Défis de l’Algérie 2017-2025 : réformes et démocratie

Par Abderrahmane Mebtoul – Il ne faut pas avoir une vision de sinistrose, que je ne partage pas, car étant confiant en l’avenir de mon pays. Beaucoup de réalisations, mais des insuffisances qu’il s’agit impérativement de corriger. Face aux tensions budgétaires et aux bouleversements géostratégiques qui s’annoncent au niveau de la région, à la fois militaire, politique et économique, je suis convaincu que l’Algérie a toutes les potentialités pour remporter la bataille de la relance économique et consolider sa place dans la compétition mondiale grâce à la bonne gouvernance et sa capacité à innover. Cela suppose un langage de vérité loin de toute sinistrose, des sous-intégrations régionales, une visibilité et cohérence dans la démarche des réformes et une nette volonté politique de changement. Il y va de la sécurité nationale.

Les décennies qui ont marqué la vie politique et économique de bon nombre de pays du tiers monde, qui malgré des ressources naturelles considérables n’arrivent pas à asseoir une économie diversifiée dans le cadre des valeurs internationales, dont l’Algérie, me réconfortent aujourd’hui dans ma conviction, qui consiste à dire que le développement n’est pas une affaire de quincaillerie industrielle, de signes monétaires, tant par l’importance des réserves de change, ou de dépenses monétaires, sans se soucier de la bonne gestion – dépenser sans compter – et de la démocratisation. Cela doit concerner avant tout la bonne gouvernance, intiment liée à la moralité des institutions et des personnes chargées de gérer la cité. Cela conditionne la lutte contre la corruption, qui prend des proportions alarmantes, la considération du savoir, le respect et la promotion de la femme, la symbiose des apports de l’Orient et de l’Occident grâce au dialogue des cultures, qui a fait la prospérité du monde arabe et musulman à une certaine période historique. Cela passe par une visibilité et une cohérence dans la démarche, une politique socioéconomique cohérente, permettant de concilier l’efficacité économique et l’amélioration du pouvoir d’achat de la majorité en tenant compte des nouvelles mutations du monde où toute nation qui n’avance pas recule.

La bonne gouvernance se conjugue toujours au présent, se chante selon les hymnes des cultures et se vit comme une harmonie entre la force et la politique. La bonne gouvernance se vérifie dans la vision et les convictions des vrais acteurs et leurs capacités réelles à entreprendre les actions appropriées et engager la société dans la voie de l’efficacité et de la modernité fécondes et intelligentes. La transition démocratique réussie sera sans doute difficile, avec une possibilité d’interférences tant de forces occultes locales liées à la rente qu’étrangères pour faire échouer ce processus. Le régime algérien doit s’engager dans une transition démocratique pacifique. Comme le notait le brillant économiste indien et Prix Nobel d’économie, A. Sen, il ne peut y avoir de développement dans le temps sans démocratie, tenant compte des anthropologies culturelles des sociétés, l’Etat de droit pouvant être une étape intermédiaire. Espérons pour les générations futures, pour les intérêts supérieurs du pays, que l’on tienne compte des profondes pulsions de la société algérienne qui aspire à plus d’efficacité économique et à une profonde justice sociale, les sacrifices futurs devant être partagés, supposant une profonde moralisation de ceux qui dirigent la cité. Cette transition démocratique, pour plus de développement, plus d’espaces de liberté, suppose de nouveaux réseaux qui dynamiseraient celles conservatrices, les actuels montrant leurs inefficacités, car vivant du transfert de la rente des hydrocarbures, incapables de mobilisation et de sensibilisation. Cela se traduit par le divorce Etat-citoyens et laissant face à face, en cas de manifestations, la population aux services de sécurité, ce qui est nuisible à la sécurité du pays, qui est l’affaire de tous.

Ne nous ne trompons pas de cibles, pour paraphraser le langage militaire. L’on devra différencier stratégie et tactique en ce monde turbulent et instable supposant des stratégies d’adaptation tant internes que géostratégiques avec la quatrième révolution mondiale économique qui s’annonce entre 2020 et 2030, et donc approfondir impérativement les réformes, non des replâtrages, douloureuses à court terme, mais porteuses d’espoir à moyen et long terme, et ce, afin d’éviter notre isolement. Dans l’histoire récente de l’Algérie, la question des réformes, qu’elles soient économiques ou politiques, a donné lieu, en raison des enjeux qu’elles représentent, à l’élaboration de stratégies antagoniques qui œuvrent à la défense et à la promotion de ces dernières ou, au contraire, à leur blocage et, à défaut, à leur perversion ou à leur ralentissement. L’Algérie n’a pas d’autres choix que d’accélérer les réformes structurelles, microéconomiques et institutionnelles, condition de la stabilité macroéconomique, si elle ne veut pas épuiser ses réserves de change et aller au FMI horizon 2020.

