L’Etat accuse la mafia du lait et prend des mesures

Des laiteries privées ont porté préjudice à l'économie nationale et au citoyen. New Press

Le groupe industriel des productions laitières Giplait a augmenté sa production à 1 million de litres par jour en vue de répondre à la demande croissante sur ce produit important et faire face à la perturbation dans la distribution à Alger et dans les wilayas limitrophes, a indiqué le directeur général du groupe, Mouloud Harim. Le DG de Giplait a affirmé lors d’une visite d’inspection à la Laiterie Fromagerie de Boudouaou que depuis vendredi le volume de production de lait de Giplait a augmenté au niveau des unités de production de Boudouaou et de Birkhadem, portant ainsi la production à 1 million de litres par jour, et ce dans le but de faire face au manque enregistré dans la distribution en raison des «comportements frauduleux de certains propriétaires de laiteries privés». Il a précisé que la quantité supplémentaire (700 000 litres/jour) couvrira les besoins de la population d’Alger et le surplus de production, estimé à 30 000 litres, sera destiné aux wilayas limitrophes de la capitale, à l’instar de Tizi Ouzou, Blida et Tipaza.

Le même responsable a précisé que la capacité de production de la Laiterie Fromagerie de Boudouaou a augmenté de 400 000 litres à 550 000 litres par jour, ajoutant qu’elle était en mesure de porter sa production à 600 000 litres/jour en cas de hausse de la demande de lait sur le marché local. Le volume de production de la laiterie de Birkhadem (Colaital) a, quant à lui, augmenté, depuis samedi, de 150 000 à 200 000 litres. Il a précisé, dans ce sens, que le groupe Giplait contrôlait les points noirs en mobilisant des camions de distribution supplémentaires.

Le responsable a démenti l’existence de pénurie de poudre de lait, affirmant qu’aucun manque n’est enregistré dans l’approvisionnement des laiteries publiques ou privées. 210 distributeurs au niveau d’Alger en plus d’un nombre de distributeurs privés assurent l’approvisionnement des différentes communes d’Alger, a-t-il ajouté. Le même responsable a indiqué que le groupe Giplait a mobilisé tous les moyens en matière de production et de distribution de lait pour garantir la disponibilité de ce produit dans un délai de 48 heures au maximum, ajoutant que 20 camions d’une capacité de 6 000 litres sont mobilisés à travers les différentes communes de la capitale. Il a indiqué que le volume d’investissement du groupe permettra de produire plus de 1,5 million de litres de lait annuellement.

De son côté, le directeur général de l’Office national interprofessionnel de lait (Onil), Fathi Messar, a rassuré les citoyens que le lait sera disponible en grande quantité dans les prochains 24 heures, ajoutant qu’«il s’agit d’une manœuvre de certaines laiteries privées qui œuvrent au détournement de la poudre de lait subventionnée par l’Etat pour produire du fromage et autres produits dérivés». L’Onil dispose également d’un stock de poudre de lait lui permettant de couvrir la demande jusqu’à la fin de l’année 2017, a indiqué le même responsable, qui a souligné le recul de la facture d’importation de la poudre de lait en 2016.

Les résultats de l’enquête menée par la commission intersectorielle sur les détournements de la poudre de lait seront soumis au ministre du secteur et des mesures sévères seront prises à l’encontre de certaines laiteries privées afin de combattre ces comportements qui portent préjudice à l’économie nationale et au citoyen. Le même responsable a annoncé le lancement par le groupe Giplait de la production du lait avec un emballage en carton à partir du premier semestre 2017. Le prix de la boîte oscillera entre 50 et 60 DA.

R. N.

Comment (30)

    Belaid Djamel
    17 novembre 2016 - 7 h 43 min

    LAITS VEGETAUX.

    LAITS VEGETAUX.
    Nous devons développer les laits végétaux. Exemple, lait de soja, lait de riz, lait d’avoine… Ces laits sont faciles à fabriquer en usine. Pour favoriser leur développement, il faudrait subventionner les industriels qui en produiront et développer des recettes en ajoutant du chocolat en outre ou de la vanille. Il est aussi possible de couper le lait en poudre de vache avec ce type de lait. SOYONS IMAGINATIFS!




    0



    0
    adel
    14 novembre 2016 - 21 h 25 min

    c ‘est la faute au peuple il
    c ‘est la faute au peuple il court après un sachet de lai t!!!!!!!!!




