Un moustique étrange fait des centaines de blessés graves à Alger

Le complexe des véhicules industriels de Rouiba (SNVI), à l’est d’Alger, a été envahi par des moustiques ravageurs d’origine encore inconnue. L’état d’alerte a été déclaré dans ce complexe dont quelques unités ont été fermées aujourd’hui après l’hospitalisation de 500 travailleurs dont certains se trouvent dans un état grave. Une équipe d’experts en épidémiologie a été dépêchée sur place par le ministère de la Santé pour trouver l’origine de cet insecte qui constitue un danger pour les 4 000 employés du complexe et de toute la zone industrielle, ainsi que pour toute la population vivant dans la périphérie. Des équipes spécialisées s’occupent également de l’opération de la démoustication des compartiments affectés du complexe. «Ces équipes peinent à éliminer ces insectes qui se sont avérés résistants aux pesticides existants», affirme une source syndicale dans une déclaration à Algeriepatriotique. Selon les premières informations, ce gros moustique de couleur jaune serait originaire d’Afrique subsaharienne ou d’Asie centrale. «A première vue, c’est un moustique jamais vu en Algérie. La grande question est de savoir comment il est arrivé à Rouiba. Il se peut qu’il soit le produit d’une mutation due à la pollution ou d’autres facteurs endogènes», tente d’expliquer une source proche de la direction du complexe. Une chose est sûre : jamais une invasion d’essaims de moustiques n’a été enregistrée dans cette zone humide, notamment de par sa proximité avec le lac de Réghaïa dont on dit qu’il est pollué. Cela reste, pour le moment, une énigme que les spécialistes de la santé tentent de régler.
S. Baker
 

Comment (8)

    Amine
    15 septembre 2012 - 6 h 13 min

    Comme toujours c’est une
    Comme toujours c’est une moitié d’information.Il faut dire que chez nous c’est devenu une pratique courante.Je voudrais que nos experts disent exactement de quelle espèce il s’agit.Car il me semble bien qu’il s’agit sur La photo du fameux moustique TIGRE responsable de la transmission d’une trentaine de virus dont le ‘chicungunya’ et celui de la Dengue pour n’en citer que les plus dangereux. ALLAH YOSTORR




    0



    0
    anonyme
    13 septembre 2012 - 18 h 56 min

    ces fichues moustiques
    ces fichues moustiques comment sont t’il la a alger ?
    je veux le savoir




    0



    0
    imane
    13 septembre 2012 - 13 h 29 min

    C’est finalement une mutation
    C’est finalement une mutation très dangereuse d’un moustique classique qui évolue dans les eaux pestilentielles, et ce n’est pas ce qui manque chez nous où les eaux usées sont partout. Ce moustique s’est développé dans des eaux stagnées à l’intérieur même du complexe, des eaux stagnées qui ont été mélangées aux eaux usées. la totale quoi!




    0



    0
    Anonyme
    13 septembre 2012 - 11 h 48 min

    Si c’est bien le moustique
    Si c’est bien le moustique tigre (Aedes albopictus), il faut savoir qu’il PEUT être vecteur de chikungunya ou de dengue!




    0



    0
    Anonyme
    13 septembre 2012 - 6 h 40 min

    Je rigole Quand je lis que le
    Je rigole Quand je lis que le Ministère a envoyé une équipe « d’experts » sur place. On se croirait dans NCIS…ne vous détrompez pas, ils ont certainement envoyé un de ces vieux dinosaure incompétents qui dirige Pasteur qui va aller faire semblant de faire des prélèvements puis discrètement téléphoner à ses confrères de France pour leur demander de l’aide pour les analyses.




    0



    0
    Anonyme
    12 septembre 2012 - 20 h 44 min

    Ce n’est pas un moustique,
    Ce n’est pas un moustique, mais une sorte d’insecte très étranger , elle a les yeux d’une mouche et les pattes d’une sauterelle, sa morsure est très douloureuse




    0



    0
    DIB
    12 septembre 2012 - 17 h 58 min

    peut être de la migration
    peut être de la migration chinoise




    0



    0
    imane
    12 septembre 2012 - 17 h 35 min

    A ma connaissance, ces
    A ma connaissance, ces moustiques sont d’origine asiatique. Les Suisses ont souffert récemment du même problème. La globalisation des échanges facilitent leur immigration d’une région à une autre. Et ils ont une capacité impressionnante à se multiplier en un laps de temps. leurs piqûres sont extrêmement venimeuses. Les gammes de produits chimiques de lutter contre les insectes peuvent s’avérer inefficace. il faut des produits spéciaux qui ne sont pas disponibles partout ou à la portée de tous. Il faut aussi un travail de prévention et une amélioration de l’hygiène et une lutte implacable contre la pollution qui altère l’écosystème et favorise la propagation de ce genre de moustiques




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.