BEM 2016 : des notes faibles en maths et en langues étrangères

BEM.jpg

Les résultats du brevet d’enseignement moyen (BEM) ont été affichés aujourd’hui. 54,42% des candidats ont décroché leur ticket d’entrée dans l’enseignement secondaire. Un peu mieux que l’année dernière (53,97%). Mais le plus important, c’est l’écart entre le taux de réussite des filles et celui des garçons. Les chiffres de l’Office national des examens et concours (ONEC) font état d’un taux de réussite de 61,55% pour les filles contre 46,66% pour les garçons. Un écart de 15 points qui mérite toute l’attention des spécialistes de l’éducation afin de savoir pourquoi les filles ont réussi plus que les garçons. Pour rappel, sur les 551 381 inscrits à cette épreuve, 546 076 étaient présents  à l’examen contre un taux de 0,90% d’absence. Les candidats libres, au nombre de 8 417 inscrits, ont réussi cet examen à hauteur de 70%. Pour le ministère de l’Education, malgré certaines difficultés dans certaines disciplines, à l’exemple des mathématiques, les élèves se sont, tout de même, rattrapés dans d’autres matières. L’inspecteur général du ministère de l’Education nationale, Messeguem Nedjadi, qui a animé une conférence de presse aujourd’hui à Alger, reconnaît que le taux de réussite n’a pas beaucoup augmenté par rapport à 2015 sans pour autant donner des explications. Il souligne, en revanche, l’augmentation du nombre d’élèves qui ont décroché le BEM avec excellence. Ils sont en tout 132 élèves à avoir obtenu la mention «excellent» avec une moyenne dépassant les 19/20. «Cent 132 élèves ont obtenu la mention “excellent” dans l’examen  du BEM pour l’année scolaire 2015-2016, avec une moyenne dépassant les 19/20,  contre 1 648 ayant obtenu la note de 18 et 19/20 alors que 15 754 autres élèves  ont réussi à avoir entre 16 et 18/20», a déclaré Messeguem, soulignant que les élèves ont pu avoir des moyennes «élevées» et  «acceptables» dans 5 matières. Il s’agit de la langue arabe, de l’éducation islamique, de la physique, de l’éducation civique et de tamazight. Les candidats ayant décroché le BEM ont particulièrement des niveaux faibles en mathématiques, en langues française et anglaise où ils n’ont obtenu que des notes «passables». S’agissant des élèves ayant échoué à l’examen, Messeguem rassure qu’ils pourraient être rachetés s’ils ont eu une bonne moyenne durant l’année scolaire. Ainsi, il y aura l’addition de la note obtenue au cours de l’année à celle obtenue au BEM qui sera, par la suite, divisée par 2. «Si l’élève obtient au final une moyenne de 10/20, il ira automatiquement au lycée», a indiqué Messeguem.
Sonia Baker

Comment (10)

    hadj02
    18 juin 2016 - 13 h 00 min

    Ceux qui ont eu leur BEM avec
    Ceux qui ont eu leur BEM avec une moyenne de +18/20 doivent refaire l’examen pour prouver qu’ils n’avaient pas les sujets !.




    0



    0
    hadj02
    18 juin 2016 - 12 h 56 min

    On essaie d’empêcher la
    On essaie d’empêcher la ministre de l’éducation à réformer le système scolaire. Mais pour pouvoir le faire, elle doit attendre la retraite de ceux qui ont eu leur diplôme sous l’ex.ministre qui formait les cadres à l’échelle industrielle. Il fixait le pourcentage avant les concours. Style révolution agraire.




    0



    0
    Anonymous
    18 juin 2016 - 12 h 50 min

    Bonjour les eéternels rêveurs
    Bonjour les eéternels rêveurs utopistes avec l échec des garçons par apport aux filles la relève est assuré dans le pays dès dinosaures n ayant même pas leurs BEM,pour voir les filles occupées les postes qu’ elles méritent faut commencer par éduqués les garçons et non pas les pousser vers les charlatans.leurs apprendre que l on occupe un poste selon le mérite et non la force ,l intrigue ou membre de la tribu.




    0



    0
    Quenelle
    18 juin 2016 - 5 h 26 min

    Vivent les petites
    Vivent les petites adolescentes et leurs mamans !
    Un jour elles prendront le pouvoir par la force des choses, vu que les hommes seront tous ignares !




    0



    0
    Moha
    18 juin 2016 - 1 h 01 min

    Moi j’insisterais plutôt pour
    Moi j’insisterais plutôt pour que les papas s’impliquent un peu pour ce qui est de la scolarité de leurs progénitures surtout durant le cycle primaire.Nous remarquons que depuis des années il n’y a en pratique que les pauvres mamans qui s’occupent des enfants alors que les papas « ces éternels fatigués « se laissent vivre à la maison.tout juste si on leur lavent pas les pieds en rentrant.Oui celui qui vient d’ecrire qu’il faudrait laisser les FEMMES gouverner est un véritable SAGE.




    0



    0
    anonyme
    18 juin 2016 - 0 h 17 min

    encore une fois la langue
    encore une fois la langue arabe et tout ce qui va avec comme culture khorot du moyen orient a frappé fort, elle a lessivé les cervelles des gamins , y a plus de place pour les maths la physique et les langues étrangères, elkardaoui saoudia legypt le liban la syrie et d’autres ont monopolisé l’espace disque 1+1= 3? tri bien tu seras un daesh mon fils! hourra!




    0



    0
      hadj02
      18 juin 2016 - 12 h 51 min

      Ils croient qu’ils peuvent
      Ils croient qu’ils peuvent vivre avec la « ROQIA » et la ventes de herbes médicinales. La science ,ils s’en foutent.




      0



      0
    anonyme
    17 juin 2016 - 23 h 06 min

    peu importent les maths et
    peu importent les maths et les langues étrangères, l’essentiel c’est l’arabe avec ça à nous le progrès et la technologie de pointe




    0



    0
    anonyme
    17 juin 2016 - 18 h 00 min

    La ministre doit prendre des
    La ministre doit prendre des mesures pour améliorer le niveau de nos élèves en mathématique et les langues à la prochaine rentrée scolaire.




    0



    0
    Lyes Oukane
    17 juin 2016 - 17 h 21 min

    trop bien ! il faudrait que
    trop bien ! il faudrait que les garçons descendent jusqu’à 10% et que toutes les filles obtiennent leurs diplômes avec 99% de réussites . Je sais ,je suis cynique mais après tout ,c’est peut-être par nos femmes que le pays reviendra sur les rails du progrès . Laissez le foot et les vidéos pornos prendre encore plus de poids dans les loisirs des garçons . Rajoutez leur un chouiya de kif et quelques barbus analphabètes pour les guider et ils finiront par braire tous en cœur . Une présidente et ses ministres instruites et modernes pour l’Algérie ,ça serait le rêve . Les garçons aux manettes ? niet . le meilleur et le plus travailleur de tous serait au mieux jardinier à el Mouradia et s’il est Algérien depuis au moins quatre générations . Sinon ,dehors avec femme et enfants et sans bagages !

    Bon , dans l’immédiat vivement f’tour .




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.