L’Arav met en garde contre l’instrumentalisation de la religion par les télés

Zouaoui Benhamadi.  D. R.

L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav) a rappelé, dimanche, les règles du «traitement du fait religieux» dans les médias audiovisuels, appelant à mettre la religion «à l’abri de toute tentative d’instrumentalisation à l’occasion des prochaines élections législatives». Dans un document intitulé «Quelques observations à propos du traitement du fait religieux dans les médias audiovisuels», l’Autorité indique que «ces observations nous semblent d’autant plus opportunes que notre pays s’apprête à vivre de nouvelles élections législatives où la religion se doit d’être à l’abri de toute tentative d’instrumentalisation».

«Le présent document se propose de rendre compte de la phase exploratoire d’écoute et d’échange, menée par l’Arav en coordination avec ses partenaires officiels, le Haut Conseil islamique, le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, ainsi qu’un certain nombre de personnalités et d’experts concernés par ce secteur (théologiens, sociologues, psychologues, juristes, spécialistes de médias, imams, prédicateurs», précise la même source.

L’Arav «juge utile et nécessaire» de communiquer le résultat de son travail afin de «partager avec l’ensemble des acteurs médiatiques sa vision proactive concernant ce sujet hautement sensible et ce, dans la perspective de lancer une nouvelle dynamique pour une meilleure prise en charge de la question religieuse par les chaînes TV et de radio, tant privées que publiques», lit-on dans le document.

Mesurant «positivement, dans l’ensemble, une certaine amélioration à ce niveau», l’Arav note que «bien qu’encore timide et hésitant, ce progrès enregistré demeure estimable et doit en ce sens être respecté et encouragé».

L’Arav se déclare ainsi «disponible» auprès de ses partenaires médiatiques en vue d’une «optimisation des programmes à caractère religieux, tant en termes de suivi que d’accompagnement, dans la mesure de ses moyens et de ses compétences». Pour l’Arav, il y a «un impératif moral quant à notre responsabilité collective de protéger, sauvegarder et valoriser, ensemble, notre identité nationale façonnée au cours des siècles par l’islam».

Or, note l’Arav, «le caractère sacré et inviolable de notre patrimoine spirituel ancestral se trouve être consigné dans la Constitution en termes on ne peut plus clairs et précis», comme le stipule l’article 50 qui souligne que «la diffusion des informations, des idées, des images et des opinions en toute liberté est garantie dans le cadre de la loi et du respect des constantes et des valeurs religieuses, morales et culturelles de la nation». Tout en rappelant que l’islam est «l’une de ses composantes fondamentales aux côtés de l’arabité et de l’amazighité», l’Arav souligne qu’«il ne saurait être admis que la religion fasse l’objet de spéculation ou de manipulation médiatique à des fins politiques ou partisanes». «Avec le temps, nous espérons voir nos prêcheurs amenés spontanément à tenir un discours doctrinal en conformité avec les croyances locales et à faire preuve de non-allégeance intellectuelle à des courants de pensée hostiles à la modernité, à la concorde civile ou à nos traditions ancestrales, y compris notre style vestimentaire», indique l’Autorité.

«Tout prédicateur porteur d’un discours excommunicateur est proscrit, de fait, des antennes nationales, qu’il soit algérien ou étranger (…) de même que les légions d’exorcistes, de conjurateurs, de mages, de sorciers, de devins, d’enchanteurs, de faux prophètes, de marchands de rêves et autres pseudo-thérapeutes et guérisseurs autoproclamés qui peuvent tous tomber, un jour ou l’autre, sous le coup de la loi en cas de manipulation mentale, d’abus ou de dérapage de tous genres, de telle sorte qu’ils finiront tous par être démasqués et mis hors d’état de nuire».

L’Arav dit, à ce propos, «ne pas accepter que l’on puisse s’arroger le droit d’abrutir la société algérienne, fut-ce par la religion. Libérer la foi du charlatanisme et de toutes sortes de fantasmagorie : tel est le sens de notre avis. Tout le monde s’accorde à penser à l’obligation d’observer ce code déontologique». Soulignant que «la spiritualité englobe la foi, l’art et la civilisation», l’Arav note que cette spiritualité «est censée aborder toutes les expressions de la culture islamique et des connaissances métaphysiques et ne peut se limiter aux seules questions rituelles comme il semblerait être le cas aujourd’hui».