    0



    0
    Anonymous
    14 novembre 2016 - 11 h 21 min

    L’Etat accuse la mafia du
    L’Etat accuse la mafia du lait et prend des mesures
    L’Etat démissionnaire, et irresponsable,lui meme, qui a crée les Mafias
    En dénationalisant le commerce extérieur
    Depuis la politique libérale, et l’ouverture des portes, et les fenetres
    قهوة عمي موح
    A la bourgeoisies bureaucratique opportuniste, et affairiste d’état
    Et à ses relais dans la bourgeoisie commerciale, et compradore, du feu الله يرحمه و الله يغفر له
    le défunt président Chadli Bendjeddid




    0



    0
    SOS Citoyen
    14 novembre 2016 - 10 h 52 min

    ET LA MAFFIA DES
    ET LA MAFFIA DES CONCESSIONNAIRES DE VEHICULES ??????????????????????????????????
    Les prix ont doublé, voire plus, en quelques mois et nous savons tous que le même véhicule de qualité supérieure vendu en Europe coûte moins de la moitié, même en échangeant ses DA au square port said……ET QUE FAIT CET ETAT ??????




    0



    0
    Mlaoua
    13 novembre 2016 - 20 h 15 min

    « L’état accuse la mafia » : si
    « L’état accuse la mafia » : si je comprends bien la signification de cette phrase elle veut dire que : la mafia agit pendant que l’état est absent ou ferme les yeux.Autrement dit il y a une reconnaissance implicite que l’état (s’il existe?) est vaincu.L’état ne doit pas accuser mais doit intervenir avec force pour arrêter les coupables(la mafia).Si les représentants de l’état tel le ministre concerné n’a pu rien faire face à cette mafia qui détourne le lait, avec ce que l’état a mis à sa disposition tels : la douane, la gendarmerie, la police, la justice et l’administration alors que pourra dire ou faire un citoyen ordinaire, qui n’a aucun pouvoir?Et pourtant le manque de lait ne date pas d’aujourd’hui,mais il manquait souvent.Le groupe industriel des productions laitières Giplait indique qu’il a augmenté sa production d’un million de litre pour répondre à la demande, alors que, parce qu’il y a cette augmentation de production que le citoyen ressent davantage un manque.Par qui a été détourné cette grande quantité de lait qui n’arrive pas au citoyen? Je crains que ce soit ceux qui se trouvent dans l’état qui détournent;donc la mafia(si elle existe?) ne peut être en dehors de l’état,d’autant plus qu’aucun de ces mafieux n’est arrêté.On ne veut pas faire des enquête pour arrêter les voleurs malgré les grands moyens dont dispose l’état.C’est parce que c’est voulu qu’on les protège, sans plus.




    0



    0
    Lotfi magh
    13 novembre 2016 - 19 h 39 min

    Ici dans l’extrème ouest , il
    Ici dans l’extrème ouest , il y a une surproduction de lait , vous trouvez des sachets de lait meme le soir , pourquoi ne pas transporter cette surproduction vers les autres régions , peut etre le problème de transport se pose et aussi l’emballage pour conserver ce lait .




    0



    0
    AMGHAR
    13 novembre 2016 - 18 h 55 min

    EN EGYPTE PÉNURIE DE SUCRE.
    EN EGYPTE PÉNURIE DE SUCRE. EN ALGERIE PENURIE DE LAIT. BRAVO LES REPUBLIQUES DES JANISSAIRES…




    0



    0
      EL-FOULE
      7 janvier 2017 - 20 h 05 min

      LES MÊMES CAUSES ENGENDRENT
      LES MÊMES CAUSES ENGENDRENT LES MÊMES EFFETS. C’EST DÉMONTRÉ PAR TOUTES LES LOIS DE LA PHYSIQUE. À QUOI VOULIEZ-VOUS VOUS ATTENDRE QUAND NOUS AVONS ÉTÉ ARABISÉ PAR GAMAL ET SES CORDONNIERS AVEC LA COMPLICITÉ DE NOS ILLUMINÉS DE PASSAGE À L’UNIVERSITÉ AL-AHAR. JE PENSE QU’IL EST GRAND TEMPS DE REVOIR LE FONCTIONNEMENT DE NOTRE ÉCOLE SI ON VEUT SAUVER CE QUI RESTE À SAUVER DANS NOTRE PAYS. Mme BENGHABRIT FAIT TOUT SON POSSIBLE POUR RÉFORMER CETTE ÉCOLE MILLE FOIS SINISTRÉE MAIS SANS AUCUN SOUTIEN DE NOS POLITIQUES QUI SONT PRÉOCCUPÉS BEAUCOUP PLUS PAR LEURS….. SALAIRES. ELLE EST CONTRAINTE À FAIRE UN PAS EN AVANT ET DEUX PAS EN ARRIÈRE.




