ArcelorMittal : le torchon brûle entre la direction et le syndicat

La situation risque de se corser entre le syndicat et la direction du complexe sidérurgique ArcelorMittal d’Annaba. Le non-respect par la direction de ses engagements socioprofessionnels envers les travailleurs a contraint le syndicat d’entreprise à porter l’affaire devant l’Inspection du travail, a-t-on appris d’une source syndicale. Le syndicat d’entreprise qui a saisi les prud'hommes à propos de ce désaccord, a fait savoir que la direction générale de l’usine a «refusé de se conformer aux engagements qu’elle a signés avec les représentants des travailleurs». Le syndicat cite comme exemple le non-versement des 4% d’augmentation salariale accordée aux travailleurs. «Plusieurs courriers ont été envoyés à la direction du complexe, en vain. La situation n’a pas été débloquée», a indiqué notre source, qui ne cache pas son étonnement quant au louvoiement de la direction. Et les réunions périodiques qui se sont tenues jusqu’à présent entre la direction générale du complexe ArcelorMittal et le partenaire social, dans le cadre de la convention collective de l’entreprise, n’ont pas abouti à une solution sur l’application des accords en question. Le syndicat a dénoncé les agissements de la direction visant à déstabiliser le partenaire social. Selon notre source, devant l’intransigeance du syndicat, la direction a appelé les travailleurs au renouvellement des représentants syndicaux, les accusant de constituer un facteur de blocage dans les négociations. La tension est ainsi vive au sein de ce joyau de la sidérurgie qui bat de l’aile depuis quelques années. Le complexe sidérurgique ArcelorMittal Annaba emploie quelque 5 000 travailleurs pour une capacité théorique de production de deux millions de tonnes par an. Une capacité que l’Indien n’a jamais pu atteindre à cause d’un désinvestissement important lié à ses problèmes financiers dans plusieurs de ses filiales à travers le monde.
Sonia B.

Comment (2)

    Inspektor Tahar
    10 février 2013 - 13 h 14 min

    ArcelorMittal : le torchon
    ArcelorMittal : le torchon brûle entre la direction et le syndicat….Le neoliberalisme de Boutefika contre la nationalisme révolutionnaire algérien. Le gouvernement offre la perle de l industrie algérienne a des étrangers qui spéculent sur les bourses internationales au lieu de développer cette industrie en Algerie. Afin d’éviter que les algériens ne continuent a être les  » Porteurs d eau  » des étrangers, le gouvernement algérien devrait faire son Mea Culpa sur cette affaire et reprendre El Hadjar pour l’intérêt de l’économie algerienne. Les ressources naturelles algériennes …aux Algériens…




    0



    0
    Anonyme
    10 février 2013 - 12 h 17 min

    JUSTEMENT Y A UN DÉBAT
    JUSTEMENT Y A UN DÉBAT AUJOURD’HUI { MISE AU POINT HEBDOMADAIRE,DE LA RTBF TV BELGE} SUR LE PATRON GANGSTER HINDOU D’ARCELOR MITTAL.PARTOUT OU IL PASSE CE SINISTRE CAPITALISTE BÊTE ET MÉCHANT ,IL NE LAISSE DERRIÈRE LUI QUE LE DÉSORDRE ET PAUVRETÉS {clochardisation} CHEZ LES OUVRIERS ET LEUR FAMILLES .JE PENSE QU’IL A PRIS UNE SOCIÉTÉ ALGERIENNE POUR UN FRANC SYMBOLQUE.ALORS DANS SE CAS!.JE COMPREND PAS? POURQUOI L’ALGERIE NE LE MET PAS À LA PORTE ..AVEC UN COUPS DE PIED DANS LE {..} OU UN COUPS DE POINT DANS SA TRONCHE ,AINSI QUE TOUTES LES MULTI NATIONAL {sociétés étrangers} A LA PORTE ??? ET QUE LES RICHESSES DE L’ALGERIE REVIENNE AU PEUPLE ALGERIENS .C’EST MALHEUREUX QUAND MÊME ,QUE DES ÉTRANGERS SACCAGE NOS SOCIÉTÉ S..BREF J’ARRÊTE LA! POUR NE PAS DIRE DES CHOSES QUELLES PEUVENT CHOQUÉ CERTAINS ÂME SENSIBLE ??




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.