La mort de Kamel-Eddine Fekhar risque d’enflammer le M’zab à nouveau

décès Fekhar
Manifestations après la mort de Kamel-Eddine Fekhar à Alger. D. R.

Par Houari A. – Les réactions au décès de l’activiste Kamel-Eddine Fekhar en prison suite à une grève de la faim ne se sont pas fait attendre. A Ghardaïa, des citoyens ont manifesté pour réclamer la vérité sur les circonstances de la mort de cet ancien militant du FFS.

Cette mort tragique de cet autonomiste proche des thèses du MAK de Ferhat Mehenni, risque d’enflammer le M’zab à nouveau après que cette région eut connu une dangereuse période d’instabilité suite aux affrontements intercommunautaires qui avaient fait plusieurs morts. L’Etat avait dû déployer des moyens colossaux pour rétablir le calme.

Les manifestants qui sont sortis à Ghardaïa hier soir ont scandé des slogans hostiles au pouvoir. Les mêmes qu’on a l’habitude d’entendre en Kabylie, «Pouvoir assassin !», et des appels au wali pour quitter la wilaya : «Le wali, dégage !», une façon pour les protestataires de signifier leur non-reconnaissance de l’autorité de l’Etat dont ils réclament le départ. Les manifestants brandissaient le drapeau berbère.

Kamel-Eddine Fekhar avait été incarcéré pour «complot contre la sécurité de l’Etat». Il avait entamé une grève de la faim. La dégradation de son état de santé avait obligé les autorités pénitentiaires à l’admettre à l’hôpital de Ghardaïa avant d’être transféré à Blida où il a rendu l’âme. Sa mort dans ces circonstances dramatiques et dans ce contexte, marqué par les manifestations à travers tout le pays depuis le 22 février dernier, sera-t-elle l’étincelle que beaucoup d’agitateurs espéraient pour faire dévier le hirak de son caractère pacifique ?

La mort de cet activiste met, en tout cas, les autorités dans une situation délicate. L’ouverture d’une enquête pour déterminer les responsabilités dans ce drame ne suffira certainement pas à calmer la colère des citoyens de Ghardaïa qui participaient déjà massivement aux manifestations de vendredi pour réclamer le changement radical du système.

Un nouveau bras de fer s’annonce au moment où les autorités militaires peinent déjà à trouver une issue à la crise politique qui va en s’enlisant.

H. A.

Comment (57)

    Rahate Nanek
    30 mai 2019 - 20 h 36 min

    Mr Apache fait une indigestion après avoir trop mangé du cachir , les mouches mangent gloutonnement les restes que leur jette el 3ssaba , s’il lui reste quelques milligrammes de redjla qu’il affiche demain place Audin son larbinisme !

    1
    3
    YA OULI EL-ALBAB
    30 mai 2019 - 9 h 56 min

    YAL KHAWA SACHEZ QUE LES MOUCHES ELETRONIQUES SONT DOMINANTES SUR LA PLUPART DES SITES ET TOUS CEUX QUI SEMENT LA HAINE SONT PAYES POUR CELA. Apparemment, c’est 700 DA de l’heure. Pour revenir au sujet, sachez qu’après avoir échoué en kabylie, la ISSABA s’est tourné vers Ghardaia à travers une administration et les autorité locales qui font tout pour diviser. Ce wali et procureur ce comportent comme la france coloniale envers les mozabits. Cela peut vous choquer mais c’est la pure vérité. Tous les algériens savent que les mouzabits sont des gens pieux, pacifique et besogneux; ils devraient être un exemple pour nous tous. Mais vu qu’ils ne travaillent pas dans l’administration ou les services de sécurité, le pouvoir a choisi d’affecter dans le Mzab exclusivement des islamo-baathistes et racistes et ils traitent les mouzabits pire que ce que faisait la france. Ils ne peuvent pas faire ça avec les kabyles et les chaouis qui sont puissants, mais les mouzabits sont leur souffre-douleur.
    Pour les accusations de séparatistes, d’abord si on est civilisé on combat des idées par d’autres idées et non par la justice aux ordres et des criminels. ET PUIS si vous êtes sincérement MUSULMAN, vous croyez qu’on choisi d’abandonner le pays de ces ancêtres avec ses millions de km2 et toutes ses richesses, sur un coup de tête ? Qui accepte de quitter un supposé-paradis si ce n’est pour fuir un véritable-enfer. Vous, vous sentez chez vous, dans une Algérie arabe, malikite, etc., eux ils sont persécutés parcequ’à part être ALGERIENS et d’authentique ALGERIENS, ils ne sont ni arabes, ni arabisés comme 90% d’entre-nous, ni malikites. Le pouvoir outre qu’il veut les utiliser pour diviser le peuple et le HIRAK, mais aussi parcequ’ils tiennent à leur identité contrairement aux chaouis et kabyles qui s’arabisent avec le temps et finiront par disparaitre comme la majorité du peuple devenu arabophone et qui se dit arabe aujourd’hui.

    6
    6
      anonyme
      30 mai 2019 - 12 h 58 min

      @ ya ouli el-albab.
      il s’avère que toi aussi tu es un dhoubab electroni.

      8
      2
    Lahouaria
    30 mai 2019 - 0 h 32 min

    C’était un séparatiste avéré, il a préféré se donner la mort par la grève de faim, il est donc responsable de son acte devant Dieu et ses serviteurs. Ceux qui veulent embraser la vallée du M’zab sont juste ses disciples, ils veulent détruire l’Algérie, séparer les algériens quand ce défunt n’a pas réussi à le faire. Hasbi Allah wa ni3ma Al Wakil!

