Gouvernement parallèle ?

Par Kamel Moulfi – Après son élection à la présidence du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Ali Haddad, patron de l’ETRHB, n’est pas allé par trente-six chemins. Il a pris langue directement, dans leurs bureaux, avec les ministres. Une rupture de style par rapport à son prédécesseur qui ne laisse aucun doute sur l’influence qu’il veut exercer sur le gouvernement et, évidemment, sur la politique économique du pays et surtout les décisions qui en découlent. Réda Hamiani s’adressait aux ministres, indirectement, à travers des communiqués signés par le FCE ou des interviews dans la presse et des entretiens à la radio, et il attendait dans son bureau que la réplique lui parvienne par la même voie, c'est-à-dire les médias qui recueillaient les petites phrases des membres du gouvernement, en marge d’une séance au Parlement ou à la faveur d’une sortie sur le terrain. Avec le patron de l’ETRHB, les choses ne se passent pas de la même façon. Il avait annoncé la couleur avant son intronisation à la tête du FCE, comme le rappelle notre article, en ramenant pas moins de dix ministres écouter son discours électoral dans un grand hôtel à Alger. Ensuite, il a été reçu par plusieurs membres du gouvernement qui lui ont ouvert les portes de leur ministère avec une facilité déconcertante. L’ambition de l’homme d’affaires est évidente : contrôler la vie économique du pays et, comme les affaires ne s’embarrassent pas d’éthique, pourquoi ne pas en faire bénéficier son Groupe. La rencontre avec le ministre des Travaux publics est significative à cet égard. Elle a eu pour résultats une commission mixte dans laquelle siégera Ali Haddad et la promesse qu’il sera consulté sur ce que fera le ministère. L’efficacité de la méthode appliquée par le président du FCE est bien résumée dans ce raccourci d’un confrère : «Haddad parle, Ghoul confirme.» Pour la partie économique, du moins, on est bien devant une sorte de gouvernement parallèle. Bouchouareb, ministre de l’Industrie et des Mines, qui rencontre Haddad aujourd’hui, va-t-il le contredire ?
K. M.

Comment (15)

    New kid
    27 janvier 2015 - 18 h 49 min

    L’Algérie a son marché «
    L’Algérie a son marché « parallèle » pourquoi pas un gouvernement parallèle !
    On n’ajoute plus d’eau au lait, mais on ajoute du caoutchouc au goudron pour l’étendre sur une plus grande surface, ainsi les poules feront leurs nids.
    En fait comme la multitude de partis créés, on jette des pavés dans la marre afin de troubler l’eau. Si ce ne sont les poissons qui prendront la fuite se seront les ministres qui recevront leurs absolutions avant de partir.




    0



    0
    Anonyme
    27 janvier 2015 - 17 h 08 min

    Selon « spartacus », les seuls
    Selon « spartacus », les seuls qui peuvent sauver l’algérie « c’est les kabyles, les gents du sud et l’algérois. TOZ TOZ ET TOZ ALIK PAUVRE CON. c’est comme ça que tu penses libérer le pays?




    0



    0
    Anonyme
    27 janvier 2015 - 17 h 00 min

    @Par spartacus d (non
    @Par spartacus d (non vérifié) | 27. janvier 2015 – 14:53

    Exactement, il est temps d’ occuper les rues.
    Lisez El-Watan, on importe même du grava

    bande de voyous




    0



    0
    SIDI MAKHLOUF
    27 janvier 2015 - 14 h 18 min

    Connait-on au moins le CV de
    Connait-on au moins le CV de cet obscure personnage?D’où sort-il?D’où vient-il?Notre pays est tombé bien bas,en balisant le chemin à n’importe qui. A DAWLA KHABITHA WA CHAAB MOUNAFAQ;




    0



    0
    spartacus d
    27 janvier 2015 - 13 h 53 min

    Les commentaires ne
    Les commentaires ne résoudront rien passant à l’action il faut agir l’Algérie est corrompus jusqu’à l’os les seuls qui peuvent bouger les choses sont la kabylie le sud et l’Algérois il faut s’unir pour sauvé notre pays des prédateurs qui ont ruiner notre pays bon courage




    0



    0
    New kid
    27 janvier 2015 - 12 h 17 min

    Quand les polichinelles
    Quand les polichinelles surpassent les fantoches, le maitre « puppeteer” se considère comme l’illusionniste ou le magicien du siècle. Ne doit-il pas passer le test d’Houdini ?




    0



    0
    Anonyme
    27 janvier 2015 - 12 h 12 min

    Comment est-on passé de
    Comment est-on passé de Hamiani à ça ?




