Des élus démissionnent du FFS à Bordj Bou Arréridj

La direction du FFS réagira-t-elle à cette affaire à la veille des législatives ? New Press

Plusieurs élus locaux ont démissionné du FFS à Bordj Bou Arréridj. Ces élus, dont le président de l’APC, Mourad Beldjoudi, et ses deux adjoints, Hamza Fendi et Farid Khichane, ont motivé leur acte de démission du plus vieux parti de l’opposition par l’exclusion des vrais militants représentatifs dans cette wilaya.

Contestant le choix de la direction nationale de la liste de candidats aux législatives dans cette wilaya, ces élus ont vivement dénoncé le fonctionnement du parti qu’il est, selon eux, aux antipodes de tous les principes démocratiques. Ils regrettent que «les apparatchiks de la direction nationale se suffisent d’une représentation symbolique à la traîne et obéissante».

Ces élus démissionnaires affirment que le FFS a complètement changé de politique et de stratégie. Pour eux, le parti du défunt Hocine Aït Ahmed ne compte plus «ni sur les militants ni sur un ancrage populaire quelconque pour accéder aux Assemblées électives». Pour eux, le plus vieux parti de l’opposition «adopte une démarche simplifiée faite d’arrangements souterrains, de compromission avec le pouvoir et d’octroi de quotas». «L’opinion publique locale se souviendra pour longtemps que les deux sièges occupés par les députés du FFS durant cette mandature ont été le fruit d’un arrangement politique avec l’administration. C’est cette même administration qui a fait subir toutes sortes d’injustices et de pressions sur les élus et militants du FFS pour avoir dénoncé cette compromission. La cascade de procès en justice contre les élus et maires du FFS en est la preuve, le silence des instances du parti en est une autre», écrivent-ils dans une déclaration.

Ces élus démissionnaires ont décidé de rejoindre armes et bagages le candidat d’un autre parti politique, à savoir le RND d’Ahmed Ouyahia. «Devant la persistance de ces manœuvres dilatoires de l’administration locale qui tente d’imposer ses valets locaux comme représentants de notre wilaya aux législatives, nous avons décidé et en concertation avec le mouvement associatif local, les militants et les sympathisants du FFS d’apporter notre soutien actif à la candidature de Smail Benhamadi», déclarent-ils, considérant que «cette candidature portée par de larges pans de la population locale inspire confiance et redonne espoir, les préoccupations citoyennes sont si nombreuses que seule la crédibilité des personnes est capable de les surmonter». 

Cette démission va être un coup dur pour les candidats FFS dans cette wilaya, déjà mise à mal après l’affaire des affiches aux femmes sans visage qui ont provoqué une vive polémique. Une polémique qui a poussé le FFS à apporter des clarifications dans un communiqué. Tout en retirant ces affiches, le plus vieux parti de l’opposition a affirmé qu’il s’agissait d’une «malencontreuse» technique qui aurait «escamoté» les photos des candidates. «Le FFS a ordonné le retrait immédiat de cette affiche et condamné vigoureusement ce type de procédés incompatible avec les principes et valeurs du parti», ajoute-t-on.

Le communiqué rappelle l’engagement du FFS «en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes», son «respect de la dignité intrinsèque de la citoyenne algérienne» et son «inscription dans l’idéal émancipateur du mouvement de libération nationale qui a vu les Algériennes s’engager dans la lutte d’une manière héroïque qui leur a valu l’admiration du monde entier nous interdisent de tolérer de telles pratiques indignes de notre Histoire, de notre projet politique et de nos ambitions dans le monde».

Sonia Baker

Comment (6)

    Mello
    4 mai 2017 - 11 h 13 min

    Le fonctionnement
    Le fonctionnement DEMOCRATIQUE du FFS ,sans se souiller du monde de l’argent, n’arrange apparament pas certains qui se veulent raccoleurs, « tamaines », qui se veulent indispensables dans ce monde pourri de la politique a l’Algerienne. Le FFS n’ est pas ce parti qui vous couvrira d’argent, comme ce candidat Smail Benhammadi du RND que ces soit disant demissionnaires veulent soutenir. L’argent n’a pas d’odeur pour ce monsieur au point d’aller soudoyer ces pauvres individus en se permettant d’attaquer le seul parti democrate de ce pays. C’est sur ce terrain sale de la finance, que le FFS combat de toutes ses forces, que certtains candidats sembles se mouvoir en entrainant avec eux de citoyens dont l’ambition n’a d’egale que le contenu de la valise. Ils peuvent ecrire ce qu’ils veulent, mais soutenir un candidat du RND est la pire des choses. J’aurais voulu les voir soutenir le RCD.




    0



    0
    Rayes El Bahriya
    4 mai 2017 - 10 h 50 min

    Au début de chaque septenat y
    Au début de chaque septenat y a un Etat de
    Grâce.
    Et du nouveau gouvernement? Eh bien la
    Garantie est foutue.
    Voilà la malédiction tombe sur vos têtes.
    Vous y avez trahi docteur Halley.




    0



    0
    Lghoul
    4 mai 2017 - 9 h 01 min

    Tous ceux qui acceptant ce
    Tous ceux qui acceptant ce système font parti du meme système don’t le déniminateur commun est la neutralisation du people pour partager les richesses du pays entre eux.
    Les seuls que je pourrai coire sont ceux qui ont boycotté la honte.
    Ce qui est etre drole est que la photo de Feu Ait Ahmed partage le meme mur avec fakahmatouhou quand il avait 30 ans. Cela veut tout dire quand au militantisme du FFS.
    Depuis quand ce meme FFS a appelé a juger – ou meme verifier les accusations – sur les escrocs qui se sont emparé de milliards du people ? Jamais la corruption n’a fait parti de leur language ou de leur manifesto. Alors fermer les yeux sur la corruption est une preuve que beaucoup fu FFS sont liés a elle. Alors comment je vais soutenir ou voter sur des corrompus et des escrocs ? Pour me voler encore plus et leur dire « merci, encore un peu plus SVP » ? JAMAIS.




    0



    0
    Anonymous
    4 mai 2017 - 7 h 24 min

    De drôles de lasquards dans
    De drôles de lasquards dans ces contrées boisées et montagneuses.




    0



    0
    Echiboukh
    4 mai 2017 - 3 h 16 min

    Démissionner bruyamment en
    Démissionner bruyamment en dénonçant la politique souterraine d’alliance de la direction du FFS avec le pouvoir et courir vite fait soutenir le candidat local du …RND, voilà qui s’appelle de l’effronterie politicienne. Adrabni ou ch’ka oua s’bakni oua b’ka…
    Les ‘familles’ politiques algériennes à l’instar des autres familles sont rongées par les questions d’héritage dont tous revendiquent la meilleure part sans se soucier de la valorisation du patrimoine laissé en partage.




    0



    0
    muhand
    3 mai 2017 - 20 h 06 min

    Après un sommeil de quelques
    Après un sommeil de quelques décennies voilà que les militants se réveillent et découvrent que leur parti ne fonctionne pas démocratiquement comme le veut la règle. En vérité, ils veulent tous être députés. Cela ne lave pas le FFS dans son fonctionnement loin des aspirations des militants de la première heure. Les opportunistes de ce parti ont pris en otage les milliers de militants. Mais quand on entend des ex 1er secrétaires qui une fois poussés dehors commencent à nous parler des pratiques peu orthodoxes du parti, on comprend le mal qui range de parti tout comme d’ailleurs les autres formations politiques.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.