    20
    99
      Chelabi
      30 mai 2019 - 9 h 11 min

      Pas une once de morale. À vomir!

      6
      7
      Karim
      30 mai 2019 - 9 h 49 min

      Je trouve que cette dame est indécente au point ou elle ne peut meme pas contenir sa haine durant le deuil des autres. Fekhar est un homme qui non seulement est un militant des droits de l’homme de longue date mais aussi un médecin dans notre société malade.
      Que dieu ai son ame et lui reserve un coin dans son vaste paradis.
      Prions pour lui et sa famille en deuil.

      8
      6
    Anonyme
    29 mai 2019 - 21 h 28 min


    La majorité des mozabites ne partagent pas les thèses séparatistes comme celles du MAK!
    Fekhar s’est suicidé! Il n’a rien de martyr! Lui prône le séparatisme et la division de l’Algérie à l’exemple du MAK!
    Il a usé du chantage « grève de la faim » croyant faire pression sur l’Etat pour obtenir sa libération suite à sa condamnation pour avoir tenté de mettre le pays dans un processus de division et de conflits interethniques! Il a fait la grève de la faim! Il est médecin, alors il sait mieux que nous tous ce qu’il risque!
    Il en est mort après son évacuation vers un hôpital à Blida et non en prison comme le prétend mensongèrement le FFS ..!

    14
    11
      Yiwen
      30 mai 2019 - 10 h 03 min

      Il a le droit de parler d’autonomie voire d’indépendance !
      Il a ses opinions et tu n’es pas obligé d’être d’accord avec lui. Il est clair qu’en lisant les commentaires des lecteurs d’AP, cela ne donne pas envie de partager quoique ce soit, même pas le même pays. Cela n’augure rien de bon.
      On continue à désigner le mzab et la kabylie à la vindicte populaire et même le pays chaoui (le vrai ) n’y échappe pas. Alors, si cette révolution ne débouche pas sur une vraie démocratie où chacun est respecté dans ses identités et dans ses droits de citoyen, l’algérie cessera d’exister en rant qu’entité.

      68
      7
      Anonyme
      30 mai 2019 - 16 h 19 min

      .Dr FEKHAR NE S EST PAS SUICIDE….LES RESPONSABLES DE SA MORT SONT CEUX QUI ONT UTILISE L APPAREIL JUDICIAIRE POUR LE DEMOLIR LENTEMENT ET PSYCHOLOGIQUEMENT AVEC LE DISPOSITIF RÉPRESSIF DE CE RÉGIME….TOUTES NOS CONDOLÉANCES A SES PROCHES.L IMPUNITE DE CES RESPONSABLES NE DOIT PAS RESTER SANS SUITE….LES CITOYENS NE PEUVENT PLUS SE TAIRE…..

      3
      2
    R
    29 mai 2019 - 21 h 03 min

    Monsieur monsieur monsieur le Hirak attention au piège de l état et de l étranger ils cherchent à enflammé l Algérie
    .fekhar est mort allah irahmou le combat continue y’a nass khawa khawa vive l Algérie libre rétention au manigances .ils pourrais q fekhar a été tue a l hôpital .restez vigilants

    7
    10
    Vous allez amèrement le regretter
    29 mai 2019 - 20 h 46 min

    Si certains veulent du matraquage respirer de la fumée de grenades lacrymogènes avoir les yeux qui brûle par les aérosols lacrymogènes des douché de lance d’incendie.
    Faire de la prison et vivre dans une ville toute cassé en dessous dessous sans rénovations possible.
    Allez y …………

    6
    14
    Rahate nenak
    29 mai 2019 - 20 h 30 min

    Mr Apache vous êtes indigne d’être algérien, votre commentaire est honteux et scandaleux regardez-vous dans une glace et sachez que les traîtres sont odieux même pour ceux qui profitent de leur traîtrise !

    54
    8
      Apache
      30 mai 2019 - 9 h 34 min

      Et toi tu penses être digne d’être algérien en t’émouvant devant le suicide d’un régionaliste qui cherche à diviser les Algériens et l’Algérie? Ses actions ont déjà provoqué plusieurs morts qu’il devra justifier devant son Dieu. Si traitre il y a, c’est plutôt ce Fekhar et ses supporteurs de ton espèce. Je suis pur Algérien et je déteste tout régionaliste ou séparatiste du genre Fekhar et Ferhat Mehenni …

      11
      57
        Chelabi
        30 mai 2019 - 14 h 54 min

        Ahcham un petit chouïa! Respecte la mort si tu n’es pas capable de respecter le mort.
        Le prophète de l’islam s’est levé à l’approche du corbillard d’un juif.
        Quelle éducation vous avez reçue? Vous n’etes Ni de bons musulmans, ni de bons démocrates. Juste de bons sauvages qui tirent non pas sur des ambulances mais sur des corbillards. Yakhi halla yakhi.
        Vous vous dites nationalistes mais vous êtes la main par laquelle le démembrement de l’Algerie s’opère. Vous reprochez aux autres leur extrémisme mais vous oubliez que vous en êtes la mamelle.
        C’est votre conception de la démocratie, de la liberté d’expression et de la liberté tout court qui font que des fekhar et des M’henni n’ont plus envie de partager avec vous le même pays car vous êtes tout simplement invivables.