L’Arav s’interroge, en outre : «Sommes-nous tenus de faire appel à des prédicateurs sulfureux, souvent dépourvus de la moindre formation académique et ne maîtrisant même pas les techniques élémentaires de communication moderne ? Qu’est-ce qui nous empêche de convier les islamologues, les académiciens et les chercheurs universitaires afin d’élever le niveau de la pensée, rationaliser le discours et optimiser l’analyse ?» Elle estime que «glorifier l’islam ne signifie pas attaquer les autres religions, quelles qu’elles soient, ni invectiver leurs symboles sacrés ni outrager leurs dogmes et leurs croyances».

Aussi note-t-elle, «défendre le référent national, bien qu’étant un devoir citoyen, ne donne pas droit non plus aux insultes vis-à-vis des autres obédiences de l’islam, quelles qu’elles soient, même celles qui nous sont théologiquement dissemblables». «Toutes les religions doivent être respectées, sans exception. De même, tous les courants de pensée de l’islam, ainsi que toutes ses branches et ses voies doivent être révérés et honorés», ajoute l’Arav. «Tel est le credo et le code d’éthique que l’Arav se propose de soumettre aux acteurs de l’espace audiovisuel en guise de plateforme de travail collaboratif impliquant toutes les parties et institutions traitant, directement ou indirectement, du fait religieux», indique-t-on.

L’Arav exprime, enfin, le souhait de «parvenir à préserver le paysage médiatique face à la montée croissante de ce péril planétaire qui menace la sécurité de notre pays et de notre société».

R. N.

Comment (15)

    lhadi
    16 janvier 2017 - 11 h 31 min

    Machiavel a cette phrase sur
    Machiavel a cette phrase sur les hommes, qui résume la vie politique : « ils ne savent être ni tout à fait mauvais, ni tout à fait bons ».

    Face à la théorie extrémiste du  » tant pis tant mieux » obsoléte aujourd’hui, Il convient de prendre au sérieux la mise en garde du grand chef indien Seattle au Président américain Franklin Pierce (1854) : « Continuez à souiller votre lit et, une belle nuit, vous étoufferez dans vos propres déchets ».

    Un responsable politique ne doit pas faire de la chronique, de l’incantation, de la gesticulation mais doit être l’instrument de transformation de la société existante, l’avant-garde de la société nouvelle ou tout désir d’être aux responsabilités ne peut se légitimer officiellement devant les électeurs que par le souci de l’intérêt général, le dévouement à une grande cause, le désir de servir une politique utile au pays etc.

    Son rôle est de se singulariser par la recherche permanente du perfectionnement des institutions, l’élargissement des droits des citoyens, l’accroissement des moyens permettant l’exercice de ces droits, faciliter la participation de masses de plus en plus large à la gestion du pays, des affaires publiques etc.

    Il lui incombe donc de comprendre, et après avoir compris, agir pour dégager les idées principales…synovie d’une politique qui se donne pour objectif la prospérité et l’apaisement.

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])




    0



    0
      Lady Faria
      16 janvier 2017 - 16 h 55 min

      Le responsable politique tel
      Le responsable politique tel que vous le décrivez, c’est-à-dire dans l’idéal, est une perle rare qui ne pourrait, Lhadi, donner le meilleur de lui-même que dans un système politique lui-même idéal (et qui reste à déterminer) où les aspirations légitimes du peuple, à savoir une vie décente à travers le droit au travail, au logement, à l’éducation (un avenir pour les enfants), aux soins ou encore aux loisirs soit assuré pour tous mais où, en même temps, ceux qui sont chargés de concrétiser ces droits aient les moyens de leur action et rivalisent d’ingéniosité et d’efforts, mus par une féconde émulation. Ce qui, vous en conviendrez, a tout l’air d’une chimère. à moins qu’entrevoyant le désastre qui nous guette, société et gouvernement n’amorcent ensemble un courageux virage à 180 degrés seul à même de redresser le cap.




