Création prochaine d’une autorité d’organisation des transports urbains (Ministre)

Le ministre des Travaux publics et des transports, Boudjemâa Talaï, a annoncé, lundi à Alger, la mise en place prochaine d’une autorité d’organisation des transports urbains, qui se chargera notamment  de la réalisation et de la gestion des infrastructures du secteur ainsi que l’élaboration d’une politique tarifaire unique.

«En matière de développement des transports et dans la continuité de tout ce qui a été réalisé comme projets dans ce domaine, nous comptons installer prochainement une autorité d’organisation des transports urbains au niveau des agglomérations d’Alger, dans un premier temps, avant qu’elle soit généralisée», a indiqué Talaï, lors d’un séminaire international sur les transports en commun. Cette autorité, poursuit le ministre, aura pour mission de définir les modalités d’intégration des transports urbains dans le schéma d’aménagement du territoire, de réaliser et gérer les infrastructures et les équipements affectés aux transports, ainsi que de suivre l’évolution de l’offre et la demande et d’élaborer une politique tarifaire unique.

Selon les chiffres avancés par le ministre, l’Algérie dispose d’un parc national de transport urbain composé de 18 384 bus urbains exploités par 14 589 opérateurs et de 104 697 taxis, dont 14 791 taxis collectifs urbains. Pour la capitale, le réseau de transport public est également doté d’un métro de 13,5 km de longueur avec 14 stations, et qui atteindra 54 km en 2025, d’un tramway de 23,2 km avec 38 stations, ainsi que 5 lignes téléphériques et télécabines de 4,1 km.

S’agissant des projets du secteur dans la capitale, Talaï, a rappelé la réalisation en cours des extensions de la première ligne du métro vers la place des Martyrs et Ain Naâdja, dont la mise en service est programmée pour le deuxième semestre 2017, ainsi que la réalisation d’une extension vers l’aéroport international Houari-Boumediene. Le ministre a relevé, dans ce sens, la réalisation de l’extension du tramway de Constantine et de nouvelles lignes de tramways dans les wilayas  de Sidi Bel Abbes, Mostaganem, Sétif et Ouargla, ainsi que la mise en place de nouvelles entités de transport urbain et suburbain par bus à travers 48 wilayas.

Le ministre a révélé, en outre, l’introduction d’un nouveau système de transport public de surface «innovant et performant» par bus à haut niveau de service (BHNS), soulignant qu’une réflexion est «en cours» sur son mode de financement par un partenariat public/privé.

Par ailleurs, Khalid Alhogail, président de la section de la région MENA de l’Union internationale des Transports publics, organisatrice du séminaire, en partenariat avec l’Entreprise Métro d’Alger (Ema), a estimé que cette rencontre «permettra d’échanger les expériences entre les pays de la région pour mieux gérer, exploiter et développer les transports en commun».

Le financement des projets à l’ordre du jour Pour lui, l’organisation de ce séminaire de deux jours permet de découvrir l’expérience de l’Algérie dans ce domaine ainsi que les avancées considérables qu’elle a enregistrées en matière de développement de son réseau de transport. Cette rencontre a porté sur la thématique : «les transports en commun en site propre en milieu urbain et suburbain». Dans une déclaration à la presse en marge du séminaire, le ministre a indiqué que le projet de loi régissant la circulation routière, sera examiné mardi par la Commission des transports de l’Assemblée populaire national (APN), affirmant que le permis à points, prévu par ce projet de loi, sera en vigueur d’ici la fin de l’année en cours. A une question des journalistes sur le gel des projets en raison de la situation financière du pays, le DG de l’Ema

 Hadbi a indiqué que les projets de tramways de wilayas de Batna et d’Annaba, ainsi que l’extension de la ligne du tramway Ruisseau-Bir Mouard Rais (Alger) «sont concernés».  Il a ajouté que l’extension du métro d’Alger Chevalley-Cheraga-Ouled Fayet-Al Achour-Draria, «attend toujours l’amélioration de la situation financière», précisant que l’étude sur ce projet a été finalisée.     D’ailleurs, souligne Hadbi, le séminaire sera une occasion pour débattre du financement des projets des transports en commun avec d’autres pays de la région MENA dont les économies sont également touchées par la chute des prix du pétrole. 

Abordant, d’autre part, la grève des employés du tramway d’Alger la semaine dernière, ce responsable a affirmé qu’elle a coûté à la Setram environ 16 millions Da, précisant que la convention collective entre les employés et la Setram, sera signée la fin du mois en cours.

Commentaires

    les damnes de la terre
    24 octobre 2016 - 22 h 04 min

    Selon certains echos la
    Selon certains echos la realisation du tramway de batna etait programme depuis belle. lurette et tt a coup ce projet a ete detourne vers sidi bel abbas Wilaya dont il est issu le ministre en charge du secteur du transport de l epoque.Et aujourd hui on ne parle de l excentation.de ce moyen de transport ds certaines wilaya,quant a batna elle peut attendre,austerite selective oblige.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.