L’Algérie va répondre à Fabius à propos du Traité d’amitié

L’Algérie répondra incessamment aux déclarations du ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, concernant le Traité d’amitié entre les deux pays, a souligné mardi à Alger le ministre des Affaires étrangères Mourad Medelci. Lors d’une conférence de presse animée conjointement avec son homologue égyptien, Mohamed Kamel Amr, Mourad Medelci, qui répondait à une question concernant une déclaration du ministre français des Affaires étrangères selon laquelle l’Algérie «ne souhaite pas un Traité d’amitié avec la France mais plutôt un partenariat stratégique», a affirmé que «l’Algérie répondra incessamment à cette question». «Les propos de M. Fabius sont importants et notre réponse interviendra incessamment», a déclaré M. Medelci. Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a déclaré, dimanche, au Grand Rendez-vous sur Europe 1/i-Télé/Le Parisien, à propos du Traité d’amitié : «Nos amis algériens ne souhaitent pas qu'on rentre dans ce type d'instrument juridique. Ils veulent un partenariat stratégique avec nous et c'est aussi notre approche.» Pour Laurent Fabius, le concept de Traité d’amitié ne sera pas retenu. Commentant la prochaine visite du président français, François Hollande, en Algérie, il a souligné que «les Algériens ne souhaitent absolument pas qu'on fasse un voyage tourné vers le passé». Le partenariat stratégique est souhaité par Paris dans les domaines économique, éducatif, énergétique, «pourquoi pas en matière militaire», a dit Laurent Fabius. «C'est ça qui va être l'objet de ce voyage» en décembre, a-t-il ajouté, soulignant avoir sollicité l'aide de l'ancien Premier ministre UMP Jean-Pierre Raffarin «sur quelques dossiers économiques».
R. I.

Commentaires

    Anonymealgerien
    24 octobre 2012 - 23 h 18 min

    les responsables de notre
    les responsables de notre pays ont été trop généreux avec

    les différents responsables français sur les sujets qui concernent des relations apaisées entre deux pays souverain
    La France coloniale n arrive pas a se départir de son complexe
    soit disant impérial du reste usurpe en se comportant de
    manière arrogante qui frise la mégalomanie .Du reste en tant
    que mauvais élève avéré voila qu elle désire s octroyer au nom du devoir d ingérence non sans être accompagnée de rambo (
    l aventurier qui ne cesse d accumuler des déboires)une
    intervention militaire au Mali .Que de dégâts causes par
    l école coloniale.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.