Abderrahmane Mebtoul
Pour Algeriepatriotique

Comment (17)

    Anonymous
    15 décembre 2016 - 15 h 06 min

    Comme disait si bien nos
    Comme disait si bien nos vieilles ´yakhli daar emmou´ celui ou celle qui croit encore en ce monsieur, dont le niveau intellecuel dépassé par l´élasticité de son ventre et sa fonction ´oportuniste ´de conseillé aux service de ceux qui ont egorgé la patrie!!! rouh etbiii3 eleft!!! balek etsib echkoun li eddareh!!!




    0



    0
    Un sinistrosé
    13 décembre 2016 - 18 h 47 min

    Ya dada Abderrahmane Mebtoul
    Ya dada Abderrahmane Mebtoul , tu as le droit de ne pas avoir de vision de sinistrose puisque que tu es confiant en l’avenir de l’Algérie , mais je t’en supplie prédit et prophétise tout ce que tu veux pour 2017-2025 (réforme économique, Algérie première puissance d’Afrique, Algérie pays émergent, Algérie exportatrice de ceci, de cela, de feusti ou de khorti etc… etc…) , bref tout ce que tu veux , mais ne parle pas, je t’en prie, de démocratie ….c’est à dire de liberté, de respect des minorités, d’alternance, de liberté de culte, de conscience, de presse ou de justice car ce ne sont que des chimères ou des châteaux en Espagne dans un pays dit …… arabo-musulman !! Le mot «démocratie » est un blasphème et un sacrilège dans un pays arabo-musulman, tu es intellectuel donc je sais que tu sais de quoi je parle !!




    0



    0
      Si Bbus
      14 décembre 2016 - 17 h 31 min

      « L’arabo-islamisme est le
      « L’arabo-islamisme est le tombeau de la démocratie »
      L’Algérie sera démocratique quand …les poules auront des dents ! Ou en kabyle quand le sel fleurira !




      0



      0
    amitou
    13 décembre 2016 - 18 h 32 min

    J adhere totalement,et je
    J adhere totalement,et je suis d avis que notre pays est sur la bonne voie,il faut absolument appliquer la loi pour combattre la corruption et la contrebande qui nourrissent le terrorisme.Un important projet de loi doit etre depose pour interdire la paiement cash et d imposer les paiements par virement bancaires ou cheques certifies par les banques emettrices comme la majorite ecrasante des pays du monde developpe.

    http://www.lemonde.fr/argent/article/2015/08/31/paiement-en-liquide-les-regles-changent_4741375_1657007.html




    0



    0
      Ain El Berda
      13 décembre 2016 - 22 h 17 min

      YA BOURAB..ENCORE DES LOIS
      YA BOURAB..ENCORE DES LOIS POUR LE CASH YA RAB..TU VA AGRANDIR LE PROBLEME. RIEN AU MONDE M ARRETERA DE METTRE MON CASH A LA MAISON, YA MONSIEUR ET TU VA VOIR QUE TA LOI TU LA METTRE DANS UN BON COIN DE TA BASSE COURT.VOILA IL N YA PAS MIEUX QUE LA LIBERTE DE CHOISIR ET LIBREMENT CE QU ON DOIT FAIRE…SI UN ACTE CRIMINEL EST COMMIS..LA JUSTICE EXISTE..SALAM ET IL NOUS FAUT DES VRAI BANQUES. AMITOU MA PENSION DES QU ELLE ARRIVE A LA BANQUE JE FAIS LA QUEUE POUR LA SORTIR LE MEME JOUR CAR JE FAIS PAS CONFIANCE A MA BANQUE..QUE DIS TU? SI J AI PAS CONFIANCE AU SYSTEME BANQUAIRE AI JE LE DROIT DE NE PAS METTRE MON ARGENT AVEC EUX..DIS MOI MON CHER PATRIOTE..DIS MOI..




