Que reste-t-il de l’âme du 5 Juillet ?

C’était avec une pointe de curiosité que les Algériens attendaient la célébration officielle du cinquantenaire de leur libération. Il faut dire que depuis quelques années, la tradition festive s’était effilochée et que le cœur n’y était plus vraiment. Mais là, d’aucuns pensaient que l’occasion était trop belle pour le régime pour entonner encore une fois la musique de la «famille révolutionnaire» dans un décor grandiose.

C’était avec une pointe de curiosité que les Algériens attendaient la célébration officielle du cinquantenaire de leur libération. Il faut dire que depuis quelques années, la tradition festive s’était effilochée et que le cœur n’y était plus vraiment. Mais là, d’aucuns pensaient que l’occasion était trop belle pour le régime pour entonner encore une fois la musique de la «famille révolutionnaire» dans un décor grandiose.
Mais voilà, à part les tonnes de pétards et l’importation d’artistes à coup de milliards, rien, mais alors rien de notable ne fut proposé aux Algériennes et Algériens pour vivifier en eux ne serait-ce qu’une mémoire saine des heures de gloire de la libération. Tout s’est passé comme si ce régime voulait juste faire semblant de fêter une date mais en évitant absolument que les jeunes générations apprennent un peu de leur histoire. Car le moment n’est pas propice à l’encensement des «révolutions». Cela devient trop risqué.
Alors, en dehors d’un faux-semblant, nul acte concret pour commémorer l’indépendance du pays. Pour le pouvoir, il faut laisser tout cela «refroidir». Les sentiments nationalistes et révolutionnaires doivent mourir de leur belle mort. Ceux qui dirigent ce pays veulent la tranquillité pour eux. Alors, ils enseignent au pays l’indifférence, premier stade de l’oubli. Que chacun vaque à son vide, pense à sa survie et laisse tomber tout le reste, c'est-à-dire, tout sentiment qui transcende l’individu et le fait adhérer à sa communauté. Ainsi, le pays pourra être distribué, morceau par morceau, aux prédateurs et aux prévaricateurs sans que personne ne pose de questions.
Le comportement du pouvoir est tout simplement irresponsable. Son égoïsme est tel qu’il organise lui-même la défaite morale du pays.
En réalité, il n’y a plus de morale publique, ni de morale tout court. A force de mensonges, de fausses promesses, de scandales, de trafic des voix, de répression de la vertu et d’encouragement du vice, l’Algérie est arrivée cahin-caha à cette date fatidique du 50e anniversaire dans un piteux état.
Ah ? Cinquante années d’indépendance !? Un demi-siècle déjà !?
Mais qu’avons-nous fait de ces cinquante ans ? Et que reste-t-il de Novembre ?
Comme chacun le sait, la nation algérienne s’est construite sur les fonds baptismaux de la révolution. Désormais, mythe fondateur, le 1er Novembre constitue pour l’essentiel le capital symbolique national. Ce capital symbolique est le véritable patrimoine historique, la couronne royale qui doit être transmise de génération en génération pour protéger la mémoire de la souveraineté nationale, de l’identité du peuple, de son indépendance, de son territoire.
Nul doute que le précieux capital aurait dû faire l’objet des attentions ultimes de ceux qui se proclament de cette même génération de Novembre. Cela devait être leur raison existentielle.
Depuis 1962, les pouvoirs successifs et néanmoins semblables ont toujours justifié leur choix, leur politique, leur légitimité en s’ornant des oripeaux de la révolution. Mais voilà, 50 ans après, ceux qui dirigent le pays ont tout dépensé. Ils ont consumé le capital symbolique de la nation. Ils s’en sont servis comme d’une somme d’argent qui leur a été léguée, ou pire, qu’ils avaient gagné au loto. Ils ont dépensé ce trésor national, ce patrimoine indivisible appartenant à tous les Algériens d’hier, d’aujourd’hui et de demain, comme ils l’ont voulu.
Depuis longtemps déjà, les Algériens étaient fatigués d’entendre leurs dirigeants leur parler hypocritement de la révolution, des chouhada, des moudjahiddine et des ayants droit. Mais apparemment, ils étaient encore loin du compte. Depuis plusieurs années, le comportement de l’Etat en général vis-à-vis des citoyens transmet le message suivant : le 1er Novembre n’est qu’un alibi pour que nous restions au pouvoir ! Et si pour cela il faut consommer tout le capital symbolique de la nation, nous le ferons.
Ces gens ont pris sciemment le risque que demain, les jeunes générations confondent entre valeurs du 1er Novembre et non-valeurs du FLN actuel, entre l’imposture d’aujourd’hui et le combat d’hier, entre les fausses convictions actuelles et le patriotisme d’hier. Voilà où se niche le plus grand danger ! Lorsqu’on fait l’amalgame du scandaleux 10 mai avec le sacré 1er Novembre ne sommes-nous pas sur cette pente ?
En fait, l’Algérie ne cesse de surprendre, d’étonner, d’inquiéter et de se morfondre… Pour les observateurs les plus avertis, elle entre trop difficilement dans les grilles de lecture habituellement si commode pour identifier, cerner et classer un pays. Le pouvoir a tellement brouillé les éléments de base qui fondent une lecture politique classique qu’elle est devenue incompréhensible. Toutes les sciences prédictives réunies semblent incapables de déceler la moindre logique de conduite
Comme une entité erratique, le pays donne cette impression de déconnexion totale du monde environnant, d’être détaché des règles et des normes universelles, flottant dans un espace sans références. Plus personne ne semble conduire ce vaisseau spatial perdu dans l’immensité du vide et de l’apesanteur.
Personne ne sait si l’Algérie est un pays dictatorial, démocratique, populiste ou tout à la fois ou alors rien à la fois ! Personne n’arrive à se faire une idée précise si notre gouvernance est le résultat d’une volonté ou au contraire de son absence ; à savoir si nos dirigeants sont de ce monde-ci ou alors s’ils appartiennent à un univers d’ailleurs…
Un Président absent mais dont l’ombre est devenue trop pesante, un parti historique abîmé, déchiqueté et perverti, une assemblée mal élue et inutile, un gouvernement sans gouvernail, une opposition historique qui, à force d’appeler au nihilisme, est devenue subitement victime d’elle-même… toutes les règles s’anéantissent, tout semble partir en fumée… la débandade se généralise.
L’Etat est devenu un puissant et inusable générateur de désordre…
Soufiane Djilali
Président de Jil Jadid
[email protected]

