Sonatrach «défendra les intérêts du pays»

Le siège de Sonatrach. New Press

Le groupe Sonatrach va mobiliser tous les moyens légaux, étant convaincu de son droit légitime pour protéger les intérêts du pays et de la compagnie, suite au recours par les compagnies Total et Repsol à l’arbitrage international sur un différend lié aux taxes sur les profits exceptionnels. Ayant pris acte de la voie choisie par ces deux sociétés pétrolières, Sonatrach n’a pas cessé de privilégier la recherche de solutions amiables acceptables pour dépasser ce différend commercial tout en restant, cependant, tenue de veiller à la stricte application de la loi dans le domaine d’intérêt. «Il est observé que les droits à enlèvements de Repsol et Total réunis sur TFT (Tin Fouyé Tebenkort), sur la base d’un prix de 50 dollars par baril, représentent moins de 0,3% de la production totale en Algérie», a fait savoir samedi Sonatrach dans un communiqué.

Le groupe a indiqué que «Repsol est engagée dans deux associations en phase de développement, à savoir Tin Fouyé Tebenkort (TFT) et Reggane Nord, ainsi que dans deux permis de recherche et d’exploration situés dans le bassin de Berkine et dans la région de Boughezoul». Par contre, a précisé le communiqué, «Total a renoncé à plusieurs projets en Algérie au cours de la dernière décennie». Pour rappel, le groupe français Total et son homologue espagnol Repsol ont engagé une procédure en contentieux contre Sonatrach auprès de la Cour internationale de Genève (Suisse) sur l’application de la taxe sur les profits exceptionnels prévue par la loi sur les hydrocarbures de 2006. D’ailleurs, afin d’apporter certains éclairages concernant l’application des termes clés de la loi de 2006 relative aux taxes sur les profits exceptionnels, Sonatrach a engagé une première phase de discussions qu’elle a initiées avec ses différents partenaires autour du développement de la coopération, du partenariat et de son renforcement futur, ainsi que la prise en charge des préoccupations opérationnelles et contractuelles dans le respect du cadre législatif et réglementaire. Les nombreuses rencontres ayant réuni Sonatrach et ses partenaires opérant dans le domaine des hydrocarbures «se sont soldées par des résultats satisfaisants et prometteurs pour toutes les parties», a noté le groupe Sonatrach. En effet, les différents accords conclus plus particulièrement avec le groupe ENI «ont eu pour objet le renforcement notamment du partenariat dans le secteur de l’amont pétrolier et gazier, et attestent de la volonté commune de développer encore davantage la production des champs exploités conjointement et de rechercher d’autres opportunités de partenariats, tant en Algérie qu’à l’étranger, dans le raffinage, la pétrochimie et les énergies renouvelables», a souligné la compagnie nationale des hydrocarbures.

Les principes des accords conclus avec le partenaire italien ont été également étendus à l’association Eni-Bhp Billiton qui exploite les champs de Rhourde Elouh et Sif Fatima. De même, les discussions avec les partenaires du groupe Cepsa ont abouti à des accords qui s’inscrivent dans la même logique. Sonatrach et Cepsa se sont engagées «à consolider leur partenariat qui dure depuis un quart de siècle. Ce partenariat a été mis en œuvre par l’exploitation, depuis 1994, des champs de R’hourde El Khrouf, avant l’engagement de projets prometteurs tels ceux de Ourhoud et Timimoun dont la mise en production aura lieu dans les prochains mois», a avancé le communiqué. La compagnie Cepsa demeure, par ailleurs, totalement engagée dans un projet de recherche et d’exploitation sur le périmètre Rhourde Er Rouni II, situé dans le bassin de Berkine, attribué, en mars 2011, dans le cadre du 3e appel à la concurrence. Cepsa est le partenaire majeur de Sonatrach dans la gestion et l’exploitation du gazoduc sous-marin Medgaz, qui relie l’Algérie à l’Espagne avec une capacité de 9 milliards de mètres cubes par an.

Par ailleurs, des accords-cadres, «Memorandum Of Understanding» (MOU), ont été signés avec le major russe Gazprom et les deux compagnies chinoises SINOPEC et CNPC visant le développement du partenariat dans l’ensemble de la chaîne hydrocarbures ainsi que dans les services pétroliers, avec d’importantes perspectives d’investissement conjoint et de coopération. Aussi, Sonatrach a déjà initié une série de rencontres avec ses partenaires notamment BP et Statoil en vue de renforcer et de développer davantage leur coopération dans l’amont pétrolier et gazier. Sonatrach a engagé des discussions avec la compagnie Maersk, présente dans l’amont pétrolier et gazier à travers plusieurs champs situés dans le bassin de Berkine, note encore le communiqué qui signale qu’un accord-cadre «Memorandum Of Understanding» (MOU) est en cours d’élaboration pour identifier de nouvelles opportunités. En outre, les discussions entre Sonatrach et Pertamina ont mis en évidence un engagement mutuel et de réelles intentions de renforcer le partenariat, notamment dans l’amont pétrolier et gazier, et cela devra aboutir à la conclusion de nouveaux accords portant sur l’investissement conjoint dans de nouveaux gisements d’hydrocarbures. Dans la même perspective, des rencontres sont envisagées avec l’ensemble des autres partenaires notamment ceux qui ont déjà manifesté leur intérêt de renforcer leur coopération et leur présence et engagement en Algérie.