      0



      0
    CHIBL
    16 janvier 2017 - 10 h 47 min

    Il faut dire que toutes ces
    Il faut dire que toutes ces chaines télé appartiennent ou sont téléguidées par le pouvoir,donc le pouvoir a intérêt a ce qu il y ai du charlatanisme,des excommunicateurs et autres juste pour endormir le peuple.Comment expliquer le profusions de pseudo imams te que Chemsou,des charlatans tel que Belahma a la télé .L’Algérie compte 4 millions analphabètes si on rajoute les simples d’esprits et les droguées de religion nous arrivons facilement a 15 millions d’endoctrinables donc la moitié de la population. le pouvoir a bien compris le poids des médias lourds. cet ARAV fait juste semblant d’avertir, son but est de faire taire toute chaîne de télé hostile rien d’autre.




    0



    0
    Abou Stroff
    16 janvier 2017 - 10 h 25 min

    puisque l’arav veut lancer
    puisque l’arav veut lancer une « nouvelle dynamique pour une meilleure prise en charge de la question religieuse par les chaînes TV et de radio, tant privées que publiques », je me permets, avec la modestie qui m’étouffe, d’avancer les propositions suivantes (qui ne couvrent aucunement toutes les interrogations légitimes des algériens lambda):
    1- que toutes les télés généralistes soient interdites de diffuser des programmes religieux puisqu’à ma connaissance, il y a une télé consacrée à la religion. on pourrait, à la limite, autoriser les chaines généralistes à parler de religion à condition qu’elles parlent de toutes les religions (y compris de l’athéisme qui peut être considéré comme une religion) à travers des débats CONTRADICTOIRES qui permettront au téléspectateurs de faire son choix. n’oublions pas que le religion est devenue, à travers la domination des rapports marchands, une marchandise au même titre que n’importe quelle marchandise et que l’emballage est aussi important que les qualités intrinsèque de la marchandise quand il s’agit pour le consommateurs de choisir.
    2- que les charlatans qui n’ont aucun formation académique (suivez mon regard du côté de certaines télés dont l’objectif ultime est d’abrutir la plèbe) soient interdits d’antenne et « reprogrammés » pour faire un travail utile à la société (du genre, retrousser leurs manches et dégager les routes bloquées par la neige ou par une émeute au lieu de pratiquer l’ONANISME à grande échelle).
    3- que l’appel à la prière que diffuse les télés et qui ne concerne qu’alger et sa région soit supprimé pour permettre aux téléspectateurs de suivre sans interruption leurs programmes préférés. l’interruption d’un quelconque programme par l’appel à la prière pousse le téléspectateur à zapper. et à ne plus regarder une télé qui ne le respecte pas. quand je regarde une émission qui m’intéresse (du genre « à la recherche du boson de Higgs ») , je n’ai guère envie d’être dérangé par quoi que ce soit, y compris par un appel à la prière qui ne me concerne ni de près ni de loin
    4- last but not least: reconnaissons que le religion n’est pas uniquement instrumentalisée par la soi disant opposition religieuse mais elle l’est aussi par le pouvoir en place. d’ailleurs, le pouvoir et sa soi disant opposition ont besoin du discours religieux pour endormir (comme peut le faire une quelconque drogue) la plèbe qui ne peut ainsi poser les questions qui dérangent.




    0



    0
      Dine-el-beqq
      16 janvier 2017 - 12 h 08 min

      Ayyouha Abou Stroff, Je me
      Ayyouha Abou Stroff, Je me prosterne à tes pieds, Ô Grand Maître du Matérialisme Historique, seule religion basée sur la science !… De la part d’un « ancien », le prophète des punaises que tu dois sûrement te rappeler, non ?




