Harraoubia : «Aucun agrément n’a été encore délivré pour la création d’universités privées»

«A ce jour, aucun agrément n'a été délivré à quelque partie que ce soit pour créer une université ou un institut privés», a indiqué, aujourd’hui lundi, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Rachid Harraoubia, dans un entretien à un quotidien arabophone. «Toutes les demandes déposées au ministère (de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique) ne répondent pas au cahier des charges qui ne porte pas uniquement sur l'aspect matériel» du projet, a-t-il expliqué. Selon le ministre, le cahier des charges en question est «global» et prend en considération «toutes les conditions matérielles, scientifiques et pédagogiques afin de protéger l'étudiant» désirant intégrer ces universités ou instituts privés. «Nous avons surtout exigé que le niveau des enseignants de ces futurs établissements privés soit au moins comparable à celui de leurs collègues du secteur public», a indiqué M. Harraoubia. Pour le ministère de l'Enseignement supérieur, les porteurs de projets de création d'université ou d'institut privés doivent s'équiper, au même titre que les universités publiques, notamment d'espaces pédagogiques et de laboratoires, afin «d'assurer une formation de qualité» à l'étudiant. Le ministre a, par ailleurs, fait savoir qu'une demande a été soumise au Premier ministre, Abdelmalek Sellal, pour prendre en charge les compétences nationales qui avaient quitté le pays durant la décennie noire. La démarche consiste à accorder une «autorisation exceptionnelle» permettant à ces compétences de réintégrer leurs anciens postes de travail en Algérie. Cela a permis, selon le ministre, à «un grand nombre» de ces cadres de revenir en Algérie, précisant que «l'autorisation exceptionnelle ne signifie nullement que le retour de ces compétences se fera au détriment des professeurs qui occupent des postes et des fonctions supérieurs» à travers le pays. Il a réitéré, dans ce sens, que l'Etat demeurait favorable au retour des compétences nationales établies à l'étranger, ajoutant que «tous ceux qui ont déposé une demande ont été réintégrés» dans leurs anciens postes.
R. N.
 

Comment (12)

    ayoub
    15 août 2013 - 11 h 51 min

    que «l’autorisation
    que «l’autorisation exceptionnelle ne signifie nullement que le retour de ces compétences se fera au détriment des professeurs qui occupent des postes et des fonctions supérieurs».
    autrement dit,complémentarité sur une base identique de formation.babay




    0



    0
    Anonyme
    14 août 2013 - 17 h 12 min

    «Nous avons surtout exigé que
    «Nous avons surtout exigé que le niveau des enseignants de ces futurs établissements privés soit au moins comparable à celui de leurs collègues du secteur public», a indiqué M. Harraoubia.

    Tout simplement des douktours comme le ministre qui n’ont jamais eu le BAC




    0



    0
    ayoub
    13 août 2013 - 19 h 29 min

    la vie n’est que concurrence
    la vie n’est que concurrence il faut des as et des perdants.Babay




    0



    0
    vrirouche
    13 août 2013 - 15 h 28 min

    ATTENTION , ATTENTION ,
    ATTENTION , ATTENTION , AKHTUNG , AKHTUNG , GHOURWATH , GHOURWATH ! Boumediène a ramené des vanupieds du proche orient
    pour A TOUT PRIX ARABISER l’Algérie, on a vu le résultat !
    Maintenant on appelle le DIABLE (argent des pays de Satan les émirats et autres royaumes ARABES BIEN SUR) pour définitivement enterrer ce qui reste de NOTRE BELLE PATRIE !
    DECRIER , CONDAMNER , MANIFESTER votre répulsion de ces
    béni hillal porteurs de toutes les épidémies les plus mortelles entre autres EL KHORTIA EL ARABIA EL ISLAMIA EL MOUTA AKHARA EL ASSOUADIA enfin LI KHATITNA LI MANICH
    MENA !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!




    0



    0
    ayoub
    13 août 2013 - 11 h 13 min

    le but est de créer une
    le but est de créer une complémentarité d’excellence et non une concurrence dans l’éducation.L’état a lui seule ne peut pas en assumer la création et le fonctionnement.Mais par le cahier des charge,il en garde un contrôle important notamment par le jeu des clauses de puissance publique.Pour le pauvre type qui se plaint de tout et de rien,sache que l’Algérie ne compte pas sur les ratés.babay




    0



    0
    Anonyme
    12 août 2013 - 20 h 35 min

    mais bien sur et vos enfant
    mais bien sur et vos enfant pourquoi ils sont partis continuer leur études en Angleterre par exemple ??? arrêtez de vous foutre de la gueule des gens et d’insulter notre intelligence
    ahh au fait les étudiant vous remercient pout toutes chambres avec les lits que vous avez construit vous ne citez que ca lors de vos déplacements on a l’impression que vous les inciter a dormir ou que vous êtes le ministre de l’habitat ou des travaux publiques




