Sale besogne accomplie

Par Rabah Toubal – La reconquête de Kobani, Ramadi, Tikrit et Palmyre, plus récemment, respectivement par les troupes kurdes, irakiennes et syriennes et leurs alliés, aidés par les frappes aériennes de la coalition occidentale et de la Russie, annoncerait, selon certains observateurs avertis, le début de la fin de Daech. Cette nébuleuse terroriste islamiste, apparue avec force sur les scènes irakienne et syrienne, a été subitement vaincue ou – disons plutôt – a accompli la mission qui lui a été assignée, c’est-à-dire détruire l'Irak et la Syrie afin que ces deux pays ne puissent plus constituer un danger ou une menace pour Israël. Les hésitations et autres tergiversations calculées des Etats-Unis notamment, dont on dit que Daech en serait la création(*), ont permis à cette organisation terroriste et aux autres groupes armés islamistes, ouvertement soutenus par l'Arabie Saoudite, le Qatar, les Emirats arabes unis et la Turquie, entre autres, d'avancer considérablement dans la réalisation de leur œuvre macabre. En effet, avant Daech, le GIA, le GSPC et Al-Qaïda notamment avaient disparu aussitôt leur feuille de route réalisée totalement ou partiellement, en Algérie, en Afghanistan et ailleurs. Ce sera certainement aussi le cas de Boko Haram et des Shebab, qui opèrent essentiellement en Afrique de l'Ouest et de l'Est. Les théories fumeuses du «choc des civilisations», du «Grand Moyen-Orient» et du «printemps arabe» constituent le cadre et la couverture philosophique de l'action satanique de ces groupes, financés par l'Arabie Saoudite et ses alliés du Golfe, et armés par les Etats Unis et d'autres puissances occidentales. Dans trois à cinq ans, Daech devrait disparaître des scènes irakienne, syrienne et même en Libye où il s'installe puissamment. L’ancienne Jamahiriya constitue un véritable vivier pour les groupes terroristes islamistes ainsi qu'un champ d'action idéal pour les différents services de sécurité, actuellement. Il resterait peut-être à Daech une dernière mission à accomplir dans les pays voisins de l'est, de l'ouest et du sud de la Libye, rendus extrêmement vulnérables par leur gestion désastreuse par des pouvoirs illégitimes, enlisés dans des problèmes inextricables.
R. T.
(*) Le dernier, après plusieurs autres personnalités de l'administration civile et militaire américaine, à avoir évoqué ce lien, a été Robert F. Kennedy Jr., neveu de J.-F. Kennedy, dans un article intitulé Pourquoi les Arabes ne veulent pas de nous en Syrie, paru dans l'édition du 22 février 2016 du magazine américain Politico.Cet article a été traduit avec la permission de son auteur et commenté de l'anglais au français par avec la permission de l'auteur, par Amir Nour, chercheur algérien en relations internationales, auteur du livre L'Orient et l'Occident à l'heure d'un nouveau Sykes Picot,paru aux éditions Alem El-Afkar, en septembre 2014.

Lire l’article de Robert F. Kennedy Jr.

Comment (12)

    anonyme
    30 mars 2016 - 11 h 09 min

    en algérien « moderne » Kobané
    en algérien « moderne » Kobané se dit kobaniii, eh oui l’arabétisation a fabriqué des serial « i »eurs ou des sarial « é »eurs, selon que le mot comprenne un i ou un e et à l’inverse bien entendu de la prononciation normale! une prononciation inaudible qui témoigne automatiquement du milieu d’extraction du locuteur… autre exemple l’algérie se dit l’aljiri ou l’algéré.
    attention ce phénomène est contagieux!




    0



    0
    Zagor
    30 mars 2016 - 10 h 59 min

    Enfin, M. Toubal commence à y
    Enfin, M. Toubal commence à y voir plus clair après des années d’errance car il n’a jamais saisi le sens de la résistance acharnée de la Syrie face à ses ennemis de longue date.




    0



    0
    Mahmoudi
    29 mars 2016 - 16 h 38 min

    J’ai lu personnellement
    J’ai lu personnellement l’excellent livre de M. Amir Nour. Je le trouve très instructif en raison des informations et des analyses pertinentes qu’il contient. Le professionnalisme de l’auteur est clair et net. Un grand merci aussi à M. Nour pour la traduction de l’article de Kennedy qui met le doigt sur la question de Daech et des ses créateurs, qui l’utilisent contre le monde arabe pour s’accaparer de ses richesses et des ses immenses territoires. Le plan est diabolique.




    0



    0
    Anonyme
    29 mars 2016 - 14 h 25 min

    Merci à Algérie Patriotique
    Merci à Algérie Patriotique et à M. Lyes Oukane pour ces précieuses informations.




    0



    0
    Lyes Oukane
    29 mars 2016 - 12 h 09 min

    @ anonyme de 9h45
    Tu peux

    @ anonyme de 9h45

    Tu peux commander ce livre dans toutes les librairies françaises .

    Voici son ISBN : 978-9931-712-94-8

    Pour ce qui est de l’Algérie son ISBN est BOONLWHDI
    et son éditeur est Alem El Afkar .

    Bonne lecture .




    0



    0
    DZDZ
    29 mars 2016 - 12 h 00 min

    VIVE POUTINE
    VIVE L’ARMÉE

    VIVE POUTINE
    VIVE L’ARMÉE RUSSE




    0



    0
    kahina
    29 mars 2016 - 11 h 59 min

    L’occident et ses larmes de

    L’occident et ses larmes de crocodile pour Palmyre.