      0



      0
        Anonymous
        15 décembre 2016 - 15 h 09 min

        Je commencais à vous lire
        Je commencais à vous lire jusqu´au moment ou j´ai lu ´la justice existe´ ahnaya habesst!!! elle est ou la justice de la khachba win rahi!!!! y´a juste celle des mahgourines, celle de la racaille qui ont foutu la patrie dans la merde, celle-la REGARDE AILLEURS!




        0



        0
    Abou Stroff
    12 décembre 2016 - 9 h 18 min

    j’adhère totalement aux
    j’adhère totalement aux élucubrations du professeur et expert international et je peux même aller plus loin. en effet, je considère, comme le prof, « que l’Algérie a toutes les potentialités pour remporter la bataille de la relance économique et consolider sa place dans la compétition mondiale grâce à la bonne gouvernance et sa capacité à innover », et j’ajouterai que les potentialités de notre beau pays seraient encore mieux administrées si le bon dieu prêtait longue vie à notre bienaimé fakhamatouhou national pour qu’il puisse rempiler pour un 5éme et pourquoi pas un 6éme mandat. moralité de l’histoire: j’espère que notre bienaimé fakhamatouhou national lira mon texte et prendra, en son âme et conscience, la décision qui s’impose.
    Je prie monsieur le modérateur de publier mon texte sans le triturer




    0



    0
    Anonymous
    11 décembre 2016 - 18 h 19 min

    Que d’optimisme béat à l
    Que d’optimisme béat à l’égard de « la bonne gouvernance et de la capacité à innover » ! …Pour ma part, je doute fort qu’on puisse arriver à quoi que ce soit dans un pays gangréné par la corruption au dernier degré, et ce, tant qu’on n’aura pas changé radicalement de système. Et c’est cela que le professeur opportuniste aurait dù affirmer en premiersi tant est qu’il ait voulu paraître crédible. Car jamais nos gouvernants et les agents économiques à leur solde n’accorderont aux coûts l’importance qu’ils méritent. Pour ce faire, il eut fallu, non pas chercher la paix sociale par la voie la plus facile qui a consisté à distribuer des subventions tous azimuts, mais à faire l’effort de maîtriser les coûts par des analyses rationnelles que seule une COMPTABILITE ANALYTIQUE aurait pu permettre, mais hélas, qu’un marchè parallèle dominant a empêché et empêchera toujours d’instaurer et, de surcroît, dont personne ne veut, de peur que cet instrument destiné à la bonne gouvernance ne dévoile du même coût leurs fraudes et leurs détournements. De plus, il eut fallu qu’une véritable politique d’encouragement de la créativité fût instaurée et non pas une politique d’exclusion infligée aux intellectuels algériens quI sévissait déjà lors de la guerre de libération nationale, et qui persiste à ce jour. A cet égard, ceux qui accusèrent de « hizb frança » certains ingénieurs patriotes qui militèrent au sein du FLN auraient dû savoir que, durant la 2ème guerre mondiale, l’Allemagne gagna de nombreuses batailles grâce à un effort d’innovation remarquable qui fut le fruit d’une considération sans bornes que le régime voua à l’égard d’ingénieursà la fois créatifs et à l’esptit non partisan, et je peux témoigner qu’il en existait aussi en Algérie. Mais hélas, certains parmi eux furent assassinés par les nôtres sous l’influence du complot fomenté par les services secrets français et portant le nom de « bleuite » et d’autres survivants furent jetés aux oubliettes après avoir été honteusement exploités lors des premières années de l’indépendance. Ainsi va l’Algérie, après plus d’un demi-siècle de gouvernance ratée, à cause d’un système dont les tenants s’acharnent désespément à pérenniser en dépit de la chute de cours du pétrole.




    0



    0
      Amnagh
      15 décembre 2016 - 18 h 42 min

      En l’absence d’alternative
      En l’absence d’alternative démocratique conséquente et crédible,l’Algérie est condamnée pour très longtemps encore à « choisir » entre le képi ou le qamis c’est à dire la peste ou le choléra.Les données sociologiques et politiques au sein de la société algérienne ne plaident en faveur d’un renouveau démocratique.L’Algérie est globalement mûre pour vivre sous un Etat théocratique type saoudien ou daâchiste. Le terrain est balisé depuis des décennies avec un embrigadement par une ré-islamisation version wahhabite de larges pans de la société.Le pouvoir en place illégitime et despotique a livré la société aux semeurs d’obscurantisme et d’intégrisme.Après l’arabisation sauvage c’est au tour de la salafisation de la société via l’école,les médias arabisants dingues,les médias publiques (TV et Radios) en plus des mosquées transformées en lieu d’aliénation des croyants.Le pouvoir en place a livrée la société pieds et poings liés aux prêcheurs de haine,d’obscurantisme et d’irrationalité.Aucun redressement n’est possible,sans une véritable révolution culturelle et spirituelle.




