Le témoin Kahn

Par Karim Bouali – Les efforts engagés aveuglément par certains milieux en France pour impliquer les forces de sécurité algériennes dans l’acte terroriste commis par le GIA, en 1996, qui avait coûté la vie aux sept moines de Tibhirine, sont sans doute les plus significatifs, en quelque sorte l’apogée, de la campagne du «qui tue qui» dont l’objectif volontaire ou non était d’innocenter les criminels et de salir l’Algérie qui les combattait au prix de très lourds sacrifices humains. Tout récemment, dans le contexte de la tuerie qui a visé la rédaction de Charlie Hebdo, un rappel très opportun a été fait, à partir de son poste d’observation médiatique privilégié, par le journaliste Jean-François Kahn, à propos du comportement irresponsable des médias français, Libération en tête. Il a montré comment, durant la décennie 1990, ces médias ont pris fait et cause pour les terroristes contre les «éradicateurs», entendre par là les démocrates et patriotes algériens qui soutenaient et, pour nombre d’entre eux, combattaient aux côtés des forces de sécurité contre cette hydre qui a étendu aujourd’hui ses tentacules partout dans le monde. Voici ce qu’écrit l’ancien directeur de Marianne, dans son analyse publiée dans le dernier numéro du magazine (du 16 au 22 janvier 2015) : «Faut-il rappeler cette période terrible où l’Algérie étant en butte aux atrocités commises par ceux dont les auteurs du carnage de Charlie Hebdo sont les héritiers, toute une fraction des médias français se déchaîna non contre les "barbares", mais contre ceux qui tentaient de leur tenir tête ? Souvenons-nous donc : ce n’étaient pas les fanatiques allumés du GIA qui tuaient, massacraient, exterminaient femmes, enfants, vieillards, non, non, c’étaient leurs adversaires… Des témoins de leurs épouvantables agissements, scandalisés par ce déni, envoyaient des délégations à Paris pour dire le vrai. On refusait de les recevoir. Des civils épouvantés dont on avait égorgé les proches, des démocrates, des laïcs, des patriotes, souvent issus de mouvances de gauche, à la suite de tueries, se regroupaient et constituaient des milices d’autodéfense, ce sont eux et non les islamistes qu’une journaliste de Libération fustigeait et désignait comme les fauteurs de guerre. Les tueurs étaient des "rebelles", ce qui est noble, ceux qui appelaient à les combattre étaient des "éradicateurs"». Jean-François Kahn assimile un tel comportement à une «trahison». S’adressant aux Français, il poursuit : «On sortait de temps à autre du chapeau des "officiers déserteurs" qui affirmaient qu’en effet, ce n’étaient pas des islamistes qui tuaient. Gros titre à la une assuré. Or, on découvrit, à l’occasion des attentats de Londres, que c’étaient tous des faux témoins, des militants islamistes radicaux à qui l’organisation avait demandé de jouer ce rôle. Les lecteurs (ou auditeurs) français n’en furent pas avertis.» Des Jean-François Kahn, il en faudra des centaines pour que les Occidentaux comprennent enfin. Encore faut-il qu’ils se départissent de leur mauvaise foi et se libèrent de leur peur.
K. B.

Comment (8)

    Anonyme
    9 février 2015 - 19 h 47 min

    Je dirais que la France ne
    Je dirais que la France ne nous aimera jamais, pour plusieurs raisons,
    – D’abord ceux qui commande la France ne sont pas de vrai Français, pour la plus part descendent des Juifs, et les vrais français sont rares ou très peu.
    – Le lobby juif est très important il dirige les banques et l’ensemble du système d’information ce qui veut dire qu’il est rare que les médias français se mettront aux cotés de l’Algérie
    – La France veut devenir le leader au Maghreb pour des raisons économiques à cause de son sous-sol.
    Elle mettra tout en œuvre pour imploser notre pays comme elle l’a fait en 1988 et actuellement avec la Libye, et nous devons être très vigilent pour ne pas sombrer dans des conflits internes….




    0



    0
    Anonyme
    8 février 2015 - 17 h 50 min

    les pouvoirs en france sont
    les pouvoirs en france sont et resteront ennemis de l’algerie parce que sionistes. notre pays n’a pas fini de les combattre.alors toujours vigilance.
    .