R. N.

Comment (7)

    Anonymous
    12 juillet 2016 - 21 h 20 min

    La pauvre, et surexploitée
    La pauvre, et surexploitée Sonatrach doit préparer, et mettre une nouvelle stratégie à long terme, pour défendre ses interets menacés particulièrement par les nostalgigues de retour néo-colonialistes économiques, et énergétiques de Total (en perte de vitesse en Afrique, vente d’interets,…..
    ) et de son actionnaire principal l’état le plus policier, et le plus sécuritaire en Europe:
    L’état envahissant français,
    Repsol, et son actionnaire principal l’état espagnol,(histoire de conflit avec l’état argentin)
    Enie, et son actionnaire principal l’état italien (très dynamique en Afrique:Libye,Egypte, Afrique subsaharienne)
    Ses trois multinationales ont placé leurs agents secrets, espions, et pions – de fonctionnaires, et de « techniciens » algériens
    sans dignité, et sans scrupules pour transmettre les dossiers à leurs maitres à Paris, Madrid,Rome
    Pour quelques poignées de Dollar, et d’Euro, et pour une vie confortable, et opulente, indigne en Europe
    avec des comptes alimentés, et bien arrosés , et « belles carrières pour leur progéniture,….. »

    Le manque cruel, et flagrant de juristes algériens très compétents (souvent recrutés par manque de transparence, et de critères objectifs, par népotisme, et par affinités douteuses), dépourvus de réflexes bureaucratiques stériles, et improductifs qui sont capables d’analyser, d’anticiper, et de défendre les interets menacés de Sonatrach, ont encore davantage compliqué les données




    0



    0
    anwa wiggi
    12 juillet 2016 - 20 h 58 min

    Azul fellawen,

    Azul fellawen,
    Lorsqu’on confie les intérêts stratégiques du pays à des incultes et incompétents désignés par la mafia, le résultat est là.
    Arbitrage international intenté par Anadarko contre Sonatrach, 4 800 000 000 de dollars perdus.
    Arbitrage international intenté par une entreprise néerlandaise K’AIR BV détenue par un Algérien contre Air Algérie pour non respect du contrat, Air Algérie condamnée.
    Arbitrage international intenté par une entreprise Canadienne Groupe SM contre Air Algérie pour non respect du contrat,Air Algérie condamnée.
    Arbitrage international intenté par Total contre Sonatrach pour non respect du contrat et qui demande entre 500 000 000 de dollars.
    Aucune sanction contre les responsables de ce gâchis financier , gâchis en terme d’image de marque et de crédibilité de l’Algérie.
    Pendant ce temps, les milliards quittent le territoire, la médiocrité se renforce, la mafia s’enrichit, la France forme les joueurs qui porteront le maillot vert et qui feront descendre après chaque victoire le ghachis dans les rues crier « one two three viva l’Algérie »




    0



    0
    aqil2
    12 juillet 2016 - 18 h 01 min

    Sonatrach n’avait pas de
    Sonatrach n’avait pas de problème avant l’arrivée d’un certain responsable. JP Sartre dira: dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est




    0



    0
    momo
    11 juillet 2016 - 15 h 23 min

    les interets de leur interets
    les interets de leur interets et de leur descendants et ascendents comme toujours .ont ne conait pas de conflit d interet .le papa les enfants etc se serve et se reserve.




    0



    0
    Anonymous
    10 juillet 2016 - 18 h 24 min

    Le groupe de la mangeoire va

    Le groupe de la mangeoire va défendre ses acquis, mais pas l’Algérie.
    La Sonatrach patriote est morte avec la venue de Chakib le pilleur, le protégé des zaouïas des harkis.




    0



    0
    Anonymous
    10 juillet 2016 - 13 h 36 min

    Ce n’est pas sonatrach qui va
    Ce n’est pas sonatrach qui va défendre l’intérêt du pays, c’est le pouvoir qui va défendre ses intérêts, c’est toujours lui qui négocie. Il va essayer pour que les choses restent secrètes comme d’habitude.Si les sociétés étrangères parlent,c’est la bombe atomique.




    0



    0
    Anonymous
    10 juillet 2016 - 13 h 26 min

    Previligier la solution
    Previligier la solution amiable,c’est ce qu’on lit dans l’article ci-dessus,pourquoi ne pas appliquer ce qui est écrit sur le contrat lors de la signature.je pense qu’on a pas fini d’avoir des surprises.L’été va être chaud et l’hiver glacial.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.