Ghlamallah : «Les imams salafistes sont connus de nos services»

Bouabdallah Ghlamallah minimise l’emprise du salafisme sur les mosquées. «Les imams salafistes sont connus de nos services. Ils ne représentent qu’une infime partie du corps. Et nous contrôlons la situation», assure le ministre des Affaires religieuses qui annonce, par ailleurs, la construction de 4 000 nouvelles mosquées. Intervenant en marge de l'installation des membres de la commission scientifique chargée de l'élaboration de modèles architecturaux pour la construction de ces lieux de culte, Bouabdallah Ghlamallah se veut plutôt rassurant, lui qui ne connaît pas le nombre exact de mosquées en Algérie. Une sérénité qui tranche avec la réalité du terrain, relevée par des membres de son département et qu’il refuse de voir. Selon des données récentes, 80% des mosquées en Algérie sont contrôlées par des salafistes wahhabites. En février dernier, sur les colonnes d’un quotidien national, Adda Fallahi, conseiller en communication du ministre, avait reconnu la forte présence dans nos mosquées de la mouvance salafiste, affirmant que «les salafistes ne prennent pas en considération la référence religieuse algérienne, et ne veulent pas se conformer aux lois et aux règlements préconisés par le ministère pour gérer les mosquées et autres établissements religieux». «Ils veulent contrecarrer la référence nationale sur quelque quarante sujets», avait-il prévenu. Indirectement, ce responsable reconnaissait que des mosquées échappaient au contrôle du département ministériel. Le ministre cède-t-il à la surenchère du Conseil national algérien des imams et des fonctionnaires des affaires religieuses qui l’accusait d’avoir attisé la polémique autour du salafisme en Algérie et de faire des déclarations sur le danger des imams salafistes sans apporter d’arguments, ni preuves» ? Même si ce même conseil reconnaît le faible encadrement des mosquées. Selon lui, il n’y a que 20% des mosquées qui possèdent un encadrement solide, les autres courant le risque d’être des lieux de diffusion d’idéologies et de doctrines extrémistes. Abdelfetah Zaraoui Hamadache, fondateur du parti du Front de la Sahwa qui attend d’être agréé, un salafiste assumé, avait affirmé avoir sous son contrôle 11 000 mosquées qu’il utilisait pour former de nouveaux disciples pour servir sa cause «politique». Au lieu de s’occuper de la menace que constitue cette percée salafiste dans nos mosquées, le ministre des Affaires religieuses s’inquiète plutôt de l’architecture des mosquées qui s’éloigne selon lui des «référents historiques» du pays. Et les référents de notre religion ?
Sonia Baker
 

Comment (10)

    h2 so4
    25 avril 2013 - 9 h 24 min

    @ algerie patriotique
    dommage

    @ algerie patriotique
    dommage POUR la video QUI porte aussi de mauvais souvenir LES « IMAGES DE COLONS »
    a vous de juger pour sa validation ou pas
    je l ai posté sans autant faire attention aux images sensibles . merci pour votre patience




    0



    0
    h2 so4
    25 avril 2013 - 9 h 05 min

    Le salafisme est une secte
    Le salafisme est une secte juive importée d Israel via usa et l arabie saoudite pour en enfinir avec la resistence et la civilisation arabe
    de l EST á l OUEST pour le grand israel .
    NE VOYEZ VOUS PAS CE QUI SE PASSE EN SYRIE ?
    donc il faut les combattre á la racine biologique .
    NE PAS CHERCHER MINDI 14 HEURES
    SANS PITIÉ AUX SIONISTES BARBUS ET AUX VENDUS SEPARATISTES JUIFS.

    VIVE NOTRE ALGERIE D ANTAN .

    http://www.youtube.com/watch?v=PPDs22NsI8o




    0



    0
    Chemlal
    24 avril 2013 - 19 h 05 min

    Mr ghulmelas ,vous ne
    Mr ghulmelas ,vous ne contrôlez rien ,puisque salafiste ou pas , les mosquées sont bien infiltrée . Vous n’avez qu’a vous rendre dans l’une d ‘elle , a la salât el fedjr , ou le vendredi , écouter les prêches prononcés par les imams et vous entendrez , Allah yensar el mouslimines oua el moudjahidines .Les algériens , dans leur grande majorité souhaitent vivre leur religion pacifiquement , sans aucune contrainte , venant de l’État ou des groupes terroristes;




    0



    0
    Anonyme
    24 avril 2013 - 18 h 58 min

    Comme disaient les 3oulama
    Comme disaient les 3oulama « Man Takalama Fi ghayri fannihi atta bel 3adjab » les gas c’est bien de connaitre sa religion ! Pour au moins différencier les serviettes des torchants .




    0



    0
    antisalafie
    22 avril 2013 - 23 h 40 min

    Je vous est dit la seule
    Je vous est dit la seule maniere de se debarasser une bonne foi pour tout des salafikla.
    Une bonne dos de clasch dans leurs tronche,ces sauvages ne comprennent que la violence.
    Je sais de quoi je parle !