      0



      0
        Abou Stroff
        16 janvier 2017 - 18 h 21 min

        en effet, le prophète des
        en effet, le prophète des punaises ne m’est pas inconnu, puisque je conserve en mémoire ses interventions sur un autre journal électronique où on pouvait papoter sans retenue. d’ailleurs, le prophète, si ma mémoire ne me trahit pas, doit vivre parmi les yankees, n’est ce pas?
        PS: le matérialisme historique est la science de l’histoire, que le prophète des punaises ou chemsou d’ennahar, le veuillent ou non!




        0



        0
          Dine-el-beqq
          16 janvier 2017 - 20 h 10 min

          Eh bien oui, Abou Stroff ! La
          Eh bien oui, Abou Stroff ! La seule religion qui vaille est celle de la science de l’histoire !! Tout est basé sur la production et les rapports de production qui vont avec.




          0



          0
      Samy
      16 janvier 2017 - 14 h 18 min

      La constitution garantit
      La constitution garantit pourtant la liberté de conscience mais dans les faits une seule religion est omniprésente dans les médias couronné par l’appel à la prière 5 fois par jour et un prêche tous les vendredis avec fermeture de tous les commerces.Il ne reste plus qu’à arrêter la circulation à l’heure de la prière mais heureusement qu’ils ne peuvent pas arrêter la terre de tourner.Comment on est-on arrivé là?Le Président de l’ARAV a bien fait de tirer la sonnette d’alarme face à la déferlante obscurantiste qui veut pousser le pays vers les ténèbres. Ces gens-là ne savent-ils pas que nous sommes au 21e siècle et que la religion est là pour améliorer le sort des peuples et non leur abrutissement?Mais la pire des aberrations c’est de mélanger le temporel et le spirituel pour faire des peuples des troupeaux dociles.




      0



      0
    Lady Faria
    16 janvier 2017 - 9 h 47 min

    Monsieur le ministre,
    Monsieur le ministre, suggérez donc à votre collègue de l’Éducation nationale d’adresser cette mise en garde aux différents services du secteur dont elle a la charge. Nos enfants, à l’âge où l’esprit est le plus malléable, sont exposés au même fléau.




    0



    0
    kahina
    16 janvier 2017 - 2 h 54 min

    Que des mises en garde. C’est

    Que des mises en garde. C’est pour quand le concret.
    Si vous êtes sérieux, fermez ces chaines . Arrêtez ces déclarations du bricolage




    0



    0
    abdallah_kerbadji
    15 janvier 2017 - 22 h 51 min

    Pour mettre la religion «à l
    Pour mettre la religion «à l’abri de toute tentative d’instrumentalisation  » et pas seulement à l’occasion des prochaines élections législatives, il suffit SIMPLEMENT d’enlever l’article 2 de la constitution. Qui a le courage de le faire ?
    c’est clair ,net et precis ! ; sinon on va droit au mur et on risque -a tout moment- de revenir aux annees 90 ou entrer dans l’ere de daesh.
    a bon entendeur …




    0



    0
    anti. chiaa
    15 janvier 2017 - 22 h 14 min

    Ben oui. Il ne faut pas
    Ben oui. Il ne faut pas critiquer les chiaa
    car. L Iran. C est le nouveau soutien. Du régime.




    0



    0
    UMERI
    15 janvier 2017 - 20 h 09 min

    Le programme des T V
    Le programme des T V algériennes est unique: les infos, la météo, les petits sketchs, la cuisine, des films téléchargé illégalement, des débats bidons et le tout chapeauté par des Fatwas, voila la réalité, qui incite la majorité des algériens a se connecter vers l’Europe et d’autres vers l’orient et la Turquie..




    0



    0
    Samir
    15 janvier 2017 - 19 h 39 min

    Des traîtres qui ont
    Des traîtres qui ont assassiné 250.000 algériens osent encore parler et en direct et personne ne fait de l’ordre. ECCHHHAAAHHH AALINA.




    0



    0
    Yeoman
    15 janvier 2017 - 18 h 46 min

    En attendant, Echorouk nargue
    En attendant, Echorouk nargue les algériens et fait ouvertement et même fièrement dans ce qui n’est autre que de la haute trahison.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.