Trafic de drogue : les chiffres qui incriminent le Makhzen

drogue, trafic
Une saisie de kif traité. New Press

Selon un rapport de l’ONUDC publié jeudi à New York, le Maroc reste le premier pourvoyeur et producteur de résine de cannabis au monde, alimentant essentiellement les réseaux de trafic de drogue en Europe et en Afrique du Nord. «Le Maroc reste le pays le plus signalé par les Etats comme source de résine de Cannabis, suivi de l’Afghanistan et, dans une moindre mesure, du Liban, de l’Inde et du Pakistan», souligne l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime dans son rapport 2017 sur les drogues dans le monde.

En 2015, le Maroc a donc continué d’être le premier producteur mondial de résine de cannabis avec 38 000 tonnes produites en plein air. Sa production en intérieur s’est élevée à 760 tonnes durant la même année, selon les chiffres fournis par l’ONUDC. Les surfaces cultivées en résine de cannabis au Maroc ont atteint 47 000 hectares en 2015, dont 45 853 hectares exploités. Les données sur les surfaces de culture en intérieur ne sont pas disponibles.

L’Office onusien relève que le Maroc a été durant la période 2010-2015 la principale source d’approvisionnement de l’Europe et des pays d’Afrique du Nord en résine de cannabis, acheminée vers ces pays par des réseaux de contrebande. En plus des livraisons continues vers l’Espagne, la France, l’Italie et les Pays-Bas, Europol a signalé une nouvelle route, via la Libye, empruntée par les trafiquants pour faire transiter la drogue produite au Maroc vers l’Europe, selon l’ONUDC.

Les données de l’ONUDC et d’Europol confirment que la majeure partie de la drogue introduite en Europe est produite au Maroc. De nombreux hauts responsables politiques et sécuritaires sont impliqués dans ce trafic de drogue à grande échelle. C’est grâce à l’argent de la drogue que les services marocains financent leurs opérations spéciales.

L’Afghanistan a été, quant à lui, pourvoyeur des pays voisins, principalement le Pakistan et l’Iran, alors que la résine de cannabis produite au Liban est essentiellement acheminée vers les pays du Moyen-Orient. Le rapport souligne que l’étendue de la culture du cannabis dans le monde est difficile à évaluer. Les indicateurs de production de cette drogue proviennent des autorités chargées de l’application de la loi et reflètent dans une certaine mesure les moyens et les priorités de ces institutions.

Sadek Sahraoui

Comment (7)

    abda
    24 juin 2017 - 10 h 44 min

    C’est leur outil de guerre contre l’Algérie.




    0



    0
      Jamesben
      24 juin 2017 - 18 h 07 min

      Notre outil à nous est de nous laisser faire et de leur tendre la joue.




      0



      0
    BabEIOuedAchouhadas
    24 juin 2017 - 2 h 05 min

    Moi Président de la République Algérienne, je ferais comme les USA ont fait contre Escobar. J’enverrais un escadron de notre ANP au Maroc pour ramener le Roitelet M6 est le faire juger par le tribunal militaire de Blida pour crime narcotique contre la jeunesse algérienne.




    0



    0
    Sidahmed
    24 juin 2017 - 1 h 57 min

    Ce que aucun rapport n’ose dire est que cet argent du Haschich permet au Roitelet M6 d’entretenir les cellules terroristes marocaines qui actives en Europe depuis des années; cellules terroristes que le Makhzen utilise à chaque fois comme outil de chantage envers les pays qui contrarient la stratégie du Makhnez notamment dans sa colonisation du Sahara occidental (Madrid en 2004 – Londres en 2006 et 2013 – Paris en 2015 – Bruxelles en 2016 et 2017 en attendant les suivants).




    0



    0
    Kamel
    24 juin 2017 - 1 h 40 min

    Ne pas oublier que l’industrie du Haschich représente 23% du PIB du Régime du Makhnez, soit l’équivalent de 23 milliards de dollars selon une étude américaine. Avec les industries du Tourisme Sexuel et de la Prostitution exotique c’est 60% du PIB du Régime du Makhnez qui partent directement dans les poches de la prédatrice famille allaouite allochtone et les sbires du Palais d’où les graves problèmes du Rif. A noter que ces 60 milliards de dollars que rapportent ces trois industries c’est presque le double de ce que rapportent le pétrole et le gaz algériens.




    0



    0
    Vangelis
    23 juin 2017 - 18 h 22 min

    L’ONU et Europol ne savent que pondre des rapports sur cette criminalité à grande échelle sans pour autant mettre en garde la narco monarchie en l’obligeant à réduire ses surfaces de culture de hasch. C’est autant dire, au moins un coup d’épée dans l’eau, et donc un encouragement à continuer et au pire une complicité flagrante avec la narco monarchie puisqu’on ne lui demande aucun compte à rendre.

    Lorsque l’on avance que l’argent de la drogue contribue à financer les opérations spéciales des services marocains, il ne faut perdre de vue que ces opérations spéciales sont la constitution de groupes terroristes du genre MUJAO ou encore des cellules terroristes opérant hors du territoire de la narco monarchie afin d’exercer un chantage sur les pays touchés, chantage ayant pour but de na pas remettre en cause la colonisation du Sahara Occidental qui le principal sujet de préoccupation de cette narco monarchie que je nommerais bien volontiers narco monarchie terroriste.

    Qui plus est, l’argent tiré de cette activité illicite évalué par le Département d’État américain à 23 % du PIB de la narco monarchie, soit 23 milliards de $ est recyclé en Afrique et dans la narco monarchie. Dans le premier cas, c’est sous la forme d’IDE, comme si la narco monarchie avait les moyens d’investir sans cette source illégale et dans le second cas, la douane, la police et les banques ferment les yeux en ne demandant pas la justification des devises « saisies » qui seront investies dans l’immobilier (immeubles, terres, hôtels, restaurants et autres cafés).

    Tous les pays qui commercent donc avec cette narco monarchie doivent être assimiler à des receleurs car par exemple les tomates exportées en Europe ou ailleurs, sont produites assurément grâce aux fonds de la drogue car lorsque vous avez 23 milliards qui rentrent dans les caisses sans facture et sans contrôle, forcément, ils sont recyclés dans des filières qui blanchissent cette argent sale.

    Tant que ces institutions et autres gouvernements n’exerceront pas de pression sur la narco monarchie de sorte qu’elle cesse cette activité sous 5 ans, et bien les choses ne changeront pas et au contraire la narco monarchie accentuera la recherche de nouveaux marchés demandeurs de son poison. N’oublions pas que l’on a affaire à un prétendu Amir el Mouminines qui insulte par ses actes la religion dont il se proclame.




    0



    0
    Nasser
    23 juin 2017 - 16 h 42 min

    il ne suffit plus de faire des rapports, c’ est bien beau mais qu’ est ce qu’ on fait maintenant que tout est dis… on laisse le Maroc continuer sa funèbre culture de cannabis, et poursuivre son trafic ou bine on ^passe à l’ action, je rappelle que l’ on a été capable d’ enlever un président sud américain narco trafiquant pour le juger, pourquoi ne pas en faire autant pour le Maroc puisque force est de constater qu’ un délit est commis et que par conséquent il est condamnable et donc doit être traduit devant une cour de justice.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.