Ghaza : Amnesty appelle l’ONU à imposer un embargo sur les armes

«Le Conseil de sécurité devrait se réunir de toute urgence pour imposer un embargo international sur les armes à Israël, au Hamas et aux groupes armés palestiniens à Ghaza», a déclaré Ann Harrison, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d'Amnesty International, dans un communiqué de presse dont Algeriepatriotique détient une copie. Selon Ann Harrison, «il est indispensable que des observateurs internationaux, ayant compétence pour enquêter sur des violations des droits humains et du droit international humanitaire, se rendent dès que possible sur place, aussi bien à Ghaza qu'en Israël, pour évaluer en toute indépendance et impartialité les violations commises par les deux parties». Mme Harrison a invité tous les Etats à suspendre immédiatement les transferts d'armes, de munitions et d'équipements connexes à Israël, au gouvernement du Hamas et aux groupes armés palestiniens de Ghaza. Il est noté que 1 350 objectifs ont été attaqués par Israël dans la bande de Ghaza depuis le 14 novembre. L'armée israélienne a ciblé des secteurs densément peuplés, attaqué des bâtiments publics, des immeubles abritant les médias et lâché des bombes sur les domiciles de membres de groupes armés palestiniens. Selon le communiqué, Amnesty International possédait, le lundi 19 novembre, les noms de 66 civils tués à Ghaza, dont 17 enfants et 9 femmes. Le Centre palestinien des droits humains a rapporté ce même jour, en milieu de journée, que 622 civils avaient été blessés, dont plusieurs grièvement. Parmi eux, on comptait 175 enfants et 107 femmes. «Compte tenu du nombre de civils tués à Ghaza, nous sommes en droit de nous demander sérieusement dans quelle mesure les forces israéliennes respectent leurs obligations de protéger la vie des civils», a indiqué Ann Harrison. Et d'ajouter : «Nous sommes réellement préoccupés à l'idée que des civils de Ghaza ont pu être blessés ou tués dans des attaques disproportionnées menées sans discernement par les forces israéliennes.» Pour ce qui est des groupes armés palestiniens, il est mentionné que 1 100 roquettes ont été tirées par ces derniers, faisant trois morts et 51 blessés. Seulement, force est de constater que la plupart ne pouvaient atteindre un objectif précis. «Les groupes armés palestiniens tirent des roquettes qui ne peuvent pas atteindre des objectifs militaires. Leur seule utilisation met en danger la population civile et constitue une violation du droit international humanitaire», a commenté Ann Harrison, qui a réitéré son appel à la mobilisation de toute la communauté internationale pour la protection des civils, ceci, tout en regrettant le silence de certains Etats très influents, qui est, selon elle, «assourdissant». Amnesty International fait état de la situation précaire des hôpitaux de Ghaza, qui souffraient déjà du fait du blocus depuis juin 2007. «En l'absence d'investigations impartiales et effectives sur les crimes commis par le passé, il est à craindre que différentes formes de violations ne se reproduisent et que les victimes des crimes du conflit en cours n'aient pas accès à la justice et à des réparations», conclut le communiqué d’Amnesty International, une ONG secouée ces derniers temps par une crise interne et accusée de dépassements à l’égard de ses propres employés.
Mohamed El-Ghazi
 

Commentaires

    Ezzine
    21 novembre 2012 - 16 h 51 min

    Mme Harrison, directrice
    Mme Harrison, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International parle-t-elle sérieusement- ou c’est une blagueuse – dans son communiqué de presse – qui dégage une odeur étrange et donne l’apparence qu’il le lui a été dicté en urgence – sur l’embargo des armes à Israël et au gouvernement de Hamas et aux autres fractions de résistance palestinienne ainsi qu’une éventuelle mission humanitaire :

    «il est indispensable dit-elle que des observateurs internationaux, ayant compétence pour enquêter sur des violations des droits humains et du droit international humanitaire, se rendent dès que possible sur place, aussi bien à Gaza qu’en Israël, pour évaluer en toute indépendance et impartialité les violations commises par les deux parties».

    Que faites-vous madame des rapports de force entre une entité d’origine criminelle et un peuple désarmé, opprimé, laissé pour compte par la communauté international, sous armés qui lutte pour la libération de son pays. Drôle de retournement de situation ! Encore faut-il que la horde de Netanyahu Benjamin daigne cette fois-ci à vos observateurs leur permettre de se rendre compte sur place et de visu des atrocités accumulées qui sont siennes et qui ne datent pas Madame du 14 novembre 2012, sauf si vous êtes nulle en histoire ou complaisante.

    Mme Harrison invite dans ce même communiqué de presse tous les Etats à suspendre immédiatement les transferts d’armes, de munitions et d’équipements connexes à Israël, au gouvernement du Hamas et aux groupes armés palestiniens de Gaza. Est-ce une blague ou c’est sérieux.

    Vous croyez que les américains qui bafouent les lois internationales et qui deviennent aveugles et sourds quand il s’agit de défendre l’entité sioniste, ces américains sionistes voudront bien acquiescer à votre égarement et démonteront leurs dômes anti-missiles d’une part et d’autre part que les mouvements armés de libération de la Palestine n’acquerront plus d’armement pour se défendre et libérer la Palestine de l’occupation israélo-américano-occidentale.

    Trêve de balivernes !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.