Pourquoi ils ont tué Aghilès

Voilà le résultat lorsque des capitales et des médias occidentaux se prêtent au jeu des terroristes, en leur servant du «djihadistes» et du «radicaux», pour éviter le risque d’un retour de flamme. Le jeune Aghilès Hadjou, qui vient d’être exécuté par les hordes sauvages à Azeffoun, paye le prix de la lâcheté de tous ceux qui, en Europe, pour faire amende honorable vis-à-vis de ceux qui les ont placés à leurs postes politiques, adoptent la couardise comme posture pour faire face au terrorisme abject. Au lieu de combattre ce phénomène qui a fait près de 70 000 morts en Algérie, aux côtés des services de sécurité algériens pour l’éradiquer, les décideurs politiques occidentaux rampent sous les pieds des chefs d’Aqmi, du Mujao, d’Ansar Eddine et de tous ces tueurs d’innocents. Le geste des terroristes qui ont décidé de mettre à exécution leur menace de liquider la victime répond à deux objectifs au moins. Le groupe auteur de ce forfait en est à son soixante-douzième enlèvement dans la région et à sa deuxième exécution. Il est clair que les terroristes veulent pousser la Kabylie à se soulever de nouveau, connaissant les relations tendues entre les habitants de cette partie frondeuse du pays et l'autorité centrale. On a eu à le constater lors de l’assassinat du chantre de la chanson kabyle Matoub Lounès. Mais la liquidation du jeune Aghilès Hadjou vise aussi à montrer que la vie des otages détenus au Nord-Mali est entre les mains des services de sécurité algériens et que leur exécution peut intervenir à n’importe quel moment. L’Algérie est prise entre le marteau de groupes terroristes prolifiques, adoubés par la situation chaotique dans la région, et l’enclume de pays occidentaux dont le laxisme, voire la tolérance, entretient le terrorisme islamiste. Jusqu’au jour où ils en ressentiront l’effet chez eux.
M. Aït Amara
 

Comment (10)

    Docteur Farouk HAMZA
    28 octobre 2012 - 10 h 12 min

    Ce crime crapuleux vient
    Ce crime crapuleux vient d’être totalement élucidé, dont le seul mobile a été en un mot l’argent, le bien matériel et rien d’autre. Il faut rendre un hommage appuyé à la gendarmerie nationales et à toutes les autorités civiles qui ont intervenu pour que les criminels soient rapidement retrouvés et présentés au parquet. Les auteurs de cet odieux crime encourent la peine capitale qui est encore inscrite dans le code pénal algérien.




    0



    0
    Docteur Farouk HAMZA
    27 octobre 2012 - 19 h 00 min

    L’analyse de Monsieur Braham
    L’analyse de Monsieur Braham Heraoui est tout à fait exacte et logique. En effet, le terrorisme a constitué un véritable terreau pour la genèse même de la criminalité dans notre pays. Le crime sous toutes ses formes, a trouvé toutes les conditions propices et favorables à son développement telle une bactérie pathogène, en reprenant votre comparaison. Mais Monsieur AIT AMARA, n’a pas été ou n’a pas voulu, ou a voulu plaire au nom d’un certain patriotisme désuet, aller jusqu’au fond des choses. Au lieu de faire un puéril mélange des tenants et des aboutissants, il aurait pu avoir une approche courageuse et objective des origines et des conséquences de la criminalité dans notre pays durant la période actuelle. Un plan classique en deux parties comme disent les énarques d’antan : à savoir les origines (les causes) et les conséquences, et il y a matière à disserter. En un mot la cause principale est la qualité de la gouvernance dans un contexte géopolitique défavorable à notre pays (pas de constitution, pas de démocratie, pas d’alternance, pas de liberté d’expression, pas de liberté de la presse……), les conséquences : la situation actuelle avec une courbe croissante des crimes et des délits. En apportant, pour illustrer son propos, des preuves irréfutables et des témoignages de responsables du secteur sécuritaire et de citoyens, le journaliste aurait pu nous éclairer sur une situation confuse qui a généré des crimes odieux.




    0



    0
    libre Algérie
    27 octobre 2012 - 13 h 12 min

    je ne sais pas pourquoi on
    je ne sais pas pourquoi on tente d’introduire cette affaire en lui trouver une place sur la scène internationale.
    c’est un fait divers certes dramatique mais c’est une affaire d’ordre juridique et pénal.
    l’affaire de qui tue qui est close, les terroristes sont des terroristes les patriotes sont des patriotes
    a vous de choisir le camps




    0



    0
    Patriotique
    27 octobre 2012 - 12 h 32 min

    Très ravi de vous compter

    Très ravi de vous compter parmi nos fidèles lecteurs, Docteur Hamza. J'ai eu également la chance de connaître le professeur Khaled Benmiloud, Dieu ait son âme. Je ne persiste pas à dire que j'ai raison ; j'essaye juste d'expliquer ma démarche. Vos contributions sont les bienvenues.
    M. A.-A.




    0



    0
    Docteur Farouk HAMZA
    27 octobre 2012 - 12 h 05 min

    @ Monsieur Ait Amara: par
    @ Monsieur Ait Amara: par ailleurs vous persistez, quant à vous,  » sans vous faire un procès d’intention « , à vouloir à tout prix avoir raison. Un peu d’humilité ne fera de mal à personne !  » C’est de la contradiction qu’évolue le débat  » disait notre regretté Maître le Professeur KHALED BENMILOUR, Chef de service de psychiatrie CHU MUSTAPHA. Il est nécessaire qu’il y ait une certaine ouverture d’esprit et accepter un autre avis que le sien. Connaissant la région de manière assez précise et ayant un recul suffisant ( j’ai 65 ans) devant les évènements qui se sont succédés en Kabylie, je puis avoir une analyse motivée sur la situation actuelle et sur l’augmentation du taux de la criminalité dans notre pays d’une façon générale. Je vous confie que j’ai pris en charge la santé des détenus de l’établissement de réadaptation de TIZI-OUZOU durant plus de 14 ans années ce qui m’a permis d’être un observateur privilégié sur le cours de la criminalité dans notre région. Mais cette notion mériterait tout une thèse et cela n’est pas la préoccupation du moment. Avec toute ma considération et mon respect. Docteur Farouk HAMZA.