        4
        1
          Anonyme
          30 mai 2019 - 17 h 24 min

          Bravo Monsieur Chelabi pour cette réponse cinglante à ce dhoubab

          3
          2
    Anonyme
    29 mai 2019 - 20 h 11 min

    Le Docteur Kamel-Eddine Fekhar, militant de longue date des droits de l’homme a été fauché par la barbarie d’un système félon.
    Que sa famille, ses proches, ses amis, sa communauté , sa ligue des droits de l’homme , son parti politique trouvent ici l’expression de mes condoléances attristées et le profond respect que nous devons tous à ces braves, à ces humbles sans qui la vie en Algérie serait un enfer.
    Que ceux qui se sont acharnés contre sa modeste personne, soient maudits à jamais.
    Le Docteur Kamel-Eddine Fekhar est un symbole et un martyr de la démocratie conformément à la déclaration de Novembre 1954 et au congrès de la Soumam. Paix à son âme.

    85
    13
    Anonyme
    29 mai 2019 - 18 h 47 min

    C’est peut etre le but recherché afin de briser les aspirations du peuple algérien.

    20
    5
    Kahina-DZ
    29 mai 2019 - 18 h 16 min

    On dirait qu’il y’a ceux qui veulent jouer à la terre brûler, pour sauver leur peaux.
    La sagesse du M’ZAB est de mise en cette période de tous les dangers que traverse le pays.

    32
    6
    Apache
    29 mai 2019 - 17 h 51 min

    Pourquoi le M’Zab devrait il s’enflamme suite au décès du dr Fekhar. Il a choisi de se suicider en observant une grève de la faim et c’est sa responsabilité, non celle de l’Etat. Personne ne lui a mis un pistolet sur la tempe. D’ailleurs il avait voulu créer une fitna en tre les Mozabites et les Chaânbas qui s’était soldée par la mort de plusieurs citoyens des deux côtés et a failli divisé le peuple d’une même nation. D’ailleurs c’était sûrement son but de diviser le pays, ses thèses étant proches de celles du MAK quicherche la partition du pays. Il ne doit ses déboires qu’à lui même.

    36
    64
      ya banou djahl
      29 mai 2019 - 18 h 33 min

      vous ete un etre triste,raciste et vous avez une pierre a la place du coeur une chose est sur entre vous et un animal il ya juste la posture. je vous nomme comme une bête verticale qui pense juste a manger et chi….
      dans la vie il ya ceux qui font l’histoire et ceux qui attendent pour prendre les retombés des événements.je pense que vous ete de la deuxième vague celle des opportunistes.

      23
      21
      Anonyme
      29 mai 2019 - 18 h 51 min

      Tu n’es même pas convaincu par tes aneries. Tu écris juste ce qu’on t’a intimé l’ordre d’ânonner dans les forums de discussion

      1
      12
      AMMI ROUCHE
      30 mai 2019 - 1 h 13 min

      @Apache,
      À travers ton commentaire, je peux affirmer que : Soit tu es un sioniste, pas du tout musulman en tous cas, car durant le mois du pardon et de piété, on ne peut souhaiter et dire qu’un être humain mérite sa mort surtout lorsqu’il lutte pour que tu aies la liberté d’expression que seul le site A.P t’offre, si c’est cela est écrit dans ta religion alors je la renie mille fois et je dirai que c’est une religion de haine! Soit tu es du clan de Said bouteflika qui cherchait un moyen de casser le hara-kiri en actionnant la célèbre machine regionaliste après avoir échoué de le faire en provoquant la Kabylie à travers l’arrestation de Rebrab, des jeux de coulisses pour priver la JSK du championnat, et parmi ce clan des actionnaires du régionalisme, il y en a qui sont à la solde des pays du désert arabe qui font tout pour priver d’autres communautés de pratiquer un autre islam, celui de la libre initiative, celui de l’amour entre les créatures de Dieu, celui de la vraie tolérance, et les mozabites à travers le rite ibadhite pratiquent le vrai islam, mais d’autres ont tout fait pour les écraser car jaloux de leurs réussites économiques et sociales comme durant la révolution. La fitna vient toujours des banou Hilal ( banou hell= fils de l’enfer) car les marchands de la vraie division exploite l’intolérance et l’inculture de cette tribune afin d’écraser les mozabites. Cela devient maintenant une question de luttes ethniques et l’ONU devra se pencher maintenant sur la protection des minorités et on luttera toute notre vie pour cela. L’Algerie devra , soit accepter les autres ethnies et autres langues dans toutes leurs diversités religieuses, linguistiques et modes d’organisation sociale et économique, et à défaut, les tenants du régionalisme au sein des décideurs vont ouvrir une grande porte au partage du pays, chose que je ne souhaiterai jamais, car Massinissa le rassembleur et reunificateur dans l’antiquité, Abane Ramdane l’autre rassembleur durant la révolution se seraient sacrifiés pour rien. Nos frères mozabites devraient adhérer au combat de feu Fekhar et ne doivent pas tomber dans le piège de la révolte, car les voleurs du pays n’attendent qu’une seule révolte afin d’instaurer un état de siège qui signera l’arrêt et la mise en échec du HIRAK.

