Affaire Sonatrach 1 : Slimane Ghezli enfonce Belkacem Boumediene

Le témoin Ghezli Slimane, membre de la commission technique chargée de l'élaboration des cahiers des charges pour le système de surveillance électronique des installations de Sonatrach, a affirmé que les données relatives à ce marché n'ont pas été publiées dans le bulletin des appels d'offres du secteur de l'énergie et des mines (BAOSEM) sur ordre de l'accusé Belkacem Boumediene, alors vice-président chargé des activités en amont. Belkacem Boumediene a ordonné de ne pas publier les données du marché dans le BAOSEM vu le caractère sécuritaire, confidentiel et urgent du projet, a soutenu, lors de la 15e séance du procès de l'affaire Sonatrach 1, le témoin qui était également membre du comité commercial dudit projet. A une interrogation du juge Mohamed Reggad, président du tribunal criminel d'Alger, sur la partie responsable de la publication dans le BAOSEM qui est le bulletin du secteur des hydrocarbures pour les appels d'offres ouverts, le témoin Ghazli a indiqué qu'il s'agissait du maître d'ouvrage et de la direction des affaires juridiques. A une autre question de savoir pourquoi certaines parties du projet ont été attribuées au gré à gré avant de faire l'objet d'un avis d'appels d'offres international ouvert, le témoin s'est défendu de toute implication dans ces procédés. «Après l'attribution de 13 installations et bases de vie relevant de Sonatrach à Contel Funkwerk pour les connecter au système de surveillance électronique, j'ai comparé entre les offres financières de deux autres sociétés et relevé une augmentation du seuil financier de l'offre de Funkwerk par rapport à ses concurrents», a encore révélé Ghezli Slimane. Il a ajouté en avoir informé Belkacem Boumediene ainsi que le PDG de Sonatrach, Mohamed Meziane, lequel lui aurait donné instruction d'entrer en négociation avec le groupe allemand afin qu'il réduise son offre financière. Ghezli Slimane a affirmé que l'étude comparative qu'il a menée s'est faite sur la base de l'offre financière avant de répondre aux questions de la défense de la partie civile sur la supériorité de l'offre technique de Contel Funkwerk par rapport aux autres. L'offre, a-t-il dit, était effectivement différente et très avantageuse pour le groupe qui a remporté le marché bien que les autres étaient conformes au cahier des charges relatif au projet. Elles convergeaient toutes vers un seul objectif, celui de sécuriser les installations de Sonatrach contre toute menace d'intrusion. La défense de l'accusé Belkacem Boumediene a obtenu du témoin l'affirmation que la consultation limitée pour le projet ne concernait pas le soumissionnaire le moins disant. Des témoins auditionnés en séance du matin sont revenus sur les modalités d'élaboration des cahiers des charges. Le procès de l'affaire Sonatrach 1 dans laquelle sont impliquées 19 personnes, dont de hauts responsables et des entreprises étrangères et nationales, pour corruption a repris depuis 15 jours au niveau du tribunal criminel d'Alger. Les trois derniers jours ont été consacrés à l'audition des témoins.
R. N.
 

Pas de commentaires! Soyez le premier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.