Limogeage du ministre du Tourisme : le MPA se mure dans un étrange silence

Amara Benyounès doit s’expliquer. New Press

Le Mouvement populaire algérien (MPA) et son président, Amara Benyounès, n’ont aucunement réagi au limogeage du nouveau ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Messaoud Benagoun, 48 heures seulement après sa nomination.

Selon des sources qui ont requis l’anonymat, les cadres du MPA, à leur tête Amara Benyounès, ont été surpris par cette décision de limogeage prise par le président de la République sur proposition du Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune. Visiblement tétanisés par ce coup de théâtre, les cadres de cette formation politique qui soutient le chef de l’Etat se murent dans un étrange silence. Pourtant, le désormais ex-ministre du Tourisme, qui n’a pas eu suffisamment de temps pour bien prendre connaissance de son bureau, a fait la Une de médias, notamment électroniques, dès la publication par l’APS du communiqué de la présidence de la République. 

Le président du MPA est pointé du doigt. Le journal Ennahar, proche de la présidence de la République, accuse ouvertement Amara Benyounès d’«avoir abusé de la confiance du chef de l’Etat». Pour ce média, c’est Amara Benyounès qui a proposé Messaoud Benagoun au poste de ministre, en le présentant comme un cadre compétent.

Il est à rappeler que le président du MPA, Amara Benyounès, a été reçu par Abdelmalek Sellal lorsqu’il menait les consultations pour la constitution d’un nouveau gouvernement. Fortement mis en cause dans cette affaire, Amara Benyounès est tenu de s’expliquer dans les prochains jours.

Hani Abdi

Comment (26)

    Dyhia
    29 mai 2017 - 15 h 53 min

    Pourquoi sommes nous choqués

    Pourquoi sommes nous choqués du cas de Messaoud .

    Chakib aussi veut devenir premier ministre ou président. L’ex PDG de la sonatrach a été accusé de détournement et a fini de rejoindre la sonatrach.
    BON, Messaoud croyait que c’était la condition pour avoir un poste en haut.




    0



    0
    the age of the adaline
    29 mai 2017 - 11 h 11 min

    commentaire extremement
    commentaire extremement judicieux rascasse!!!!!!!!!!




    0



    0
    leputois
    29 mai 2017 - 10 h 34 min

    La préparation du cinquième
    La préparation du cinquième mandat est vraiment laborieuse. Elle doit passer par d’épineux rebondissements en tout genre. Nous en sommes qu’aux prémices et le défilé n’est pas prêt d’être terminé. Mais on en devrait pas s’inquiéter l’hyper structure est déjà en place depuis pas mal de temps déjà.




    0



    0
    Rachid
    29 mai 2017 - 9 h 21 min

    A quand le tour des autres ?
    A quand le tour des autres ? Debki, ghoul, khelil, bouchouareb etc. Ils ont tous des casseroles qui trainent.
    Ont ils trahi le pays ? Qui sait ? Puisque la plupart sont des escrocs, ils sont capables de travailler pour les autres pendant qu’ils sont ministres. Une investigation sérieuse est de mise pour mettre les choses au point.
    Mais les services et la justice sont privatisés.




    0



    0
    Anonymous
    29 mai 2017 - 8 h 11 min

    La brosse d’or a voulu placer
    La brosse d’or a voulu placer ce voyou au tourisme pour faire des tournées dans les hotels de l’état au frais de la princesse….




    0



    0
    Anonymous
    29 mai 2017 - 2 h 50 min

    Pauvre Messaoud, il voulait
    Pauvre Messaoud, il voulait être dans l’équipe de la sonatrach-6.
    Messaoud n’a pas de clan, c’est un poids léger d’où il a été repérer rapidement.




    0



    0
    Anonymous
    28 mai 2017 - 23 h 58 min

    Nous avons tellement plaide
    Nous avons tellement plaide pour les jeunes pour reorienter le pays Sur la voie du progres et du renouveau que nous y avons Presque cru . On nous a berne avec cette meprisante saga de ce nouveau gouvernement . Ça demarre tres mal , la confiance est deja erodee , le pays fait face a un avenir effrayant et nous sommes toujours a la recherche du sauveur . Esperons que cette farce de mauvais va ouvrir les yeux aux Algeriens et que c est le point de depart pour un vrai changement . We have become the laughing stock of the world .




