Sonatrach clôture la phase des discussions avec ses partenaires

Amine Mazouzi, P-DG de Sonatrach. New Press

Sonatrach a clôturé la première phase de discussions qu’elle a initiées avec ses différents partenaires autour du développement de la coopération, du partenariat et de son renforcement futur ainsi que de la prise en charge des préoccupations opérationnelles et contractuelles dans le respect du cadre législatif et réglementaire, a-t-elle indiqué samedi dans un communiqué. Les nombreuses rencontres ayant réuni Sonatrach et ses partenaires opérant dans le domaine des hydrocarbures «se sont soldées par des résultats satisfaisants et prometteurs pour toutes les parties», note-t-elle dans le communiqué. En effet, les différents accords conclus plus particulièrement avec le groupe ENI «ont eu pour objet le renforcement notamment du partenariat dans le secteur de l’amont pétrolier et gazier, et attestent de la volonté commune de développer encore davantage la production des champs exploités conjointement et de rechercher d’autres opportunités de partenariats, tant en Algérie qu’à l’étranger, dans le raffinage, la pétrochimie et les énergies renouvelables», souligne la compagnie nationale des hydrocarbures. Les principes des accords conclus avec le partenaire italien «ont été également étendus à l’association ENI-BHP Billiton qui exploite les champs de Rhourde Elouh et Sif Fatima», note-t-elle. De même, les discussions avec les partenaires du groupe Cepsa «ont abouti à des accords qui s’inscrivent dans la même logique».

Sonatrach et Cepsa se sont engagées «à consolider leur partenariat qui dure depuis un quart de siècle. Ce partenariat a été mis en œuvre par l’exploitation, depuis 1994, des champs de R’hourde El Khrouf, avant l’engagement de projets prometteurs tels ceux de Ourhoud et Timimoun dont la mise en production aura lieu dans les prochains mois», avance le communiqué. «La compagnie Cepsa demeure, par ailleurs, totalement engagée dans un projet de recherche et d’exploitation sur le périmètre Rhourde Er Rouni II, situé dans le bassin de Berkine, attribué, en mars 2011, dans le cadre du 3e appel à la concurrence», détaille Sonatrach. Elle rappelle que Cepsa est son «partenaire majeur dans la gestion et l’exploitation du gazoduc sous-marin Medgaz, qui relie l’Algérie à l’Espagne avec une capacité de 9 milliards de mètres cubes par an». Par ailleurs, des accords-cadres, «Memorandum Of Understanding» (MOU), ont été signés avec le major russe Gazprom et les deux compagnies chinoises SINOPEC et CNPC visant le développement du partenariat dans l’ensemble de la chaîne hydrocarbures ainsi que dans les services pétroliers, avec d’importantes perspectives d’investissement conjoint et de coopération, précise la même source. Aussi, Sonatrach «a déjà initié une série de rencontres avec ses partenaires notamment BP et Statoil en vue de renforcer et de développer davantage leur coopération dans l’amont pétrolier et gazier», ajoute-t-elle.

Sonatrach a engagé des discussions avec la compagnie Maersk, présente dans l’amont pétrolier et gazier à travers plusieurs champs situés dans le bassin de Berkine, note encore le communiqué qui signale qu’un accord-cadre « Memorandum Of Understanding» (MOU) est en cours d’élaboration pour identifier de nouvelles opportunités. En outre, les discussions entre Sonatrach et Pertamina «ont mis en évidence un engagement mutuel et de réelles intentions de renforcer le partenariat, notamment dans l’amont pétrolier et gazier», souligne le communiqué qui indique que les discussions en cours «devraient aboutir à la conclusion de nouveaux accords portant sur l’investissement conjoint dans de nouveaux gisements d’hydrocarbures». Dans la même perspective, «des rencontres sont envisagées avec l’ensemble des autres partenaires notamment ceux qui ont déjà manifesté leur intérêt de renforcer leur coopération et leur présence et engagement en Algérie». Par ailleurs, indique le communiqué, «Sonatrach a pris acte de la voie contentieuse empruntée par Total et Repsol, consistant à réclamer auprès des instances arbitrales internationales un dédommagement du fait de l’application de la loi par Sonatrach concernant la mise en œuvre de la taxe sur les profits exceptionnels instaurée en 2006».

«Sonatrach, tout en restant ouverte à la recherche de solutions acceptables de ce différend commercial, mobilisera, pour protéger ses intérêts, tout son potentiel pour répondre efficacement à cette situation», affirme le communiqué. «Il est observé que les droits à enlèvements de Repsol et Total réunis sur TFT (Tin Fouyé Tebenkort), sur la base d’un prix de 50 dollars par baril, représentent moins de 0,3% de la production totale en Algérie», fait savoir Sonatrach. «Repsol est engagée dans deux associations en phase de développement, à savoir Tin Fouyé Tebenkort (TFT) et Reggane Nord, ainsi que dans deux permis de recherche et d’exploration situés dans le bassin de Berkine et dans la région de Boughezzoul». Par contre, précise le communiqué, «Total a renoncé à plusieurs projets en Algérie au cours de la dernière décennie».
R. E.

Comment (3)

    Anonymerachidoun
    9 juillet 2016 - 16 h 23 min

    avec notre nouveau PDG on
    avec notre nouveau PDG on espére qu’il soit digne de son pére:::nous devons revoir touts les contrats ainsi enlevé le doute pour tout les algeriens ::actuellement il n’y a plus de secrets alors messieurs comme l’avait dit notre PRESIDENT notre maison est de verre :alors inchallah que les contrats passent devant le parlement avec un nouveau look ……




    0



    0
    Anonymous
    9 juillet 2016 - 16 h 00 min

    La Sonatrach dotée d’élites
    La Sonatrach dotée d’élites compétentes, et bardées de diplomes des U.S.A, d’Allemagne, de Grande Bretagne, de France, et de d’autres pays doit impérativement, et en priorités urgentes optimiser , rationner sa gestion, et surtout diversifier ses activités en partenariats stratégiques avec des partenaires fiables, surs, et stables: les norvégiens de Statoil, B.P, SHELL , Gazprom, compagnies allemandes, mais en Afrique avec
    la Tunisie,le Nigeria, l’Angola , la Cote d’Ivoire, le Ghana, le Gabon, le Cameroun, l’Egypte,le Soudan, etc,…..
    Réduire sensiblement ses charges, ses frais , et ses dépenses improductives, et non rentables dans la gestion d’une administration bureaucratique trop lourde, avec un pléthore de milliers de fonctionnaires, et le financement, et le soutien de clubs dits  » anciens, et prestigieux,…..?! », et d’associations sportives tous non compétitifs, (social couteux, et non rentable) aggravant son déficit de fonctionnement

    Le salut de Sonatrach passe par l’indépendance , et l’autonomie de sa gestion vis à vis d’un état administratif, bureaucratique ,lourde, interventionniste, incompétent, et loin des des réalités des enjeux,
    et des défis internationales




    0



    0
      anonyme
      10 juillet 2016 - 8 h 59 min

      Nous n’avons pas vu cette
      Nous n’avons pas vu cette ELITE dont vous parlez cher patriote par contre nous avons vu une SONATRACH ruiné et sans vision stratégique.
      Nous avons vu des cadres de SONATRACH installé à LONDRE comme des traders avec la complicité des cadres installé à ALGER(% EN TRANSACTION…….).
      Avez vous vu le CHAOS économique et financier. Qui est responsable???
      Arrêtons de dire que vous avez une ELITE à SONATRACH.
      Algérie a besoin d’une ELITE PATRIOTE qui aime ce pays des martyres.




      0



      0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.