Sit-in de l’Intersyndicale : le FFS exige la libération des personnes arrêtées

Le sit-in de l'intersyndicale, prévu devant l’APN, empêché par les forces de l’ordre. New Press

Dans un communiqué rendu public dimanche, le Front des forces socialistes (FFS) dénonce «avec la plus grande vigueur» l’arrestation de plusieurs syndicalistes venus protester devant le siège de l’APN contre le projet de loi relative à la retraite. Le communique indique qu’en guise de solidarité avec les syndicats les parlementaires du FFS, qui ont pris part à ce sit-in, se sont retirés de la séance plénière consacrée au débat de ce projet de loi, jugeant que les conditions permettant de discuter un projet aussi important ne sont pas réunies. 

Aussi une délégation de ce parti conduite par le chef du groupe parlementaire, Chafaa Bouaiche, a-t-elle été dépêchée pour s’enquérir de la situation des personnes interpellées et exiger leur libération «immédiate et inconditionnelle». A cette occasion, le FFS dénonce la répression «systématique» de tout mouvement protestataire et pacifique et considère que la répression adoptée par le pouvoir, comme seul moyen de gestion des conflits sociaux, «ne fera qu’accentuer la grogne sociale déjà généralisée», lit-on encore dans le communiqué. 

Pour le plus vieux parti de l’opposition, cette répression est «le révélateur d’une absence manifeste de dialogue social véritable et de l’unilatéralisme de fait des politiques du pouvoir». Il estime que la réponse aux questions économiques et sociales est avant tout d’ordre politique. «La question politique est au cœur de la problématique économique et sociale et ne trouvera de solution que dans la reconstruction d’un consensus national», conclut le communiqué. 

R. Mahmoudi 

Comment (5)

    muhand
    27 novembre 2016 - 16 h 21 min

    Il faut que l’on cesse de se
    Il faut que l’on cesse de se référer à chaque fois au combat du défunt Ait Ahmed quand on veut parler du FFS sinon on avance pas. Laissons donc reposer en paix le combattant. Ce qui me chiffonne toutefois c’est ce culte de la personnalité que certains vouent à ce leader charismatique alors que comparativement à d’autres qui méritent bien plus de respect, Ait Ahmed n’a pas fait grand chose. Durant la guerre de libération il était en prison, à sa sortie de prison il a envoyé mourir qlq 500 Kabyles sur le front pour s’opposer à un pouvoir despote avant de se rendre (en négociant sa captivité au détriment de ses frères) puis ils l’on fait fuir de prison pour aller se la couler douce avec son ennemi (Ben Bella) Sur les berges du lac
    Léman. Alors de grâce regardons devant et essayons de trouver ensembles le moyen de chasser ses gueux qui nous gouvernent et sans le FFS parce que ce parti est un associer du système.




    0



    0
      Rascasse
      27 novembre 2016 - 22 h 12 min

      Tu fait rire à mourir les les
      Tu fait rire à mourir les les lecteurs d’Algérie patriotique, tu sais ce qu’a dit Da lho a propos de ton gourou ouyahia ??? Je te laisse allez chercher,
      AP: un commentaire pareil par étique et respect à l’homme et le disparu ne devrait pas passer Ait Ahmed est qu’on le veuille ou pas un symbole fondateur de la nation Algérie qui permet aujourd’hui à nous lecteurs de lire AP libre et indépendant




      0



      0
      MELLO
      1 décembre 2016 - 20 h 13 min

      Feu Hocine AIT AHMED a été et
      Feu Hocine AIT AHMED a été et reste une école, une grande école de démocratie et des droits de l’homme, relisant un passage de l’une de ses déclarations: Octobre 2012
      – Algériennes! Algériens!
      Les mots me manquent pour rendre l’hommage que mérite votre refus de basculer dans les extrémismes et votre résistance à l’oppression. Aucun peuple ne mérite le malheur. Notre jeunesse ne mérite pas davantage qu’on la prive de toute perspective, de tout avenir.
      La bataille pour la démocratie, la justice et la liberté est loin d’être gagnée. Ces élections ont bien montré que l’Etat dont vous avez rêvé, l’Etat que nous voulons tous construire,est devenu un énorme conglomérat de réseaux maffieux. Dès lors, édifier un Etat – au sens moderne et démocratique du terme – est la seule rupture possible. Elle exige que le peuple algérien collectivement, et les citoyens individuellement, décident de reconquérir leur droit à l’autodétermination. Ce droit qui leur a été confisqué par le coup de force constitutionnel de septembre 1963.
      Seule une révision déchirante peut permettre de sortir de la crise qui détruit notre pays et brise les ressorts de notre société.
      Un seul scrutin est susceptible de consacrer cette sortie de crise politique : celui pour une Assemblée nationale constituante, élue librement et sous un contrôle international crédible et d’envergure.
      Malgré la terreur et les manipulations, les Algériennes et les Algériens, notre jeunesse qui est à la pointe de ce combat, ne renonceront pas à exiger leurs droits et inscriront leur lutte dans la durée. Ils sont, et seront, de plus en plus nombreux à s’impliquer dans les combats politiques et associatifs jusqu’à obtenir justice, liberté et démocratie.




      0



      0
    Erdt
    27 novembre 2016 - 15 h 48 min

    Aux militants du ffs: unissez
    Aux militants du ffs: unissez vous avec les qutres partis de l’opposition du pôle démocratique républicain,ne faites pas cavalier seul.




    0



    0
    Anonymous
    27 novembre 2016 - 15 h 10 min

    Je Vous remercie Mr Djamel
    Je Vous remercie Mr Djamel Ould-Abbès, lors de votre visite d’Inspection centre EPSP Bab el oued LE 23/09/2010, vous aviez remis à sa place l’une des responsables, aujourd’hui se confirme votre jugement à l’égard de cette responsable, dipité FFS cooptée en 2012 pour les élections législatives. En 2016 à l’assemblée lors des débats sur la lois de finance 2017 habillée comme pour aller à une fête (certes l’habit ne fait pas le moine) mais le comportement indigne ( voir sur YouTube !!! هل هاذ المخلوقات هم من يمثلون الشعب حقيقة) eu égard au combat de Hocine Ait AHMED qui a donné plus d’un demi-siècle de sa vie de militantisme، d’abnégation، de valeur éthique et de morale، la question qui est posée، que reste-t-il du combat et de la déontologie politique véhiculée par Hocine Ait AHMED?
    DONC ARRÊTER LE FAIRE PLAYE




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.