    Quand palmyre a été perquisitionnée par LEUR DAECH, l’occident faisait semblant de crier au secours en disant que l’histoire de l’humanité est en danger.
    Quand L’armée Syrienne épaulée par les RUSSES a libéré PALMYRE des griffe de DAECH…L’OCCIDENT a perdu la voie…Aucun signe de JOIE pour la récupération de l’histoire de l’humanité.

    EN tout cas:
    Merci La Syrie et un GRAND Merci à LA RUSSIE pour ce travail accompli.




    0



    0
    Anonyme
    29 mars 2016 - 11 h 22 min

    Sionisme est un danger pour
    Sionisme est un danger pour le monde.
    Les sionistes et leurs allies sont des manipulateurs et tout ça est connu depuis…………..




    0



    0
    TheBraiN
    29 mars 2016 - 10 h 31 min

    L’intervention Russe , due à
    L’intervention Russe , due à une parfaite compréhension de la complexe situation politique internationale et , surtout, aux différents tenants et aboutissants des complots occidentaux et sionistes , a complètement fait basculer le cours des évènements !




    0



    0
    Abou Stroff
    29 mars 2016 - 8 h 46 min

    « Les théories fumeuses du
    « Les théories fumeuses du «choc des civilisations», du «Grand Moyen-Orient» et du «printemps arabe» constituent le cadre et la couverture philosophique de l’action satanique de ces groupes, financés par l’Arabie Saoudite et ses alliés du Golfe, et armés par les Etats Unis et d’autres puissances occidentales. » dixit R. T..
    que les histoires de « choc des civilisations » ou du printemps arabes, soient qualifiées de théories fumeuses ou de fumisteries, je n’en disconviens pas. cependant, je ne crois nullement que la « vision futuriste » que propose « le grand moyen-orient » soit une simple vue de l’esprit, bien au contraire.
    en fait, je pense, que le plan du grand moyen orient qui repose essentiellement sur le « plan yinon »(1982) est le cadre le plus pertinent pour expliquer les évènements auxquels font face les pays dits arabo-musulmans (de l’atlantique au golfe arabique).
    en effet, l’islamisme, comme sous-produits de l’islam, est une idéologie qui sert, en premier lieu, des systèmes archaïques représentant des mondes anciens (les régimes arabes actuels, en particulier) qui ne veulent pas mourir (certains idéologues religieux n’ont-ils pas l’outrecuidance d’appeler à la restauration du califat?).
    en outre, l’impérialisme (comme dynamique du capital financier mondial), le sionisme (comme idéologie coloniale) et l’islamisme (comme idéologie d’un monde ancien qui ne veut pas mourir) ont objectivement et subjectivement des intérêts convergents, pour ne pas dire identiques.
    – en effet, l’islamisme sert, en plus de servir les intérêts de couches sociales archaïques indigènes, l’impérialisme dans la mesure où les intérêts bien compris du capital financier mondial, fraction dominante du moment du capital mondial, requièrent un monde sans frontières (composé de micro-états vassaux, les régimes archaïques du moyen-orient, par exemple) où les capitaux peuvent se mouvoir à la recherche de retours sur investissements optimaux. l’islamisme, portés par des couches sociales archaïques (voir les états archaïques du golfe, par exemple), croyant que le commerce crée la richesse est le meilleur rempart contre toute velléité de désengagement d’Etats nationaux de l’emprise de la soi disant mondialisation.
    – quant au sionisme, il est inutile de ressasser que la pérennité de l’entité sioniste et la garantie de sa domination perpétuelle sur ses voisins proches et lointains, requièrent que cette entité soit entourée de micro-états vassaux basés sur la religion et/ou sur l' »ethnie ». ainsi, cette entité raciste basée sur la religion fera oublier sa nature de vestige colonial qui doit disparaitre en tant que tel et n’apparaitra pas comme un anachronisme.
    dans ce cadre d’analyse, nous pouvons comprendre l’alliance stratégique et tactique entre l’arabie saoudite (et toutes les « féodalités » du moyen-orient), la turquie d’erdogan (le nouveau khalife?) et l’entité sioniste pour annihiler toute dynamique d’émancipation des peuples « musulmans ».
    moralité de l’histoire: concernant les formations sociales capitalistes développées, la lutte contre l’islamisme, pour qu’elle ne soit pas vouée à l’échec, doit intégrer une lutte contre la capital financier mondial et le sionisme.
    quant aux formations sociales où la religion musulmane est prédominante, la lutte contre l’islamisme équivaut à déconstruire les systèmes qui y dominent et qui empêchent les sociétés et les individus d’éclore en tant que sociétés civiles et citoyens et à agir en vue de confiner la religion (dans toutes ses interprétations) au sein de la sphère privée et l’empêcher de déborder sur la sphère publique.
    PS: loin d’être une fumisterie, l’idée du grand moyen-orient me semble l’unique référent qui permet de comprendre l’émergence, au sein de la pensée dominante du moment, de raisonnements en termes d’ethnies et de « sectes » religieuses en lieu et place d’analyse en termes de conflits d’intérêts et de pouvoir.




    0



    0
    Anonyme
    29 mars 2016 - 8 h 45 min

    Est ce que nos amis d’Algérie
    Est ce que nos amis d’Algérie Patriotique pourraient nous dire où acheter le livre d’Amir Nour cité dans cet article ?




    0



    0
    Omar
    29 mars 2016 - 8 h 30 min

    Comme a dit Poutine, il faut
    Comme a dit Poutine, il faut poursuivre la vermine islamiste jusqu’aux chiottes, pour en finir définitivement. Sinon, ils resurgiront ailleurs là où l’Etat est faible, défaillant, en faillite ou déliquescent. Pas de pitié pour les salopards, qui brulent vifs les vieux, les femmes et les enfants.




    0



    0

Les commentaires sont fermés.