Le gouvernement algérien rachète les actions du français BTK

Le gouvernement a décidé de racheter les parts du partenaire français BTK (Behm-Titan-Kaiser) dans le complexe industriel de montage de véhicules de Tiaret, pour non-respect des engagements pris lors de la signature du contrat avec la SNVI en 2006. Selon le ministre du Développement industriel et de la Promotion de l’investissement, Amara Benyounès, qui répondait à la question d’un député à l’Assemblée populaire nationale (APN), «la décision de reprendre ce complexe à travers le rachat des actions du partenaire français à leur valeur initiale est définitive». Cette décision intervient en raison du non-respect des engagements pris par le groupe français, après la fin des délais fixés, notamment pour la réalisation des investissements engagés et des programmes de production, ainsi que pour la création de postes d’emploi, en raison des difficultés financières que connaît ce groupe, a-t-il dit. L’accord de partenariat entre la Société nationale des véhicules industriels (SNVI) et le groupe français BTK, conclu par les deux parties, prévoyait la participation du groupe français à hauteur de 60% au capital de ce complexe spécialisé dans le montage et la commercialisation des carrosseries et des remorques. Le groupe français s’était engagé à investir 10 millions d’euros en cinq ans, satisfaire la demande locale, développer la stratégie d’exportation, s’assurer de la conformité des produits aux normes européennes et créer près de 250 nouveaux emplois, selon les précisions du ministre. Le complexe est en cours d’élaboration d’un programme d’investissement pour le développement des infrastructures industrielles et la formation des travailleurs, pour relever la production de 400 produits en 2012 à 1 000 en 2014, pour atteindre 1 500 en 2015. Il vise à réaliser un chiffre d’affaires estimé à 1,5 milliard de dinars en 2014 et 2,5 milliards de dinars en 2015, outre l’augmentation du nombre des travailleurs de 460 à plus de 1 000 en 2015, selon les chiffres avancés par le ministre.
M. Sassi
 

Comment (17)

    Ghost Tanker
    5 décembre 2013 - 13 h 05 min

    Bon peut -on passer a autre
    Bon peut -on passer a autre chose que de rachat de part de je ne sais quel entité (bras cassés et en faillite),
    faire des appels d’offre pour des partenaire polonais et autrichien voir asiatiques, au lieu qu’un ministre ne reponde
    a des interrogations c’est aux responsables projet et coordinateurs qui devront le faire,

    plus je ne lis pas les info Dz mieux je me porte au faite
    somme nous génétiquement programmé à l’absurdité

    la défaillance était évitables si les clauses du contrat étaient bien ficelées, par des avocats compétents en commerce et les chargés d’affaires.
    sur les deux lien ici bas on peut acheter des document d’analyse des bilans de l’entreprise (a défaut de CRE-DOC)

    http://dirigeant.societe.com/dirigeant/Emile.BEHM.14026601.html

    http://www.societe.com/societe/btk-786780320.html

    Merci incompétence de faire partie de notre code génétique




    0



    0
    Dr Sali
    4 décembre 2013 - 9 h 46 min

    TOUTES LES SOCITERS FRANCAISE
    TOUTES LES SOCITERS FRANCAISE EN FRANCE VONT TRES MAL ET AVEC LEURS SAVOIR PARLER A NOS IDIOTS DE RESPONSABLES LE VENT LES IMPORTES DANS LE VIDE,
    LES EUROPEENS LES PLUS SERIEUX CEST LES ALLEMENTS ,SUEDOIS ,FINLANDAIS ,NORVEGIENS,DANOIS,
    CA CEST DES TRAVAILLEURS ET DES GENTS SERIEUX POURQUOI IL VEULENT PAS VENIR CHEZ NOUS JE VAIS VOUS LE DIRE ,
    IL SON INCORUPTIBLE CEST POUR CELA IL NE SON PAS LES BIENVENUE EN ALGERIE.
    EXEMPLE UN GOSSE DE 5 ANS VOUS DIRAIS QUI EST LA MEILLEUR VOITURE UNE RENAULT OU UNE BMW.




    0



    0
    Dr Sali
    4 décembre 2013 - 9 h 46 min

    TOUTES LES SOCITERS FRANCAISE
    TOUTES LES SOCITERS FRANCAISE EN FRANCE VONT TRES MAL ET AVEC LEURS SAVOIR PARLER A NOS IDIOTS DE RESPONSABLES LE VENT LES IMPORTES DANS LE VIDE,
    LES EUROPEENS LES PLUS SERIEUX CEST LES ALLEMENTS ,SUEDOIS ,FINLANDAIS ,NORVEGIENS,DANOIS,
    CA CEST DES TRAVAILLEURS ET DES GENTS SERIEUX POURQUOI IL VEULENT PAS VENIR CHEZ NOUS JE VAIS VOUS LE DIRE ,
    IL SON INCORUPTIBLE CEST POUR CELA IL NE SON PAS LES BIENVENUE EN ALGERIE.
    EXEMPLE UN GOSSE DE 5 ANS VOUS DIRAIS QUI EST LA MEILLEUR VOITURE UNE RENAULT OU UNE BMW.