    0



    0
    Anonyme
    8 février 2015 - 15 h 55 min

    Nous n’avons besoin ni de
    Nous n’avons besoin ni de Khan, ni des médias français honnêtes, ni des médias torchons français anti algériens, ou leurs complices les saloperies de torchons marocains anti algériens, pour savoir qui étaient les vrais criminels du peuple algérien, les algériens savent qui sont leurs criminels bourreaux c’est pour cela qu’il a pris les armes et plusieurs centaines d’entre eux se sont organisés en milices pour prêter mains fortes aux forces armées populaires algériennes issues de la matrice du peuple algérien, le peuple sait que ce sont les terroristes islamistes, les mêmes qui endeuillent plusieurs pays musulmans dans le monde, des terroristes soutenus par l’occident, les bédouins de la péninsule arabiques leur principaux financiers, les Usa, la France et le Maroc en tête, qui armaient, soutenaient sans ambage les terroristes islamistes formés en Afghanistan et au Pakistan par le Mossad, par la CIA, les forces occultes, les services secrets européens. C’est exactement ce que vit la Syrie actuellement, Assa a été accusé d’être le bourreau de son peuple, alors que les vrais bourreaux du peuple syriens se sont dévoilés ils s’appellent DAESH, El Qaida, le nosra etc….. Nos ennmis ont soutenu le terrorisme en Algérie, mais ce terrorisme a été mis à terre par le peuple et son armée.




    0



    0
    qu'importe
    8 février 2015 - 14 h 51 min

    Au jour d’aujourd’hui il est
    Au jour d’aujourd’hui il est grand temps pour les Algériens de faire le bilan de la presse française par rapport à l’histoire de l’Algérie , les événements qui se succèdent ont fait tomber ses masques de libre , de démocratique ,d’indépendante, d’incorruptibilité .




    0



    0
    Anonyme
    8 février 2015 - 14 h 06 min

    LES REMOUS DE CONSCIENCE
    LES REMOUS DE CONSCIENCE




    0



    0
    Hakim
    8 février 2015 - 13 h 48 min

    JF KHAN serait plus crédible
    JF KHAN serait plus crédible encore lorsqu’il affirmera et dénoncera les médias Français qui continuent à donner du sens « à qui tue qui »en Syrie !
    Ces médias qui ne diabolisent que Bachar El Assad oubliant volontairement les massacres perpétrés par ces criminels et barbares qui se disent « islamistes »




    0



    0
    Abou Stroff
    8 février 2015 - 13 h 24 min

    et maintenant, avec la loi
    et maintenant, avec la loi d’amnésie générale de notre bienaimé fakhamatouhou national, ne peut on pas avancer que les seuls vrais perdants de la soi disant tragédie nationale sont les algériens lambda et uniquement les algériens lambda? en effet, si on remarque que les dirigeants de la marabunta qui nous gouverne, bien protégés et envoyant au feu de pauvres bougres n’ayant pas assez de piston pour se soustraire à la lutte anti-terroriste ont rarement eu affaire à la vermine islamiste et si on remarque que les dirigeants de la vermine islamiste, jouant aux opposants au pouvoir en place tout en se gardant de prendre eux-mêmes les armes mais en envoyant au feu de pauvres bougres à la cervelle d’oiseau issus des « milieux défavorisés » sont sortis indemnes de la soi disant décennie noire, on peut conclure,sans risque d’être contredit, que les grands gagnants de la soi disant tragédie nationale sont d’une part les dirigeants de la marabunta qui nous gouverne qui se sont enrichis grâce à divers trafics et les dirigeants de la vermine islamiste qui se sont enrichis grâce au racket auquel ils se sont adonnés durant la période noire (plus la prime d’installation que leur a octroyé kouider grâce à l’héritage qu’il a reçut de papah.
    moralité de l’histoire: les algériens lambda ont été les dindons de la farce et ils le sont encore puisque la marabunta qui nous gouverne et la vermine islamiste se sont entendus et s’entendent comme deux larrons en foire sur le dos des abrutis que nous sommes




    0



    0
    New kid
    8 février 2015 - 11 h 24 min

    La réponse a la question de «
    La réponse a la question de « qui arme qui ?» est beaucoup plus pertinente de « qui tue qui » ! La presse française n’a qu’a simplement poser la question au père François et à son prédécesseur le grand Sarko pour répondre aux enclaves que sont devenues la Libye et la Syrie.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.