André Parant multiplie les sorties sur le terrain : la France veut éviter les erreurs d’analyse des années 90

L’ambassadeur de France en Algérie est en visite depuis hier samedi à Annaba «dans la continuité des déplacements effectués dans plusieurs wilayas d’Algérie, notamment à Oran, Tlemcen, Constantine et Béjaïa», indique un communiqué de l’ambassade de France à Alger. Mais qu’est-ce qui fait courir André Parant pour multiplier ainsi ses visites dans les wilayas du pays ? Pour certains observateurs, l’objectif de ces virées est clair : les perspectives politiques de notre pays paraissent tellement floues à quelques mois d’une échéance politique majeure, qu’il devient inévitable d’aller à la rencontre des catégories actives de la société pour tenter de comprendre de quoi sera fait demain dans un pays qui semble naviguer à vue. En tant qu’ambassadeur qui se doit d’informer sa hiérarchie de tout ce qui pourrait toucher aux intérêts français dans la région, André Parant tâte le pouls de l’Algérie et des Algériens à l'approche de l’élection présidentielle de 2014, une échéance qui souffre pour le moment de plusieurs inconnues. La France, qui veut ainsi montrer qu’elle a tiré les enseignements de ses précédentes expériences dans notre pays, notamment lorsque Mitterrand, se basant sur des rapports loin de la vérité, élaborés par sa représentation diplomatique à Alger, avait appelé à la poursuite du processus électoral – lui parlait de «processus démocratique» – qui devait amener les extrémistes du FIS au pouvoir. Cette position radicale de la France avait, on s’en souvient, eu pour conséquence une perte d’influence considérable de l’ancienne puissance coloniale dans un pays qui reste un de ses plus importants partenaires commerciaux. Le blocus imposé par la France à l’Algérie dans les années 90, lorsque notre pays faisait face seul à un terrorisme islamiste ravageur, est toujours dans les esprits, de ce côté comme de l’autre de la Méditerranée. Cette position de la France à l’égard de l’Algérie ne pouvait être que la résultante d’une lecture et d’une analyse approfondie des événements qui se déroulaient dans notre pays. Et lorsque les éléments d’information qui doivent servir de base à cette lecture sont faux, il est évident que cela ne manquera pas de se répercuter sur la conclusion que l’on peut en tirer. C’était le cas, en effet, avec un ancien ambassadeur qui avait dû être rappelé à Paris et sermonné par le Quai d'Orsay pour «fausses informations et analyses sur la situation en Algérie». Ce genre d’événement peut se reproduire dans le cas d’une mauvaise interprétation des faits et de leurs conséquences sur les plans politique, sécuritaire, diplomatique, économique et social. C’est sans aucun doute ce que cherche à éviter l’actuel ambassadeur de France en Algérie, en allant au contact de la population des différentes régions, pour anticiper sur ce qui pourrait arriver dans un pays que la fin de règne d’un Bouteflika grabataire a propulsé dans un large nuage de fumée, rendant toute prévision sur l’évolution de la scène politique algérienne complètement aléatoire.
Amine Sadek  

Comment (12)

    Anonyme
    22 octobre 2013 - 19 h 00 min

    et l’ami karim ta oublié
    et l’ami karim ta oublié aussi son frère hugues parant prefét de region paca et maintenant pdg de l’epad donc c’est sur ce dernier qu’il faut se focalisé car il va permettre a nos belles entreprises françaises de récupéré plus de contrat et bien sur le backchich qui va avec




    0



    0
    bk
    21 octobre 2013 - 15 h 52 min

    Bien sûr l’Algerie de
    Bien sûr l’Algerie de maintenant c’est pas celle des années 90 et comme il dit l’embassadeur de cette dernière pas d’erreur car ils savent le poids de nos Hommes actuels et que leur rêves des années 90 ne se réalisera pas avec une Algerie de ali benhadj et abbassi madani nous au pouvoir et la richesse pour vous par la bénidiction de l’ellysé mais ils ont eu un OS et ça grâce à notre ANP que ALLAH la protège c’est merveilleux de voir la france s’incline devant notre mère patrie notre amour l’Algérie et le meilleur arrivera un peux de patience.




    0



    0
    Inspektor TAHAR
    21 octobre 2013 - 14 h 52 min

    André Parant multiplie les
    André Parant multiplie les sorties sur le terrain : la France veut éviter les erreurs d’analyse des années 90…Monsieur Parant votre pays a attendu 23 ans …!! pour venir sur le terrain…??? 23 de propaganda anti algerienne en France….Bref on dit souvent… vaut mieux tard que jamais




    0



    0
    karim
    21 octobre 2013 - 14 h 51 min

    Voilà pourquoi il visite les
    Voilà pourquoi il visite les wilayates du pays

    1- Son père est Philippe Parant nommé le 6 octobre 1993 directeur de la ex DST (service secret intérieur de la France )

    2- Son grand-père. Le lieutenant-colonel André Parant a été fait compagnon de la Libération le 13 mai 1941. Volontaire à dix-sept ans lors de la Première guerre mondiale.