    0



    0
    Anonyme
    3 décembre 2013 - 20 h 17 min

    c est facile d acheter les
    c est facile d acheter les actions, mais etes vous capable de gerer l industrie?




    0



    0
    Anonyme
    3 décembre 2013 - 20 h 17 min

    c est facile d acheter les
    c est facile d acheter les actions, mais etes vous capable de gerer l industrie?




    0



    0
    momo
    3 décembre 2013 - 17 h 22 min

    Ne vous en faite pas, nous
    Ne vous en faite pas, nous serons gagnons plus tard. Cependant que l’on mette au niveau des décideurs à la vente de parts aux investisseurs étrangers des gens compétents, honnêtes et pas corruptibles.Et que les algériens à double nationalité et résidents à l’étranger soient soumis aux mêmes règles que les étrangers pour éviter les problèmes de prête nom.
    Autres choses suivre ces entreprises pour pour protéger notre pays:

    – Les importations
    – L’emploi d’étrangers (Quota limité au expert seulement)
    Enfin, voilà ce que je pense.




    0



    0
    momo
    3 décembre 2013 - 17 h 22 min

    Ne vous en faite pas, nous
    Ne vous en faite pas, nous serons gagnons plus tard. Cependant que l’on mette au niveau des décideurs à la vente de parts aux investisseurs étrangers des gens compétents, honnêtes et pas corruptibles.Et que les algériens à double nationalité et résidents à l’étranger soient soumis aux mêmes règles que les étrangers pour éviter les problèmes de prête nom.
    Autres choses suivre ces entreprises pour pour protéger notre pays:

    – Les importations
    – L’emploi d’étrangers (Quota limité au expert seulement)
    Enfin, voilà ce que je pense.




    0



    0
    bilal
    3 décembre 2013 - 12 h 54 min

    Un rachat des parts « au prix
    Un rachat des parts « au prix de la valeur initial » ?
    Encore un cadeau déguisé à la France, pour une société qui ne doit plus rien valoir et un refus des respects des engagements, aucune pénalités, rien!!!!




    0



    0
    bilal
    3 décembre 2013 - 12 h 54 min

    Un rachat des parts « au prix
    Un rachat des parts « au prix de la valeur initial » ?
    Encore un cadeau déguisé à la France, pour une société qui ne doit plus rien valoir et un refus des respects des engagements, aucune pénalités, rien!!!!




    0



    0
    Anonyme
    3 décembre 2013 - 9 h 55 min

    c’est le résultat d’une
    c’est le résultat d’une gestion « politique » de dossiers essentiellement techniques universellement traités selon des critères objectifs ;
    un grand dirigeant africain aurait dit que  » on dépense beaucoup d’énergie et de moyens pour se maintenir au pouvoir  »
    que coute ce maintien quand il s’agit de l’unique but ?




    0



    0
    Anonyme
    3 décembre 2013 - 9 h 55 min

    c’est le résultat d’une
    c’est le résultat d’une gestion « politique » de dossiers essentiellement techniques universellement traités selon des critères objectifs ;
    un grand dirigeant africain aurait dit que  » on dépense beaucoup d’énergie et de moyens pour se maintenir au pouvoir  »
    que coute ce maintien quand il s’agit de l’unique but ?




    0



    0
    selecto
    3 décembre 2013 - 9 h 26 min

    Des entreprises françaises en
    Des entreprises françaises en faillites se préparent à envahir l’Algérie, regardez les vas et viens entre Paris et Alger de ces dernières semaines et les séminaires qui se préparent.
    Le quatrième mandat n’est pas étranger à ces mouvements suspects.




    0



    0
    selecto
    3 décembre 2013 - 9 h 26 min

    Des entreprises françaises en
    Des entreprises françaises en faillites se préparent à envahir l’Algérie, regardez les vas et viens entre Paris et Alger de ces dernières semaines et les séminaires qui se préparent.
    Le quatrième mandat n’est pas étranger à ces mouvements suspects.