      0



      0
    Habibou
    13 novembre 2016 - 18 h 28 min

    Ya Algérie Patriotique, des
    Ya Algérie Patriotique, des fois vous écrivez des inepties ! La preuve avec ce titre …. » l’Etat accuse la mafia du lait et prend des mesures ». Où vous avez vu l’ETAT en Algérien, il habite où ce « ETAT », je veux bien le savoir pour lui rendre visite et lui dire un mot !! Non, il faut arrêter la langue de bois . En Algérie , il n’existe pas d’ETAT depuis 1962 , et les personnes honnêtes intellectuellement le savent. Ensuite il faut juste utiliser les tremes « pouvoir algérien », « gouvernement algérien » ou « ministre algérien du commerce », au lieu d’utiliser le terme noble d’ETAT algérien. Ce n’est pas l’Etat qui est responsable de cette fillière du lait ! C’est Bouteflika, le gouvernement et le Minsitre du commerce qui font et défond les mafias du lait et de tous les autres produits donc ils savent où tapez pour rétablir le rythme di métronome . Mais l’ETAT n’a aucun pouvoir la dedans !! Pardon au journaliste anonyme R. N. qui a donné ce titre à son article ! J’ai chercher partout l’ETAT Algérien depuis 1962, je ne l’ai pas encore trouvé !




    0



    0
    Mokrane
    13 novembre 2016 - 18 h 00 min

    La Mafia dans ce secteur se
    La Mafia dans ce secteur se trouve plutot a la tete de la pyramide de son departement Ministeriel et le dossier de Saidani en rapport avec la GCA est suffisamment illustratif a mon avis.




    0



    0
    Erracham
    13 novembre 2016 - 17 h 36 min

    Mon grand-père (Allah
    Mon grand-père (Allah yarahmou) aimait citer ce proverbe de notre terroir  » Assba3 qui yakber, itmessakharou bi adhiouba. » Tel est le triste sort de notre pays. Il s’est laissé dépouiller de tous ses instruments de régulation (prix, fiscalité, etc) et il a abandonné ses pouvoirs régaliens au profit d’une mafia qu’il a lui-même enfantée. Imaginez Ali El Goudron conseillant le PM sur la stratégie de développement du pays! Où est la puissance publique, que fait-elle? Que font les organismes de contrôle (douanes, inspecteurs des prix, des impôts, police et gendarmerie) et les associations de consommateurs?




    0



    0
      citoyenvigiledaokas
      13 novembre 2016 - 18 h 26 min

      Justement. Mon cher ami c’est
      Justement. Mon cher ami c’est la où le bas blesse. Je ne sait comment te remercier… Où sont passés nos gendarmes. Nos policiers. nos contrôles ‘impots’ et nos douaniers…? En vérité. Il sont partout, ici et là..
      Et où ? premiere decouverte. Devant les dépôts de boissons alcoolisées a partir de 19heures. heure locale.qui dit mieux? Merci pour notre commentateure.




      0



      0
    Anonymous
    13 novembre 2016 - 17 h 02 min

    Basta ! c’est la énième
    Basta ! c’est la énième crise du lait on se fout de nos gueules.Il faut arrêter les subventions non ciblées le pouvoir est complice de ce détournement de la poudre de lait subventionnée par les fabricants de fromage de yaourt et les dérivés depuis des décennies et bizarrement on laisse faire alors vraiment il y’a de quoi s’arracher les cheveux.
    La question qui se pose pourquoi ne facture -t-on pas la poudre de lait au prix réel à ces fabriquants qui pourtant sont visibles de par leur envergure, leurs marques très connues et leurs fortes pénétrations dans le marché national
    Non ces entreprises n’ont pas le droit au lait subventionné de grâce laissez ce lait aux enfants des familles dont les revenus sont très limités.
    Des enfants qui en plus d’une alimention incomplète se voient chipper leur aliment de base – le lait




    0



    0
    IL FAUT SEVIR
    13 novembre 2016 - 15 h 52 min

    le ministre de l’agriculture
    le ministre de l’agriculture a fait baiser les quotas parce qu’il a compris l’arnaque du détournement des produits subventionnés et de la sur estimation des besoins, dès qu’il a rationalisé les quotas , ils ont décidé de passer à l’acte en organisant la pénurie pour que l’état soit forcé de revenir aux anciens quotas et que eux continuent de s’en mettre plein les poches ! nous avons un état dans l’état , des voyous passibles de prison, je demande à l’état algérien de sévir contre cette pègre , on en a marre d’être otage de ces salauds sans foi ni loi!