      0



      0
      Amnagh
      15 décembre 2016 - 19 h 53 min

      En l’absence d’alternative
      En l’absence d’alternative démocratique conséquente et crédible,l’Algérie est condamnée pour très longtemps encore à « choisir » entre le képi ou le qamis c’est à dire la peste ou le choléra.Les données sociologiques et politiques au sein de la société algérienne ne plaident en faveur d’un renouveau démocratique.L’Algérie est globalement mûre pour vivre sous un Etat théocratique type saoudien ou daâchiste. Le terrain est balisé depuis des décennies avec un embrigadement par une ré-islamisation version wahhabite de larges pans de la société.Le pouvoir en place illégitime et despotique a livré la société aux semeurs d’obscurantisme et d’intégrisme.Après l’arabisation sauvage c’est au tour de la salafisation/bédouinisation de la société via l’école,les médias arabisants dingues,les médias publiques (TV et Radios) en plus des mosquées transformées en lieu d’aliénation des croyants.Le pouvoir en place a livrée la société pieds et poings liés aux prêcheurs de haine,d’obscurantisme et d’irrationalité.Aucun redressement n’est possible,sans une véritable révolution culturelle et spirituelle.




      0



      0
    TheBraiN
    11 décembre 2016 - 9 h 27 min

    Je croyais lire un titre d’El
    Je croyais lire un titre d’El Moudjahid juste après le 5 octobre !
    Le monde entre actuellement , de plein pied, dans le post-modernisme et la post-démocratie et surtout une diversité de nouveaux modèles selon des critères locaux !
    Les idéologies n’existent plus que dans des cadres religieux restreints ‘islamisme , sionisme …..) et marginaux !!




    0



    0
    Anonymous
    10 décembre 2016 - 18 h 45 min

    MONSIEUR VOUS AVEZ CES
    MONSIEUR VOUS AVEZ CES DERNIERS TEMPS UN RAISONNEMENT QUASI CONTRADICTOIRE DE CE QUE VOUS DISIEZ AVANT AUJOURD’HUI ZAAMA LES CHOSES ONT CHANGE AVEC LA RARETÉ DES DEVISES DE LA RENTE DE LA MODÉRATION POUR NE PAS DIRE AUTRE CHOSE ENFIN ON NE PEUT COUVRIR LE SOLEIL PAR UN TAMIS C EST TROP FLAGRANT VOUS DÉFENDEZ L INDÉFENDABLE SOUS PRÉTEXTE D HYPER EXPERT INTERNATIONAL PROFESSEUR CHERCHEUR ET TUTTI QUANTI ALORS QUE LA RÉALITÉ MICRO MACROÉCONOMIQUE EST TOUTE SIMPLE ET CONSTATABLE MÊME DE VISU SANS ETRE AUTODIDACTE ELLE FRAPPE LE COMMUN DU MORTEL DANS SA VIE QUOTIDIENNE URBAINE ET SURTOUT PLUS ENCORE LE RURAL.L ALGERIE C EST PAS QUE LE GRAND ALGER OU CERTAINES CONTRÉES PLUS OU MOINS HABITABLES C EST PLUS QUE CELA DES MILLIONS DE KM2 A DÉVELOPPER.AU MOINS A MINIMA.