    Chercher bien avant de pubier un article titré par une question …..




    0



    0
    abdelkader wahrani
    21 octobre 2013 - 12 h 37 min

    la mainmise du
    la mainmise du néocolonialisme francais sur les médias francais et francafrique et sa présence déja ancienne dans la grande finance africaine, cette ingérence des francais colonialistes pour permet de conditionner et ou d´acheter les consciences? les idées des néocolonialistes francais et racistes, ont longtemps été dissimulées avec plus ou moins de succés par le mouvement franco-sioniste ce dernier posséde d´ailleur une certaine capacité d´adaptabilité afin de mieux masquer sa vraie nature?. le colonialisme ne peut par sa qualité intrinséque d´agresser criminel et de transgresser être un ami ou un allié. reveillez vous si vous aimez votre patrie. cette profession pourrait dailleurs n´être qu´un camouflage lui permettant de circuler librement. l´ambassadeur de la france néocolonialiste a effectivement d´autre occupation?.




    0



    0
    Djaffar
    21 octobre 2013 - 11 h 52 min

    La France tient certains
    La France tient certains responsables algériens grâce à leurs biens immobiliers et autres, leurs comptes en banques, leurs proches installés sur son territoire, etc.




    0



    0
    Adel
    21 octobre 2013 - 8 h 44 min

    Monsieur le journaliste,
    Monsieur le journaliste, quelle méprise pour le pays, en affirmant que notre pays est dans le flou, et qu’il navigue à vue. C’est typiquement une interrogation de quelqu’un qui a envie de distinguer. Ne voyez vous pas l’algérie en marche, que les algériens sont travailleurs, que les étrangers se bousculent pour demander des entrevues avec nos officiels, tous ceux qui viennent chez nous sont stupéfaits par le dynamisme de la société algérienne, notre armée est plus puissante que jamais, nos services de renseignement sont consulté par tout le monde, et vous osez écrire que mon pays est dans le flou. Hélas fafa a laissé des traces dans certains esprits tortueux.
    Non l’ambassadeur de france essaie d’amadouer les algériens qui sont les seuls capables de dire les 4 vérités à la france.




    0



    0
    selecto
    21 octobre 2013 - 0 h 43 min

    Boumedienne disait quand la
    Boumedienne disait quand la France m’applaudit c’est que je suis sur le mauvais chemin.
    Les Français ont déjà leur candidat pour 2014, si c’est pas Bouteflika se sera son candidat choisit.




    0



    0
    RAIS
    20 octobre 2013 - 21 h 59 min

    T’inquiète ya M SADEK A.Votre
    T’inquiète ya M SADEK A.Votre analyse botte carrement en touche .Laprès BOUTEFLIKA est déja conçu et son successeur fera de la continuité pour la sécurité du pays.Quant aux diplomates tatant le pouls de l’Algérie ils ne font que se casser les dents, l’Algérie est toujours debout et est restait debout même pendant la période difficile.




    0



    0
    Anonyme
    20 octobre 2013 - 20 h 41 min

    si le phénomène de la
    si le phénomène de la mondialisation a indubitablement détruit les frontières nationales il reste que les ÉTATS
    dont les institutions sont pérennes parce que bâtis démocratiquement ne souffrent d aucune tentative d ingérence
    étrangère de la part d autres États combien même ceux ci
    seraient d anciens occupants.IL convient de rappeler que pour ce qui concerne L ALGÉRIE le quotidien EL MOUDJAHID CE JOURNAL,servait a l ancien colonisateur d indicateur des frontières de souveraineté nationales a ne pas dépasser.
    .




    0



    0
    Horizon
    20 octobre 2013 - 19 h 56 min

    Salem Alikoum
    @ Msr Amine

    Salem Alikoum

    @ Msr Amine Sadek je ne crois absolument pas à votre analyse ou information venu je ne sais d’où.
    Avec ces gens la ,je parle des politiciens Français , la vérité est toujours ailleurs , mettez vous bien sa dans la tête.
    L’histoire avec un grand (H) est la pour en témoigner .
    Les multi-faces qu’ils portent sont leur jeux favori a chaque instant et constamment surtout envers les Algériens .
    Venez faire un petit tour en France pour constater de vos yeux et oreilles que les Algériens ne sont pas du tout aimés en comparaison aux marocains tunisiens et autres Africains.
    A leur yeux nous sommes des pestiférés.
    Vous les regarderez avec un autres regard , celui de l’hyper méfiance.
    A bon entendeur.
    Salem Alikoum




    0



    0
    citoyen karim
    20 octobre 2013 - 19 h 19 min

    Certains se posent la
    Certains se posent la question pourquoi le président français, François Hollande, a décoré le vendredi 27 septembre 2013, Missoum Sbih, de l’insigne de commandeur de la légion d’honneur, une décoration instituée par Napoléon Bonaparte.
    La réponse est dans la 1 mn 53 du reportage ci-dessous, tourné à l’hôpital militaire français des Invalides où apparaissait à l’écran le portrait officiel de… François Hollande.
    http://www.youtube.com/watch?v=CNdGpZYYvck




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.