    0



    0
    Abou Stroff
    13 novembre 2016 - 15 h 07 min

    « L’Etat accuse la mafia du
    « L’Etat accuse la mafia du lait .. » titre R. N.. certains trouveront peut être l’occasion d’accuser………………………… la franc-maçonnerie pour le calvaire que subissent les algériens lambda!




    0



    0
      Anonymous
      14 novembre 2016 - 6 h 14 min

      j’avais un soupçon quant a ta
      j’avais un soupçon quant a ta fraternite avec les « maçons » et la tu viens de te dénuder ya wahd el masso




      0



      0
    kahina
    13 novembre 2016 - 14 h 52 min

    Il faut chercher le lait aux

    Il faut chercher le lait aux frontières.




    0



    0
      anaALGERIEN
      14 novembre 2016 - 7 h 32 min

      en poudre bien sùr
      en poudre bien sùr




      0



      0
    homme libre
    13 novembre 2016 - 13 h 51 min

    La filière doit être
    La filière doit être contrôlée par les producteurs de lait et non les transformateurs-importateurs…(deux métiers à séparer absolument) .l’état jouera le rôle de facilitateur protecteur…quant aux operations d’importation celles_ci devront obéir à un marché genre bourse de lait dont la subvention du litre ira au litre produit intérieurement…. résultat. Visibilité sur l’offre + visibilité sur la demande … l’État peut garder certaines capacités de distribution..au cas où …….. au fait la collecte et la distribution est contrôlée par les producteurs pour éviter tout monopole ou contrainte et manoeuvre des transformateurs….comme ça vous verrez un pôle puissant de producteurs de lait…des transformateurs importateurss réduits et spécialisés pour ajuster les manques de production…ces manques sont dictés bien-sûr par le marché la fameuse bourse du lait…….début difficile mais une fois la machine mise en branle le résultat sera formidable….essayez de modéliser tout ça vous verrez…autre avantage répercussions positives sur les autres secteurs connexes….salut




    0



    0
      Belaid Djamel
      13 novembre 2016 - 20 h 26 min

      1-Que ce soit pour le lait ou
      1-Que ce soit pour le lait ou le blé, les circuits sont organisés de telle façon que les producteurs livrent leurs produits aux transformateurs. Or, la transformation dégage des marges confortables.Les céréaliers et éleveurs doivent pouvoir s’organiser en coopératives pour vendre et transformer leurs produits. Ils récupéreront leur marge et pourront plus investir.
      2-Il existe des laits de soja, de riz ou d’avoine. Il est temps de les mettre sur le marché local. Dans un pays semi-aride, ces laits sont bcp plus faciles à produire que du lait de vache. Il existe de nombreux tutoriels sur you tube montrant leur procédé de fabrication. Cela permettra de réduire les importations de poudre de lait.
      3-Des investisseurs devraient se rapprocher de Sojasun .fr ou Bjorg.fr afin de voir comment ces entreprises commercialisent des laits végétaux et des desserts lactés à base de soja, algue (agar-agar) ou caroube.
      4-Un conseil à tout technicien ou ingénieur ou mouwateen averti, renseignez vous sur la fabrication des laits végétaux et lancez vous. Il y a là des opportunités réelles. Le lait de soja ou de riz a un goût auquel le consommateur DZ n’est pas habitué? Produisez des laits végétaux aromatisés au cacao ou à la vanille!
      Djamel BELAID. Ingénieur Agronome.




      0



      0
    Erdt
    13 novembre 2016 - 11 h 26 min

    Le gouvernement dit tjrs la
    Le gouvernement dit tjrs la même chose: c pas moi c lui,l’autre..! Or,le ministre de l’agriculture a reconnu qu’il a baissé les quantités de poudre distribuées,estimant qu’on gaspillait le lait!! C le ministre qui l’a dit,c pas moi. Il a même précisé que nous consommons plus de lait que les français!?




    0



    0
    Slim
    13 novembre 2016 - 11 h 20 min

    Le gouvernement Algerien n a
    Le gouvernement Algerien n a jamais fait de l economie sont cheval de bataille depuis l independance a ce jour . Il a laisse cela entre les mains de quelques vampires qui font la pluie et le beau temps . Ils savent que les citoyens Algeriens sont pris en otages par leur estomac ,alors ils en profitent au maximum . Ces gens font beaucoup de resistance et mettent les batons Dans les roues a chaque fois que quelqun veut mettre de l ordre . Ils sont des die hard . Si le gouvernement veut de l argent Il doit taper Dans cette foumiliere sans pitie pour casser les mauvaises habitude . L austerite n est pas one fatalite . C EST un mode de vie de gestion rigoureuse. S Il y avait vraiment la pauvrete chez nous les gens n auraient pas cette frenesie de l achat. S Il n y avait pas preneur tout serait moins Cher . Alors Algeriens raisonez vous et faites une cure d amaicissement cela vois fera du bien . Salam .