    0



    0
    Anonyme
    27 janvier 2015 - 12 h 09 min

    Exit l’ancien chef du FCE
    Exit l’ancien chef du FCE bonjour la génération des corrompus et des incultes, Mon Dieu quel désastre!
    Il nous faut une révolution ou on est mort!




    0



    0
    Anonyme
    27 janvier 2015 - 11 h 07 min

    Où allons nous? Le monde à l
    Où allons nous? Le monde à l envers,un type qui devrait être mis en prison pour mise en danger d autrui ,oriente la politique économique de notre pays?
    N y a t il pas des hommes capables de contrecarrer l action de ses commanditaires en coulisses qui continuent à ruiner le pays?
    Avec un baril à 35 dollars le sieur ne pense qu à créer des compagnies d aviation privees et importer des chrislers?
    C est vrai que la majorité du peuple est milliardaire ,comme ses voleurs,n importe quoi!!!!!




    0



    0
    Rabah
    27 janvier 2015 - 10 h 26 min

    Après le président fantôme,
    Après le président fantôme, le gouvernement fantôme ?




    0



    0
    Mohamed l'Algérien
    27 janvier 2015 - 10 h 24 min

    Le clan présidentiel, notre

    Le clan présidentiel, notre « deach », comme l’a déjà écrit un grand journal Algérien, est la source du malheur du peuple Algérien.
    Le clan présidentiel, institutionnalise maintenant l’inversion des valeurs après la corruption et l’impunité.

    Haddad, l’homme de main de saïd Bouteflika devient président de la FCE. Et saadani, un proche du clan présidentiel, un condamné à la prison ferme officiellement, par la justice,comme l’ont rapportés plusieurs journaux Algériens, devient chef du FLN alibi.

    Les valeurs sont effectivement inversées maintenant en Algérie. D’habitude c’est l’âne qui porte le maître. En Algérie, c’est le maître qui porte l’âne et on pense avec la tête de l’âne.

    L’Algérie est vraiment au fond du caniveau.




    0



    0
    Abou Stroff
    27 janvier 2015 - 9 h 55 min

    un seul commentaire: nous
    un seul commentaire: nous sommes en pleine déchéance et à ceux qui ne me croient pas, qu’ils cliquent sur le lien suivant: https://www.youtube.com/watch?v=rYD81X9lS5M
    admirez l’élocution, la prononciation, la syntaxe, la maitrise des langues, etc.
    et dire qu’avec ce niveau déplorable (remarquez qu’il n’arrive pas à prononcer le é, un bêta arabisant sorti tout tordu des écuries benbouzidiennes?)), l’énergumène trouve le moyen de s’imposer en tant que chef des « patrons » (toz toz)et de convoquer des « ministres » (re-toz toz) pour diskiti de la boulitique icounoumik de l’algérie.




    0



    0
    Rabah
    27 janvier 2015 - 9 h 43 min

    M. Ali Haddad, président du
    M. Ali Haddad, président du groupe ETRHB, travaux publics et bâtiment et nouveau président du Forum des Chefs d’Entreprises, FCE, serait le véritable premier ministre, comme son alter ego, Said Bouteflika, serait le véritable président de la République.
    Comme l’a dit M. Sid Ahmed Ghozali : » L’Algérie est le pays au monde où celui qui décide n’est pas responsable et celui qui est responsable ne décide pas ».




    0



    0
    Castor
    27 janvier 2015 - 9 h 09 min

    Il ya plusieurs états dans
    Il ya plusieurs états dans dans cette algerie meurtrie espérons que l étincelle arrivera très vite avec ces gens comme haddad ce nouveau Khalifa ( golde Boy ) yen a mergique au l’uturute de rendre des comptes le voilà qu’il convoque des ministres c est un deuxième premier ministre il faut de l’ombre au fakakir gaz de couche oh mon Dieu que c’est triste l algerie est un compost très dangereux qui risque l explosion ou ce matin il parle de graines combien consomme le peuple en une année ah ça fait mal très mal une autoroute ( 16 milliards de $ ) non fini avec des nids de poules partout pur produit haddad ce clown milliardaire sui acheté une cheminé privée pour celui par qui le malheur arriva …




    0



    0
    kahina
    27 janvier 2015 - 9 h 02 min

    L’Algérie est devenue un

    L’Algérie est devenue un grand souk. Même les édifices de l’État ne sont pas respectés.
    Incroyable, même l’ANP reste immobile devant ce carnaval fi EL_MOURADIA et Fi la présidence.
    On assiste à un vrai Carnaval.

    GHOUL va donner une autre portion de goudron à ce petit HADDAD pour que l’autoroute tue plus d’Algériens. Ce n’est pas encore assez.

    Encore une fois: Y’a t-il quelqu’un pour sauver ce pauvre pays qui saigne.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.