      88
      8
    rheda
    29 mai 2019 - 17 h 11 min

    allah irahmou ou el sbar le wladou, mais soyons sincères . Il est mort encore une fois allah irahmou bi rahmatihi el wassiaa mais séparatiste comme il était cela ne peut affecter que qui vous savez. Samort est encore aujourd’hui instrumentaliser pour atiser toutes une region mais moi en tant qu’Algerien musulmans je ne ve pas savoir si ghardiaa est ibadite sunnite ou autre , seul le fait que l »algerie soit une me suffit, allah irahmou lui n’accepter pas cela et voulaiis l’autodetermination de la valée du Mzab et pour cela pour moi il ne combattez pas pour une algerie surtout celle que l’on revendique depuis le 22

    18
    21
    Bônois
    29 mai 2019 - 16 h 53 min

    Le plus gros contingent du clan est toujours aux commandes de l’Algérie, et lui fait prendre la direction de l’enfer. Bien sur en prenant soin de planquer leurs familles dans le paradis, avec des comptes en banque bien garnis.

    20
    8
    Zaatchi
    29 mai 2019 - 16 h 47 min

    A ecouter les droitdelhommistes on risque de perdre son islam .On ne se suicide pas.Toujours utile allah yarhamou

    16
    15
      Réponse à @Zaatchi (commt. 16h47mn)
      29 mai 2019 - 18 h 33 min

      Avez-vous la preuve qu’il s’est suicidé ?
      Un peu de décence SVP !
      Et si l’enquête, s’il y’en avait une, déterminait qu’il y’a eu « non assistance à personne en danger » ? Vous retirerez après coup, ce que vous avez dit ?

      15
      16
    anonyme
    29 mai 2019 - 16 h 34 min

    il n’est pas mort en prison …. mais à l »hopital
    ….

    18
    15
    AIT HAMOUDI DJAMEL
    29 mai 2019 - 15 h 36 min

    C’est pas que le M’ZAB qui risque de s’enflammer mais toute l’Algérie, quand un Etat est incapable d’assuré les droits élémentaires de ses concitoyens soit ils laissent la place soit nous nous constituons pour assuré nos droits. Ceux-ci est valable dans toute les sociétés.

    Des Fekhar il y en a plein l’Algérie et si ce système de s’en va pas de lui même, nous n’allons pas nous regarder mourir.

    Ceux sont des méthodes qui s’inscrit dans la droite ligne de Mohammed Ben Salman dont le haut de l’échelle et le démembrement du corps humain pour être dissout dans de l’acide.

    L’intimidation puis la répression, nous ne somme plus des êtres humain, nous sommes encore moins des citoyens Algérien, le mouton au moins il leur sert à manger et au sacrifice d’un rituel.

    Mais nous le chaab pour qui beaucoup nos tribus, village, famille, amis ont payer un lourd tribut pour notre indépendance, voir qu’en 2019 nos enfants qui n’ont ni voler, ni tuer mais qui n’ont fait qu’exprimer une penser pour vivre mieux meurt misérablement dans une prison. C’est plus que de la honte c’est plus que de la trahison, c’est plus que de l’humiliation, c’est pire qu’une atteinte à notre dignité.

    Comment être Algérien, nous n’avons jamais était indépendant, nous avons que changer de maître. Ces gens qui nous gouverne son pas des Algériens ceux sont nos gardiens, alors oui je suis pour me lever et les faire partir de ma rue, de mon village, de mon pays et qu’ils emmène leurs chiens avec eux.

    15
    24
      Anonyme
      29 mai 2019 - 19 h 33 min

      AIT HAMOUDI DJAMEL
      29 mai 2019 – 15 h 36 min
      C’est pas que le M’ZAB qui risque de s’enflammer mais toute l’Algérie

      C’est votre vœu et ceux de tes amis racistes, mais l’Algerie ne brulera pas

      9
      4
        AIT HAMOUDI DJAMEL
        30 mai 2019 - 5 h 18 min

        Non Annonyme, je suis pas pour voir l’Algérie brûler ou être en sang. Mais je suis pour une société humaine et civilisé. Je suis opposé à toute idée séparatiste mais je suis pas non plus pour le système actuel qui opprime toute les composantes de sa nation. La décennie noire nous a fait perdre 20 ans de retard et je sais le prix que ça nous coûte encore aujourd’hui mais si l’opposition démocratique qui sont nos partis politiques me le demande pour nous sauver alors oui j’irai en guerre contre ces tueur d’enfants.

        5
        3
    Droits Humains
    29 mai 2019 - 15 h 17 min

    Il est décédé suite à sa grève de la faim, et je ne voudrais ni instrumentaliser sa mort, ni manipuler les masses. Si on ne peut que regretter sa mort, parce que nous sommes des humains, nous ne pouvons non plus cautionner son idéologie tribaliste. Comment pouvait-il prendre en otage des populations entière sous prétexte qu’elles ont Mouzabites ???? Comment peut on prendre en otage des populations et les différencier ethniquement ??? C’est inconcevable, notamment au moment où l’Europe se regroupe, la mondialisation bat son plein, chez nous les tenants du racisme ethnique sont brandit comme des défenseurs des droits de l’Homme. C’est le monde à l’envers.
    Allons trouver des Kabyles à 5 pieds, des mozabites à 9 doigts, des Chaouis à 30 orteils….
    Le tribalisme est une idéologie injectée par les forces rétrogrades pour miner les sociétés tolérantes. J’ai vécu avec des personnes de toutes les régions d’Algérie, et jamais nous n’avons eu à nous distinguer en fonction de nos ethnies, jusqu’aux années 1990. Aujourd’hui, le ver est dans le fruit.
    Devrons-nous nous distinguer en fonction de notre quartier aussi ou de notre village ? Le tribalisme est mortifère, c’est le symbole de la décadence, et le symbole du pire racisme que l’on peut imaginer au sein de l’humanité toute entière. Il est injecté en Algérie.
    Rabi yestar