    0



    0
    Anonymous
    13 novembre 2016 - 10 h 57 min

    J’ai pas compris en achète
    J’ai pas compris en achète des avions de guerres des armes des bateaux de guerres et on a pas les moyens de produire du laits c’est le monde a l’envers au lieu d’acheter de la ferrailles qui ne sert vraiment à rien acheté des vaches à laits au moins nous aurons du laits




    0



    0
    Slim
    13 novembre 2016 - 10 h 51 min

    La solution est simple chers
    La solution est simple chers compatriotes . Quand un produit est cher boycotez le . Vous n allez pas mourir sans lait . Moderez votre consomation et arretez de faire la queue et de vous battre pour un sachet de lait . Je ne consome pas de produits laitiers , pas d oeufs Presque pas de viande . Je suis toujours vivant et bien portant .




    0



    0
    anonyme
    13 novembre 2016 - 10 h 29 min

    On sait tout ça mais passer à
    On sait tout ça mais passer à l’acte, est une autre histoire…
    Même avec la crise qui frappe le pays, on laisse faire…………….Sommes nous un peuple cons!!!!!!




    0



    0
    Derradji
    13 novembre 2016 - 10 h 22 min

    Ce n’est ni le privé ni un
    Ce n’est ni le privé ni un autre bouc émissaire qui sont derrière cette pénurie c’est bien nos dirigeants qui n’ont aucune vision lointaine qui naviguent à vue d’œil qui cherchent comment colmater les brèches d’une navire Algérie qui prend de l’eau de partout et dérive aux gré des vagues conséquence d’une gestion catastrophique pas seulement dans le domaine économique mais dans tous les secteurs y compris sa colonne vertébrale qui est la justice gangréner par une corruption sans limite.




    0



    0
    Mlaoua
    13 novembre 2016 - 9 h 15 min

    Des sachets de lait qui se
    Des sachets de lait qui se vendaient à 35 DA,il y a quelques semaines, sont vendus actuellement à 50 DA. ça ne date pas plus de 10 jours que cette augmentation a eu lieu.Mais la question que l’on se pose:Qui a provoqué cette augmentation subite?Si c’est l’état: pourquoi ne pas informer au préalable les consommateurs? Si ce sont les producteurs et les intermédiaires : comment ces derniers agissent ainsi et impunément pour vendre du lait subventionné par l’état, avec une telle augmentation brutale(pour faire de grands bénéfices rapides) que je suppose illégale?…Apparemment nous sommes dans un pays ou l’état est soumis à plusieurs pouvoirs d’influence.Je doute que l’état officiel n’existe pas; sinon s’il existe, il est affaibli car il n’arrive plus à imposer son autorité pour diriger et pour sanctionner.Quand l’état est empêché d’exercer ses pleins pouvoirs constitutionnels, nous serons alors devant une situation alarmante.Les citoyens seront alors soumis au dictât de l’argent.




    0



    0
    nectar
    13 novembre 2016 - 7 h 54 min

    Le jour ou l’état cessera de
    Le jour ou l’état cessera de subventionner les produits de première nécessité, les pénuries cesseront et l’algérien consommera modérément ces produits..S’il y a aide, il faut la donner vraiment aux nécessiteux et non à toute cette populace vorace et prédatrice….




    0



    0
      Faty
      13 novembre 2016 - 10 h 15 min

      Tout à fait NECTAR ! Ces
      Tout à fait NECTAR ! Ces subventions à tors et à travers servent surtout les malfrats et non le citoyen. ..c’est pas la première fois que ça se produit pourtant. ..qu’attend cet état laxiste pour jouer son rôle et se faire respecter ? 7




      0



      0
    Anonymous
    13 novembre 2016 - 7 h 43 min

    l Etat algérien ne contrôle
    l Etat algérien ne contrôle pus rien il est gangrené par la corruption …les agriculteurs et les éleveurs ne travaillent plus ils sont gangrénés par la paresse et l’arriération ;; Les producteurs sont des voyous financés par les banques et des voleurs … nous vivons dans une civilisation corrompue en faillite




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.