Les habitants d’Azeffoun enterrent le jeune Aghilès dans la colère

Le jeune Aghilès Hadjou, 19 ans, retrouvé mort dans la soirée de mercredi, a été enterré cet après-midi au cimetière familial situé dans le village Aït Iloula, commune d’Azeffoun, à 60 km de Tizi Ouzou. Un climat de colère et de consternation règne dans ce village depuis la découverte du corps du fils d’un entrepreneur local, kidnappé il y a juste une semaine. Mme Souad Bendjaballah, ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, accompagnée du wali de Tizi Ouzou, a assisté à l’enterrement, où on notait la présence de nombreux responsables locaux, d’élus, d’acteurs du mouvement association et de responsables de la sécurité au niveau de la wilaya. Les villageois n’arrivent toujours à réaliser ce drame. «Nous étions fortement mobilisés et à aucun moment nous nous attendions à son exécution. C’est choquant», lâche un villageois qui dit avoir connu le jeune Aghilès depuis sa tendre enfance. La tristesse est telle que la population locale n’arrive même pas à s’expliquer, à dire quelques mots sur ce jeune qui quitte ce monde à la fleur de l’âge et de manière dramatique. Sa famille est effondrée. Même le comité créé pour mener des actions pour faire pression sur les ravisseurs et obtenir sa libération reste muet. «Les habitants de la région entretenaient un fort espoir de revoir rapidement Aghilès, grâce à la forte mobilisation de la population et le large élan de solidarité aux niveaux local et régional. Mais le destin en a voulu autrement. C’est insupportable pour tous ces gens qui n’ont ménagé aucun effort pour le retrouver vivant», déplore un autre villageois. Les animateurs de la coordination du village refusent de s’exprimer pour le moment. Mais la colère est telle qu’il est difficile de ne pas imager de nouvelles actions pour enrayer ce phénomène des kidnappings qui sème la terreur dans toute la région. Aghilès Hadjou est le deuxième otage à être exécuté, après le garde communal enlevé en 2005. Il est la soixante-douzième victime de kidnapping à Tizi Ouzou depuis la même année. Sa mort intervient au moment où un groupe de personnes impliquées dans un réseau de kidnapping a été jugé au tribunal de Tizi Ouzou.
Sonia Baker

Commentaires

    Anonyme
    26 octobre 2012 - 20 h 19 min

    quoi dire en ces moments de
    quoi dire en ces moments de tristesse.laissons sa famille faire son deuil;le seul commentaire que je puisse faire:malheur au pays qui ne peut proteger ses enfants.le reste n est que literrature;sinon bienvenus aux commentaires courageux et inleligents.seulement dans ce pays les as sont partis il ne restent que les dames;je suis septique,et je perds de plus en plus espoir en ce pays.a bon entendeur salut.auand a ceux qui veulent donner des lecons de morales,je leurs dis merde.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.