    0



    0
    CHIBL
    28 mai 2017 - 23 h 46 min

    Bye Bye Amara Ben younes, la
    Bye Bye Amara Ben younes, la CHITA c’est pas bien surtout quand on abuse!! ….




    0



    0
    Imène
    28 mai 2017 - 22 h 57 min

    Un sac de crabes !
    Un sac de crabes !




    0



    0
      Toufik Touaibi
      29 mai 2017 - 1 h 29 min

      Le tout nouveau Ministre du
      Le tout nouveau Ministre du Tourisme est aussi une excellente camera cachée !!! pour toute l’Algérie.




      0



      0
    Lotfi
    28 mai 2017 - 22 h 00 min

    C’est ça le gouvernement < < d
    C’est ça le gouvernement < < d'hommes d’état>> qui nous a été promis depuis 99.quand on gouverne avec la politique de la ruse, il faut pas s’étonner des conséquences catastrophiques.heureux les martyres qui n’ont rien vu.




    0



    0

    Kahina
    28 mai 2017 - 21 h 56 min

    ….en le présentant comme un
    ….en le présentant comme un cadre compétent.

    La compétence est relative et chaque pays a sa propre définition. Le MPA a proposé un ministre avec les critères du recrutement: On a eu un Drebki qui a soufflé le chaud et le froid… Tliba le marchant de -chema- qui joue au BARBOT à l’APN…un dentiste est devenu ministre de l’industrie… Un chef de Daira est devenu ministre de la santé…des analphabètes un peu partout dans la haute sphère.
    Benagoun voulait faire un peu de tourisme au ministère. Comme tous les autres avant lui.




    0



    0
      Koceila
      28 mai 2017 - 23 h 35 min

      tu te rappelles en 1999: un
      tu te rappelles en 1999: un médecin devenu ministre dfe l’agriculture. C’était parce que semble-t-il ce secteur était bien malade. Mais le remède profita à certains parmi lesquels on a eu Amamr le drabki alias Saidani




      0



      0
    Chaib Sidi Boumediene
    28 mai 2017 - 21 h 56 min

    de + en + notre pays
    de + en + notre pays ressemble a un cahier de brouillon. Triste mais l’espoir est là que le prix du petrole reste là où il est et que finalement on va se remettre au travail pour construire des fondations solides pour l’avenir de nos enfants




    0



    0
    AMIN
    28 mai 2017 - 21 h 26 min

    un régime illégitime;des
    un régime illégitime;des partis politique mercenaire;une assemblée de corrompus;et une justice de la jungle;c’est ainsi notre république est fondée;a prendre ou a laisser;pas le choix souffrir ou partir;mais ou que dieu vient au secours du peuple algérien qui souffre depuis sont existence amin




    0



    0
    Nasser
    28 mai 2017 - 20 h 51 min

    Tout cela vient de cette sale
    Tout cela vient de cette sale et méprisante habitude de certains partis qui « recrutent » comme candidats des milliardaires comme têtes de liste!




    0



    0
    Anonymous
    28 mai 2017 - 18 h 25 min

    La chaîne Enahar TV affirme
    La chaîne Enahar TV affirme que ce triste sire avait bien caché son cursus (vide) et son casier judiciaire (plein). Toujours d’après cette chaîne (la chaîne-qui-sait-tout), ce sont les services de sécurité qui auraient levé le lièvre. La présidence a vite fait de réagir et d’agir. Toujours d’après la chaîne-qui-sait-tout, ce triste sire était candidat aux dernières législatives. Donc son dossier, avant d’être validé par les services du ministère de l’intérieur, était censé avoir été épluché et qu’une enquête diligentée aurait dû révéler les zones d’ombre. En extrapolant, toutes les enquêtes sur les candidats aux dernières législatives semblent ne pas avoir été menées avec la minutie qui s’imposait. Corollaire de cette déduction: y at-il des députés dont le cursus est vide) et son casier judiciaire plein? Plein comme les chkara que les mauvaises langues insinuent avoir servi à l’éléction.




