Mohcine Belabbas succède officiellement à Saïd Sadi à la tête du RCD

En ouverture des travaux du congrès du RCD hier, le président sortant, Saïd Sadi, avait confirmé officiellement sa volonté de ne pas postuler à un nouveau mandat à la tête du parti. Décision qu’il avait annoncée la veille devant le conseil national de son parti, et qu’algeriepatriotique avait été le premier à donner. Dans les coulisses du congrès, toutes les discussions sont orientées sur le nom du futur successeur du chef.

En ouverture des travaux du congrès du RCD hier, le président sortant, Saïd Sadi, avait confirmé officiellement sa volonté de ne pas postuler à un nouveau mandat à la tête du parti. Décision qu’il avait annoncée la veille devant le conseil national de son parti, et qu’algeriepatriotique avait été le premier à donner. Dans les coulisses du congrès, toutes les discussions sont orientées sur le nom du futur successeur du chef.
Si, officiellement, il fallait attendre l’élection d’un nouveau président aujourd'hui samedi, Mohcine Belabbas (42 ans) était celui qui semblait être le mieux placé pour assurer la succession, et qui avait les faveurs de la direction, celles de Saïd Sadi en tête. Secrétaire national à la communication, porte-parole du parti et député de la circonscription d’Alger, Mohcine Belabbas s’est distingué au cours de ses dernières années par un travail de communication soutenu au sein du parti.
Il faut dire que sa promotion avait déjà commencé, subrepticement, à la veille du congrès. Une longue interview dans un site géré par le parti, où le dauphin évoque les perspectives du parti, et présenté comme «appartenant à une génération de militants formés dans et par le parti». Une phrase qui sera reprise textuellement dans le dernier discours de Saïd Sadi. Nous y reviendrons.
G. B.

Commentaires

    Samy Foura
    9 mars 2012 - 14 h 28 min

    Saïd Sadi a encore une fois
    Saïd Sadi a encore une fois donné l’exemple.Ce grand militant de la démocratie et de la République était une chance pour ce pays miné par l’autoritarisme et la corruption tous azimuts.Puissent tous ces vieux malades qui nous gouvernent laisser la place à des plus jeunes et surtout des plus compétents.La compétence s’associant toujours avec l’intégrité et le sens du devoir accompli.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.