    0



    0
    h2 so4
    22 avril 2013 - 21 h 32 min

    les algeriens ont compris la
    les algeriens ont compris la ruse dans les années 80 déja que les valeurs de l indépendance ont été bafouées .ils ont voulu changé le systeme pourri par la maffia ..
    que c est il passé ? ils nous ont fabriqué un certain bouyaali souvenez vous bien.Au milieux des années 80 les éléments du fis ont commencé leur apparition cette fois c est légal avec un certain ALI belhadj et son ami ABBAS el madani aujourd huit au QATAR avec 15 000 u dolllars par mois ,un produit anglosaxon teleguidé par la cité de LONDRE pour nous dérouté de la vrai pensée alternative pour nous entrainer dans une guerre civile
    alors que le peuple est musulman depuis des siecles qui cherchait a vivre dans sa dignité et jouire des richesse dans son beau pays ..Que s est il passer par la suite ?
    c est le désastre aujourd huit en lybie en syrie etc
    el mouhim :mission accomplie par les francs macons qui operent de l exterieur comme de l interieur á lombre soutenue par la secte takfiriste islamo sionistes .
    l histoire est longue et connue par tout le monde ..
    nous voudrions pas revivre cet enfer ..j espere ne plus les entendre dans l avenir
    mais il y a aussi d autre partis a caractere separatistes ethniques ,religieux á qu il faut leur retirer l’agrément.




    0



    0
    antisalafie
    22 avril 2013 - 17 h 57 min

    Un coup de clasch est
    Un coup de clasch est l’affaire et réglées !




    0



    0
    Ezzine
    22 avril 2013 - 17 h 54 min

    Et après ! Ne continuent-ils
    Et après ! Ne continuent-ils pas de braver tout le monde en distillant comme si de rien n’était la propagande wahhabiste et salafiste travestie dans les mosquées.
    Minimiser une telle menace équivaut la conforter dans son entreprise. Votre ministère monsieur le ministre contrôle-t-il au moins les ouvrages d’origines suspectes qui bousculent dans les étalages des mosquées le livre saint – le Coran -.
    Plus encore, ces bouquins subversifs d’origines Arabie Tayhoudite et Qatraël -qui jonchent nos bibliothèques comment ont-ils entrés, et passés les frontières, distribués et vendus en plain jour pour salir les esprits et préparer le printemps-canular-arabe de l’Algérie.
    La propagande sioniste a-t-elle réussi à faire oublier comme par enchantement à nos Imams la Palestine et la libération de la Mosquée Al Aqsa à tel enseigne qu’on ne parle que très rarement sinon pas du tout et qu’uniquement désormais de la Syrie, de l’Irak mais pas un mot sur les troubles en Arabie Saoudite, au Bahreïn, en Egypte et autres contrées qui n’arrangent pas les desseins des commanditaires de ces imams salafistes et Wahabistes dont vous minimiser l’influence. Que s’est-il passé ?
    Ce contrôle de la situation dont vous êtes sûr peut être théorique mais sur le terrain l’impression qui sévit dégage plutôt le contraire. Un ministre qui ignore et ne contredit pas par les faits le travail des membres de son département sur un sujet aussi sensible et dangereux pour la stabilité du pays laisse son auditoire perplexe quant à la maitrise même de son département ministériel.
    Il semble par cet exemple de contradiction entre M. le ministre et les membres de son département, que tout le monde partout pas spécialement aux affaires religieuses se donne mutuellement confiance pour prétendre que la situation est maitrisée. Souvenez-vous également de l’autre responsable algérien qui ont minimisé avant vous l’ambleur de la corruption au sein des douanes, etc., etc., etc. En somme tout va bien. Nous maitrisons la situation ! Il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

    Quant à la situation elle-même en général, et dans la réalité, celle-ci se pilote automatiquement au gré des vents profitables et tous les sujets brûlants qu’elle traite échapperaient-ils vraiment sur le plan préventif à leurs auteurs. Ne s’agit-il pas en fait d’une réalité que personne n’ose contredire. Affaire à suivre.




    0



    0
    djel
    22 avril 2013 - 15 h 55 min

    Ghlamallah : «Les imams
    Ghlamallah : «Les imams salafistes sont connus de nos services»

    Wèche Ghlamallah ??? Wèche les services ??? Anta DRS ?!

    PS: Mr le Président et Mr Mediene, s’il vous plait, vous êtes les premiers décideurs de ce pays, alors pourriez vous nommer un ministre des affaires religieuses digne de ce nom ???

    Nous avons en Algérie des intellectuels brillants Allahi barak, alors faites au moins un effort dans ce domaine !!!




    0



    0
    h2 so4
    22 avril 2013 - 14 h 32 min

    il faut en finir avec la
    il faut en finir avec la secte satanique d une maniere radicale une bonne fois pour toute pour ne plus jamais en parler .
    il faut les rexporter a quelques part au sionstan mr le ministre !
    une cellule cancereuse reste une cellule cancereuse ..et tot ou tard c est la mort qui s en suit par le metastas .

    http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=108479&cid=76&fromval=1&frid=76&seccatid=141&s1=1




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.