Rencontre conjointe walis d’Adrar et de Tamanrasset-gouverneurs du nord du Mali

Des notabilités de la ville de Kidal. D. R.

Le renforcement de la concertation algéro-malienne sur le développement de leurs zones frontalières est au centre d’une rencontre conjointe entre les walis d’Adrar et de Tamanrasset et leurs homologues, les gouverneurs du nord du Mali (Kidal, Taoudénit et Menaka), ouverte ce lundi à Adrar. L’objectif principal de cette rencontre est la relance des décisions arrêtées conjointement lors de la rencontre de Kidal (Mali) en 2008 et la mise en œuvre des recommandations du dernier Comité bilatéral frontalier (CBF), a indiqué le wali d’Adrar, Mustapha Limani, selon l’APS qui rapporte l’information.  

Le renforcement de la concertation et du dialogue sur les questions d’intérêt commun ainsi que la consolidation des efforts liés à la sécurisation des frontières et au développement socioéconomique au bénéfice des populations de cette zone sont les principales attentes des deux parties, a-t-il ajouté.

De son côté, le conseiller technique du ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat de la République du Mali, Abou Bakr Essedik Djire, a déclaré que cette rencontre «démontre à nouveau l’attachement des hautes autorités de nos deux pays à établir un climat de paix et de sécurité à notre frontière commune». Les travaux de cette rencontre de deux jours, où sont représentés les différents secteurs et les corps constitués et sécuritaires, se tiendront à travers deux principaux ateliers.

L’un sera consacré à l’ensemble des aspects liés au développement socioéconomique de la zone ciblée et aura à enregistrer l’état d’avancement des recommandations édictées antérieurement et à noter de nouvelles suggestions et propositions. Le second atelier discutera du volet sécurité des frontières communes et débattra de l’ensemble des mesures afférentes, selon les organisateurs.

La rencontre rassemble, en plus d’un directeur central du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales et d’un conseiller technique du ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat de la République du Mali, les walis d’Adrar et de Tamanrasset, les gouverneurs de Kidal, de Taoudénit et de Ménaka (Mali), les walis délégués de Bordj Badji Mokhtar et d’In-Guezzam, les présidents des Assemblées populaires des wilayas (APW) d’Adrar et de Tamanrasset, les présidents des Assemblées populaires communales (APC) de Bordj Badji Mokhtar, de Timiaouine et de Tin-Zaouatine, et des directeurs d’exécutif.

R. N.

Comment (5)

    selecto
    31 janvier 2017 - 11 h 52 min

    Les Marocains et Français
    Les Marocains et Français vont tout faire pour faire échouer toute coopération positive avec nos nos frères Maliens, on connait ces crapules colonialistes et leurs méthodes, la vigilance s »‘impose donc.




    0



    0
    Momo l'indigène
    31 janvier 2017 - 0 h 07 min

    Je suis très fière des deux
    Je suis très fière des deux Walis ( Adrar et Tamanrasset ) de la rencontre avec le gouverneur du Mali . Notre devoir et d’aider ce pays frère . Nous devons travailler ensembles mains dans là mains , dans tous les domaines . Notre respect envers ce beau pays et toute L’Afrique .
    L’Algérie doit s’impliquer beaucoup plus envers nos sœurs et frères D’AFRIQUE . Mes salutations à tous les gouvernements D’AFRIQUE qu’ils avancent dans le progrès et les liens de fraternité entre les peuples . Vous devez faire des assemblées tous les deux mois ( UA )
    Pour resserrer les rangs , travaillés et trouvé des solutions entre vous sont faire appel à des pays étrangers RESTONS AFRICAINS.




    0



    0
    La Cigale
    30 janvier 2017 - 22 h 08 min

    Excellente initiative qui
    Excellente initiative qui mérite d’être suivie pour son épanouissement et sa généralisation par la suite à tout le Mali et à toute l’Afrique.
    L’Algérie sera le fournisseur en bien de tous genres à nos frères africains par in partenariat gagnant gagnant qui sera sans aucune ambiguïté.
    Bi ine illah.




    0



    0
    RN 1
    30 janvier 2017 - 21 h 52 min

    il faut aider à développer
    il faut aider à développer les échanges transfrontaliers notamment avec nos voisins du sud, les populations ont besoin de sécurité et de dynamismes touristique économique et culturel. une telle politique va contribuer à fixer les populations et à améliorer le niveau de vie dans ces régions qui possèdent de vraies traditions d’échange et de vivre ensemble qu’il ne faut pas détruire mais préserver et améliorer!




    0



    0
    Djamel BELAID
    30 janvier 2017 - 17 h 42 min

    Le haut commissariat au
    Le haut commissariat au développement de la steppe (HCDS) possède une grande expertise du développement agricole et rural: gestion des parcours, ouvrages pour épandage de crues, semis direct des fourrages, énergie solaire pour l’équipement des points d’eau… etc. Ces potentialités seraient à utiliser au bénéfice du développement des périmètres agricoles frontaliers du Mali. Djamel BELAID Ingénieur Agronome.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.