OMC : le 12e round de négociations multilatérales début février 2014

Le président du groupe de travail chargé de l’accession de l’Algérie à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), Alberto D’Alotto, s’est engagé à programmer le 12e round de négociations multilatérales début février 2014, a-t-on appris aujourd’hui vendredi à Genève de source diplomatique. «M. D’Alotto s’est engagé, lors de l’audience que lui a accordée le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en visite de travail à Genève, dans le cadre de la signature d’un mémorandum d’entente avec l’Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (Unitar), pour la coopération avec le Groupe des 77 à tenir le 12e round de négociations début février 2014», a déclaré à l’agence de presse officielle APS cette source diplomatique. L’entretien entre les deux parties avait pour but d'«accélérer réellement l’accession de l’Algérie à l’OMC», a-t-on souligné, précisant que M. Sellal a insisté à ce que les négociations programmées en premier lieu avant la fin du mois de décembre 2013, «reprennent dans les plus brefs délais». Le Premier ministre a rappelé également à M. D’Alotto les «retards» enregistrés dans le rapport que devait présenter le secrétariat de l’OMC sur l’évolution du dossier entre l’Algérie et les Etats membres et de cette Organisation mondiale. Interrogée sur les raisons invoquées sur ce retard par le président du groupe de travail chargé de l’accession de l’Algérie à l’OMC, la même source a indiqué que M. D’Alotto a fait état de «questions administratives liées aux préparatifs de la 9e conférence ministérielle de l’Organisation, prévue du 3 au 6 décembre à Bali en Indonésie». Le ministre du Commerce, Mustapha Benbada, avait réitéré, en octobre dernier, la position de l'Algérie plaidant pour un «processus équitable» d'adhésion à l'OMC, soulignant que ce processus «doit tenir compte des disparités entre les pays en voie de développement». Le ministre avait appelé, dans ce contexte, à l'ouverture d'un dialogue «franc» sur le processus d'adhésion comme «meilleur moyen» de mener des réformes économiques dans les pays en voie de développement et pour une «meilleure intégration» dans l'économie mondiale».
R. E.
 

Comment (4)

    Fouadz
    30 novembre 2013 - 0 h 05 min

    A la différence du Conseil de
    A la différence du Conseil de Sécurité de l’ONU par exemple, ou cinq (05) Etats membres (USA-France-GB-Russie-Chine), font la pluie et le beau temps grace a leur droit de véto, l ‘OMC est la seule Oganisation Internationale qui fonctionne selon des regles exclusivement démocratiques entre ses 152 Etats membres.

    Néanmoins, le fait d’imposer a ses Etats membres trois (03) regles de base qui sont , 1/- la NON-DISCRIMINATION des dispositfs juridiques et réglementaires nationaux, .2/- la TRANSPARENCE de leurs mises en oeuvres. 3/- et le principe d’EQUIVALENCE pour un commerce loyal et équitable, ne pourront jamais arranger les interets mercantiles des corrumpus qui nous gouvernent.

    Sinon comment expliquer que deux années apres la création de cette Organisation (1994- Declaration de Marrakech devant compléter le GATT), l’Algérie dépose un Mémorandum d’adhésion (1996) et continue 17 ans après a discuter du fil a couper le beurre.

    Cette criminelle approche rentière, menée aux dépend des intérets nationaux risque de couter très très très chère a l’économique nationale dès la fin du Round de Doha, étant entendu qu’au prochain Round (après ceux de l’Urugay-Seattel et Doha) les hydrocarbures intégreront la corbeille des négociations ( geste qu’a voulu anticiper le sieur Chakib Khallil en 2006 en poussant Fakhamatou a légiférer par ordonnance sa célebre loi sur les hydrocarbures sans que nos incompétents députés de l’APN ne lèvent le p’tit doigt et fort heureusement retirée plus tard sous la pression de la Société civile).

    Ce scénario a été très bien compris par des pays comme la Russie et le KSA eu égard a leur récente adhésion malgré les quelques concessions nécesaires a l’effet de sauvegarder l’intéret national.

    Pauvre Algérie et vivement la 2ème République Algérienne gérée par d’authentiques et intègres algériens et algériennes.
    . . .




    0



    0
    Fouadz
    30 novembre 2013 - 0 h 05 min

    A la différence du Conseil de
    A la différence du Conseil de Sécurité de l’ONU par exemple, ou cinq (05) Etats membres (USA-France-GB-Russie-Chine), font la pluie et le beau temps grace a leur droit de véto, l ‘OMC est la seule Oganisation Internationale qui fonctionne selon des regles exclusivement démocratiques entre ses 152 Etats membres.

    Néanmoins, le fait d’imposer a ses Etats membres trois (03) regles de base qui sont , 1/- la NON-DISCRIMINATION des dispositfs juridiques et réglementaires nationaux, .2/- la TRANSPARENCE de leurs mises en oeuvres. 3/- et le principe d’EQUIVALENCE pour un commerce loyal et équitable, ne pourront jamais arranger les interets mercantiles des corrumpus qui nous gouvernent.

    Sinon comment expliquer que deux années apres la création de cette Organisation (1994- Declaration de Marrakech devant compléter le GATT), l’Algérie dépose un Mémorandum d’adhésion (1996) et continue 17 ans après a discuter du fil a couper le beurre.

    Cette criminelle approche rentière, menée aux dépend des intérets nationaux risque de couter très très très chère a l’économique nationale dès la fin du Round de Doha, étant entendu qu’au prochain Round (après ceux de l’Urugay-Seattel et Doha) les hydrocarbures intégreront la corbeille des négociations ( geste qu’a voulu anticiper le sieur Chakib Khallil en 2006 en poussant Fakhamatou a légiférer par ordonnance sa célebre loi sur les hydrocarbures sans que nos incompétents députés de l’APN ne lèvent le p’tit doigt et fort heureusement retirée plus tard sous la pression de la Société civile).

    Ce scénario a été très bien compris par des pays comme la Russie et le KSA eu égard a leur récente adhésion malgré les quelques concessions nécesaires a l’effet de sauvegarder l’intéret national.

    Pauvre Algérie et vivement la 2ème République Algérienne gérée par d’authentiques et intègres algériens et algériennes.
    . . .




    0



    0
    Adlane
    29 novembre 2013 - 14 h 55 min

    A voir le nombre de rounds
    A voir le nombre de rounds sas lendemain, on dirait que nos responsables se sont accommodés à ce genre de situations pour se faire bénéficier de frais de mission à l’étranger et ne pas bousculer les barons de l’import-import. Les non-dits de ces négociations xont plus forts que l’entrée de l’Algérie à l’OMC.




    0



    0
    Adlane
    29 novembre 2013 - 14 h 55 min

    A voir le nombre de rounds
    A voir le nombre de rounds sas lendemain, on dirait que nos responsables se sont accommodés à ce genre de situations pour se faire bénéficier de frais de mission à l’étranger et ne pas bousculer les barons de l’import-import. Les non-dits de ces négociations xont plus forts que l’entrée de l’Algérie à l’OMC.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.