    0



    0
      Nasser
      28 mai 2017 - 20 h 47 min

      En Algérie: « le cursus vide »
      En Algérie: « le cursus vide » n’est pas illégal pour devenir Ministre, député ou autre haut responsable, mais « casier judiciaire plein » c’est illégal; enfin… logiquement.




      0



      0
    GHEDIA Aziz
    28 mai 2017 - 18 h 16 min

    Une seule question me taraude
    Une seule question me taraude l’esprit: est-ce que ce Ministre d’un jour pourra, dorénavant, mentionner cette haute fonction de l’État dans son CV. Dans le cas affirmatif, cela ne serait-il pas considéré comme « faux et usage de faux » ?




    0



    0
      ParfaitFonctionnaire
      28 mai 2017 - 21 h 01 min

      Pour le repos de ton esprit,
      Pour le repos de ton esprit, je t’explique. Une nomination dans la fonction publique n’a d’effet que lorsque le PV d’installation est signé par le représentant de l’autorité qui a nommé le nouveau-venu au poste. S’agissant de ministres la cérémonie a lieu devant les caméras. Donc cet acte, irréversible, entérine et rend en vigueur le décret présidentiel portant nomination du gouvernement. Le nouveau est donc ministre de plein droit et bénéficie de toutes les dispositions relatives aux fonctions supérieures notamment celle qui régit la fin de fonction de l’ex qui continue à percevoir son salaire pendant 6 mois. Au-delà de cette période, le nommé puis dégommé est admis d’office à la retraite des cadres supérieurs, la pension étant équivalente à celle du titulaire en exercice. Le beurre + l’argent du beurre avec en plus le papier d’emballage. La belle vie, quoi! Mais dans le cas qui nous intéresse, si l’Autorité prouve que que les conditions d’accès à la fonction notamment celles relatives au parcours professionnel et surtout au passé judiciaire n’ont pas été respectées par le candidat qui a sciemment occulté ces faits, il serait aisé à l’Autorité, après la mise fin aux fonctions d’annuler la nomination à ces fonctions. Maintenant je pense que tu vas te tarauder l’esprit à te retrouver dans ces explications.




      0



      0
    rifad
    28 mai 2017 - 17 h 24 min

    Seul pays au monde out des
    Seul pays au monde out des repris de justice accedent a de hautes responsibilities sh tourisme ect…..




    0



    0
    laptithistoire
    28 mai 2017 - 16 h 54 min

    Belle ballade pour un
    Belle ballade pour un ministre chargé des ballades et des virées. En dialecte tamazight, le ministre du tourisme est désigné par « wazir n’tehwess ». Cet éphémère ministre aura fait, comme les marionnettes: un p(tit tour et puis s’en vont. Il vient d’être envoyé se…ballader.




    0



    0
    Moskodz
    28 mai 2017 - 16 h 53 min

    À mon avis il faut faire les
    À mon avis il faut faire les poches à tous ces ministres.




    0



    0
    anonyme
    28 mai 2017 - 16 h 31 min

    Déjà, ça commence mal pour le
    Déjà, ça commence mal pour le gouvernement.
    Aussi, Il faut virer ces corrompus cadres centraux des différents ministères…




    0



    0
    Rascasse
    28 mai 2017 - 16 h 30 min

    pour persister au sommet il
    pour persister au sommet il faut s’appuiyer sur les voyous mais aussi avoir des garanties pour agir de la sorte, combien sont-ils les hommes politiques qui ne traînent pas les casseroles derrières eux? Ce cas n’est qu’une mésentente entre clans ou si non il aurait été ministre ….




    0



    0
    Anonymous
    28 mai 2017 - 16 h 23 min

    Quid du fichier national des
    Quid du fichier national des cadres où tant de compétences ont été passés à la trappe ?




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.