Sénat : Bouteflika puise son tiers dans la même «marmite»

Parmi les personnalités que le chef de l’Etat a désignées dans le tiers présidentiel au Sénat, figurent la majorité des ministres éjectés du gouvernement lors du remaniement de septembre dernier, a indiqué le Conseil de la nation dans un communiqué rendu public aujourd’hui. Trois ministres de l’ancien gouvernement n’ont pas bénéficié de la «grâce» du Président. Il s’agit de Noureddine Moussa, ex-ministre de l’Habitat, de Nacer Mehal, ex-ministre de la Communication et de Abdelhamid Temmar, ex-ministre de la Prospective et des Statistiques. On pourra y ajouter l’ex-vice Premier ministre, Yazid Zerhouni, l’ex-ministre d’Etat et secrétaire général du FLN, Abdelaziz Belkhadem, et l’ex-Premier ministre, Ahmed Ouyahia, qui ne sont pas concernés par ces nouvelles nominations. Ainsi, six anciens ministres siègeront ce 9 janvier dans le tiers présidentiel : Boubakeur Benbouzid, ancien ministre de l’Education nationale, Djamel Ould-Abbès, ex-ministre de la Santé, Saïd Barkat, ex-ministre de la Solidarité nationale, El-Hadi Khaldi, ex-ministre de la Formation professionnelle, El-Hachemi Djiar, ex-ministre de la Jeunesse et des Sports, et Nouara Djaâfar, ex-ministre déléguée chargée de la Condition féminine. Il y a également la nomination de Salah Goudjil, ancien chef de file des redresseurs du FLN, plusieurs fois député, de Mohand-Akli Benyounès, frère de l’actuel ministre de l’Environnement et néanmoins président des anciens de la Fédération FLN de France. A ceux-là s’ajouteront des personnalités choisies du milieu associatif, scientifique et culturel. C’est le cas de Aïcha Barki, présidente de l’association Iqra. Le président Bouteflika a également désigné son interprète Hafida Benchehida. Abdelkader Bensalah, président sortant du Sénat, est également dans le tiers présidentiel. Parmi les sénateurs maintenus, figurent les anciens moudjahidine Yacef Saâdi et Zohra Drif-Bitat, ainsi que le chef spirituel des Touareg, Mohamed Akhamoukh. Par sa décision de «recycler» ces anciens ministres en le intégrant au Sénat, le chef de l’Etat semble, en effet, vouloir satisfaire tout le monde. C’est aussi une manière pour lui de préciser que le remaniement gouvernemental répondait plutôt à un souci de «préserver la stabilité du pays» en rompant avec l’immobilisme dans lequel sombrait l’Exécutif. Autrement dit, il fallait faire la mue de ce gouvernement pour donner l’illusion d’un changement. Il n’est pas exclu que ces futurs sénateurs bénéficient, un jour, de portefeuilles ministériels. On a déjà vu des ministres partir et revenir quelques années après. C’est le cas d’Ahmed Ouyahia qui a été nommé plusieurs fois à la tête du gouvernement au cours de ces vingt dernières années.
S. B.

La liste des sénateurs :
Abdelkader Bensalah,
Mohamed Akhamoukh,
Rachid Bougherbal,
Mohamed Zakaria,
Messaoud Zitouni,
Mohamed Bentebba,
Abdelkrim Korichi,
Abdelkader Bensalem,
Abdelakader Chenini,
Hamoud Chaid,
Fouzia Benbadis,
Mohand-Akli Benyounes,
Abdelouahab Hacene,
Said Barkat,
Djemel Ould Abbes,
El Hadi Khaldi,
Saâdia Nouara Djaafara,
Hachemi Djiar,
Aboubakr Benbouzid,
Salah Goudjil,
Aicha Barki,
Hafida Benchehida,
Leila Ettayeb,
Ibrahim Ghouma,
Tayeb Ferhat,
Yacef Saadi,
Zohra Drif Bitat,
Mohamed Boukhalfa,
Ali Mahsas,
Brahim Boulahia.
 

Commentaires

    Bazbouza
    7 janvier 2013 - 18 h 13 min

    Il n’est plus possible de
    Il n’est plus possible de continuer à vivre dans ce pays dirigé par la MAFIA !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.