Après les gesticulations des salafistes, les Tunisiens ripostent

Plusieurs composantes de la société civile tunisienne ont dénoncé les actes de violence contre les biens et les individus, appelant les autorités à assumer leurs responsabilités et contenir la violence salafiste. La Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’homme (LTDH) a exprimé, à ce propos, sa vive inquiétude face aux agressions contre des individus et des structures.

Plusieurs composantes de la société civile tunisienne ont dénoncé les actes de violence contre les biens et les individus, appelant les autorités à assumer leurs responsabilités et contenir la violence salafiste. La Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’homme (LTDH) a exprimé, à ce propos, sa vive inquiétude face aux agressions contre des individus et des structures.
La LTDH a, d’autre part, mis en garde contre les «graves répercussions» de tels agissements sur les libertés individuelles et collectives, sur la sécurité et la stabilité du pays, ainsi que sur la coexistence pacifique choisie par la majorité écrasante des Tunisiens. Les mouvements de l’opposition et les organisations tunisiennes des droits de l’Homme accusent le mouvement Ennahda de passer sous silence les dépassements récurrents des groupes salafistes. Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a appelé le gouvernement provisoire, présidé par Hamadi Djebali, secrétaire général du mouvement Ennahda, à protéger les journalistes. Le SNJT a dénoncé les agressions contre des sièges de médias par des extrémistes.
S’agissant de la situation sécuritaire, le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Hassine Abassi, a dénoncé les agressions contre les individus et les biens, soulignant que ces violences ont pour objectif de provoquer la division entre les Tunisiens. Il a exprimé la détermination de la centrale syndicale à poursuivre la défense des libertés et des droits des travailleurs et faire face à toute tentative visant à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité de la Tunisie, mettant en garde contre les répercussions de ces violences sur l’économie nationale et le tourisme. Les mouvements de protestation se poursuivent dans plusieurs régions du pays. Les forces de sécurité ont utilisé des bombes lacrymogènes pour disperser les manifestants. Pour sa part, le Syndicat des magistrats tunisiens a décidé d’entamer une grève ouverte à partir de mardi pour protester contre la décision prise par le ministère de la Justice de suspendre 81 magistrats. Le syndicat revendique des procès équitables au profit des magistrats concernés.
Agence

Commentaires

    Mansour
    30 mai 2012 - 12 h 04 min

    Je souhaite aux Tunisiens
    Je souhaite aux Tunisiens d’avoir la force d’éliminer cette peste verte utilisée par les féodaux et les monarchies décadentes du moyen orient pour asservir le peuple tunisien.Ce peuple a apparemment une longueur d’avance sur les autres peuples de l’Afrique du Nord et il sortira vainqueur sans l’ombre d’un doute.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.