    31
    11
    ANONYME
    29 mai 2019 - 14 h 16 min

    NON MONSIEUR…..AVANT Dr FEKKAR,LE JOURNALISTE TAMALT MOHAMED QUI RENTRE DANS SON PAYS NATAL EN PLEINE FORME…INCARCÉRÉS POUR LEUR OPINION POLITIQUE….ET ABANDONNES DANS DES GEÔLES A LEUR GRÉVE DE FAIM…..ET QUELLE A ÉTÉ LA RÉACTION D’UN EX PREMIER MINISTRE…QU’ILS FASSENT LA GRÉVE DE LA FAIM C’EST NOTRE DERNIER SOUCIS….

    20
    16
    FAKOU
    29 mai 2019 - 13 h 55 min

    WAAAW, UN APPEL DIRECT A LA FITNA !
    Non mr les ALGERIENS sont mûrs et sont KHAWA KHAWA et les mouzabits dont la sagesse et le pacifisme sont légendaires, sont encore plus mus par cet esprit.
    Ils savent qui sont leurs ennemis et les ennemis du peuple.
    CE VENDREDI LA REPONSE SERA DONNEE AUX FOSSOYEURS DU PAYS ET SEMEURS DE FITNA, CAR CET ASSASSINAT FAIT PARTIE DE LEURS PLANS MACHIAVELIQUE.

    36
    7
    Anonyme
    29 mai 2019 - 13 h 37 min

    Dr Fekhar n’a été que la victime des idées séparatistes malsaines portées à bras le corps par Mehenni du Mak, par certains radicaux du FFS, par des petits malins du RCD , par BHL etc.

    Son véritable combat aurait été d’adoucir les tensions sempiternelles entre les mozabites et les autres communautés; Combat qui l’aurait grandement anobli.

    Combattre pour la création d’une zone insulaire composée géographiquement de Berriane, Ghardaia-centre, Noumerat, Oued N’Sa, Guerara, El Ateuf, Bni Izguen, Bounoura, Melika, Oued Balouh, Oued Zegrir, Dhaia Bendahoua et autres petits points de fixation du Mzab , avec comme unique ethnie et secte religieuse: les berbères ibadites-rostemides… RELÈVE DE L’UTOPIE !

    C’est en vérité une idée séparatiste malsaine et dangereuse que certains Machayekh et penseurs du Kharejisme , tels que Cheikh Tfayyech et Cheikh Bayyoudh avaient combattue avec beaucoup d’énergie.

    De manière pratique comment peut-on imaginer la création dans la vallée du Mzab d’un mini état en plein centre de l’Algérie composé uniquement de Mozabites, à l’exclusion des autres ethnies Chaamba, Aajalet, Nweyel, arabes chameliers?

    C’est un remake de mauvais goût des tentatives du MAK de Ferhat Mehenni en Kabylie.

    Dr Fekhar (ry) savait très bien que presque tous les Mozabites n’approuvaient guère cette thèse isolationiste susceptible de mener l’Algérie sur le chemin de la partition à l’image de l’ex Yougoslavie.
    Saïd Mechkane

    30
    37
    polisario rasd
    29 mai 2019 - 13 h 22 min

    un référendum sur l’autodétermination me semble une bonne idée pour la population autochtone.

    23
    64
      Bônois
      29 mai 2019 - 17 h 10 min

      Il faudrait que ton makhzen nous montre la voie, au Rif.

      24
      4
      M'chamchi
      29 mai 2019 - 17 h 43 min

      un référendum fi darek incha Allah…TU AURAS ET SUBIRAS LES CONSÉQUENCES propres à un tenancier de hammam ou fondouk marocain…

      15
      3
      Bônois
      29 mai 2019 - 21 h 11 min

      Ton roitelet devrait commencer par octroyer une citoyenneté aux diverses peuplades aux babouches laminées par la misère de ton royaume jouissif.

      samir
      29 mai 2019 - 23 h 37 min

      Je pense que le makhzen,nous dévoile ,comment il a fait avec le rif ,les chleuhs,les souse,et le sahara occidental ,comme ça on va copier peut être.

      5
      1
    Kern
    29 mai 2019 - 12 h 48 min

    Désolé mais entre KEF (et quelles que soient ses idées ce la ne justifie en aucuns cas mort d’hommes) et les deux généraux + le frère cadet complotistes ou doit-on mettre le curseur…???Un début de réponse est apportée chaque vendredi: LA DÉMOCRATIE LE DÉBAT D’IDÉES LA SÉPARATION DES POUVOIRS JUDICIAIRE et POLITIQUE LE CONTRÔLE LÉGISLATIF (parlement issu du peuple) DE L’ EXÉCUTIF…PRIMAUTÉ DU POUVOIR CIVIL SUR LE MILITAIRE…

