La lettre d’Aït Ahmed au secrétariat national du FFS

Cher Da Ali, chers camarades,
Je tiens d’abord à vous remercier vivement pour les efforts que vous avez consentis ces derniers mois et pour l’engagement militant dont vous avez fait preuve. Un engagement que vous avez su insuffler à la base militante du parti et à nos amis au sein de la société. Je sais que les choses n’ont pas été faciles, aucune élection n’est facile, pas même dans les pays démocratiques.

Cher Da Ali, chers camarades,
Je tiens d’abord à vous remercier vivement pour les efforts que vous avez consentis ces derniers mois et pour l’engagement militant dont vous avez fait preuve. Un engagement que vous avez su insuffler à la base militante du parti et à nos amis au sein de la société. Je sais que les choses n’ont pas été faciles, aucune élection n’est facile, pas même dans les pays démocratiques.
Que dire alors quand ces élections se déroulent dans un pays où un régime autoritaire se maintient par la force et la fraude, la mainmise sur tous les instruments de régulation, la corruption généralisée et la manipulation des faiblesses d’une société durement éprouvée par une décennie de violence ?
Aussi, c’est sans autosatisfaction et en pleine connaissance de cause, que je vous félicite et vous invite à transmettre mes félicitations à chacune et à chacun de nos électeurs, de nos sympathisants et de nos militants pour cette victoire face à une adversité dont la puissance et la complexité donnent encore plus de mérite à ceux qui ont su lui résister.
Chez nous, depuis longtemps déjà, chaque geste, chaque décision sont à peser à l’aune de notre expérience des épreuves endurées. Chaque nouvelle étape dans la vie du parti pèse son poids de responsabilités en même temps qu’elle apporte son lot de satisfactions et de déceptions.
A chaque nouvelle étape nous devons nous astreindre à une évaluation rigoureuse de l’étape précédente pour nous projeter avec le maximum de rigueur dans la construction de l’étape suivante.
La construction du parti et la construction de l’alternative démocratique vont de pair. Plus que jamais auparavant. L’ouverture en direction de la société impose une rigueur dans le travail et une éthique politique sans failles. Deux choses impossibles à concrétiser sans le respect de la discipline militante et du parti.
Un certain nombre de mesures doivent impérativement être discutées au sein des instances du parti et donner lieu à des décisions fermes. Le suivi et le contrôle de l’application des décisions constituent la pierre d’achoppement de tout édifice institutionnel. L’éthique politique commence avec le respect de nos propres décisions.
Il m’est parvenu des informations sur des comportements indignes de la part de responsables ou de figures importantes du parti à l’occasion de ces élections. J’ai demandé à ce que tous les manquements soient rapportés et dûment consignés dans des rapports qui seront discutés dans les instances du parti et sur lesquels je souhaite être tenu informé au plus tôt.
Je tiens d’ores et déjà à vous signaler qu’à l’heure où notre appel à la réhabilitation du politique et de l’éthique politique trouve un écho au sein de la société, il serait intolérable que le parti ne donne pas lui-même l’exemple en la matière.
Les comportements fractionnels, les chantages à la dissidence et toutes les formes de pressions que des individus ou des groupes d’individus ont menés en direction du parti lors de la campagne électorale ou après doivent faire l’objet de mesures exemplaires. Nous devons dans le même temps veiller à être justes et ne pas confondre erreur d’appréciation ou carence individuelle et faute politique. Il ya un gouffre entre la divergence d’opinion et le travail de sape et de sabotage du parti.
A maintes reprises déjà, j’ai attiré votre attention sur l’importance de la concertation, du débat et de l’organisation la plus rationnelle possible du travail au sein du parti. Nous avons nos limites que nous essayons de repousser afin d’être aussi souples que possible entre camarades, il y a néanmoins des conduites qui ne sauraient être passées sous silence.
Aussi, je vous invite à inclure prioritairement lors de votre réunion deux questions que j’estime essentielles :
1- Le traitement des comportements nuisibles au parti durant ces élections.
2- La préparation de l’encadrement politique de notre participation parlementaire.
A propos de ce deuxième point, qu’il faudra discuter avant la réunion avec le groupe parlementaire, je voudrais attirer votre attention sur le fait qu’il s’agît là de la représentation du parti tel qu’il s’est présenté devant les algériens depuis des décennies. Une telle représentation est trop lourde pour être laissée sans gouvernail politique. Le groupe parlementaire du FFS est d’abord le représentant d’un parti politique qui a des instances où s’élaborent son programme, son projet et son discours.
Des individualités remarquables et aux qualités reconnues ont apporté leur contribution à la réussite du parti. Leur engagement à nos côtés est un gage de confiance mutuelle qu’il s’agira d’approfondir dans l’action commune et le respect mutuel. Ensemble nous pouvons contribuer à l’émergence de nouvelles m?urs politiques. La conjugaison de nos talents et de nos forces peut ouvrir des perspectives bien au-delà de nos limites respectives. Pour prendre la pleine mesure de cette responsabilité nous devons en assumer les contraintes.
En tant que parti politique nous avons des règles de conduite politique et nous devons en expliquer le caractère incontournable par des pratiques pédagogiques. La mise en place d’une organisation rigoureuse facilitera le travail dans le respect des principes du parti et de son fonctionnement. Pour faciliter la tâche aux députés autant qu’à la direction du parti il est impératif d’étudier les meilleurs moyens d’encadrer notre représentation parlementaire.
Des principes clairement énoncés dans notre projet politique, une éthique de la responsabilité, la concertation comme axe stratégique et le travail commun comme lieu d’élaboration de chaque programme d’étape, nous aideront à avancer dans la réhabilitation du politique par l’action politique.
Je vous souhaite bon travail et vous renouvelle mes salutations.
Hocine Aït-Ahmed
 

Commentaires

    imane hamlaoui
    22 mai 2012 - 21 h 41 min

    un message limpide, à bien
    un message limpide, à bien méditer.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.