    0



    0
    00213
    3 décembre 2013 - 8 h 40 min

    La course à lèche des
    La course à lèche des investisseurs étrangers initiée par le gouvernement, n’est qu’une conséquence de la destruction de notre enseignement.
    Eh oui pendant que nos étudiants crient « one two three viva l’Algérie », certaines universités d’Afrique du Sud (en Afrique !) sont à un stade très avancé de projet en production d’énergie nucléaire.
    Eh oui le foot est l’opium du peuple, et au vu des conditions désastreuses dans lesquelles ils étudient, on peut comprendre qu’ils aient besoin de se shooter.
    .
    Au final notre extrême pauvreté intellectuelle nous amène à nous lier avec des partenaires les plus douteux.
    Comme le groupe BTK dont les prévisions économiques étaient peu reluisantes.
    Il a profité intelligemment du carnet de commande de marché publique de la SNVI, pour renflouer les caisses sans avoir à dégainer grand chose.
    Les commissions étatiques censées étudier ces dysfonctionnement ont été une fois de plus incompétente.
    Mais cette fois incompétence est tellement poussée que ça sent la tchipa à plein nez !
    Cela ne m’étonnerais pas que dans la joint-venture, la sous-traitance ou les prestataires de service on retrouve une entreprise avec des capitaux d’un haut personnage politique (ou militaire), qui a allégrement profité en annexe des juteux contrats signés.
    .
    Pour ce qui est du transfert de compétence et l’intégration locale, on peut toujours aller se faire voir…
    Pourquoi voulez vous qu’un groupe comme BTK aille dans ce sens puisque sans investir un euro, il vendra ses remorques par le biais d’un importateur (associé à une grosse tête).
    Malheureusement, l’emploi que l’on supprime chez nous, est créé dans un autre pays et les bénéfices qui s’en dégagent avec.
    .
    Cependant il est très important de souligner que l’usine de Tiaret était un gouffre financier au vu de la compétitivité moribonde.
    Les ouvriers étant plus enclin à revendiquer le moindre dinar qu’à travailler sérieusement.
    Quant au responsable locaux, ils ont tout fait pour bloquer les différents agréments bureaucratiques nécessaires à l’évolution de la production industrielle, en espérant gratter quelque chose au français.
    Au final cet exemple résume toute l’économie algérienne tiraillée entre des opportunistes, des voleurs des incompétents et des fainéants.
    Une politique économique basée sur les effets d’annonce et les chiffres sans fondements.




    0



    0
    00213
    3 décembre 2013 - 8 h 40 min

    La course à lèche des
    La course à lèche des investisseurs étrangers initiée par le gouvernement, n’est qu’une conséquence de la destruction de notre enseignement.
    Eh oui pendant que nos étudiants crient « one two three viva l’Algérie », certaines universités d’Afrique du Sud (en Afrique !) sont à un stade très avancé de projet en production d’énergie nucléaire.
    Eh oui le foot est l’opium du peuple, et au vu des conditions désastreuses dans lesquelles ils étudient, on peut comprendre qu’ils aient besoin de se shooter.
    .
    Au final notre extrême pauvreté intellectuelle nous amène à nous lier avec des partenaires les plus douteux.
    Comme le groupe BTK dont les prévisions économiques étaient peu reluisantes.
    Il a profité intelligemment du carnet de commande de marché publique de la SNVI, pour renflouer les caisses sans avoir à dégainer grand chose.
    Les commissions étatiques censées étudier ces dysfonctionnement ont été une fois de plus incompétente.
    Mais cette fois incompétence est tellement poussée que ça sent la tchipa à plein nez !
    Cela ne m’étonnerais pas que dans la joint-venture, la sous-traitance ou les prestataires de service on retrouve une entreprise avec des capitaux d’un haut personnage politique (ou militaire), qui a allégrement profité en annexe des juteux contrats signés.
    .
    Pour ce qui est du transfert de compétence et l’intégration locale, on peut toujours aller se faire voir…
    Pourquoi voulez vous qu’un groupe comme BTK aille dans ce sens puisque sans investir un euro, il vendra ses remorques par le biais d’un importateur (associé à une grosse tête).
    Malheureusement, l’emploi que l’on supprime chez nous, est créé dans un autre pays et les bénéfices qui s’en dégagent avec.
    .
    Cependant il est très important de souligner que l’usine de Tiaret était un gouffre financier au vu de la compétitivité moribonde.
    Les ouvriers étant plus enclin à revendiquer le moindre dinar qu’à travailler sérieusement.
    Quant au responsable locaux, ils ont tout fait pour bloquer les différents agréments bureaucratiques nécessaires à l’évolution de la production industrielle, en espérant gratter quelque chose au français.
    Au final cet exemple résume toute l’économie algérienne tiraillée entre des opportunistes, des voleurs des incompétents et des fainéants.
    Une politique économique basée sur les effets d’annonce et les chiffres sans fondements.




    0



    0
    Hankou
    3 décembre 2013 - 7 h 09 min

    Je crois que vous melangez
    Je crois que vous melangez vos pinceaux. Le partenaire francais se desengage tout comme Michelin.




    0



    0
    Hankou
    3 décembre 2013 - 7 h 09 min

    Je crois que vous melangez
    Je crois que vous melangez vos pinceaux. Le partenaire francais se desengage tout comme Michelin.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.