    19
    4
    youcef benzatat
    29 mai 2019 - 12 h 01 min

    Kamel Eddine Fekhar est mort pour ses idées séparatistes

    J’ai écrit ce texte le 16 avril 2017 en réaction à la grève de la faim entamée par Kamel Eddine Fekhar à ce moment-là, parce qu’elle mettait sa vie en danger et me posait un douloureux problème de conscience.
    « Voilà pourquoi je ne suis pas solidaire avec Kamel Eddine Fekhar !
    Kamel Eddine Fekhar est un prisonnier politique, qui a été arrêté en juillet 2015 et condamné depuis pour atteinte à la sûreté de l’Etat. En grève de la faim depuis plusieurs semaines, son état de santé se dégrade dangereusement et risque de mourir s’il continu à refuser de s’alimenter.
    Peu importe la légitimité ou non du pouvoir qui l’a arrêté, l’indépendance ou l’asservissement de la justice qui l’a condamné, Kamel Eddine Fekhar s’était rendu coupable d’atteinte à la sureté de l’Etat algérien, en complotant avec des instances internationales dans l’objectif de les amener à s’immiscer dans nos affaires intérieures avec toutes les conséquences que cela pourrait avoir sur la paix civile et sur la sécurité nationale.
    Son combat pour la séparation ethnique des Algériens, en revendiquant la ghettoïsation du M’zab, sous la forme d’un séparatisme territorial ou au mieux d’un fédéralisme ethnique, en solidarité avec les identitaires berbéristes, qui revendiquent eux aussi la même forme de fédéralisme ethnique et au pire d’un séparatisme territorial, n’est pas un combat au profit de la Nation algérienne. Mais plutôt un danger qui menace l’unité du peuple, l’intégrité territoriale et la souveraineté nationale. De ce fait, tout algérien attaché à sa patrie se doit de condamner de tels agissements, indépendamment de la volonté du pouvoir.
    La lutte pour le rétablissement du peuple algérien dans son identité appartient à tous les algériens et personne ne peut prétendre en imposer le monopole. Elle est d’abord une affaire de débat de société à mener pragmatiquement par des compétences en anthropologie, en histoire, en sociologie, en linguistique, en philosophie, en archéologie et par tout autre compétence susceptible de verser des arguments pertinents dans le débat. Car notre société est traversée depuis plus de deux millénaires de toutes sortes d’apports de populations et de cultures étrangères, qui n’ont pas manqué à produire des métissages très complexes et une altération de la culture originale amazigh, qui a débouché sur une forme de transculturalité, perceptible dans nos modes d’expression d’aujourd’hui. Ce qui fait de notre identité une singularité, qui n’est ni amazigh, ni arabe, mais simplement algérienne.
    Dans ce cas, le combat de Kamel Eddine Fekhar et celui de tout le mouvement identitaire à caractère séparatiste ou fédéraliste, s’inscrit dans un processus de division et de menace sur d’éventuels conflits interethniques, meurtriers et dévastateurs. On connait le destin de toute propension à la pureté ethnique, qui débouche inéluctablement sur l’idéologie du nationalisme ethnique et ses conséquences tragiques sur la paix civile. C’est pour cette raison que je ne peux pas être solidaire avec son combat et le soutenir dans l’épreuve difficile qu’il traverse. Cette désolidarisation avec son emprisonnement traduit ma volonté de préservation de la population algérienne, à laquelle j’appartiens, dans son intégrité, de son cadre de vie et de la menace qu’il peut représenter en étant libre de ses mouvements, qui pourraient mettre en péril l’existence de toute la Nation algérienne.

    D’autant que celle-ci est menacée de toute part dans une conjoncture internationale qui lui est très défavorable. Par ailleurs, et indépendamment que l’on soit pour ou contre la peine de mort, on ne peut prendre le risque d’appeler à sa libération, si celle-ci pourra constituer un danger pour le destin de toute une Nation. Qu’il recoure au chantage de la grève de la faim en s’obstinant dans son combat, pour espérer une libération, c’est en partie de sa responsabilité si un malheur le frapperait. Car si toute personne qui menacerait l’existence d’une Nation pouvait obtenir sa libération suite à un tel chantage, cette Nation court le risque de disparaître à la moindre volonté malveillante de cette nature qui la viserait.

    Voilà pourquoi on ne peut être solidaire d’un prisonnier politique, lorsque celui-ci persiste dans l’idée de vouloir obtenir sa libération pour pouvoir continuer à exercer sa dangereuse activité, qui menacerait de mettre en péril l’unité et la souveraineté du peuple algérien. »
    Kamel Eddine Fekhar a été libéré quelques temps après, mais ce dernier était tellement déterminé à brader l’Algérie égoïstement au profit de sa communauté Mozabite, en complicité et solidarité avec les séparatistes et fédéralistes berbéristes, qu’il s’est précipité à l’occasion de la Révolution du 22 février à reprendre plus dangereusement encore ses activités complotistes contre la Nation algérienne. Ce qu’il lui a valu une nouvelle incarcération, mais qui lui a été malheureusement fatale cette fois-ci.
    Pour toutes ces raisons, il meurt donc pour ses idées séparatistes, mais nullement pour l’Algérie. Il ne peut dans ce cas être considéré comme martyrs de la Révolution du 22 février, comme le voudraient certains, alors que celle-ci a pour objectif le salut de toute la Nation algérienne avec son peuple uni et son territoire intégral.
    En tant que citoyen algérien, on ne peut que déplorer sa perte et partager la douleur de ses enfants et de ses proches, à qui il inflige une souffrance qu’il aurait pu la leur épargner, d’autant que son combat est inutile et vain.
    La Révolution que mène le peuple algérien en ce moment critique de son histoire, pour se libérer de la dictature, aura fort à faire avec les extrémistes de tout bord, que ce soit chez les religieux ou les identitaires. Bien que ce sont des expressions marginales par rapport aux principaux objectifs que la Révolution c’était fixée, elles représentent néanmoins un potentiel de nuisance non négligeable contre la Révolution, notamment à travers ses objectifs d’unité du peuple et d’intégrité territoriale. Leur nuisance se mesure surtout par leur capacité à porter le danger contre la sécurité nationale par l’ingérence étrangère directe et son lot de morts et de destructions, en plus de l’atomisation du peuple, et donc, la déviation de la Révolution de ses objectifs,
    Y.B.