Commentaires

    Ezzine
    29 juillet 2012 - 18 h 09 min

    Gloire aux martyrs qui ont
    Gloire aux martyrs qui ont donné leur vie pour l’Algérie !
    Malheureusement pour le pays des chouhada, en ce début du 21éme siècle, en des occasions aussi nobles est importantes des gens trouvent encore le moyen et en profitent pour ramasser a bout de bras de l’argent.
    Cela est devenu pour eux la priorité des priorités histoire de s’assurer un confort qui ne dure malheureusement qu’une seule vie soit le temps d’un compte à rebours qui peut se bloquer à tout moment et marquer des zéros pour finir six pieds sous terre.
    Mais les gens qui ont peur de perdre ce luxe éphémère ne veulent même pas y penser. On les appelle les gens de la mémoire morte.
    Tenez-vous bien ! Bien qu’elle fût impérialiste l’Amérique de l’homme blanc est devenue la première puissance mondiale grâce au principal facteur qui a été le sien et qui demeure toujours l’écriture et la fixation dans la mémoire de ses générations successives de son histoire ancienne et courante. Le tout est sauvegardé par l’équité est la libre expression.
    A titre d’exemple : Dans le programme scolaire des enfants de l’enseignement général il est obligatoirement organisé pour les élèves des visites de sensibilisation aux cimetières des combattants dits « de la liberté » qui ont participé plutôt à des guerres ou a des conflits illégaux.
    Que dire alors des pays comme l’Algérie qui a mené plusieurs révolutions pour se libérer du joug colonial et recouvrir son indépendance. Fait-on toujours partie du tiers monde ou avons-nous reculé d’un point pour faire partie désormais du quart du monde ?! les places ne manquent pas aussi au cinquième monde.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.