Imprévision totale

Par Kamel Moulfi – Dans quelques jours, le pays entrera dans une période de ralentissement général qui commence avec le Ramadhan, trois mois de «vacances» forcées – juin, juillet et août – qui vont soit donner un temps de répit salutaire au gouvernement ou, au contraire, constituer une suite de moments de fortes tensions sociales qui vont le mobiliser sur tous les fronts. Dopés par un tapage incessant sur des affaires politiques en dépit de leur habillage médiatique – Khelil, El-Khabar,Panama papers… –, on se demande comment réagiront les Algériens durant cette «pause». Pour l’heure, il est difficile de le savoir, tant les facteurs d’imprévision sont nombreux. Tout dépendra certainement des promesses que lancera le gouvernement pour détendre l’atmosphère. La réunion de la tripartite prévue la veille du Ramadhan pourrait être l’occasion de désamorcer les conflits latents, si les mesures impopulaires suggérées par certains experts sont remisées dans les tiroirs en attendant des circonstances plus propices. En prenant connaissance des annonces de relogements programmés pour le court terme, on peut penser que l’Exécutif a fait le choix de poursuivre sur la voie de la «paix sociale», encouragé par les rebonds du prix du pétrole avec l’espoir que le tour de vis sur les importations et l’emprunt obligataire produiront leurs effets d’atténuation de la crise financière que traverse le pays. Le comportement des Algériens durant le Ramadhan peut-il être considéré comme un test ? Ils ont pris l’habitude de voir les prix prendre leur envol pour les principaux produits consommés durant ce mois et ont appris à faire des «miracles» avec leur pouvoir d’achat même érodé. Une autre chose est sûre : les chaînes de télévision privées qui auraient envisagé de passer leurs émissions habituelles qui tournent en dérision la politique algérienne et les responsables au sein du pouvoir sont neutralisées par la menace de fermeture en cas de dépassement des «lignes rouges» qui restent à l’appréciation du pouvoir. Trois mois de vacances pour les Algériens et mobilisation extrême pour les responsables aux divers niveaux du pouvoir ? On verra.
K. M.

Comment (7)

    Si Ahmed
    30 mai 2016 - 8 h 11 min

    Le pays vit dans le ralenti,
    Le pays vit dans le ralenti, dans l’improvisation et l’incertitude depuis 2004, année ou l’Algerie ne sait plus qui la gouverne car le président est absent depuis 2004.




    0



    0
    kenza
    29 mai 2016 - 21 h 58 min

    « Dans quelques jours, le pays
    « Dans quelques jours, le pays entrera dans une période de ralentissement général…
    Le ralentissement général, ça fait belle lurette qu’on y est.
    Là, on va vers la stagnation totale. On y va doucement, mais sûrement!




    0



    0
    atlassien
    29 mai 2016 - 16 h 27 min

    le jeteur de sort a fait que
    le jeteur de sort a fait que notre pays soit voisin de ce maudit pays champion du monde dans la culture du cannabis et expansionniste jusqu’à l’os ,fabriqueur d’intoxiqués fumeurs de son poison.




    0



    0
    lhadi
    29 mai 2016 - 16 h 05 min

    .
    Les vérités que l’on aime

    .
    Les vérités que l’on aime le moins à entendre sont souvent celles qu’on a le plus besoin de savoir.
    .
    A la question d’un journaliste sur les raisons du coup d’Etat survenu en 1965, un jeune ministre répondit : « nous n’avons pas fait un coup d’Etat, nous avons mis un terme à la gabegie et au pouvoir autoritaire ».
    .
    Ce jeune ministre est monsieur A. Bouteflika.
    .
    Si nous ouvrons le périscope sur la situation actuelle, il est très aisé de noter que la cohérence semble avoir déserté son âme, son esprit et ses actes.
    .
    Au jour d’aujourd’hui, la réalité est telle que le « Césarisme Boutéflikien » ne saisit pas les oriflammes qui se créent, ici et là, par la jeunesse algérienne : cette force vive de la nation veut, dans un élan de patriotisme, assainir le paysage politique de ses maladies infectieuses qui se nourrissent des dérives des uns et des délires des autres. Mais elle veut aussi vivre son temps, bâtir son avenir tout en bâtissant l’avenir du pays.
    .
    Comment réclamer sa confiance si en même temps nous ne voyons pas à travers elle l’avenir entier de la nation algérienne ?
    .
    C’est à cette question que nous devons apporter les réponses appropriées qui vont dans le sens d’une nouvelle orientation politique ouvrant des perspectives d’une grande portée pour sortir le pays du sous-développement et des cercles vicieux de la pauvreté et de facto, éradiquer les parasites qui gangrènent notre société et in fine obèrent toute chance de développement d’un Etat fort, d’une république solide, d’une Algérie moderne une et unie dans toute sa diversité, condition sine qua non pour faire face aux enjeux et défis du troisième millénaire.
    .
    D’où, l’impérieuse nécessité de mettre en place l’architecture d’une nouvelle gouvernance avec comme clé de voute un logiciel politique compatible avec une société qui ne cesse de se muer, de bouger, d’avancer.
    .
    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
    TheBraiN
    29 mai 2016 - 12 h 57 min

    L’exécutif est dans une
    L’exécutif est dans une logique politique sclérosée et le restera toujours !
    Le plus dramatique c’est que la « relève » (en termes de jeunes ) n’existe pas avec la catastrophe scolaire (depuis au moins 40 ans) .
    Le seul espoir restera celui du « dictateur éclairé » sauveur de la nation avec une vraie vision stratégique globale qu’on risque d’attendre encore longtemps !!




    0



    0
    Anonyme
    29 mai 2016 - 12 h 09 min

    L’Algérie est dans un

    L’Algérie est dans un ralentissement éternel, d’où je ne pense pas qu’on va sentir un changement dans la période qui vient.




    0



    0
    ammmar
    29 mai 2016 - 12 h 02 min

    moi le descendant de
    moi le descendant de marabouts seculaires,je le redis encore,a mes chers compatriotes algeriens et algeriennes que nous sommes un peuple investi d’une mission divine de redressement gigantesque ,celui de remettre sur le droit chemin tt une populace egaré et foutu et p etre meme irrecuperable qui sont ces marocains en deperdition totale,ces drogués tres nuisible qui ont trop sevis,alors preparons nous a une guerre qui est devenu inevitable contre eux ou l’on doit absolument la gagner qques soient les sacrifices et le nombre de morts,si non comment explique t’on ce maudit voisinage avec un tel peuple maudit,c’est une evidence et une verite incontournable,,mais surtt de grace,posez plus de questions au sujet du budjet alloué a notre armée et on doit exiger plutot son augmentation sans faire de calcul mme au moment de crise et d’austerite quitte a ce que l’n creve de faim




    0



    0

Les commentaires sont fermés.