    0



    0
    Inspektor Tahar
    12 août 2013 - 19 h 21 min

    Harraoubia : «Aucun agrément
    Harraoubia : «Aucun agrément n’a été encore délivré pour la création d’universités privées….Non a l’Universite Privee en Algerie….pas deux categories d Algeriens…La Revolution pour tous….tous egaux…Nous avons deja deux categories d algeriens…les voleurs et les travailleurs




    0



    0
    ayoub
    12 août 2013 - 19 h 12 min

    les plus grandes universités
    les plus grandes universités du monde se régalent des jeunes diplômés de l’éducation Algérienne.C’est bien la preuve que l’université nationale n’est pas si mauvaise qu’on le dit.babay




    0



    0
    Benaim BOUKAHIL
    12 août 2013 - 17 h 27 min

    C’EST PARJURE DES IDEAUX DU
    C’EST PARJURE DES IDEAUX DU 1/11/1954 QUI S’APPROCHE!

    En quittant la République le Pen du parjure le 30/11/2012 après avoir magistralement riposté à l’humiliation publique de mon pays et de la communauté musulmane, je pensais que le concept de parjure ne pouvait s’appliquer qu’aux français!

    Quelle ne fut pas ma surprise lorsque arrivé en Algérie, je découvris l’existence des clinique privés, ou les prix sont prohibitifs, et ou les soins paradoxalement ne sont pas aussi bon que dans le public! Je me trouvais là face au premier parjure en bon et due forme des idéaux du 1/11/1954 !

    Bientôt CELA RISQUE D’ÊTRE LE TOUR DES UNIVERSITÉS ALGÉRIENNE QUI ONT DÉJÀ DU MAL DEPUIS LA FIN DE L’EPOQUE BOUMEDIENNE A PRODUIRE DES ETUDIANTS DE QUALITÉ….

    IL FAUT QUE SA CHANGE ET VITE!

    VITE REFORMONS L’UNIVERSITE ALGÉRIENNE DÉTRUITE PAR LE CHAOUI DE MESKIANA BENBOUZID!

    « les peuples ignorants ont besoin de savoir….et les peuples malades d’hopitaux! » H. BOUMEDIENNE LAHORE 1974!

    Benzaim BOUKAHIL Docteur Patriotis Causa!




    0



    0
    nadir B
    12 août 2013 - 17 h 20 min

    on est en train de privatiser
    on est en train de privatiser le système de santé, les cliniques privées se font un max d’argent sur le dos des pauvres, on le fait également avec les assurance, le système bancaire, les banques privées étrangères sont des sangsues, les écoles privées des trois paliers et bientôt les universités de façon est-ce que les pauvres ne puissent plus vivre, cette politique ultra-libérale aura raison des valeurs de novembre. la nouvelle bourgeoisie en Algérie est plus vorace que celle de l’occident, mon Dieu où sont les nationalistes et les patriotes?




    0



    0
    Nenuphar
    12 août 2013 - 14 h 52 min

    Ah oui ! Le cahier des
    Ah oui ! Le cahier des charges ! C’est pour cela que l’université algérienne est sinistrée, qu’elle produit des bras cassés, qu’elle est logée dans les profondeurs des classements y compris africains et qu’elle a généré des fraudeurs y compris au sein de ses professeurs qui s’achètent au plus offrant.
    De par le monde, les meilleures universités sont privées et produisent des Nobel.
    Evidemment, il faudrait encadrer légèrement ces universités par exemple en ne les fermant pas à ceux qui n’ont pas les moyens financiers d’y accéder, sans pour autant accueillir les médiocres qui ne feraient qu’abaisser leur niveau.
    Monsieur le sinistre, où est ce drone Made In Algéria que vous claironniez vouloir le montrer le 5 juillet dernier, à l’occasion de la fête de l' »indépendance » ?
    Ce n’est pas avec du vieux qu’on pourra faire du neuf.
    « Ceux qui croient agir en fonction de l’intérêt général sont en réalité conduits à favoriser des intérêts particuliers qui ne font pas partie de leurs intentions. » Milton Friedman




    0



    0
    ayoub
    12 août 2013 - 13 h 03 min

    il est nécessaire d’ouvrir
    il est nécessaire d’ouvrir ces centres d’éducations spécialisées dans notre pays qu’à la condition de la non concurrence avec le service publique universitaire.babay




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.