    0



    0
      Ain El Berda
      10 décembre 2016 - 20 h 03 min

      YA ANONYMOUS..NE TE CASSE PAS
      YA ANONYMOUS..NE TE CASSE PAS LA TETE, LE MR PROFISSOR EST MAINTENANT CONSULTANT AU FLN ET IL FAIT TOUT POUR S ACCROCHER ET SUCER LE SANG ET PEUT ETRE UN POSTE DANS LE 5 IEME MANDAT DE BOUTEF…TU VA VOIR ..IL A DEJA COMMENCER L EPONGE ET APRES CA SERA LE SAVON DE MARSEILLE ET APRES CA SERA LE SAVON PARFUM..ETC…VOILA L EXPLICATION




      0



      0
    Erracham
    10 décembre 2016 - 18 h 30 min

    Cette contribution du Dr.
    Cette contribution du Dr. Mebtoul a de quoi surprendre. Ne nous a-t-il pas habitué à des analyses plus percutantes critiquant l’absence de professionnalisme des décideurs s’agissant de la chose économique? Avec force ratios, statistiques, pourcentages et autres données chiffrées, il faisait la démonstration que nous nous éloignions de la rationalité économique et même du bon sens paysan. Aujourd’hui, nous avons droit à une analyse destinée à nous faire chaud au coeur car « il ne faut pas avoir une vision de sinistrose… » Roulez tambours, sonnez clairons et trompettes, chantons « tout♫va trés bien♪ Madame la marquise♫ ». Le 5ème mandat est en route! Avec la bénédiction du peuple, je vous prédit un brillant avenir. Patience, c’est pour bientôt!




    0



    0
    Nation-Libre
    10 décembre 2016 - 17 h 34 min

    meme bouteflika l’a promis
    meme bouteflika l’a promis aussi en 1994:résultat une justice au plus offrant;la corruption est généralisé est devenue l’hymne national;pour avoir un travaille il faut corrompre ou etres payé 18 000 DA si vous avez haut diplome sinon 9 000 DA;juste pour une baquette et un sac de lait;dans une des riches nation d’afrique;c’est vrais les amis du boss bouteflika ont bien remplis les poches,pardon les coffres des biens des citoyens meme l’ex colon a fait moins; c’est un pays maudit; ou une malédiction des libérateurs




    0



    0
    Anonymous
    10 décembre 2016 - 11 h 36 min

    gardez vos expertises pour
    gardez vos expertises pour vous
    Pour remonter la pente il faut reprendre à zéro, tout st à refaire et c’est mission impossible




    0



    0
    Ain El Berda
    9 décembre 2016 - 20 h 20 min

    MAIS C PAS POSSIBLE MR
    MAIS C PAS POSSIBLE MR MEBTOUL, JE SAIS PAS SI JE DOIS VRAIMENT VOUS PRENDRE AU SERIEUX. MR MEBTOUL ON MESURE LE PROGRES D UN PAYS SELON DES MARQUEURES BIEN PRECIS , TOUT CE QUE VOUS AVANCER C DE LA MASTURBATION INTELLECTUEL. JE M EXCUSE MONSIEUR MAIS LA VOUS CONTRIBUEZ BEL ET BIEN A RENFORCER LA MEDIOCRITE DANS LE PAYS. TOUT SE MESURE..JE DIS BIEN TOUT DOIT ETRE MESURER MEME TON RENDEMENT DOIT ETRE MESURER! WELLAH JE SAIS PAS SI VOUS AVEZ ECRIS CET ARTICLE A LA HATE OU QUOI. JE VAIS VOUS DONNER LE BENEFICE DU DOUTE POUR LE MOMENT. Vous DITES….ne trompons pas de cibles, pour paraphraser le langage militaire. L’on devra différencier stratégie et tactique en ce monde turbulent et instable … C PAS JUSTE UN LANGAGE MILITAIRE CA MONSIEUR MEBTOUL MAIS C LE LANGUAGE QUI REFLECHISSENT ET DANS TOUG LES SECTEURES QUE CE SOIT MILITAIRE OU PHARMACEUTIQUE OU AUTRE ON DOIT AVOIR UNE STRATEGIE ET ASSOCIER DES TACTIQUES SINON WELOU ON NE GAGNERA AUCUNE BATAILLE. MONSIEUR SOYEZ RAISONABLE…MON PAYS QUI EST AUSSI LE TIEN A BESOINS D HOMME ET DE FEMMES QUI PENSENT LATERALEMENT ET PRAGMATIQUEMENT…NOUS AVONS BESOI S DE COMPETENCE ET D EXPERIENCES QUE BIEN ENTENDUE ON EN MANQUE BEAUCOUPS…C CA CE QU IL NOUS FAUT L EXPERIENCE DES COMPETENCES ALGERIENNE..PAS SEULEMENT LE DIPLOME….BASTA …SALAM




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.