires menées dans la bande de Gaza par Israël depuis 2009 ont transformé les territoires en zone «inhabitable» d’ici à 2020, alors que les conditions humanitaires se sont nettement dégradées depuis la rédaction du rapport onusien.

Cette sortie fracassante de l’ex-Premier ministre britannique, le travailliste Tony Blair, en abordant un sujet de politique étrangère extrêmement sensible, intervient dans une conjoncture dominée par l’émergence d’une nouvelle donne sur la scène palestinienne. Il s’agit bien évidemment du processus de réconciliation entre le mouvement Hamas et le Fatah, concrétisé après la signature tout récemment par les deux belligérants d’un accord de réconciliation historique destiné à mettre fin à une décennie de déchirements dévastateurs entre les deux principales formations sur la scène politique palestinienne.

R. S.

Comment (53)

    soleil
    21 octobre 2017 - 8 h 40 min

    il a oublier la guerre avec l irak ou il ont sur leur main la mort de 500 000 enfant irakien mort faute de soins,lui et l autre criminel bucsh,le mensonge qui ont voulue faire passer au monde,arme de destruction massive,pour voler le pètrole irakien




    5



    0
    salim samai
    20 octobre 2017 - 9 h 23 min

    Israel a toujours imposé sa volonte aux USA et aux Occidentaux qui se plient betement aux depens des Interets de leurs PAYS et PEUPLES!

    Le probleme n´a jamais ete resolu cependant! Au contraire il a gross chaque fois!
    Israel n´est ni AUSSI COUPABLE ni aussi LACHE que les « Politicards » comme Blair, Ted Cruz et les Congressmen US qui toujours repondent: « De quelle hauteur? » lorsqu´Israel leur ordonne: « Saute! »
    Ces memes sous produits des sous des casinos de S.Adelson ou des Freres Koch vont ensuite declamer leur amour de la « Liberte » et des « Valeurs de l´Amerique » lesquelles valeurs n´ont jamais ete aussi bafouees que lorsqu´il s´agit du soutien US bete et suicidaire á Israel.




    5



    0
    moula
    19 octobre 2017 - 9 h 20 min

    honte à vous, des centaines d’enfants sont mort de famine et de manque de médicament à cause de ce blocus. ce mea culpa suffira’il à leur rendre justice …..




    11



    0
    Sprinkler
    18 octobre 2017 - 20 h 28 min

    De là à ce que BLAIR avoue être lui-même une erreur  » irréparable  » de l’Histoire il n’y a qu’un…mot.




    6



    0
    mouatène
    18 octobre 2017 - 16 h 24 min

    la repentance après le crime ne sert à rien. bien au contraire, vous avez agit en toute lucidité et connivence avec le criminel busch. le poste que vous occupiez vous a aveuglé au point de commettre des génocides. l’histoire vous condamnera un jour, soyez en certain !!! les lamentations ne servent plus à rien. d’ici là, les remords vous rongeront la cervelle.




    11



    0
    Farid1
    17 octobre 2017 - 22 h 33 min

    Un vrai perfide!!




    5



    0
      Anonyme
      18 octobre 2017 - 17 h 34 min

      il est le fils d’albion!




      4



      0
    ben
    17 octobre 2017 - 0 h 45 min

    Il vient tout bonnement de reconnaître qu il a été un caniche pro sioniste
    L injustice ne dure jamais et les sionistes paieront au centime près leur crimes




    17



    0
    karimdz
    16 octobre 2017 - 10 h 55 min

    Quel hypocrite, il a été le valet d israel, il a ignoré durant son mandat un peuple, palestinien, qui souffrait et il a encore le culot de faire croire qu il fait son méa culpa.

    Ils sont tous pareils, tous à la botte d israel, et quand ils n ont plus aucun pouvoir, ils se mettent à jouer les hommes de paix !




    24



    0
    Rayes Al Bahriya
    16 octobre 2017 - 10 h 35 min

    Les larmes de crocodiles.

    Encore pire que le crime lui même.

    Hier…c . T la crémation d’Israël.

    Aujourd’hui la crimation d’Israël.

    Lost world.

    LA France fait pire …




    12



    0
    Les Égarés.
    16 octobre 2017 - 7 h 48 min

    Finalement un vrais Dirigeant travail pour l’intérêt de son pays d’origine entouré de bons conseillers , il s’avère que le Dirigeant Blair et tous ces conseillers ainsi que tout le Renseignement Britannique se soient plantés !!!.. ça fait beaucoup quand même ?….Sur la Palestine , sur l’Irak , sur l’Afghanistan ,… ensuite la Libye , la Syrie…?…Daesh… Bahreïn…le Wahabisme…Non véritablement la GB à suivie de Blair , Majors , Cameron jusqu’à May , une Politique Étrangère planifié sur le long terme dont Mr Blair a été un fidèle serviteur…le mal est fait , malgré les regrets de Mr Blair … qu’est-ce qui empêche la GB de changer de Politique Étrangère actuellement ?.. Rien !…Mr Blair à compris tardivement qu’il n’a été qu’un Pion sur l’échiquier Sionistes dont la GB tire profit , … quand des dizaines de milliers d’Irakiens mourraient sous les Bombes Américaine de Bush , Blair , Aznar l’Espagne , Mr Blair savait ce qu’il faisait !
    …et maintenant c’est trop tard , Mr Blair !!…Les larmes et les morts ont été pour les Familles Irakiennes …de Palestine..et c’est à eux de vous Pardonner , ce que je doute !




    24



    1
    Youssef
    16 octobre 2017 - 0 h 14 min

    Un moment on l’à surnommé le caniche de bush et il ne l’à pas accepter. Mais comme la vérité se sait un jour ou l ‘autre, ce criminel le reconnaît lui même qu ‘il était vraiment ce caniche.




    36



    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.