    72
    56
      SaidZ
      29 mai 2019 - 13 h 12 min

      Non monsieur, aucun Algérien ne devrait mourir en prison pour ses idées, est-ce clair?

      33
      25
        Information
        29 mai 2019 - 16 h 02 min

        Personne ne l’a tué, il s’est tué lui même, il a travaillé et comploté avec des ONG étrangères toujours diviser pour mieux régner, il était la brèche que l’OTAN lui a enseigné à ériger et ça a failli fonctionné. N’oublie pas la liberté de chacun s’arrête à celle d’autrui, on creuse pas un trou dans un bateau parce qu’on est libre, sinon on coulera tous.
        Youcef Ben Zetat CHAPEAU POUR TON NATIONALISME ET POUR CES LIGNES DIGNES D’UN ALGÉRIEN AMOUREUX DE SES COMPATRIOTES. MERCI À TOI

        24
        20
        Nasser
        29 mai 2019 - 16 h 40 min

        Mais qui l’a tué ??

        Le FFS peut avoir contribué à son suicide! Le Mak aussi!
        C’est vos maîtres manipulateurs qui vous ont faire croire qu’il a été tué! Oui « tué » par lui-même en se suicidant! Comme les manipulés sont souvent et en majorité des abrutis alors ils croient et suivent sans se poser des questions. On vous a dit qu’il est mort en prison alors que c’est dans un hôpital à Blida.
        Non seulement, Fekhar s’est fait avoir en sacrifiant sa vie inutilement, mais ses manipulateurs, en diables, se servent encore de sa mort pour encore manipuler, tromper et falsifier!

        18
        11
        Apache
        29 mai 2019 - 18 h 06 min

        Mais Monsieur SaidZ, le Dr Fekkar est mort dans l’hôpital de Blida et non dans une prison algérienne. Il a refusé de se nourrir et il en est mort. Sa responsabilité est entière. …

        16
        10
      Pr Nadji Khaoua
      29 mai 2019 - 13 h 43 min

      Dommage que les discours éculés se retrouvent mobilisés ainsi à l’infini, au gré des circonstances pour justifier l’injustifiable et absoudre les crimes politiques perpétrés au nom de ceux qui visent à rester ad vitam eternam les uniques décideurs pour le devenir de cette societe et de ce pays.
      Cependant les temps ont changés plus de 50 années après l’indépendance.
      Cette «main de l’etranger» qu’utilise Youcef Benzatat pour expliquer les circonstances qui attenueraient le crime que constitue toute mort dans les conditions ou est mort Mr K. E. Fakhar, est bien éculée et si stérile tout autant
      que loin de toute vérité.
      Car si ce faux prétexte (la main de l’étranger) était vrai, alors on aurait lu et vu Mr Benzatat dénoncer le projet de Loi 2005/2006 visant la vente (oui, la vente) des ressources en hydrocarbures de notre sous sol, propriété collective par excellence.
      J’ajoute d’autres exemples ? Ils sont à foison,depuis au moins 1978, et la survenue du régime C. Bendjedid.
      Ces multiples cas graves d’aliénation d’une part substantiel de nos intérêts aux pays étrangers (France, Arabie Saoudite, etc) ont explosés depuis 1999 et la gouvernance bouteflikienne.
      On peut lire Benzatat et ceux qui osent justifier la mise à mort volontaire d’un homme pacifique mais foncièrement fier
      d’être ce qu’il est, dénoncer par leurs écrits publics a l’époque de leur survenue, ces actes et ces politiques foncièrement et volontairement destructrices de l’intérêt national et perpétrees volontairement aux bénéfices réels cette fois, des étrangers que sont les pays du Golfe, la France, etc.
      D’ailleurs, l’épisode significatif et parlant par lui même, de l’hospitalisation du Président de la République dans un hôpital, non seulement situé en France, colonisateur d’hier, mais surtout dans l’hôpital «militaire» du Val de Grâce,
      dans un silence sidérant de tous ici en Algérie, montre bien la réalité des positions des uns et des autres et souligne comment peut on travestir toutes les valeurs et toutes les vérité, lorsque on est de faible objectivité, sont de façon naïve ou, plus grave, lorsqu’on se sait instrumentaliser.

      Pr Nadji Khaoua.

      34
      17
      Chelabi
      29 mai 2019 - 19 h 57 min

      Donc pour vous, défendre ses idées et convictions ne peut que déboucher sur un emprisonnement suivi de mort d’homme. C’est une conception bestiale de la vie en société. Vous et vos chefs politiques vous ne pouvez pas avoir la vie et la hauteur de vue de Ferakh. Il s’est battu au nom des siens. Il en est mort dignement. Vous vous n’avez aucun idéal. Cela fait 60 ans que vous vivez sous la botte des généraux et vous vous y plaisez drôlement. C’est le propre des esclaves. Ferakh est un amazigh. La liberté pour lui est une princesse qui mérite tous les sacrifices. Il ne voudrait surtout qu’une engeance pareille puisse s’attendrir sur son sort.

