La DGI élabore une nouvelle stratégie de contrôle fiscal

La Direction générale des impôts (DGI) a rendu publics, lundi à Alger, les détails de sa nouvelle stratégie de contrôle fiscal qui clarifie désormais le rôle des intervenants dans la chaîne de contrôle ainsi que les bases de sélection des entreprises à vérifier conformément aux pratiques internationales en la matière. Cette démarche, qui sera applicable grâce à l’instruction signée fin décembre dernier par le DGI, et portant sur les «orientations stratégiques du contrôle fiscal», vise notamment à «développer le civisme fiscal, accorder plus de facilitations aux contribuables de bonne foi et lutter efficacement contre la fraude fiscale», a détaillé Kouider Benhamed Djilali, directeur des recherches et vérifications à la DGI lors d’un séminaire sur la loi de finances (LF) de 2013 organisé par la CACI. La sélection des entreprises à contrôler se fera alors à l’issue de la combinaison de trois éléments nouveaux : l’analyse risque, qui permettra d’étudier le comportement des contribuables par rapport à la conformité fiscale, la mise en œuvre et l’exploitation de la recherche fiscale externe, et l’exploitation des informations à caractère événementiel et celles obtenues par la recherche fiscale, a-t-il encore précisé. Une attention particulière doit être accordée à l’opération de recensement alors que le contrôle sur pièces sera considéré comme un «critère d’une programmation à un contrôle fiscal externe et non une fin en soi», selon le même responsable qui a reconnu que la sélection des entreprises à vérifier se faisait jusque-là de «façon plutôt aléatoire». En 2011, le contrôle fiscal a permis de générer un rappel de droit, pénalités incluses, de près de 68 milliards de DA, contre 85 milliards en 2010. La tendance baissière observée ces deux dernières années dans les résultats du contrôle fiscal s’explique essentiellement par «la baisse des constats issus du contrôle sur pièces» et par «la baisse des droits constatés en matière de vérification comptable», selon la DGI. En Algérie, il existe 5 types de contrôle fiscal : le contrôle fiscal externe qui inclut la vérification comptable (VC), la vérification ponctuelle (VP) et la vérification approfondie de situation fiscale d’ensemble (VASFE), le contrôle des évaluations (CEV) qui touche essentiellement les transactions immobilières, ainsi que le contrôle interne, autrement dit le contrôle sur pièces (CSP).
Ce dernier, qu’effectue un chef d’inspection à partir de son bureau à partir des déclarations du contribuable, a généré des recettes de 26 milliards de DA en 2011, la VC a généré 34 milliards de DA, le CEV 4,4 milliards de DA alors que la VASFE et la VP n’avaient pu récupérer que 1,6 milliard de DA et 1,5 milliard de DA respectivement. Le contrôle fiscal externe (CFE) a de son côté généré des droits et pénalités de plus de 37 milliards de DA, rappelle encore la DGI. Revenant sur les dispositions de la LF 2013, le directeur de la législation fiscale à la DGI, Mustapha Zikara, a assuré que plusieurs exonérations fiscales introduites par la loi auront un impact direct et immédiat sur le pouvoir d’achat des citoyens.
R. E.
 

Comment (5)

    ETPBH SLIMANI
    22 novembre 2013 - 18 h 59 min

    Corruption en CDI de Mascara
    Corruption en CDI de Mascara et la mafiya du chef de centre‏




    0



    0
    Anonyme
    22 novembre 2013 - 17 h 37 min

    pourquoi vous programer tjrs
    pourquoi vous programer tjrs les mm entreprises est ce que c’est par cette méthode que vous allez limiter la fraude fiscale




    0



    0
    Anonyme
    22 juin 2013 - 15 h 30 min

    pourquoi toutes ses méthodes
    pourquoi toutes ses méthodes de vérification, moi a mon avis c’est valoriser le travail de l’agent du fisc sur le terrain qui commence par l’exploitation rapide et efficace de l’information . Merci




    0



    0
    Anonyme
    25 avril 2013 - 8 h 20 min

    arretez mesieurs ne nous
    arretez mesieurs ne nous bernez pas avec vos bobards programation vous dites allez y a oran voyez un certains ouarghi qui est directeur et tout passe passe on a compris vos jeux
    monsieur ouarghi vous abvez raison vous avez compris lalgerie continuez continuez




    0



    0
    Anonyme
    30 janvier 2013 - 21 h 38 min

    Léxploitation de la recherche
    Léxploitation de la recherche fiscale externe c’est la clé pour la lutte contre la fraude fiscale et une arme tres éfficace pour contrecarrer les responsables du fisc qui ont une main dans la dissimulation des dossiers de leur amis comme le cas de l’ancien directeur des impots de sétif en l’occurence SERRAICHE TAHAR.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.