    0



    0
    Anonyme
    27 octobre 2012 - 12 h 02 min

    Vous avez le droit de
    Vous avez le droit de défendre Khaled Nezzar mais pas en instrumentalisant la mort tragique d’un jeune de 19 ans. Ne faites pas partie d’un autre « quituquisme » de nouvel ordre. C’est juste un crime de droit commun comme il y en a malheureusement dans tous les coins du monde et non lié à un crime organisé. Un peu de pudeur s’il vous plaît.




    0



    0
    Patriotique
    27 octobre 2012 - 10 h 29 min

    Docteur Farouk Hamza, merci

    Docteur Farouk Hamza, merci pour votre contribution. Je constate néanmoins que vous persistez à vouloir me faire un procès d'intention. Je le redis au risque de me répéter : mon but et celui du journal n’a jamais été d’instrumentaliser cette affaire. C’était un cri de colère suite aux derniers développements intervenus s’agissant de la recrudescence voulue du terrorisme en Algérie et à nos frontières. Certes, l’enquête a conclu à un crime crapuleux. Mais il n’en demeure pas moins que cette violence qui persiste et va en s’amplifiant en Kabylie n’est pas fortuite. Je suis issu de cette région et je sais – comme tout le monde – comment et pourquoi ce havre de paix a été transformé en poudrière.
    M. A.-A.




    0



    0
    Docteur Farouk HAMZA
    26 octobre 2012 - 8 h 50 min

    Algérie Patriotique : « Le
    Algérie Patriotique : « Le journaliste (M. Ait Amara) n’instrumentalise point l’affaire, bien au contraire, il essaie de prévenir à un soulèvement en Kabylie, qui risquerait de foutre l’anarchie dans le pays. Merci pour votre intérêt Monsieur ».

    Réponse du Docteur Farouk Hamza: L’assassinat du jeune Aghilès HADJOU se situe dans le cadre d’une affaire de droit commun, juridiquement parlant. Pourquoi alors faire l’amalgame avec les otages du MALI ? Quelle est l’intention non avouée d’Algérie Patriotique ? Dans votre réponse ci-dessus vous vous enlisez davantage en soutenant mordicus l’absence d’instrumentalisation dans votre article de cet assassinat crapuleux effectué par les amis intimes du malheureux défunt. Vous prétendiez, dites-vous,  » prévenir « un soulèvement en Kabylie qui risquerait de foutre (ce sont vos mots) l’anarchie dans le pays « . L’enfer est pavé de bonnes intentions. Voltaire disait dans le même ordre d’idées :  » Dieu protège moi de mes amis, quant à mes ennemis, je m’en charge ! ». J’espère que je n’ai pas heurté votre ligne éditoriale en intervenant. Je compte sur le respect de la liberté d’expression pour que cet échange soit publié. Toute ma considération.




    0



    0
    Patriotique
    26 octobre 2012 - 3 h 35 min

    Docteur Farouk Hamza,

    Docteur Farouk Hamza, Algeriepatriotique n'instrumentalise pas la mort du jeune Aghilès Hadjou. Elle le pleure. Cet éditorial est un cri de colère contre tout ce laxisme et cette hypocrisie qui entretient la violence en Algérie et ailleurs. Les services de la Gendarmerie nationale parlent d'un acte qui n'a rien à voir avec le terrorisme, dans ce sens que les assassins d'Aghilès n'appartiennent à aucun groupe armé. Mais les faits sont têtus : toute cette violence, cette facilité déconcertante avec laquelle on assassine, on ôte la vie, tire ses sources de vingt années de terrorisme ; un terrorisme que les capitales occidentales entretiennent sciemment pour affaiblir l'Algérie. Nous sommes évidemment de tout cœur avec la famille du défunt à qui nous présentons nos condoléances les plus attristées.
    AP 




    0



    0
    Docteur Farouk HAMZA
    25 octobre 2012 - 20 h 48 min

    Il est indécent de tenter
    Il est indécent de tenter d’instrumentaliser la perte d’un enfant chéri que nous déplorons tous et encore plus ses parents et les membres de sa famille. Cet évènement a une dimension humaine profonde et triste. Comment se permettre de l’utiliser à des fins de politique politicienne. Non, Cher Monsieur, cet assassinat doit nous inciter à plus de réserve et de retenue dans ces moments difficiles pour la maman, le papa et les frères et soeurs du jeune Aghilès HADJOU. Il faut savoir se taire dans pareilles circonstances et respecter la gravité de la situation qui peut toucher n’importe quel citoyen. Il faut rendre hommage aux éléments de la Gendarmerie Nationale pour cette célérité dans l’appréhension de ces criminels et pour tous les efforts dans l’accomplissement de cette mission oh combien délicate et complexe puisqu’il s’agissait d’amis intimes de ce jeune homme qui, en toute apparence, ne pouvaient pas être suspectés de prime abord. Le résultat est là qui prouve et confirme qu’il y a une volonté certaine pour lutter contre le crime. Toute la gratitude à tous les citoyens de la République qui ont contribué par leur apport à faire aboutir l’enquête diligentée par la Gendarmerie Nationale.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.