      8
      4
        Apache
        30 mai 2019 - 11 h 47 min

        S’il te plait, qui est Ferakh dont tu parles? A moins que tu aie mal écrit le nom de Fekhar?

        Apache
        30 mai 2019 - 11 h 55 min

        Et toi, si tu es algérien, tu ne penses pas avoir aussi vécu sous la botte des généraux comme la majorité des algériens? Tu ne connais ni le Docteur Fekhar, ni ses idées, sinon tu n’aurais pas écrit, par deux fois, son orthographe faussement.

    Même si c'était un sioniste...
    29 mai 2019 - 12 h 01 min

    …ce n’est pas son appartenance politique qu’il faille exhiber pour justifier son assassinat mais enquêter sur les circonstances de sa mort au lieu de chercher à disculper le pouvoir arbitraire. Franchement, même la presse est un maillon de la dictature. Ce n’est pas un crime d’appartenir à tel ou tel parti politique et d’exprimer ses opinions librement. Souhaitons que sa mort ne soit pas vaine pour que le peuple qui aspire à la liberté l’inscrive au nombre de ses héros. Allah Irahmou et toutes nos condoléances à sa famille.

    31
    21
      Bonaparte
      29 mai 2019 - 16 h 10 min

      Les harkis aussi ont le droit de ramener la France ancien colonisateur et maitre de l’Algérie, alors pourquoi le Hirak est contre ?, vous mélanger les choses, cette personne est morte et c’est dommage pour sa famille, mais pour moi il était un danger réel pour l’Algérie tout comme les harki dans le temps des fellagas

      10
      5
    DEVANT DIEU VOUS ETES RESPONSABLE ... OU ETAIT L ETAT ???
    29 mai 2019 - 11 h 50 min

    Vous Voulez qu on se taise encore au nom de votre « Unité » a vous en décidant de TAIRE les braves gens du Mzab ??? Qu est ce que vous aller encore inventer ? la main de L ÉTRANGER ??? Honte a vous qui ont rendu des Enfants Orphelin a quelques jour de L AID juste par votre  » Arrogance et votre Bêtise Humaine » !!! jusqu a quand on va se Taire devant votre Injustice ??? Tout notre soutient au Mzab et a tous les Algériens ou qu ils soient … QUE JUSTICE SOIT RENDUE A CE VALEUREUX MOUDJAHED DE LA LIBERTÉ DE CROIRE ET DE PENSER !!! Alah yerhem Achouhada WA Yemoutt EL Mounafekk !!!

    28
    23
    Tsikam
    29 mai 2019 - 11 h 06 min

    La Liquidation physique de Kamal Eddine Fekhar par « l’État » algérien, de doctrine foncièrement arabo-islamiste, exécuté par le biais de ses institutions locales données en gestion négociée à des soutraitants sans états d’âmes, téléguidés à partir d’Alger, est un crime contre le mozabite (amazigh), l’ibadiste (propre doctrine religieuse), le militant des droits de l’homme, l’intelligence (Fekhar est docteur en medecine), et tout ca sur la terre de ses ancêtres. Je dénonce ce fait de toutes mes forces majeures.

    Un citoyen kabyle en colère

    58
    29
      Fakou Bik
      29 mai 2019 - 16 h 15 min

      Tu veux dire un agent du MAK et de la France non ?

      10
      27
    Mohand ou Idhir
    29 mai 2019 - 10 h 47 min

    NON ! ATTENTION ! IL NE FAUT SURTOUT PAS QUE NOS FRÈRES MOZABITES TOMBENT DANS LE PANNEAU QUI NOUS EST TENDU… KHORIK !!! ATH YERHAM RABBI MASS KHEIREDDINE FEKHAR !!! ATTENTION… SEULE L’UNION DE TOUT LE PEUPLE NOUS SAUVERA ! ILS VEULENT SEMER LA HAINE ET LA DIVISION….. FAISONS GAFFE !!! TRÈS GAFFE YAL KHAWA !!!

    56
    10
    Said Chekri
    29 mai 2019 - 9 h 58 min

    Une tentative de diaboliser Dr Fekhar, jusque dans sa mort. Une preuve qu’il avait raison de se battre jusqu’à la mort. Une preuve que sa mort n’est pas fortuite. Et que beaucoup, y compris dans certains médias, en portent la responsabilité.

    55
    24
    Anonimaoui
    29 mai 2019 - 9 h 39 min

    L’emprisonnement d’un opposant politique est l’erreur fatale à ne jamais commettre si on place l’unité et la stabilité du pays en dessus de toutes autres considérations, même d’ordre sécuritaire. Il y a toujours des voies et moyens de dialoguer avec toutes les tendances politiques coexistantes dans un même pays, il suffit de créer les conditions pour ce faire. Laisser une situation explosive au seul vouloir d’une justice aux ordres est un signe de défiance vis-à-vis d’une communauté sage et responsable mais traumatisée par les évènements sanglants qu’à connu la région du Mzab. La situation est vraiment grave pour le pays tout entier. Allah yastar.

    40
    17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.